Pecqueuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pecqueuse
Pecqueuse
L’hôtel de ville.
image illustrative de l’article Pecqueuse
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Palaiseau
Canton Gif-sur-Yvette
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Limours
Maire
Mandat
Jean-Marc Delaître
2018-2020
Code postal 91470
Code commune 91482
Démographie
Gentilé Pescusiens
Population
municipale
573 hab. (2015 en diminution de 8,03 % par rapport à 2010)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 38′ 48″ nord, 2° 02′ 55″ est
Altitude Min. 133 m
Max. 178 m
Superficie 7,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte administrative de l'Essonne
City locator 14.svg
Pecqueuse

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Pecqueuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pecqueuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pecqueuse
Liens
Site web mairie-pecqueuse.com

Pecqueuse (prononcé [pɛkøz] Écouter) est une commune française située à trente-deux kilomètres au sud-ouest de Paris dans le département de l'Essonne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Pescusiens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

À vol d'oiseau, Pecqueuse est située à 32 km au sud-ouest de Paris-Notre-Dame[2], point zéro des routes de France, 29 km à l'ouest d'Évry[3], 16 km au sud-ouest de Palaiseau[4], 13 km au nord-est de Dourdan[5], 16 km au nord-ouest d'Arpajon[6], 17 km à l'ouest de Montlhéry[7], 25 km au nord-ouest d'Étampes[8], 29 km au nord-ouest de La Ferté-Alais[9], 32 km au nord-ouest de Corbeil-Essonnes[10], 41 km au nord-ouest de Milly-la-Forêt[11].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Pecqueuse est arrosée par la Prédecelle, un affluent de la Rémarde, ainsi que par le Blin.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Champs près de Pecqueuse.

La commune fait partie de vastes plaines, limitrophe de la Beauce, dont le Hurepoix marque la « porte d'entrée » en provenance de Paris. Sa situation limitrophe, et la présence de deux ruisseaux, le paysage est non uniformément plat, avec les coteaux vallonnés des cours d'eau.

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune, d'une superficie de sept cent quarante hectares, est composée de deux quartiers principaux : le village et le hameau de Villevert, au sud de la commune. Le territoire communal compte également plusieurs lieux de vie, autour de fermes, comme celle de Fromenteau, ainsi qu'un quartier récent limitrophe de Limours, les Pommiers.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de '
Choisel Boullay-les-Troux Les Molières
Bullion Brosen windrose-fr.svg Limours
Bonnelles Bonnelles Limours

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Essonne.

Pecqueuse est située en Île-de-France et bénéficie d'un climat océanique dégradé, caractérisé par des hivers frais, des étés doux et des précipitations également réparties sur l'année. Les températures moyennes relevées à la station départementale de Brétigny-sur-Orge s'élèvent à 10,8 °C avec des moyennes maximales et minimales de 15,2 °C et 6,4 °C. Les températures réelles maximales et minimales relevées sont de 24,5 °C en juillet et 0,7 °C en janvier, avec des records établis à 38,2 °C le et −19,6 °C le . La situation en grande banlieue de la commune entraîne une moindre densité urbaine et une différence négative de un à deux degrés Celsius avec Paris. De même, la présence de rivières et de champs cause la formation de brumes et brouillards qui grèvent l'ensoleillement, établi à 1 798 heures annuellement, soit cinquante de moins que la capitale. Avec 598,3 [millimètres de précipitations cumulées sur l'année et une répartition approximative de cinquante millimètres par mois, la commune est arrosée dans les mêmes proportions que les autres régions du nord de la Loire.

Données climatiques à Pecqueuse.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[12],[13].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Occupation des sols.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 3,5 % 26,28
Espace urbain non construit 1,6 % 11,63
Espace rural 94,9 % 710,87
Source : MOS-Iaurif 2008[14]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 252. Parmi ces logements, 94,1 % étaient des résidences principales, 2,3 % des résidences secondaires et 3,6 % des logements vacants. Ces logements étaient pour une part de 81,5 % des maisons et de 17,8 % des appartements[15].

Toujours sur l'ensemble des logements de la commune, 4 % étaient des logements d'une pièce, 9 % de deux pièces, 10 % de trois pièces, 16 % de quatre pièces, et 61 % des logements de cinq pièces ou plus[16].

La proportion de ménages propriétaires de leur logement était de 85,1 % et celle des locataires était de 13,7 %. On peut également noter que 1,2 % des logements étaient occupés gratuitement[17].

