Janvry (Essonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Janvry
Janvry (Essonne)
L’hôtel de ville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Palaiseau
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Limours
Maire
Mandat
Christian Schoettl
2020-2026
Code postal 91640
Code commune 91319
Démographie
Gentilé Janvryssois
Population
municipale
636 hab. (2018 en augmentation de 2,58 % par rapport à 2013)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 38′ 49″ nord, 2° 09′ 23″ est
Altitude Min. 113 m
Max. 172 m
Superficie 8,24 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Dourdan
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Janvry
Géolocalisation sur la carte : Essonne
Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Janvry
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Janvry
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Janvry
Liens
Site web [1]

Janvry (prononcé [ ʒɑ̃vʁi] Écouter) est une commune française située à vingt-huit kilomètres au sud-ouest de Paris dans le département de l’Essonne en région Île-de-France.

Petit village du Hurepoix, intégré au parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse, Janvry est réputé localement pour les activités du comité des fêtes, dont le fameux[réf. nécessaire] Marché de Noël, la plage et la piste de ski, pour son château inscrit aux monuments historiques, demeure privée ouverte à la chasse et pour le vaste golf de Marivaux.

Ses habitants sont appelés les Janvryssois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Position de Janvry en Essonne.

Janvry est située au nord-ouest du département de l’Essonne, dans l’ancien pays, aujourd’hui devenu la région naturelle du Hurepoix.

La commune occupe un territoire de huit cent vingt-quatre hectares.

L’institut national de l'information géographique et forestière attribue les coordonnées géographiques 48°38’53" Nord et 02°09’15" Est au point central de ce territoire[2].

Janvry est située à vingt-huit kilomètres au sud-ouest de Paris-Notre-Dame, point zéro des routes de France, vingt et un kilomètres à l’ouest d’Évry, dix kilomètres au sud-ouest de Palaiseau, neuf kilomètres à l’ouest de Montlhéry, dix kilomètres au nord-ouest d’Arpajon, dix-sept kilomètres au nord-est de Dourdan, vingt-trois kilomètres au nord-ouest de La Ferté-Alais, vingt-quatre kilomètres au nord-ouest de Corbeil-Essonnes, vingt-quatre kilomètres au nord d’Étampes, trente-six kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt. Elle est par ailleurs située à cent quarante-deux kilomètres au sud-ouest de Janvry dans la Marne.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Janvry est traversé au nord par le cours de la rivière la Salmouille, qui marque la frontière avec Gometz-le-Châtel et accueille la source de la Charmoise au lieu-dit Mulleron. Plusieurs mares sont réparties au lieu-dit Marivaux dont la mare de la Tournelle, dans le bois de Montmarre et au lieu-dit La Brosse. Le château communal est partiellement entouré de douves dont la moitié sud est inondée.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est installé sur le plateau sud du Hurepoix, dominant la vallée de la Salmouille. Il s’étage entre une altitude minimale de cent treize mètres au nord-ouest à proximité du lit de la rivière et une altitude maximale de cent soixante-douze mètres au sud à proximité du lieu-dit Mulleron, où se trouve un repère géodésique[3]. Un autre repère se trouve en bordure de la voie ferrée à une altitude approximative de cent cinquante-deux mètres[4]. Le sous-sol, caractéristique du bassin parisien, est constitué de couches successives de sable, d’argile, de marne et de calcaire[5].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune de Janvry est séparée de Gometz-le-Châtel au nord par le cours de la rivière la Salmouille, au nord-est se trouve le village de Saint-Jean-de-Beauregard, à l’est passe à travers la plaine du Déluge la frontière avec Marcoussis, au sud-est et au sud se trouve Fontenay-lès-Briis. Au sud-ouest et à l’ouest, la route d’Invilliers matérialise une partie de la frontière avec Briis-sous-Forges et au nord-ouest la route de Janvry matérialise en partie la frontière avec Gometz-la-Ville.

