Gometz-la-Ville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gometz-la-Ville
Gometz-la-Ville
La mairie.
Blason de Gometz-la-Ville
Blason
Gometz-la-Ville
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Palaiseau
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Limours
Maire
Mandat
Edwige Huot Marchand
2020-2026
Code postal 91400
Code commune 91274
Démographie
Gentilé Gometziens
Population
municipale
1 506 hab. (2021 en augmentation de 2,59 % par rapport à 2015)
Densité 153 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ 18″ nord, 2° 07′ 31″ est
Altitude Min. 92 m
Max. 176 m
Superficie 9,86 km2
Type Commune urbaine
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Gif-sur-Yvette
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Gometz-la-Ville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Gometz-la-Ville
Géolocalisation sur la carte : Essonne
Voir sur la carte topographique de l'Essonne
Gometz-la-Ville
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
Gometz-la-Ville
Liens
Site web mairie-gometzlaville.fr

Gometz-la-Ville[1] (prononcé [ɡomɛs la vil] Écouter) est une commune française située à vingt-six kilomètres au sud-ouest de Paris dans le département de l'Essonne en région Île-de-France. Elle est également située dans le périmètre du parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse.

Ses habitants sont appelés les Gometziens[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Position de Gometz-la-Ville en Essonne.
Occupation des sols.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 6,4 % 61,65
Espace urbain non construit 1,4 % 13,39
Espace rural 92,2 % 890,76
Source : Iaurif[3]

La commune est située sur le plateau du Hurepoix.

Gometz-la-Ville est située à 26 kilomètres au sud-ouest de Paris-Notre-Dame[4], point zéro des routes de France, 24 kilomètres au nord-ouest d'Évry[5], neuf kilomètres au sud-ouest de Palaiseau[6], 11 kilomètres au nord-ouest de Montlhéry[7], 13 kilomètres au nord-ouest d'Arpajon[8], dix-huit kilomètres au nord-est de Dourdan[9], 26 kilomètres au nord-ouest de La Ferté-Alais[10], 27 kilomètres au nord-ouest d'Étampes[11], 27 kilomètres au nord-ouest de Corbeil-Essonnes[12], 39 kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt[13]. Elle est par ailleurs située à un kilomètres à l'est de son homonyme Gometz-le-Châtel[14].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Gometz-la-Ville est arrosée par la Salmouille.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[15]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Sud-ouest du bassin Parisien, caractérisée par une faible pluviométrie, notamment au printemps (120 à 150 mm) et un hiver froid (3,5 °C)[16].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,7 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,2 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 675 mm, avec 11,2 jours de précipitations en janvier et 7,9 jours en juillet[15]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Gometz-le-Châtel à 1 km à vol d'oiseau[17], est de 11,3 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 734,7 mm[18],[19]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[20].

Statistiques 1991-2020 et records GOMETZ-LE-CHAT. (91) - alt : 159m, lat : 48°40'36"N, lon : 2°08'08"E
Records établis sur la période du 01-01-1964 au 03-12-2023
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,5 1,3 3,4 5,3 8,6 11,6 13,4 13,2 10,4 7,9 4,4 2 6,9
Température moyenne (°C) 4,1 4,6 7,7 10,5 13,9 17,1 19,3 19,2 15,8 11,9 7,4 4,5 11,3
Température maximale moyenne (°C) 6,7 7,9 11,9 15,6 19,2 22,6 25,2 25,2 21,1 15,9 10,3 7,1 15,7
Record de froid (°C)
date du record
−19,2
17.01.1985
−12,8
07.02.1991
−9,9
07.03.1971
−4,5
12.04.1986
−1
03.05.1967
0,8
05.06.1991
4,2
04.07.1984
4,1
31.08.1986
0,7
17.09.1971
−4,9
30.10.1985
−9
24.11.1998
−13,5
29.12.1964
−19,2
1985
Record de chaleur (°C)
date du record
15,3
27.01.03
21,1
27.02.19
25,8
31.03.21
28,1
25.04.07
31,2
27.05.05
37,8
18.06.22
42,8
25.07.19
40
12.08.03
36,4
09.09.23
29,3
02.10.23
21
07.11.15
16,8
07.12.00
42,8
2019
Précipitations (mm) 59,9 53,7 53,5 51,9 73,1 60,7 60,8 59,9 52,6 64,9 67,1 76,6 734,7
Source : « Fiche 91275001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/12/2023 dans l'état de la base


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La traversée du village a longtemps été fastidieuse pour les habitants du sud du plateau se rendant à leur travail dans le nord (embouteillages fréquents). Depuis 2003, une déviation avec 700 m dans un tunnel pallie ces problèmes.

