Galluis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Galluis
Galluis
La mairie.
Blason de Galluis
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Rambouillet
Intercommunalité Communauté de communes Cœur d'Yvelines
Maire
Mandat
Annie Gonthier
2020-2026
Code postal 78490
Code commune 78262
Démographie
Gentilé Galluisiens
Population
municipale
1 243 hab. (2019 en augmentation de 9,42 % par rapport à 2013)
Densité 275 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 47″ nord, 1° 47′ 39″ est
Altitude Min. 85 m
Max. 183 m
Superficie 4,52 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Aubergenville
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Galluis
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Galluis
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Galluis
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Galluis
Liens
Site web www.galluis.fr

Galluis est une commune française située dans le département des Yvelines, en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de Galluis dans les Yvelines.

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Galluis se situe dans le centre du département des Yvelines, à 21 km au nord de Rambouillet, sous-préfecture, et à 26 km à l'ouest de Versailles, préfecture du département. Elle se trouve dans la « plaine de Montfort », petite région naturelle creusée par la Mauldre et ses affluents qui prolonge vers l'ouest la plaine de Versailles.

C'est une commune rurale, en partie boisée dans sa partie sud qui se rattache au massif forestier de Rambouillet. L'habitat est groupé dans le bourg. Des activités se sont établies le long de la route nationale.

Communes limitrophes de Galluis
La Queue-les-Yvelines Boissy-sans-Avoir
Galluis
Grosrouvre Méré

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est irriguée par le ruisseau du Lieutel, ruisseau de 13,7 km, affluent de la Mauldre, qui prend naissance dans la commune de Grosrouvre et longe les limites ouest et nord-ouest de Galluis[1].

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Elle est traversée dans le sens est-ouest par la route nationale 12.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

La ligne de Saint-Cyr à Surdon passe par le territoire communal. La gare ferroviaire la plus proche est la gare de Montfort-l'Amaury - Méré qui est située à 3 km de la commune.

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes 2, 9, 22, 38 et Express 67 de l'établissement Transdev de Houdan et par la ligne 49 de l'établissement Transdev de Rambouillet.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Galluis est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[5],[6].

Occupation des sols simplifiée[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se compose en 2017 de 73,12 % d'espaces agricoles, forestiers et naturels, 11,29 % d'espaces ouverts artificialisés et 15,59 % d'espaces construits artificialisés[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes apud Galleias en 1230[8], Galleis en 1270[8], Galluis en 1294[8], Galuys en 1382[9], Galluy en 1690[10].

Albert Dauzat rapproche Galluis de Galie, ancien domaine près de Versailles (Capella Gallie) et de Gallicourt, lieu-dit à Rueil-Malmaison, faute de formes anciennes puisqu'il n'en connait pas. Il le considère comme obscur, mais présuppose tout de même un radical Wal- qui renvoierait à un anthroponyme germanique en Wal-[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.
Le monument aux morts.

Le site est habité depuis l'époque gallo-romaine.

En 1883, la commune de La Queue-les-Yvelines a été détachée de Galluis par démembrement de l'ancienne commune de Galluis-la-Queue[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1995 ? Patrick Danis    
mars 2001 En cours Annie Gonthier[13]    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2019, la commune comptait 1 243 habitants[Note 3], en augmentation de 9,42 % par rapport à 2013 (Yvelines : +2,1 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8589469589651 0481 1061 0091 0481 065
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9831 0509951 0171 0071 024373339374
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
403380419373403407444466508
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
5406627358039141 0341 1141 1251 138
2017 2019 - - - - - - -
1 2121 243-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 38,8 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (38,0 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 19,4 % la même année, alors qu'il est de 21,7 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 620 hommes pour 598 femmes, soit un taux de 50,90 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,68 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[17]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ou +
1,4 
4,0 
75-89 ans
3,4 
15,8 
60-74 ans
14,0 
21,6 
45-59 ans
23,9 
18,9 
30-44 ans
19,2 
17,5 
15-29 ans
18,1 
22,0 
0-14 ans
20,0 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2018 en pourcentage[18]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,3 
5,7 
75-89 ans
7,7 
13,4 
60-74 ans
14,5 
20,6 
45-59 ans
20,3 
19,8 
30-44 ans
19,9 
18,4 
15-29 ans
17 
21,5 
0-14 ans
19,4 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède[19] une école élémentaire publique, l'école du Grand Jardin.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Agriculture.
  • Commune résidentielle.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.
L'église Saint-Martin.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin du XIIIe siècle.
  • Château de Lieutel des XIVe et XIXe siècle.
Édifice de style Louis XIII avec murs de brique rouge, chaînages de pierres blanches et toits d'ardoise.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galluis et le cinéma[modifier | modifier le code]

  • Un épisode de la série L'Instit y a été tourné, La Gifle (saison 6, épisode 4).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Galluis Blason
D'azur à la herse sarrasine d'argent sommée d'un coq d'or, accostée de deux serpes adossées aussi d'argent emmanchées aussi d'or.
Détails

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes des Yvelines - tome 2, Paris, Editions Flohic, , 1155 p. (ISBN 2-84234-070-1), « Galluis », p. 574–576

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche cours d'eau : ruisseau du Lieutel (H3038000) », Sandre (consulté le ).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. [PDF]« Occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) », sur cartoviz.iau-idf.fr (consulté en ).
  8. a b et c Marie-Thérèse Morlet, Les Noms de personne sur le territoire de l'ancienne Gaule, Tome 3, Page 466 (ISBN 2222034272).
  9. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, (ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois [1]).
  10. Robert Lacroix de L'Isle, Un vieux village de l'Ile-de-France : Galluis et ses environs, .
  11. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 309b.
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Résultats des élections municipales de mars 2008 sur le site officiel de la préfecture des Yvelines.
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  17. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Galluis (78262) », (consulté le ).
  18. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département des Yvelines (78) », (consulté le ).
  19. Site officiel de l'inspection académique des Yvelines.
  20. « Les grands pharmaciens - Labarraque (1777-1850) », sur Persée, Revue d'histoire de pharmacie, (consulté le ).
  21. « Le Populaire », sur Gallica, (consulté le )
  22. (en) « The Chicago tribune and the Daily news, New York », sur Gallica, (consulté le )
  23. « Obsèques de Charles Aznavour : 50 ans après, le chanteur retrouve les Yvelines », Le Parisien, (consulté le ).
  24. « Exclusivité : visite de l'ancienne maison de Charles Aznavour mise en vente à Montfort l'Amaury (78) », France 3 Paris Île de France, (consulté le ).