Climat[modifier | modifier le code]

Janvry, située en Île-de-France, bénéficie d’un climat océanique dégradé, caractérisé par des hivers frais, des étés doux et des précipitations également réparties sur l’année. Les températures moyennes relevées à la station départementale de Brétigny-sur-Orge s’élèvent à 10,8 °C avec des moyennes maximales et minimales de 15,2 °C et 6,4 °C. Les températures réelles maximales et minimales relevées sont de 24,5 °C en juillet et 0,7 °C en janvier, avec des records établis à 38,2 °C le et −19,6 °C le .

La situation en grande banlieue de la commune entraîne une moindre densité urbaine et une différence négative de un à deux degrés Celsius avec Paris. De même, la présence de rivières et de champs cause la formation de brumes et brouillards qui grèvent l’ensoleillement, établi à 1 798 heures annuellement, soit cinquante de moins que la capitale. Avec 598,3 millimètres de précipitations cumulées sur l’année et une répartition approximative de cinquante millimètres par mois, la commune est arrosée dans les mêmes proportions que les autres régions du nord de la Loire.

Données climatiques à Janvry.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[6],[7].


Transports et déplacements[modifier | modifier le code]

Le territoire de Janvry est traversé du nord au sud par l’autoroute A10, dotée sur ce territoire d’une aire de repos et de service autoroutière et en parallèle de l’axe routier, par la voie ferrée de la LGV Atlantique, pour partie enterrée sous l’aire de repos.

Le village est au point d’intersection de la route départementale 24 entre Limours et Marcoussis et de la route départementale 40 menant à Gometz-la-Ville.

En 2012, la commune est desservie par la ligne 39.15 du réseau de la compagnie Savac menant à la gare autoroutière de Briis-sous-Forges[8]. Cette compagnie assure aussi les transports scolaires avec les lignes 39.28D[9], 39.29-1[10] et 39.30D[11].

Le sentier de grande randonnée de Pays du Hurepoix, qui relie la vallée de la Bièvre, à celle de l’Essonne, via l’Yvette, l’Orge, et la Juine passe par la commune.

La commune est située à dix-sept kilomètres au sud-ouest de l’aéroport Paris-Orly et cinquante kilomètres au sud-ouest de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle.

Le nom de la commune est utilisé pour la dénomination d’une aire de repos sur l’autoroute A10, l’aire de Limours—Janvry dans le sens Paris-Province située au point kilométrique 5.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Janvry est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[12],[13],[14].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[15],[16].

Plus de 80 % du territoire communal a conservé un caractère rural, principalement de grande culture et espaces boisés, seulement 7 % des espaces relèvent d’un espace urbanisé et construit, principalement dans le centre du village.

Habitat[modifier | modifier le code]

En 2010, aucun logement à caractère HLM n’était implanté dans la commune[17], la commune n’étant cependant pas obligée par la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains.

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Occupation des sols en 2008.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 7,2 % 60,12
Espace urbain non construit 11,8 % 98,17
Espace rural 80,9 % 672,51
Source : Iaurif-MOS 2008[18]

Outre le bourg principal, composé de pavillons et fermes groupés autour du château, de l’église et de l’hôtel de ville, la commune de Janvry est constituée de plusieurs hameaux dont Mulleron à l’extrême sud, pour partie partagé avec la commune voisine de Briis-sous-Forges, Chante-Coq à l’ouest, lui aussi partagé avec cette commune, La Brosse au nord à la frontière avec Gometz-la-Ville, Marivaux à l’est, qui a donné son nom à un terrain de golf. Divers lieux-dits sont répartis sur le territoire avec, du nord au sud, les Terres rouges, les Graviers, Champréau, les Melonnières, le Chemin perdu, Jouvence, le Clos des vignes.

Environnement[modifier | modifier le code]

Janvry fait partie du parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse[19].

Certaines parties de son territoire sont qualifiés d'espaces naturels sensibles répertoriés par le conseil général : au nord, la vallée boisée de la Salmouille et jusqu’en bordure du village, au sud dans la partie boisée occupée par le golf de Marivaux, ces deux espaces faisant l’objet d’une préemption de la commune[20].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Genveriæ au XIIIe siècle, Genvries, Genvris[21], Genverris vers 1100[22], genvery en 1380, Genvry, Janveriacum en 1473, Januariacum[21] .