L'ancienneté d'emménagement dans la résidence principale, rapporté au nombre de ménages, était de 8 % depuis moins de deux ans, 19 % entre deux et quatre ans, 16 % entre cinq et neuf ans, et 57 % de dix ans et plus[18].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes De Piscosis vers 1105[19], Piscosæ au XIIe siècle[20], valle Pecosa en 1203[19], De Pescusa vers 1205[19], Pescusa au XIIIe siècle, Pecosa[20].

L'office de tourisme du pays de Limours indique que le toponyme trouve son origine dans le mot latin piscis, signifiant endroit humide, poissonneux complété du suffixe -osa-. Dans le cartulaire du prieuré de Longpont, les terres sont appelées piscosae car marécageuses ; on y trouve des lieux-dits l’Oseraie, la Grenouillère, la Prédecelle (c'est-à-dire rivière poissonneuse)[21].

La commune fut créée en 1793 avec son nom actuel[22].

Histoire[modifier | modifier le code]

La création du village de Pecqueuse daterait du début du XIIe siècle, à la suite de la donation par deux frères, Pierre et Simon Castel, de tous leurs droits sur les terres, au prieuré de Longpont-sur-Orge. Ses dons prévoient la création d'une ville neuve, sur ses terres, regroupée l'église.

Au XIIIe siècle, le village devient la propriété de la famille Cousteau de la Barrère, puis à Jacques de Chavannes, conseiller du roi, et seigneurs de Limours.

Le développement de la population au XIXe siècle est lié l'accroissement de l'agriculture dans le Hurepoix et la Beauce. Une distillerie d'alcool de betterave est alors créée, qui fonctionnera jusqu'en 1967.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Position de Pecqueuse en Essonne.

Politique locale[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[23], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département de l'Essonne et à son arrondissement de Palaiseau, après un transfert administratif effectif au . Pour l'élection des députés, elle fait partie de la quatrième circonscription de l'Essonne,

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Limours[22]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune intègre le canton de Gif-sur-Yvette

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Pecqueuse est membre de la communauté de communes du pays de Limours, créée fin 2001, et qui succède au district rural du canton de Limours créé le [24].

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles

Résultats des deuxièmes tours :


Élections législatives

Résultats des deuxièmes tours :


Élections européennes

Résultats des deux meilleurs scores :


Élections régionales

Résultats des deux meilleurs scores :


Élections cantonales et départementales

Résultats des deuxièmes tours :


Référendums 

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[38].
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 mars 2018 Serge Caro RPR puis UMP
puis DVD
Cadre de production[39]
Démissionnaire
mars 2018[40] en cours Jean-Marc Delaître SE  

Jumelages[modifier | modifier le code]

En 2013, Pecqueuse n'a développé aucune association de jumelage[41].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[43].

En 2015, la commune comptait 573 habitants[Note 1], en diminution de 8,03 % par rapport à 2010 (Essonne : +5,01 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
170 187 194 182 162 166 178 194 220
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
207 211 222 249 251 272 264 303 256
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
243 263 247 212 230 204 201 176 159
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
216 222 279 329 474 587 583 623 573
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[44].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2009

Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine. La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2009, la suivante :

  • 51,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 26,1 %, 15 à 29 ans = 14,3 %, 30 à 44 ans = 17,1 %, 45 à 59 ans = 23,9 %, plus de 60 ans = 18,6 %) ;
  • 48,3 % de femmes (0 à 14 ans = 17,3 %, 15 à 29 ans = 16,9 %, 30 à 44 ans = 20,9 %, 45 à 59 ans = 25,9 %, plus de 60 ans = 18,9 %).
Pyramide des âges à Pecqueuse en 2009 en pourcentage[45].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
1,0 
3,4 
75 à 89 ans
4,3 
15,2 
60 à 74 ans
13,6 
23,9 
45 à 59 ans
25,9 
17,1 
30 à 44 ans
20,9 
14,3 
15 à 29 ans
16,9 
26,1 
0 à 14 ans
17,3 
Pyramide des âges du département de l'Essonne en 2009 en pourcentage[46].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'ancienne école communale.

La commune dépend de l'académie de Versailles. *

Elle dispose d'une école élémentaire publique construite en 2003[40] et scolarisant, en 2013, 37 élèves[47].

Culture[modifier | modifier le code]

En 2013, une école municipale de musique est à la disposition des habitants de la commune, ainsi qu'un espace de lecture[48].

Sports[modifier | modifier le code]

Le stade municipal Claude-Daragon est, en 2013, le lieu d'activité de la section football de l'Association sportive de Pecqueuse depuis 1985. Cette association dispose également d'une section tennis. Une association de remise en forme et gymnastique, l'ACA, est également basée au stade[48].

Santé[modifier | modifier le code]

En 2013, aucun cabinet médical n'est installé à Pecqueuse, les médecins les plus proches se trouvent dans la ville voisine de Limours[49].

