Mareil-le-Guyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mareil-le-Guyon
Mareil-le-Guyon
Vue aérienne.
Blason de Mareil-le-Guyon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Rambouillet
Intercommunalité Communauté de communes Cœur d'Yvelines
Maire
Mandat
Michel Lommis
2020-2026
Code postal 78490
Code commune 78366
Démographie
Gentilé Mareillois
Population
municipale
406 hab. (2021 en augmentation de 11,54 % par rapport à 2015)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 28″ nord, 1° 51′ 13″ est
Altitude Min. 67 m
Max. 112 m
Superficie 4,00 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Aubergenville
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Mareil-le-Guyon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Mareil-le-Guyon
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte topographique des Yvelines
Mareil-le-Guyon
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
Mareil-le-Guyon
Liens
Site web mareil-le-guyon.fr

Mareil-le-Guyon est une commune française située dans le département des Yvelines, en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Mareil-le-Guyon dans les Yvelines.

Situation[modifier | modifier le code]

Mareil-le-Guyon se situe dans la plaine de Montfort-l'Amaury à 24 km à l'ouest de Versailles, la préfecture, et à 22 km au nord de Rambouillet la sous-préfecture.

Communes limitrophes de Mareil-le-Guyon
Neauphle-le-Vieux
Méré Mareil-le-Guyon
Bazoches-sur-Guyonne

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Le village est traversé par la route départementale 191 qui relie Épône et l'accès à l'autoroute A13 (autoroute de Normandie) au nord à Rambouillet au sud et l'accès, par Ablis, aux autoroutes A10 et A11. La route nationale 12 traverse le territoire communal au nord.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare ferroviaire la plus proche est la gare de Villiers - Neauphle - Pontchartrain qui est située à 4 km de la commune.

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes 5, 49, 61 et 79, M, P et V du réseau de bus Centre et Sud Yvelines.

Sentier de randonnée[modifier | modifier le code]

Le sentier de grande randonnée GR 1 fait une courte incursion sur le territoire de la commune, au nord-ouest, entre Méré et Neauphle-le-Vieux.

Lieux-dit et écarts[modifier | modifier le code]

  • Le lieu-dit le Cheval-Mort, Cheval Mort vers 1757[1], vers 1850[2], pourrait être issu d"une traduction erronée par les scribes médiévaux d'un mot gaulois incompris latinisé *Equamori, formé de Equa "?" + gaul. mori "mer", pouvant signifier "La Mer d'Equa"[3]. Le sol du lieu-dit est constitué de marnes et d'argiles[4] du Ludien, donc très humide, et a pu être anciennement un marais.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[5]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est dans une zone de transition entre le climat océanique et le climat océanique altéré et est dans la région climatique Sud-ouest du bassin Parisien, caractérisée par une faible pluviométrie, notamment au printemps (120 à 150 mm) et un hiver froid (3,5 °C)[6].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,1 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 655 mm, avec 11 jours de précipitations en janvier et 7,9 jours en juillet[5]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Saint-Léger-en-Yvelines à 10 km à vol d'oiseau[7], est de 11,0 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 706,3 mm[8],[9]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[10].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Mareil-le-Guyon est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[11],[12],[13].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[14],[15].

Occupation des sols simplifiée[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se compose en 2017 de 87,41 % d'espaces agricoles, forestiers et naturels, 7,22 % d'espaces ouverts artificialisés et 5,37 % d'espaces construits artificialisés[16].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Marolio en 1310[17], Marolium Guidonis en 1351 [18], Mareuil-la-Guyon[19].

Le nom de Mareil viendrait d'une racine gauloise *maro-ialos désignant une grande clairière, *Maroialos, du gaulois Maro (grand) et ialos (clairière). D'après Auguste Longnon, qui a étudié les noms de lieux en France, le nom « Mareil », dont il existe plusieurs exemples dans l'ancienne Seine-et-Oise, vient du mot bas latin maroialum qui signifie « localité voisine d'un marécage ».