L’origine du nom de la commune provient de la présence abondante sur le site de genévrier[23]. La commune fut créée en 1793 sous le nom de Janvris, l’orthographe actuelle fut introduite par le bulletin des lois de 1801[24].

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte de la région de Janvrys au XVIIe siècle par Cassini.

La première mention du village constitué autour d’une paroisse remonte, comme pour les hameaux de Mulleron et La Brosse, à 1142. Ll constituent alors des fiefs de la châtellenie de Montlhéry sous le règne de Philippe Auguste[25].

Au XVe siècle, la seigneurie est successivement propriété de Marguerite de Bruyères puis de Thomas de Voisins, chambellan de harles VI, tous deux vassaux du seigneur de Buc. En 1422, la seigneurie est occupée et revient à David de Brimeu, chambellan du duc de Bourgogne. En 1457, la seigneurie échoit à la famille de la Rochette.

En 1558, la seigneurie est la propriété de la famille de Baillon[25], qui engage en 1560 la construction d’un logis seigneurial[26]. En 1574 on recense un moulin à vent[26].

En 1632, la seigneurie est vendue à Charles Bequet de Cormon[27].

En 1639 est reconstruite l’église Notre-Dame-du-Mont-Carmel[25]. En 1650, le duc d’Orléans, frère de Louis XIII attribue la seigneurie de Janvry, toujours dépendante de Montlhéry, au conseiller au Parlement de Paris Michel Ferrand de Beaufort[25].

En 1693, le roi Louis XIII ayant acquis le domaine de Versailles dont dépend celui de Buc, la seigneurie de Janvry relevait indirectement du domaine royal[28]. En 1714, le domaine, nouvelle propriété de Gérard Heutsch, est modifié par la plantation de l’avenue face au château. Il légue le domaine au duc d’Ayen, Louis de Noailles, qui le revend en 1766 à l’écuyer André Haudry[28].

En 1806, lors de la Révolution française, le domaine est cédé à un bourgeois parisien, Claude Anjorrant[28].

Par mariages et successions, le domaine de Janvry revient à Alexandrine du Cambout, sa fille se mariant avec le baron André Reille, père des actuels propriétaires du château[29].

Au XIXe siècle, la commune se dote de puits à eau pour pallier le manque sur le plateau, dont un à Mulleron en 1898[30], d’une mairie-école en 1869[25].

Les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

Il existe au XIIIe siècle au lieu-dit Le Déluge une commanderie hospitalière de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem[31].

Le membre de Marivaux, du ressort de Janvry, appartient aux Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem qui lui fut vendu en 1749 par André Haudry seigneur de Soucy[32]. Il faisait partie de la Commanderie du Déluge.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[33], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département de l'Essonne et à son arrondissement de Palaiseau, après un transfert administratif effectif au .

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Limours[24]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au canton de Dourdan.

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la quatrième circonscription de l'Essonne.

Les justiciables de la commune dépendent du tribunal d’instance de Palaiseau, du tribunal de grande instance et du tribunal de commerce d’Évry, du conseil de prud’hommes de Longjumeau et de la cour d'appel de Paris[34]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du pays de Limours (CCPL), créée en 2001 et qui succédait au district rural du canton de Limours créé le 9 novembre 1964.

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

L’analyse des derniers résultats électoraux enregistrés à Janvry montre une certaine tendance au vote à droite, parfois à contre-courant des résultats nationaux, comme en 2002 où les candidats de droite à l’élection présidentielle et à l'élection législative l’emportèrent dans la commune avec respectivement plus de 84 % et plus de 60 % des suffrages, en 2004 lors des élections régionales où la liste UMP de Jean-François Copé arriva en tête dans la commune mais fut battue dans la région Île-de-France, en 2007 où les candidats Nicolas Sarkozy pour la présidentielle et Nathalie Kosciusko-Morizet pour la législative l’emportèrent chacun avec plus de 60 % des voix. En 2008, le maire et conseiller général sortant fut largement réélu, notamment avec près de 80 % des voix dans la commune. En 2010, la candidate UMP pour les élections régionales Valérie Pécresse remporta virtuellement l’élection dans la commune avec plus de 60 % des voix alors que le reste de la région plaçait le candidat socialiste Jean-Paul Huchon en tête. Enfin en 2012 encore, les candidats de droite l’emportèrent auprès des électeurs de Janvry, contrairement au reste du pays.

