Nantua

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nantua
Nantua au bord du lac
Nantua au bord du lac
Blason de Nantua
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain (sous-préfecture)
Arrondissement Nantua (chef-lieu)
Canton Nantua
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Haut Bugey
Maire
Mandat
Jean-Pierre Carminati
2014-2020
Code postal 01130 et 01460 (La Cluse)
Code commune 01269
Démographie
Gentilé Nantuatiens
Population
municipale
3 524 hab. (2013)
Densité 276 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 09′ 07″ Nord 5° 36′ 28″ Est / 46.1519, 5.6078
Altitude Min. 427 m – Max. 1 125 m
Superficie 12,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative de l'Ain
City locator 14.svg
Nantua

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Nantua

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nantua

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nantua
Liens
Site web nantua-ville.fr

Nantua (prononcé [nɑ̃.ɥa]) est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle est une sous-préfecture de l'Ain.

Ses habitants sont les Nantuatiens et les Nantuatiennes[1]. Un surnom souvent utilisé, Catholards, viendrait d'une appellation méprisante des calvinistes du fief genevois voisin, les habitants de Nantua étant restés fidèles à leur abbaye[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le lac de Nantua, Nantua et le viaduc de Nantua.
Le lac en automne.

La ville de Nantua est située au bord du lac du même nom, et au pied d'une haute falaise calcaire instable, sous surveillance constante. Elle est dominée au sud par le plateau de Chamoise.

Nantua a été longtemps une ville de transit, car traversée par la route nationale de Lyon à Genève ; lieu de passage et relais de tourisme, elle en a aussi subi les conséquences en termes de nuisances, bruit et pollution atmosphérique (façades des maisons noircies). Depuis la construction de l'autoroute A40, dite « autoroute des Titans », elle n'est connue de l'automobiliste que par le viaduc de Nantua. La ville disposait d'une gare, mais la liaison ferroviaire a été remplacée par une desserte en autocar et il ne reste plus qu'un arrêt. En 2010, les trains traversent de nouveau la ville grâce à la ligne du Haut-Bugey, mais ne s'y arrêtent pas.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]
Rose des vents Montréal-la-Cluse Apremont Charix Rose des vents
Port N Les Neyrolles
O    Nantua    E
S
Saint-Martin-du-Frêne Brénod

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type semi-continental, avec des hivers froids, des étés chauds, et des précipitations tombant majoritairement en été.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la route départementale 1084, accès majeur à la commune[3]. Elle provient de Montréal-la-Cluse à l'ouest, longe le lac au pied de la falaise et traverse la commune en direction des Neyrolles à l'est.

Il existe également une route secondaire, il s'agit de la route départementale 74. Elle borde l'autre rive du lac de Nantua depuis l'ouest puis s'élève à flanc de montagne au nord pour rejoindre les communes d'un plateau dont Apremont fait partie.

D'autre part, l'autoroute A40 traverse la commune par le biais du viaduc de Nantua. Cet ouvrage imposant constitué de plusieurs piliers a été ouvert en 1990. L'entrée pour l'autoroute n'est pas située sur la commune, mais sur la commune voisine des Neyrolles.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Nantua est située sur la ligne du Haut-Bugey. La gare de la commune était desservie jusqu'en 1990 par les trains régionaux en provenance de Bellegarde-sur-Valserine et de Bourg-en-Bresse. La fermeture du tronçon La-Cluse - Bellegarde-sur-Valserine a entraîné la fermeture de la gare et la désaffection des voies.

La ligne est rouverte à la fin de l'année 2010 pour le passage des TGV Paris - Genève. La gare de Nantua n'est pas desservie. Aujourd'hui, la gare la plus proche se trouve à Montréal-la-Cluse mais les dessertes sont limitées à Bourg-en-Bresse et à la ligne Andelot-en-Montagne - Montréal-la-Cluse, le tronçon Montréal-la-Cluse - Bellegarde-sur-Valserine n'ayant pas été rouvert aux trains régionaux. La gare la plus proche desservie par le TGV est celle de Nurieux-Volognat.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune est située dans une cluse avec des falaises au nord et au sud et un lac à l'ouest. Cette caractéristique en fait une commune peu étendue et concentrée.