Autres services publics[modifier | modifier le code]

Le bureau de poste et services des impôts les plus proches sont ceux de Limours. Concernant les services de Pôle emploi les bureaux les plus proches se situent à Dourdan et Les Ulis[réf. nécessaire].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

En septembre 2010, puis en septembre 2012, la Fête de l'agriculture a été organisée par le centre d'initiatives pour valoriser l'agriculture et le milieu rural du Hurepoix (CIVAM)[50].

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

upright L'église Saint-Médard.

La paroisse catholique de Pecqueuse est rattachée à au secteur pastoral de Limours et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l'église Saint-Médard[51].

Médias[modifier | modifier le code]

L'hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d'émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif.

Économie[modifier | modifier le code]

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 47 435 €, ce qui plaçait Pecqueuse au 507e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[52].

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 408 personnes, parmi lesquelles on comptait 79,5 % d'actifs dont 73,5 % ayant un emploi et 6,0 % de chômeurs[53].

On comptait 75 emplois dans la commune, contre 95 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune étant de 302, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 2] est de 24,9 %, ce qui signifie que la commune offre un emploi pour quatre Pescusiens actifs[54].

La commune de Pecqueuse partage avec sa voisine Limours, une zone d'activité économique.

Au 31 décembre 2010, Pecqueuse comptait 52 établissements : quatre dans l'agriculture-sylviculture-pêche, deux dans l'industrie, sept dans la construction, trente-trois dans le commerce-transports-services divers et six étaient relatifs au secteur administratif[55].

En 2011, six entreprises ont été créées à Pecqueuse dont cinq par des auto-entrepreneurs[56].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Pecqueuse - - - - - -
Zone d’emploi d’Orsay 0,2 % 3,7 % 36,2 % 26,2 % 21,4 % 12,3 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Pecqueuse - - - - - -
Zone d’emploi d’Orsay 1,0 % 13,4 % 3,8 % 18,1 % 30,5 % 5,4 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[57],[58],[59]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Les bosquets boisés et certains champs ont été recensés au titre des espaces naturels sensibles par le conseil général de l'Essonne[60].

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Médard-et-Sainte-Radegonde, date du XIIe siècle. Les peintures d'ornement sont plus tardives, du XVe siècle. La cloche nommée Magdeleine en l'honneur de l'épouse du seigneur du lieu, valet ordinaire de la chambre du roi fut bénite en 1736 ; elle est classée en tant qu'objet à l'inventaire des monuments historiques depuis 27 avril 1944[61],[62].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pecqueuse est la commune de naissance de Jacques François Cousteau de Labarrère (1729-1802). Général de brigade dans le génie, il servit en Allemagne, à Belle-Isle-en-Mer (1787), à Cambrai puis au Havre (1792). Il était en 1794 inspecteur général des fortifications à l'armée du Nord[63],[64].

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

Blason de Pecqueuse.

La commune de Pecqueuse ne dispose pas de blason. Elle s'est dotée d'un logotype.