Élections présidentielles

résultats des deuxièmes tours :

Élections législatives

Résultats des deuxièmes tours :

Élections européennes

résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales

Résultats des deux meilleurs scores :

Élections cantonales et départementales

Résultats des deuxièmes tours :

Élections municipales

Compte tenu de la taille de la commune, son conseil municipal est élu au scrutin majoritaire plurinominal. De ce fait, l'indication des deux élus ayant remporté le plus de suffrages n'est pas significative.

Référendums

Politique locale[modifier | modifier le code]

Lors des élections municipales de 2020 dans l'Essonne, le conseil municipal a été constitué dès le premier tour du scrutin, avec 473 inscrits, 240 votants, 228 suffrages exprimés et 12 blancs et nuls[53].

En pleine pandémie de maladie à coronavirus de 2019-2020, et durant la période de confinement de la population ordonnée par le gouvernement, alors que celui-ci avait communiqué sa décision de reporter l'élection des maires au-delà de cette période, le maire sortant, Christian Schoettl, a néanmoins pris la décision de convoquer le nouveau conseil municipal le samedi . Lors de cette séance, il a été réélu maire de Janvry pour la mandature 2020-2026[54],[55].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[56].
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 En cours
(au 22 mars 2020)
Christian Schoettl[57] NC Antiquaire
Conseiller général de Limours (1994 → 2009)
Réélu pour le mandat 2020-2026[55]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Janvry n'a développé aucune association de jumelage.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[58]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[59].

En 2018, la commune comptait 636 habitants[Note 3], en augmentation de 2,58 % par rapport à 2013 (Essonne : +3,41 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
335299306271367369383342345
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
363385411399394397417396400
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
406394419373365327326283307
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
327302459432487530605594637
2018 - - - - - - - -
636--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[60].)
Histogramme de l'évolution démographique

L’évolution démographique de Janvry est caractéristique de celle d’un village rural, avec trois cent trente-cinq habitants comptabilisés lors du premier recensement des personnes en 1793, suivi d’un développement chaotique avec une chute à deux cent soixante et onze habitants en 1821, année du plus bas niveau démographique, plus de trois cent quatre-vingts habitants en 1841, chiffre quasiment égal vingt ans plus tard malgré une chute intermédiaire, le seuil des quatre cents habitants franchi au début du XXe siècle avant une nouvelle chute consécutive à la Première Guerre mondiale, chute répétée en 1946 après la Seconde Guerre mondiale pour n’atteindre que deux cent quatre-vingt-trois résidents permanents.

S’ensuivit une progression lente et régulière à partir des années 1950 pour atteindre le pic démographique de six cent vingt-six habitants en 2006 avant une nouvelle baisse relevée lors des derniers recensements.

Avec seulement 1,7 % d’étrangers dans la commune en 1999[61], l’immigration compte pour une part marginale dans le développement démographique de la commune.

Pyramide des âges en 2009

L’analyse comparée des pyramides des âges de Janvry et du département de l’Essonne montre une certaine disparité dans la répartition de la population par tranches d’âges. Ainsi, dans la commune, les populations jeunes sont moins représentées, notamment les habitants entre quinze et vingt-neuf ans, à l’inverse, les résidents entre trente et quarante-quatre ans et plus encore entre quarante-cinq et cinquante-neuf ans sont très nettement plus présents. Au-delà de soixante ans, la répartition retrouve une certaine cohérence entre les deux territoires. En 1999, les jeunes de moins de vingt-cinq ans représentaient tout de même 32,6 % de la population municipale[62].

Pyramide des âges à Janvry en 2009 en pourcentages[63].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,0 
3,9 
75 à 89 ans
4,5 
12,0 
60 à 74 ans
12,2 
27,6 
45 à 59 ans
24,1 
23,0 
30 à 44 ans
21,5 
13,8 
15 à 29 ans
13,2 
19,4 
0 à 14 ans
23,5 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[64].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de Janvry sont rattachés à l’académie de Versailles.