Logement[modifier | modifier le code]

Le nombre total de logements dans la commune est de 1 821[4]. Parmi ces logements, 87,6 % sont des résidences principales, 4,7 % sont des résidences secondaires et 7,7 % sont des logements vacants. Ces logements sont pour une part de 18,7 % des maisons individuelles, 77,5 % sont d'autre part des appartements et enfin seulement 3,8 % sont des logements d'un autre type. Le nombre d'habitants propriétaires de leur logement est de 29,4 %[4]. Ce qui est très inférieur à la moyenne nationale qui se monte à près de 55,3 %. En conséquence, le nombre de locataires est de 64,7 % sur l'ensemble des logements qui est inversement supérieur à la moyenne nationale qui est de 39,8 %[4]. On peut noter également que 5,9 % des habitants de la commune sont des personnes logées gratuitement alors qu'au niveau de l'ensemble de la France le pourcentage est de 4,9 %. Toujours sur l'ensemble des logements de la commune, 8,2 % sont des studios, 17,4 % sont des logements de deux pièces, 27,7 % en ont trois, 27 % des logements disposent de quatre pièces, et 19,7 % des logements ont cinq pièces ou plus[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La ville est nommée Nantoaci en 757[5]. Les formes varient ensuite de Natuadis en 817 (à corriger en Nantuadis d'après les autres formes)[5] à Nantuadenses en 829[6],[7] et Nantuacense en 885[5]. Les formes romanes se stabilisent autour du type Nantuas au XIIIe siècle[5].

Les spécialistes s'accordent pour considérer que le nom de la ville est construit sur le gaulois nanto ou nantu signifiant vallée (profonde ou encaissée) ou ravin[8]. Pierre-Henry Billy[5] explique les variations des formes anciennes par une alternance entre deux suffixes locatifs également d'origine gauloise, -ate ou -aco, considérés comme équivalents : une forme initiale *Nantuate ou *Nantoaco signifierait dans les deux cas le domaine du val.

Le racine nant- est à l'origine de plusieurs autres noms de localités en France commençant par Nant- ou Nanc- (voir toponymie de Nancy, qui provient d'un ancien Nanciaco, pour une discussion plus complète et d'autres exemples). Ces noms sont formés soit directement sur le terme nanto, soit sur le nom de personne attesté Nantios qui provient lui-même de nanto (Nantios pourrait être traduit en Duval). Ici, la topographie très typique du site de Nantua confirme parfaitement l'hypothèse basée sur les formes anciennes d'une formation directe sur nanto. On pourra aussi comparer avec le nom du peuple des Nantuates, Ceux-de-la-vallée, un des peuples celtes occupant le Valais actuel, dont le nom provient du Latin valle (vallée).

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville se forma autour d'un monastère de bénédictins, fondé en 671 par Saint Amand, et de l'église par laquelle le corps de Charles II le Chauve aurait transité. L'abbaye bénédictine édifiée au VIIIe siècle est ravagée par les Magyars. Au Xe siècle, elle est annexée à Cluny et, en 1100, elle devient un simple prieuré.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la région de Nantua se distingue par une résistance active à l’occupant nazi. En représailles, les Allemands organisent plusieurs rafles. Lors de celle du 14 décembre 1943, 150 hommes âgés entre 18 et 40 ans sont capturés et emmenés en déportation. Nantua est libérée en septembre 1944 par les troupes débarquées en Provence[9]. Pour l'action de ses habitants au cours de la guerre, la ville de Nantua a été décorée de la médaille de la Résistance française par le Général de Gaulle en 1947. Elle est titulaire de la croix de guerre 39-45. Le monument aux déportés situé sur les rives du lac, et un musée de la Résistance[10] rappellent l'action des maquis de l'Ain au cours de la guerre.

Un énorme rocher de 12 000 tonnes, la Colonne, qui menaçait un quartier de Nantua, fut dynamité le 8 août 1973[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de la commune est composé de 27 conseillers municipaux. L'exécutif est constitué du maire, Jean-Pierre Carminati[12], et de sept adjoints ayant chacun une charge définie[13]. Le 1er adjoint est chargé de la citoyenneté, de la sécurité, de la prévention de la délinquance et du personnel communal. On trouve ensuite un adjoint chargé de la vie culturelle et du tourisme. Il y a un adjoint chargé de la vie scolaire et de la santé. Il y a aussi un chargé des sports, de la vie associative, de l'action en faveur des jeunes et des animations festives, un chargé des finances, un autre des affaires économiques et de la vie des entreprises du commerce et de l'artisanat et enfin un chargé des travaux, de l'urbanisme et du développement durable. Enfin, les dix-neuf conseillers assistent au conseil municipal[14].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste de l'ensemble des maires qui se sont succédé à la mairie de la commune :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
données inconnues données inconnues Joseph Auguste Levrat   Né en 1852 et mort en 1936. Originaire de Charix[15].
Les données manquantes sont à compléter.
XIXe siècle - données inconnues   Jean Mercier[16]   Député, sénateur, président du conseil général
Les données manquantes sont à compléter.
1947 1953 Marius Mugnier    
1953 1967 Claudius Piron apparenté
Radical
Conseiller général
1967 1971 Louis Charbonneyriat    
1971 1975 Simon Pernod UDF Conseiller général
1975 1985 Louis Seigne-Martin    
1985 1999 Henri Gorju    
1999 2008 Gérard Maille DVD  
2008 en cours Jean-Pierre Carminati DVD Industriel
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune de Nantua est le siège d'un palais de justice, il s'agit d'un tribunal d'instance. L'édifice a été construit en 1840[17]. Il possède une façade de style néoclassique.

