Georges Dottin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Georges Dottin
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
RennesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Enfant

Henri-Georges Dottin, né le à Liancourt (Oise), d'ascendance irlandaise lointaine[1] et mort le à Rennes, est un linguiste et professeur d'université français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Georges Dottin est le fils de Charles Henri Dottin, percepteur, et de Marie Cléophée Mathilde Pourcelle. Ses parents étaient originaires de la Mayenne et s'y établirent après sa naissance[2].

Après des études au lycée de Laval, en Mayenne, puis à la faculté de lettres de Rennes, il achève ses études à Paris, à la Sorbonne et à l'École pratique des hautes études[2]. Il est agrégé de grammaire[3] en 1890 et il soutient une thèse de doctorat ès lettres (philologie) en 1896 à la Sorbonne. Sa thèse concerne Les désinences verbales en R. en sanskrit, en italique et en celtique. Après une première année d'enseignement à la Faculté de Dijon, il devient maître de conférences en 1892, puis professeur de langue et littérature celtiques en 1903, puis professeur de littérature grecque à l'Université de Rennes. Il devint le doyen de la Faculté des lettres pendant 17 ans, succédant dans cette fonction à Joseph Loth[4] à partir de 1911[5]. Il fut de ceux qui, avec Victor Basch et Henri Sée, combattirent l'antisémitisme à Rennes et demandèrent la révision du procès Dreyfus. Il est le fondateur du Cercle républicain d’enseignement laïque d’Ille-et-Vilaine, 1904-1927. Conseiller municipal de Rennes de 1908 à 1928.

Spécialiste des langues et littératures celtiques et de la mythologie celtique, il a consacré sa vie à l'étude de cette civilisation qui le passionnait en publiant un grand nombre d'ouvrages et en collaborant à de nombreuses revues (Revue Celtique, Revue d'histoire des religions, Annales de Bretagne, etc.).

Le 20 décembre 1894, il avait épousé Marie Delaunay[2]. Son fils Paul Dottin (1895-1967) est aussi un linguiste, spécialiste de littérature anglaise, et professeur d'université français à Toulouse.

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Croyance à l’immortalité de l’âme chez les anciens Irlandais, Ernest Leroux, Paris, 1886 ;
  • Notes sur le patois de Montjean (Mayenne), Revue des patois gallo-romans Tome 1 (1887) ;
  • Les désinences verbales en r en sanskrit, en italique et en celtique, Plihon et Hervé, Rennes, 1896 ;
  • Glossaire des parlers du Bas-Maine (département de la Mayenne), Welter, Paris, 1899 [1] ;
  • Glossaire du parler de Pléchâtel (canton de Bain-de-Bretagne|Bain, Ille-et-Vilaine), précédé d'une étude sur les parlers de la Haute-Bretagne et suivi d'un relevé des usages et des traditions de Pléchâtel, Rees, 1901 ;
  • La Religion des Celtes, 1904, (texte sur Wikisource) ;
  • Manuel d'Irlandais Moyen, Slatkine, Paris, 1913 ;
  • Manuel pour servir a l'étude de l'antiquité celtique, Champion, deuxième édition, Paris, 1915 ;
  • La Langue Gauloise : Grammaire, Textes et Glossaire, préface de François Falc'hun, C. Klincksieck, Paris, 1920 ; rééd. Genève, 1985 ;
  • Les littératures celtique, Collection Payot, Paris, 1924 ;
  • Bibliographie d'Anatole Le Braz, dans l'ouvrage de Joseph Ollivier, Bibliographie d'Anatole Le Braz, Le Gouaziou, Quimper et Champion, Paris, 1928[6] ;
  • Les Celtes, Minerva, Genève, 1977 ;
  • L'Épopée irlandaise, réédition Terre de Brume, 2006 ;
  • Contes irlandais extraits du "Leabhar Sgeulaigheachta" de Douglas Hyde / traduits en français par Georges Dottin, Oberthur, 1893. Consultable sur la bibliothèque numérique de l'Université Rennes 2

Hommages[modifier | modifier le code]

Quatre villes bretonnes ont donné son nom à une rue : Brest, Quimper, Rennes et Vannes[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Annales de Bretagne », sur Gallica
  2. a b et c Hervé Baudru, article cité en bibliographie, p. 80.
  3. André Chervel, « Les agrégés de l'enseignement secondaire. Répertoire 1809-1950 », sur Ressources numériques en histoire de l'éducation (consulté le 19 juin 2014).
  4. Appelé au Collège de France.
  5. Glotz, Gustave, « Éloge funèbre de M. Georges Dottin, correspondant de l'Académie  », Comptes-rendus des séances de l'année 1928, Académie des inscriptions et belles-lettres, Année 1928, Volume 72, Numéro 1, pp. 19-22
  6. Joseph Ollivier, Catalogue bibliographique de la chanson populaire bretonne sur feuilles volantes (Léon - Tréguier - Cornouaille), Préface de Pierre Le Roux, Introduction de Charles Chassé, Quimper, Librairie Le Gouaziou,
  7. Les noms qui ont fait l'histoire de Bretagne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hervé Baudru, « Georges Dottin (1863-1928) : un combat pour la République », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 104, 1997, n° 2, p. 79-92 (sur son engagement politique).
  • Jean Janvier, Quelques souvenirs, Presses universitaires de Rennes, 2000, 339 p.
  • Joseph Ollivier, Biographie de Georges Dottin - Librairie Le Gouaziou, Quimper. 1928

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]