La commune dispose en 2010 d’une école primaire publique[65].

Les élèves sont ensuite orientés vers le collège Jean Monnet à Briis-sous-Forges et le lycée Jules Verne à Limours.

Hors périodes scolaires, les enfants sont pris en charge par le centre de loisirs intercommunal de Soucy à Fontenay-lès-Briis[66].

Sports[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune dispose sur son territoire d’un terrain de tennis et d’un vaste parcours de golf[67].

L’association sportive de Janvry organise des cours de tennis et gymnastique. Dans le domaine du château de Janvry sont organisées des chasses et des ball-traps.[68].

Santé[modifier | modifier le code]

Une infirmière libérale est installée dans la commune.

Autres services publics[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose pas d'implantations de service public autres que locaux. Sa sécurité est assurée par la brigade de gendarmerie et du centre de secours de Limours.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Janvry est connu pour être un village à part[C'est-à-dire ?][69] et propose un certain nombre d'événements tout au long de l'année.

Depuis 2009, lorsque l'hiver est suffisamment froid, une station de ski nommée Janvoriaz est installée sur la commune[69]. La commune a en effet acheté un canon à neige et installe une piste de 90 mètres par 400 mètres[70] quand le temps permet de faire fonctionner le canon. La dernière édition en 2018 a accueilli 4 000 skieurs.

Durant les deux mois d'été, la petite ferme de Janvry est aménagée avec du sable, des palmiers et une buvette pour l'opération Janvry Plage[71].

Durant les fêtes de fin d'année, Janvry organise le marché de noël, troisième en île-de-France[72]. Il reçoit 70 000 visiteurs et accueille 96 artisans[73].

Toute l'année le parc animalier permet d'observer des animaux courants sous ces latitudes et d'autres plus exotiques comme des lamas, un watusi, des dromadaires et un wallaby blanc[74].

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

L’église Notre-Dame-du-Mont-Carmel.

La paroisse catholique de Janvry est rattachée au secteur pastoral de Limours et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l’église Notre-Dame-du-Mont-Carmel[75].

Médias[modifier | modifier le code]

L’hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d’émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune de Janvry est rattachée au bassin d'emploi d’Orsay, qui compte vingt-cinq communes et en 1999 125 975 habitants, les résidents de Janvry représentant alors 0,42 % de la population totale.

L’agriculture reste la principale activité économique sur le territoire communal avec en 2000 quatre exploitations subsistant, exploitant quatre cent soixante hectares de culture dont près de deux cent quatre-vingts de grande culture céréalière.

En 2011, trente-deux entreprises sont actives sur le territoire communal dont vingt-sept dans le secteur tertiaire, offrant en 2009 plus de cent dix emplois. Cependant, cette même année, le taux de chômage atteignait 6,7 % de la population active de la commune et près de 90 % des habitants travaillent dans une autre commune[76].

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

Le niveau de vie des habitants étaient en 2009 relativement élevé avec peu de disparité : seulement un quart de la population n’est pas assujetti à l’impôt sur le revenu et le revenu net moyen des résidents s’éleve à 42 953 . Plus de 85 % des habitants sont alors propriétaires de leur logement, une maison individuelle dans plus de 90 % des cas[76]. En 2006, le revenu fiscal médian par ménage est de 25 438 , ce qui place la commune au 359e rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages que compte alors le pays et au trente-et-unième rang départemental[77].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Janvry - - - - - -
Zone d’emploi d’Orsay 0,2 % 3,7 % 36,2 % 26,2 % 21,4 % 12,3 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Janvry - - - - - -
Zone d’emploi d’Orsay 1,0 % 13,4 % 3,8 % 18,1 % 30,5 % 5,4 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[78],[79],[80]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Janvry :

Janvry dans les arts[modifier | modifier le code]

En , Janvry représente la région Île-de-France dans l'émission de Stéphane Bern, le Village Préféré des français sur France 2.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Janvry