Nantua est une sous-préfecture du département de l'Ain. Les bureaux sont installés dans l'ancien couvent des sœurs augustines. L'édifice a été érigé en 1651[17].

Plusieurs autres institutions sont implantées dans la commune[18]. Il s'agit du Trésor public, du bureau du cadastre, du bureau des hypothèques, de l'inspection de l’Éducation nationale, de l'hôtel des Forêts mais également la bureau de la Communauté de communes Lac de Nantua.

La brigade et compagnie de gendarmerie et un centre de secours sont également présents.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Nantua est jumelée avec Brembilla en 2011 et 2012. C'est une volonté de la municipalité de Nantua. Un comité associatif de jumelage (CJBN) est créé en 2013[19].

L'arbre du jumelage, un tulipier de Virginie, est planté sur le rond-point de l'Europe près du lac, le 23 juin 2012, lors de la signature du serment, en guise de symbole d'amitié envers les habitants de Brembilla et de l'immigration italienne en général qu'a connu le Haut-Bugey avant, pendant et après le Seconde guerre mondiale.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 3 524 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 798 2 791 3 744 3 515 3 701 3 696 3 846 3 658 3 746
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 493 3 726 3 776 3 393 3 405 3 296 3 157 2 973 3 033
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 989 2 891 2 966 2 835 2 865 2 931 2 760 2 648 2 997
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
3 265 3 560 3 440 3 572 3 602 3 902 3 633 3 524 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2004[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (19,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,1 %, 15 à 29 ans = 21,5 %, 30 à 44 ans = 22,4 %, 45 à 59 ans = 16,1 %, plus de 60 ans = 16,9 %) ;
  • 51,6 % de femmes (0 à 14 ans = 19,8 %, 15 à 29 ans = 21,2 %, 30 à 44 ans = 19,1 %, 45 à 59 ans = 15,2 %, plus de 60 ans = 24,6 %).
Pyramide des âges à Nantua en 2007 en pourcentage[22]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
2,7 
5,8 
75 à 89 ans
12,7 
10,6 
60 à 74 ans
9,2 
16,1 
45 à 59 ans
15,2 
22,4 
30 à 44 ans
19,1 
21,5 
15 à 29 ans
21,2 
23,1 
0 à 14 ans
19,8 
Pyramide des âges du département de l'Ain en 2007 en pourcentage[23]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,0 
5,2 
75 à 89 ans
7,9 
12,0 
60 à 74 ans
12,3 
20,8 
45 à 59 ans
20,2 
22,5 
30 à 44 ans
22,0 
18,1 
15 à 29 ans
16,7 
21,2 
0 à 14 ans
19,8 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école maternelle[24] et d'une école primaire[25]. L'école maternelle accueille les enfants par classe d'âge dans cinq classes différentes. Environ 120 enfants y sont inscrits. L'école primaire propose neuf classes pour répartir les 200 enfants inscrits par niveau, du CP au CM2. Les services proposés dans ces écoles sont la cantine et les garderies du matin et du soir entre autres.

À cela s'ajoute une école privée, Sainte-Thérèse, dotée de sept classes et qui accueille en moyenne 180 enfants dont la moitié sont issus de la commune et le reste de communes voisines[25].

Après l'école élémentaire, les enfants peuvent s'inscrire au collège Xavier-Bichat situé dans la commune[26]. L'établissement a été rénové au début des années 2000 et permet l'accueil d'environ 350 jeunes.

Enfin, il existe deux lycées situés sur la commune[27].

Le lycée public est le lycée Xavier-Bichat, sa construction sur les bords du lac de Nantua date des années 1990. Il accueille environ 400 élèves et propose l'accession à plusieurs baccalauréats. Il existe une filière scientifique, une littéraire et une économique et sociale. À cela s'ajoutent des filière de CAP.

Il existe également un des deux sites du lycée professionnel privé rural de l’Ain[28], qui accueille environ 240 élèves par an.