Logotype de Pecqueuse.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yvette Bluteau, Il était une fois... Pecqueuse en Hurepoix,
  • Simone Lefèvre, Une villeneuve en Hurepoix au début du XIIe siècle : Pecqueuse, Klincksieck,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.
  2. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 08/04/2009.
  2. « Orthodromie entre Pecqueuse et Paris », sur le site personnel de Lionel Delvarre (consulté le 13 février 2013).
  3. Orthodromie entre Pecqueuse et Évry sur le site lion1906.com Consulté le 06/11/2012.
  4. Orthodromie entre Pecqueuse et Palaiseau sur le site lion1906.com Consulté le 06/11/2012.
  5. Orthodromie entre Pecqueuse et Dourdan sur le site lion1906.com Consulté le 06/11/2012.
  6. Orthodromie entre Pecqueuse et Arpajon sur le site lion1906.com Consulté le 06/11/2012.
  7. Orthodromie entre Pecqueuse et Montlhéry sur le site lion1906.com Consulté le 06/11/2012.
  8. Orthodromie entre Pecqueuse et Étampes sur le site lion1906.com Consulté le 06/11/2012.
  9. Orthodromie entre Pecqueuse et La Ferté-Alais sur le site lion1906.com Consulté le 06/11/2012.
  10. Orthodromie entre Pecqueuse et Corbeil-Essonnes sur le site lion1906.com Consulté le 06/11/2012.
  11. Orthodromie entre Pecqueuse et Milly-la-Forêt sur le site lion1906.com Consulté le 06/11/2012.
  12. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site personnel de Frédéric Decker (consulté le 13 février 2013).
  13. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de l'association Infoclimat (consulté le 13 février 2013).
  14. « Occupation du sol simplifiée en 2008 - Pecqueuse », sur le site de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme de la région d'Île-de-France, (consulté le 13 février 2013).
  15. LOG T2 - Catégories et types de logements, dossier de la commune sur le site de l'Insee, [lire en ligne].
  16. LOG T3 - Résidences principales selon le nombre de pièces, dossier de la commune sur le site de l'Insee, [lire en ligne].
  17. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation, dossier de la commune sur le site de l'Insee, [lire en ligne].
  18. LOG T6 - Ancienneté d'emménagement dans la résidence principale en 2009, dossier de la commune sur le site de l'Insee, [lire en ligne].
  19. a, b et c Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume 2, page 1312.
  20. a et b Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  21. Site du pays de Limours, consulté le 13 février 2013
  22. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  24. Schéma départemental d'orientation de l'intercommunalité de 2006 sur le site de la préfecture de l'Essonne. Consulté le .
  25. Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 16/08/2009.
  26. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 16/08/2009.
  27. Résultats de l'élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 08/05/2012.
  28. Résultats de l'élection législative 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 16/08/2009.
  29. Résultats de l'élection législative 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 16/08/2009.
  30. Résultats de l'élection législative 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 22/06/2012.
  31. Résultats de l'élection européenne 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 16/08/2009.
  32. Résultats de l'élection européenne 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 16/08/2009.
  33. Résultats de l'élection régionale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 16/08/2009.
  34. Résultats de l'élection régionale 2010 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 12/04/2010.
  35. Résultats de l'élection cantonale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 16/08/2009.
  36. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 16/08/2009.
  37. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 16/08/2009.
  38. « Les maires de Pecqueuse », sur le site de l'association FranceGenWeb, (consulté le 13 février 2013).
  39. « Pecqueuse », sur le site du conseil général de l'Essonne (consulté le 13 février 2013).
  40. a et b F.G. (avec C.Ch), « Pecqueuse : Serge Caro passe l’écharpe de maire à Jean-Marc Delaître : Après la démission de Serge Caro, maire depuis 1995, le conseil municipal a élu, ce samedi, Jean-Marc Delaître pour lui succéder », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne) « Trente-cinq années d’élu local, dont 23 en tant que maire de Pecqueuse et dix-sept passées à la Communauté de communes du Pays de Limours. Ce samedi, après le vote du conseil municipal, Serge Caro (DVD) a passé l’écharpe de maire à Jean-Marc Delaître (SE) (...) Le nouveau maire, Jean-Marc Delaître, officie dans l’équipe municipale depuis dix ans ».
  41. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 13 février 2013).
  42. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  43. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  44. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  45. « Évolution et structure de la population à Pecqueuse en 2009 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 février 2012)
  46. « Résultats du recensement de la population de l'Essonne en 2009 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 février 2012)
  47. « École élémentaire publique », sur le site du ministère de l’Éducation nationale (consulté le 16 février 2013).
  48. a et b « Rubrique « Loisirs et Culture » », sur le site de la mairie de Pecqueuse (consulté le 13 février 2013).
  49. Médecins les plus proches, consulté le 13 février 2013
  50. « Fête de l'agriculture », sur le site de la fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l'homme, (consulté le 13 février 2013).
  51. « Pecqueuse », sur le site du diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes (consulté le 13 février 2013).
  52. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 février 2013).
  53. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité sur la fiche Insee de la commune, [lire en ligne].
  54. EMP T5 - Emploi et activité sur la fiche Insee de la commune, [lire en ligne].
  55. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010 sur la fiche Insee de la commune, [lire en ligne].
  56. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011 sur la fiche Insee de la commune, [lire en ligne].
  57. « %5CCOM%5CDL_COM91482.pdf Rapport statistique communal sur le site de l'Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 31/05/2010.
  58. « %5CDL_ZE19901143.pdf Rapport statistique de la zone d'emploi d'Orsay sur le site de l'Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 30/05/2010.
  59. Rapport statistique national sur le site de l'Insee. Consulté le 05/07/2009.
  60. Carte des ENS de Pecqueuse sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 14/02/2013.
  61. « Cloche de l'église », notice no PM91000341, base Palissy, ministère français de la Culture
  62. « L'Église », sur le site de la mairie de Pecqueuse, (consulté le 13 février 2013).
  63. Ouvrage de Jacques François Cousteau de Labarrère, consulté le 13 février 2013
  64. Notice d'autorité de Cousteau de Labarrère, Anne-Jacques-François 1729-1802 , consulté le 13 février 2013