La commune de Janvry ne dispose pas de blason.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes de l'Essonne - tome 2, Paris, Editions Flohic, , 1053 p. (ISBN 2-84234-126-0), « Janvry », p. 539–541
  • Eugène Mannier, Les commanderies du grand prieuré de France d'après les documents inédits conservés aux archives nationales à Paris, Paris, (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 02/04/2009.
  2. Fiche de Janvry sur le site lion1906.com Consulté le 14/10/2012.
  3. Fiche du repère géodésique 91319B sur le site de l’Ign. Consulté le 07/10/2012.
  4. Fiche du repère géodésique 9131901 sur le site de l’Ign. Consulté le 07/10/2012.
  5. %2FP Fiche géologique de Janvry sur le site du Brgm. Consulté le 07/10/2012.
  6. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté le ).
  7. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté le ).
  8. Fiche de la ligne 39.15 du réseau de bus Savac sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 13/10/2012.
  9. Fiche de la ligne 39.28D du réseau de bus Savac sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 13/10/2012.
  10. Fiche de la ligne 39.29-1 du réseau de bus Savac sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 13/10/2012.
  11. Fiche de la ligne 39.30D du réseau de bus Savac sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 13/10/2012.
  12. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  14. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  16. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  17. « Répartition du patrimoine HLM par commune et par bailleur en Essonne sur le site l’Aorif. »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 14/10/2012.
  18. Fiche communale d’occupation des sols en 2008 sur le site de l’Iaurif. Consulté le 11/11/2010.
  19. Plan du parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse sur le site officiel du groupement. Consulté le 03/11/2012.
  20. Carte des espaces naturels sensibles de Janvry sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 03/2019.
  21. a et b Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  22. Noms de lieu d'Île-de-France – M. Mulon – 1997
  23. « Fiche de Janvry sur le site du Quid. »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 09/03/2010.
  24. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. a b c d et e Fiche de Janvry sur le site topic-topos.com Consulté le 03/11/2012.
  26. a et b Chronique des seigneurs de Janvry 2 sur le site d’histoire locale du Vieux Marcoussis. Consulté le 04/11/2012.
  27. Chronique des seigneurs de Janvry 5 sur le site d’histoire locale du Vieux Marcoussis. Consulté le 04/11/2012.
  28. a b et c Chronique des seigneurs de Janvry 9 sur le site d’histoire locale du Vieux Marcoussis. Consulté le 04/11/2012.
  29. Chronique des seigneurs de Janvry 10 sur le site d’histoire locale Vieux Marcoussis. Consulté le 04/11/2012.
  30. Fiche de la pompe à eau de Janvry-Mulleron sur le site topic-topos.com Consulté le 03/11/2012.
  31. Histoire de la commanderie hospitalière du Déluge sur le site d’histoire locale du Vieux Marcoussis. Consulté le 04/11/2012.
  32. Mannier (1872) p. 43
  33. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  34. Organisation juridictionnelle sur le site du ministère de la Justice. Consulté le 27/10/2012.
  35. Résultats de l’élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 30/07/2009.
  36. Résultats de l’élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 30/07/2009.
  37. Résultats de l’élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 08/05/2012.
  38. Résultats de l’élection présidentielle 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 17/07/2020.
  39. Résultats de l’élection législative 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 30/07/2009.
  40. Résultats de l’élection législative 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 30/07/2009.
  41. Résultats de l’élection législative 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 21/06/2012.
  42. Résultats de l’élection législative 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 17/07/2020.
  43. Résultats de l’élection européenne 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 30/07/2009.
  44. Résultats de l’élection européenne 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 30/07/2009.
  45. Résultats de l’élection européenne 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 17/07/2020.
  46. Résultats de l’élection européenne 2019 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 17/07/2020.
  47. Résultats de l’élection régionale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 30/07/2009.
  48. Résultats de l’élection régionale 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 30/03/2010.
  49. Résultats de l’élection régionale 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 30/03/2010.