Certains jeunes nantuatiens sont scolarisés aux lycées Paul-Painlevé à Oyonnax et Arbez-Carme à Bellignat.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

L’Office de Tourisme du Pays de Nantua – Haut-Bugey organise chaque année, dans le cadre de la Semaine du Goût (Octobre), la Fête de la Quenelle Sauce Nantua.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Rugby à XV
  • L'US Nantua-Port Rugby Haut-Bugey est un des moteurs de l'animation catholarde notamment avec ses célèbres stands. Le club a évolué en Fédérale 3. Ses stands ont toujours lieu la dernière semaine de juin et la 1re semaine de juillet. Le lieu de rendez-vous est la place d'Armes, au centre du village, entre la fontaine et la statue d'Alphonse Baudin mais aussi au pied de l'église.
  • L'US Nantua-Port Rugby Haut-Bugey a été finaliste du championnat de France Honneur en 2015.
Football
  • L'US Nantua créé en 1907, qui compte 3 catégories : les U9, les U11 et les U13.

Médias[modifier | modifier le code]

Le journal le Progrès propose une édition locale aux communes du Haut-Bugey. Il parait du lundi au dimanche et traite des faits divers, des évènement sportifs et culturels au niveau local, national, et international.

Le journal La Voix de l’Ain est un hebdomadaire qui propose des informations locales pour les différentes régions du département de l'Ain.

La chaîne France 3 Rhône Alpes Auvergne est disponible dans la région.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir les catégories : Naissance à Nantua et Décès à Nantua.

(par ordre chronologique de naissance)

Ci-dessous, la liste des prieurs de Saint-Pierre et Saint-Paul de Nantua[29] :

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Selon l'enquête de l'INSEE en 1999[30], les revenus moyens par ménage sont de l'ordre de 14 577 euros par an, alors que la moyenne nationale est de 15 027 euros par an. Il n'y a pas de redevables de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) à Nantua.

Emploi[modifier | modifier le code]

La population de Nantua se répartit à 46,5 % d'actifs, ce qui est légèrement supérieur au 45,2 % d'actifs de la moyenne nationale, 16 % de retraités, un chiffre inférieur au 18,2 % national. On dénombre également 24,2 % de jeunes scolarisés et 13,3 % d'autres personnes sans activité.

Le taux d'activité de la population des 20 à 59 ans de Nantua était de 84 %, avec un taux de chômage de 8,8 %, en 1999, donc bien inférieur à la moyenne nationale de 12,9 % de chômeurs.

Répartition des emplois par domaine d'activité

Agriculteurs Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Nantua 0,2 % 7,4 % 6,9 % 18,1 % 22,6 % 44,7 %
Moyenne nationale 2,4 % 6,4 % 12,1 % 22,1 % 29,9 % 27,1 %
Sources des données : INSEE[30]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

On dénombre, en 2004[31], 199 entreprises dont la majorité sont des commerces (51), des services aux particuliers (39), des services d'éducation - santé - action sociale (26) et des services aux entreprises (24).

Commerce[modifier | modifier le code]

Pour les entreprises de bouche, la commune de Nantua est dotée de deux boulangeries-pâtisseries, d'une rôtisserie, d'un boucherie, d'une sandwicherie, d'un primeur et d'un fabricant de quenelles[32].

En ce qui concerne l'artisanat, on trouve notamment un plâtrier-peintre et une marbrerie. Mais la commune dispose également de magasins de vêtements, d'une boutique d'esthétique, de deux salons de coiffure, d'une bijouterie, d'une mercerie et d'un fleuriste entre autres.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Clocher de l'abbatiale Saint-Michel de Nantua.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments civils[modifier | modifier le code]

  • Le monument aux déportés de l'Ain est situé sur les bords du lac
  • Monument à Alphonse Baudin
  • Nantua est surplombée par un viaduc de l'A40 qui débouche sur le tunnel de Chamoise à 76 m de hauteur. Il est renommé pour les bouchons qui s'y provoquaient en période de chassé-croisé hivernal avant le doublement des voies en 1995 ; travaux qui n'ont pas résolu le problème aujourd'hui encore.