Guion est un nom de personne au cas régime de l'ancien français, devenu graphiquement Guyon, ce qui a engendré une disparition de l'ancienne prononciation « gui-on » [giɔ̃][20]. La forme sujet moderne est « Guy ».
L’anthroponyme Guy est d’origine germanique et généralement latinisé en Guido, parfois en Wido, selon son étymologie germanique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Claude Manceau    
2001 2014 Daniel Lebar    
2014 2015 Jean-Pierre Decroix [21]    
2015 En cours Michel Lommis    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[23].

En 2021, la commune comptait 406 habitants[Note 3], en augmentation de 11,54 % par rapport à 2015 (Yvelines : +2,04 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
200199214227215236230238204
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
298205201199204201203184195
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
162164144124181183172150184
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
228215209281267348408417369
2017 2021 - - - - - - -
377406-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 34,9 %, soit en dessous de la moyenne départementale (38 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 24,3 % la même année, alors qu'il est de 21,7 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 203 hommes pour 182 femmes, soit un taux de 52,73 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,68 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[26]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,1 
4,1 
75-89 ans
7,4 
15,2 
60-74 ans
21,0 
26,1 
45-59 ans
21,9 
15,1 
30-44 ans
18,4 
19,1 
15-29 ans
19,1 
19,9 
0-14 ans
11,1 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2020 en pourcentage[27]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,4 
5,8 
75-89 ans
7,8 
13,5 
60-74 ans
14,7 
20,7 
45-59 ans
20,2 
19,7 
30-44 ans
19,9 
18,4 
15-29 ans
16,9 
21,3 
0-14 ans
19,3 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède[28] une école maternelle publique.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Exploitations agricoles.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église.
L'église Saint-Martin.
Le château.
Un tombeau à Mareil-le-Guyon.
Un tombeau à Mareil-le-Guyon.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin.
  • Le château de Mareil, propriété privée.
  • En plein centre du village, à quelques mètres du bord de la route départementale qui traverse le village, se dresse un tombeau imposant. L'inscription relate : Ici reposent Louis Honoré Félix Lepeltier d'Aunay et Antoinette Jeanne Joséphine de Beaumont son épouse tendrement unis pendant 41 ans et réunis pour l'éternité selon leur vœu. Ce tombeau est en fait un vestige de l'ancien cimetière du village qui se trouvait ici, à proximité de l'église, avant d'être « déménagé » au cours du XXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Mareil-le-Guyon Blason
De sinople au pairle d'argent accompagné en chef de deux hachettes d'argent emmanchées de sable posées en sautoir, à dextre de deux épis de blé empoignés de sable, à senestre d'un poisson d'argent au dos de sable et loré de même, nageant entre deux demi-burelles défaillantes à dextre, ondées aussi d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes des Yvelines - tome 2, Paris, Editions Flohic, , 1155 p. (ISBN 2-84234-070-1), « Mareil-le-Guyon », p. 588–589

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Références[modifier | modifier le code]

  1. IGN, plan de Cassini.
  2. IGN, carte d'État-Major 1820-1866.
  3. DELAMARRE (X.) Dictionnaire de la langue Gauloise (2003), p. 229.
  4. IGN, Cartes géologiques.
  5. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  6. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  7. « Orthodromie entre Mareil-le-Guyon et Saint-Léger-en-Yvelines », sur fr.distance.to (consulté le ).
  8. « Station Météo-France « Saint-Leger_sapc » (commune de Saint-Léger-en-Yvelines) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Station Météo-France « Saint-Leger_sapc » (commune de Saint-Léger-en-Yvelines) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  11. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  13. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. [PDF]« Occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) », sur cartoviz.iau-idf.fr (consulté en ).
  17. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, page 177
  18. Auguste Longnon, Pouillé de la Province de Sens (1904), p. 213G
  19. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  20. Albert Dauzat (préface de Marie-Thérèse Morlet), Noms et prénoms de France, éditions Larousse 1980, p. 316b sous Guy.
  21. avis d'élection municipale partielle complémentaire sur le site de la mairie
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  26. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Mareil-le-Guyon (78366) », (consulté le ).
  27. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département des Yvelines (78) », (consulté le ).
  28. « Site officiel de l'inspection académique des Yvelines »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).