  50. Résultats de l’élection cantonale 2008 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 10/03/2008.
  51. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 30/07/2009.
  52. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 30/07/2009.
  53. « Résultats municipales 2020 Janvry », Élections, sur http://www.leparisien.fr/, (consulté le ).
  54. Cécile Chevallier, « Reporter les conseils municipaux, une injure à la démocratie », estime un maire de l’Essonne : Christian Schoettl, maire (les Centristes) de Janvry depuis 1989, et réélu au 1er tour le 15 mars, s’indigne contre le report des conseils municipaux d’installation des maires décidé en raison de la pandémie de Covid-19 », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  55. a et b Cécile Chevallier, « Coronavirus : un maire de l’Essonne ignore les consignes et réunit son conseil municipal : Les élus de Janvry se sont réunis samedi, malgré l’annonce du report des conseils municipaux. Une autre commune en France, Simiane-Collongue (Bouches-du-Rhône), a également fait ce choix, en plein confinement », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  56. Liste des maires successifs sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 27/05/2009.
  57. Nolwenn Cosson, « Municipales à Janvry : Christian Schoettl, le maire qui bouscule les codes : Cette semaine, nous faisons les portraits de maires atypiques en Essonne. Zoom sur Christian Schoettl (Centristes). À la tête de Janvry depuis 1989, il a transformé son village pour en faire un monde à part et attirer les visiteurs. Il se représente cette année », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  58. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  59. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  60. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  61. Tableau statistique de Janvry sur le site de la mission interministérielle à la ville. Consulté le 14/10/2012.
  62. Tableaux statistiques de Janvry sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 14/10/2012.
  63. Pyramide des âges à Janvry en 2009 sur le site de l’Insee. Consulté le 02/08/2012.
  64. Pyramide des âges de l’Essonne en 2008 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  65. Liste des écoles du département sur le site de l’Inspection académique de l’Essonne. Consulté le 14/09/2010.
  66. Présentation du centre de loisirs intercommunal sur le site officiel de la communauté de communes du Pays de Limours. Consulté le 18/11/2012.
  67. Site officiel du golf de Marivaux. Consulté le 28/10/2012.
  68. Présentation des chasses au domaine de Janvry sur le site officiel du château de Janvry. Consulté le 04/11/2012.
  69. a et b « Essonne : Janvry, le village aux mille facettes », sur Essonne Info | Site d'actualité et d'information en Essonne (consulté le ).
  70. « Janvry prépare l’ouverture de sa piste de ski », sur leparisien.fr (consulté le ).
  71. « Farniente à la Petite ferme de Janvry », sur leparisien.fr (consulté le ).
  72. « Essonne : A la découverte du marché de noël de Janvry », sur Essonne Info | Site d'actualité et d'information en Essonne (consulté le ).
  73. « Janvry : plus de 70 000 visiteurs au marché de Noël », sur leparisien.fr (consulté le ).
  74. « DSK le wallaby débarque au zoo de Janvry », sur leparisien.fr (consulté le ).
  75. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse. Consulté le 11/11/2009.
  76. a et b Dossier statistique communal sur le site de l’Insee. Consulté le 01/11/2012.
  77. « Résumé statistique national sur le site de l’Insee. »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 26/10/2009.
  78. « %5CCOM%5CDL_COM91319.pdf Rapport statistique communal sur le site de l’Insee. »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 31/05/2010.
  79. « %5CDL_ZE19901143.pdf Rapport statistique de la zone d’emploi d’Orsay sur le site de l’Insee. »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 30/05/2010.
  80. Rapport statistique national sur le site de l’Insee. Consulté le 05/07/2009.
  81. Notice no PA00087927, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 09/03/2010
  82. Fiche du château de Janvry sur le site topic-topos.com Consulté le 03/11/2012.
  83. Fiche de la halle de chargement sur le site topic-topos.com Consulté le 03/11/2012.
  84. Fiche de l’église Notre-Dame-du-Mont-Carmel sur le site topic-topos.com Consulté le 03/11/2012.
  85. Fiche de l’église Notre-Dame-du-Mont-Carmel sur le site officiel du diocèse d’Évry-Corbeil-Essonnes. Consulté le 03/11/2012.
  86. Fiche de l’école-mairie sur le site topic-topos.com Consulté le 03/11/2012.
  87. Fiche de la maison dite La Chanson sur le site topic-topos.com Consulté le 03/11/2012.
  88. Fiche du centre d’art international sur le site topic-topos. Consulté le 03/11/2012.