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Michel fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [33]. Il s'agit d'une église romane clunisienne qui abrite un tableau d'Eugène Delacroix : Le martyre de Saint-Sébastien.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le Retord en hiver.
  • Le lac de Nantua.
  • Le plateau de Retord, au-dessus de Nantua et se prolongeant jusqu'à Bellegarde-sur-Valserine ; des paysages grandioses où plusieurs films ont été tournés en décor naturel, mais également un lieu destiné à la pratique du ski, essentiellement de randonnée.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

La sauce Nantua, à base de beurre d'écrevisse, accompagne parfaitement les quenelles de poisson. À Nantua, les quenelles sont fabriquées avec un minimum de 22 % de chair de brochet[34]. Les écrevisses qui entraient dans la conception de cette sauce provenaient de l'abondance, autrefois, de ces crustacés dans les rivières et lac de Nantua. Le beurre était élaboré avec les déchets de carapace qui était cuite, pilée et filtrée.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Le musée de la résistance et de la déportation de l'Ain et du Haut-Jura présente plus de 15 000 objets dans une muséographie vivante et moderne. C'est l'un des fonds les plus riches de France sur la Seconde Guerre mondiale.

Le musée a été créé par l'association des Amis du Musée fin 1983, dans l'ancienne prison de la ville datant du milieu du XIXème. Après les travaux effectués par quelques anciens résistants et déportés bénévoles et les nombreux dons reçus, la première muséographie mise en place, le musée ouvrit ses portes le vendredi 12 août 1985. Il fut inauguré le 18 octobre 1986 par le général Simon, alors Chancelier de l'ordre de la libération, Jacques Boyon, secrétaire d'État à la Défense, Henri Gorju, maire de Nantua et Pierre Mercier, Président des Amis du Musée.

L'association le géra jusqu'en 1990, ensuite la ville de Nantua jusqu'à fin 2003, actuellement le Conseil général de l'Ain. Contrôlé en 1992, il reçut le label "Musée de France" en 2003.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des communes de l'Ain.


Armes de Nantua

Les armes de Nantua se blasonnent ainsi[35] : D'or à une truite d'azur, soutenue de trois burelles ondée du même, au chef de gueules chargé d'une croisette d'argent.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé des habitants de la commune de Nantua sur le site habitants.fr.
  2. « Guide du Nouvel Arrivant. Bienvenue au pays de Nantua 2013. », office du tourisme du pays de Nantua,‎ .
  3. Plan de la commune, sur nantua.fr
  4. a, b, c et d Données INSEE compulsées par Linternaute - Logement à Nantua.
  5. a, b, c, d et e Pierre-Henri Billy, Dictionnaire des noms de lieux de la France, éditions Errance, , 639 p. (ISBN 978-2-87772-449-4), p. 394.
  6. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989, page 488.
  7. Xavier Delamarre, Noms de lieux celtiques de l'Europe ancienne, éditions Errance, , 383 p. (ISBN 978-2-87772-483-8), page 203.
  8. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, éditions Errance, , 440 p. (ISBN 978-2-87772-237-7), p. 230.
  9. Stéphane Simonnet, Atlas de la Libération de la France, éd. Autrement, Paris, 1994, réimp. 2004 (ISBN 2-7467-0495-1) , p 35
  10. Site officiel de la mairie de Nantua -.
  11. université Lyon 2 géologie: dynamitage du rocher "la Colonne".
  12. Site officiel de la mairie de Nantua - Le maire.
  13. Site officiel de la mairie de Nantua - Listes des adjoints.
  14. Site officiel de la mairie de Nantua - Liste des conseillers.
  15. Ouvrage collectif, Richesses touristiques et archéologiques du canton de Nantua, , 336 p. (ISBN 2-907656-21-X), p. 147.
  16. Fiche de Jean Mercier sur le site du Sénat.
  17. a et b Description de la commune de Nantua sur le « site quid.fr » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  18. Les institutions de la commune, sur nantua.fr
  19. Journal officiel du 16 02 2013
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2008, 2013.
  22. « Évolution et structure de la population à Nantua en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 novembre 2010).
  23. « Résultats du recensement de la population de l'Ain en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 novembre 2010).
  24. L'école maternelle de la commune de Nantua, sur nantua.fr
  25. a et b Les écoles de la commune de Nantua, sur nantua.fr
  26. Le collège Xavier-Bichat, sur nantua.fr
  27. Les lycées de Nantua, sur nantua.fr
  28. Lycée professionnel de Nantua, sur lppr01.com
  29. Source : Gallia Christiana
  30. a et b Données démographiques d'après l'INSEE compulsées par linternaute.
  31. Entreprises, sur linternaute.com
  32. Les commerces, sur nantua-tourisme.com
  33. « Notice no PA00116440 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  34. Les quenelles à la sauce Nantua, sur nantua-tourisme.com
  35. Blason de Nantua, sur labanquedublason2.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir la catégorie : Nantua.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Debombourg, Histoire de l'Abbaye et de la ville de Nantua, Le Livre d'Histoire - Lorisse, coll. « Monographies des villes et villages de France », , 414 p. (ISBN 2-84178-126-7)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]