Plusieurs lignes de bus desservent la commune :

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Gometz-la-Ville est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[21],[22],[23].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[24],[25].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Gomet villa en 1146[26], Gomed villa vers 1205[27].

Peut-être le nom d'un domaine roman, composé du nom de personne germanique Godo et du bas latin ma(n)su(s) « ferme », qui a donné souvent metz en toponymie, ainsi que meix et mas[28], ou du nom de personne germanique Guma, avec un suffixe diminutif -itt[27]. Cependant la mention d'une villa « domaine rural » fait double emploi avec celle de ma(n)su(s) et rend donc plausible une autre hypothèse, celle d'un nom de personne latin Comitius pris absolument[27].

Remarque : le passage de [c] à [g] est hypothétique dans la proposition Comitius et ne va pas forcément de soi. En outre, Comitius est un anthroponyme rare[29].

La commune fut créée en 1793 avec son nom actuel, le Bulletin des lois de 1801 introduisit l'orthographe Gomets-la-Ville[30].

Histoire[modifier | modifier le code]

XIe siècle[modifier | modifier le code]

En 1070, Guillaume, abbé de Saint-Florent de Saumur, reçoit de l'évêque Geoffroy de Boulogne l'église du village ainsi que celles de Gometz-la-Ville et Gometz-le-Châtel[réf. nécessaire].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

De 1931 à 1939 Gometz-la-Ville fut traversé par la ligne Paris-Chartres par Gallardon, sans aucun passage à niveau et sans aucune station sur le territoire de la commune entre la halte de Gometz-le-Châtel et la station de Limours-État. Cette desserte-voyageurs fut ensuite supprimée.

Dans les années 1970, la plate-forme de cette ligne désaffectée a servi de support à une ligne expérimentale d'aérotrain qui reliait Gometz-la-Ville à Limours. Une importante base d'essais était installée à Gometz-la-Ville. En , une sculpture de Georges Saulterre, commémorative de l'aérotrain, a été installée sur un rond-point à la sortie du village, à l'embranchement de la déviation évoquée plus haut. Le rond-point situé à l'autre extrémité de cette déviation, sur la commune de Gometz-le-Châtel, a, quant à lui, été baptisé « grand giratoire de l'ingénieur Jean Bertin », en souvenir de l'inventeur de l'aérotrain. Un tronçon de voie a été installé sur le terre-plein de ce dernier rond-point.

La voie verte de l'aérotrain a été aménagée sur cette plate-forme un peu au-delà de ce rond-point jusqu'à Bonnelles.

À la sortie de la ville a été implantée une station spatiale de France Télécom R&D (anciennement le CNET). À partir des années 2000, France Télécom a cessé progressivement ses programmes expérimentaux avec cette station, dont l'antenne parabolique (de type Cassegrain) de 9 m de diamètre a été désaffectée puis ses équipements démontés. Avec cette antenne des expérimentations avaient permis des mesures de propagation sur les tout premiers satellites (Symphonie) et particulièrement sur la bande des 10 GHz (satellites SIRIO-1 et OTS-2). Ainsi que des liaisons expérimentales. Cette station avait permis (milieu de la décennie 1980) entre autres les tests de faisabilité du premier réseau numérique AMRT à 25 Mbit/s par satellite Telecom 1 (mesures de triangulation en vue de synchronisation, puis tests des premiers terminaux numériques à 25 Mbit/s). D'autres expérimentations de TV par satellite avaient également été effectuées. Ensuite, lors de la décennie 1990, il y eut des expérimentations en relation avec le projet européen Olympus sur la propagation des ondes dans les bandes (Bande Ka entre autres) des 20 GHz et 30 GHz. France Télécom ayant cessé toute recherche dans le domaine spatial, la station était quasiment à l'abandon en 2005.

Les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

Le membre du Petit Déluge de la commanderie du Déluge appartenait aux Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem qui consistait en une trentaine d'arpents de terre[31].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[33].

En 2021, la commune comptait 1 506 habitants[Note 3], en augmentation de 2,59 % par rapport à 2015 (Essonne : +2,94 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
315313323246230242211263238
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
277302306297295310306296284
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
264283276304330316292246337
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
3763256088098879861 0021 0301 374
2015 2020 2021 - - - - - -
1 4681 5111 506------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[34].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 36,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,9 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 20,9 % la même année, alors qu'il est de 20,1 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 766 hommes pour 726 femmes, soit un taux de 51,34 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,98 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[35]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ou +
0,4 
5,8 
75-89 ans
5,3 
14,6 
60-74 ans
15,5 
22,7 
45-59 ans
21,8 
20,2 
30-44 ans
21,0 
18,3 
15-29 ans
15,9 
18,2 
0-14 ans
20,1 
Pyramide des âges du département de l'Essonne en 2020 en pourcentage[36]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,3 
75-89 ans
7,1 
12,9 
60-74 ans
13,8 
20,1 
45-59 ans
19,6 
19,9 
30-44 ans
20,1 
19,9 
15-29 ans
18,3 
21,4 
0-14 ans
19,8 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Politique locale[modifier | modifier le code]

La commune de Gometz-la-Ville est rattachée au canton de Gif-sur-Yvette, représenté par les conseillers départementaux Michel Bournat (UMP) et Laure Darcos (UMP), à l'arrondissement de Palaiseau et à la quatrième circonscription de l'Essonne, représentée par le député Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP).

L'Insee attribue à la commune le code 91 3 13 274[37]. La commune de Gometz-la-Ville est enregistrée au répertoire des entreprises sous le code SIREN 219 102 746. Son activité est enregistrée sous le code APE 8411Z[38].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[39].
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 En cours Bernard Jacquemard DVD  

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours
Élections législatives, résultats des deuxièmes tours

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours :

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours
Référendums

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de Gometz-la-Ville sont rattachés à l'académie de Versailles. La commune dispose sur son territoire de l'école primaire Jean Bertin[54].

Santé[modifier | modifier le code]

Services publics[modifier | modifier le code]

En plus des services municipaux, la commune possède une bibliothèque.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Gometz-la-Ville a développé des associations de jumelage avec :

Vie quotidienne à Gometz-la-Ville[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Une école de musique et de théâtre ainsi que des fêtes et animations culturelles sont proposés par l'Association Animusic.

Sports[modifier | modifier le code]

Les activités sportives ainsi que des fêtes et animations sont proposés par l'Association CFS.

Petite enfance[modifier | modifier le code]

Une micro crèche s'est ouverte en mars 2022 au Domaine de Montvoisin gérée par les Crèches de l'Yvette (palaiseau)

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique de Gometz-la-Ville est rattachée au secteur pastoral de Limours et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l'église Saint-Germain-de-Paris[56].

Médias[modifier | modifier le code]

L'hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d'émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif.

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises[modifier | modifier le code]

Finalcad, spécialisée dans le domaine de l'optimisation et la numérisation du savoir faire technique des entreprises du bâtiment, a son siège social sur la commune.

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

En 2006, le revenu fiscal médian par ménage était de 28 366 , ce qui plaçait la commune au 138e rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages que compte le pays et au quinzième rang départemental[57].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Gometz-la-Ville - - - - - -
Zone d’emploi d’Orsay 0,2 % 3,7 % 36,2 % 26,2 % 21,4 % 12,3 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Gometz-la-Ville - - - - - -
Zone d’emploi d’Orsay 1,0 % 13,4 % 3,8 % 18,1 % 30,5 % 5,4 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[58],[59],[60]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Les bois au nord de la commune ont été recensés au titre des espaces naturels sensibles par le conseil général de l'Essonne[61].

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Germain.

L'église Saint-Germain date du XIIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Gometz-la-Ville :

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]


Blason de Gometz-la-Ville

Les armes de Gometz-la-Ville se blasonnent : Parti d'or et de gueules à la fusée chargée d'une croisette patriarcale, le tout brochant de l'un en l'autre, accosté de deux fleurs de lys de l'un à l'autre[62].

La commune s'est par ailleurs dotée d'un logotype représentant du côté gauche, la silhouette du clocher de l'église de Gometz-la-Ville, et du côté droit, un Aérotrain stylisé, sur son rail en T inversé caractéristique.

Gometz-la-Ville dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Gometz-la-Ville dans le Code officiel géographique sur le site de l'Insee. Consulté le 02/08/2012.
  2. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 02/04/2009.
  3. Fiche communale d'occupation des sols en 2008 sur le site de l'Iaurif. Consulté le 11/11/2010.
  4. Orthodromie entre Gometz-la-Ville et Paris sur le site lion1906.com Consulté le 17/09/2012.
  5. Orthodromie entre Gometz-la-Ville et Évry sur le site lion1906.com Consulté le 17/09/2012.
  6. Orthodromie entre Gometz-la-Ville et Palaiseau sur le site lion1906.com Consulté le 17/09/2012.
  7. Orthodromie entre Gometz-la-Ville et Montlhéry sur le site lion1906.com Consulté le 17/09/2012.
  8. Orthodromie entre Gometz-la-Ville et Arpajon sur le site lion1906.com Consulté le 17/09/2012.
  9. Orthodromie entre Gometz-la-Ville et Dourdan sur le site lion1906.com Consulté le 17/09/2012.
  10. Orthodromie entre Gometz-la-Ville et La Ferté-Alais sur le site lion1906.com Consulté le 17/09/2012.
  11. Orthodromie entre Gometz-la-Ville et Étampes sur le site lion1906.com Consulté le 17/09/2012.
  12. Orthodromie entre Gometz-la-Ville et Corbeil-Essonnes sur le site lion1906.com Consulté le 17/09/2012.
  13. Orthodromie entre Gometz-la-Ville et Milly-la-Forêt sur le site lion1906.com Consulté le 17/09/2012.
  14. Orthodromie entre Gometz-la-Ville et Gometz-le-Châtel sur le site lion1906.com Consulté le 17/09/2012.
  15. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  16. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  17. « Orthodromie entre Gometz-la-Ville et Gometz-le-Châtel », sur fr.distance.to (consulté le ).
  18. « Station Météo-France « Gometz-le-Chat. » (commune de Gometz-le-Châtel) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  19. « Station Météo-France « Gometz-le-Chat. » (commune de Gometz-le-Châtel) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  20. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  21. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  23. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  24. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  25. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  26. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 323a.
  27. a b et c Marianne Mulon, Noms de lieux d’Île-de-France, Bonneton, Paris, 1997 (ISBN 2862532207).
  28. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit., rééditions Guénégaud 1979, p. .
  29. « Italie », L'Année épigraphique, 2001, (2004), P.U.F. pp. 199-346
  30. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Mannier, 1872, p. 43.
  32. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  34. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  35. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Gometz-la-Ville (91274) », (consulté le ).
  36. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département de l'Essonne (91) », (consulté le ).
  37. Fiche communale sur le site de l'Insee. Consulté le 10/01/2010.
  38. Fiche entreprise de la commune de Gometz-la-Ville sur le site verif.com Consulté le 14/04/2011.
  39. Liste des maires successifs sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 27/05/2009.
  40. Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/07/2009.
  41. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/07/2009.
  42. Résultats de l'élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 08/05/2012.
  43. Résultats de l'élection législative 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/07/2009.
  44. Résultats de l'élection législative 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/07/2009.
  45. Résultats de l'élection législative 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 21/06/2012.
  46. Résultats de l'élection européenne 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/97/2009.
  47. Résultats de l'élection européenne 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/07/2009.
  48. Résultats de l'élection régionale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/07/2009.
  49. Résultats de l'élection régionale 2010 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/03/2010.
  50. Résultats de l'élection cantonale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/07/2009.
  51. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/01/2013.
  52. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 26/07/2009.
  53. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/07/2009.
  54. Liste des écoles du département sur le site de l'Inspection académique de l'Essonne. Consulté le 14/09/2010.
  55. Fiche du jumelage avec High-Ham sur le site du ministère français des Affaires étrangères. Consulté le 08/01/2013.
  56. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse. Consulté le 09/11/2009.
  57. Résumé statistique national sur le site de l’Insee. Consulté le 26/10/2009.
  58. %5CCOM%5CDL_COM91274.pdf Rapport statistique communal sur le site de l'Insee. Consulté le 31/05/2010.
  59. %5CDL_ZE19901143.pdf Rapport statistique de la zone d'emploi d'Orsay sur le site de l'Insee. Consulté le 30/05/2010.
  60. Rapport statistique national sur le site de l'Insee. Consulté le 05/07/2009.
  61. Carte des ENS de Gometz-la-Ville sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 03/2019.
  62. Blasonnement sur le site Gaso, la banque du blason. Consulté le 11/09/2009.
  63. Inventaire, no 52.1.53.
  64. Liste des films tournés à Gometz-la-Ville, sur le site L2TC.com, consulté le .
  65. (en) Grossesse nerveuse sur l’Internet Movie Database.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes de l'Essonne - tome 2, Paris, Editions Flohic, , 1053 p. (ISBN 2-84234-126-0), « Gometz-la-Ville », p. 534–536.
  • Eugène Mannier, Les commanderies du grand prieuré de France d'après les documents inédits conservés aux archives nationales à Paris, Paris, (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]