Choisel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Choisel
Choisel
La mairie.
Blason de Choisel
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Rambouillet
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute Vallée de Chevreuse
Maire
Mandat
Alain Seigneur
2020-2026
Code postal 78460
Code commune 78162
Démographie
Gentilé Choiséliens
Population
municipale
551 hab. (2018 en augmentation de 2,23 % par rapport à 2013)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 14″ nord, 2° 01′ 08″ est
Altitude Min. 89 m
Max. 178 m
Superficie 8,73 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Maurepas
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Choisel
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Choisel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Choisel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Choisel
Liens
Site web choisel-commune.fr

Choisel est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Choiséliens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de Choisel dans les Yvelines.

Localisation[modifier | modifier le code]

Choisel se trouve dans le sud-est des Yvelines et dans la vallée de Chevreuse, à la limite de l'Essonne, à environ 20 km au sud-ouest de Versailles et 15 km au nord-est de Rambouillet.

Cette petite commune rurale se trouve dans le périmètre du parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse et abrite le château de Breteuil.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est irriguée par le ruisseau d'Écosse-Bouton, affluent de l'Yvette, qui prend sa source au centre du territoire communal à environ 160 m d'altitude au lieudit la Grange aux Moines et s'écoule en direction du nord-est dans une vallée encaissée avant de rejoindre l'Yvette à Chevreuse. Il reçoit sur sa rive droit, dans le bourg de Choisel, le ruisseau d'Herbouvilliers[1].

Dans le sud de la commune, le ruisseau de Prédécelles qui prend sa source à la ferme du même nom s'écoule vers l'est et se jette dans la Rémarde[2].

Hameaux de la commune[modifier | modifier le code]

  • La Ferté,
  • Herbouvilliers,
  • le Buisson,
  • les Ecarts.

Habitats isolés : le Bel Air, Predecelles, Houlbran.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Elle est desservie par la route départementale D 906 (ex nationale N 306) qui relie Rambouillet à la vallée de Chevreuse et à Paris.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

Aucune dans la commune. Gare RER de Saint-Rémy-lès-Chevreuse à 5 km.

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes 39.303 et 39.35A de la société de transport SAVAC.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Choisel est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[6],[7].

Occupation des sols simplifiée[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se compose en 2017 de 92,18 % d'espaces agricoles, forestiers et naturels, 3,84 % d'espaces ouverts artificialisés et 3,98 % d'espaces construits artificialisés[8].

Occupation des sols détaillée[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 2,8 % 25
Terres arables hors périmètres d'irrigation 62,5 % 559
Vergers et petits fruits 5,9 % 53
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 0,9 % 8
Forêts de feuillus 27,9 % 250
Source : Corine Land Cover[9]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Soyscium au XIIIe siècle, Soisellum, Soiseium, Casellum, Soisey au XIIIe siècle, Soisay en 1225, Soisei[10].

Choisel, écrit d'abord « Soisé », pourrait dériver du mot latin sosius parfois attribué aux augets fixés aux roues de moulin ou bien du bas-latin caucellus, -sorte de vase, des augets (« gobelet », « pot ») des roues à augets, qui faisaient fonctionner les moulins à eau, qui est à l'origine de nombreux noms de moulins[11].

Micro-toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du hameau La Ferté est attesté sous la forme « Cortem dictam de Feritate »[Note 3],[12], « Guillelmi de Feritate » en 1071. Le toponyme La Ferté représente l'ancien français ferté qui procède du gallo-roman firmitate, issu du latin firmitas, firmitate et qui signifie généralement « place forte » ou « château fort ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Les seigneurs de Gometz puis de Chevreuse sont parfois associés au toponyme de La Ferté. Au Moyen Age, le hameau de la Ferté dans la commune de Choisel est situé sur une route secondaire qui quitte la haute vallée de la Chevreuse par un affluent de l’Yvette, pour rejoindre la route de Chartres par Rambouillet. Le site occupe un éperon dans une zone frontière entre les diocèses de Paris et de Chartres[13]. Ce site est bien un fief fortifié comme son étymologie l’atteste. Ce que confirment de nombreuses sources. La Ferté en tant que fief fortifié est attestée dans les sources au plus tard en 1290. En 1485, Colard de Chevreuse, seigneur de Chevreuse est cité avec un vassal qui tient de lui les fiefs de Beufvilliers, du Boucq et de la Ferté. En 1526, dans une même liste de dépendance entre un chevalier et la seigneurie de Chevreuse, sont cités : 40 arpents de landes et pâturages audit lieu pendant sur le village et château de la Ferté.

Le terroir de Choisel appartient donc aux seigneurs de Chevreuse depuis au moins le XIVe siècle.

Lors de la Libération, une section de l'armée du général Leclerc en route vers Paris passa par Choisel et les bois de la commune portent encore des traces de violents combats.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 avril 2014 Claude Juvanon UMP  
mars 2014 En cours Alain Seigneur sans  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[15].

En 2018, la commune comptait 551 habitants[Note 4], en augmentation de 2,23 % par rapport à 2013 (Yvelines : +1,62 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
358377385390303412407432450
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
423443437436406425418411407
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
437362301375388342285334393
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2018
391461462551538513525539551
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges en 2007[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Choisel en 2007 en pourcentage[18]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90  ans ou +
0,4 
4,7 
75 à 89 ans
5,0 
12,9 
60 à 74 ans
13,6 
29,8 
45 à 59 ans
29,8 
18,0 
30 à 44 ans
19,0 
16,5 
15 à 29 ans
15,5 
17,3 
0 à 14 ans
16,7 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[19]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,7 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois supérieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,3 %, 15 à 29 ans = 16,5 %, 30 à 44 ans = 18 %, 45 à 59 ans = 29,8 %, plus de 60 ans = 18,4 %) ;
  • 50,3 % de femmes (0 à 14 ans = 16,7 %, 15 à 29 ans = 15,5 %, 30 à 44 ans = 19 %, 45 à 59 ans = 29,8 %, plus de 60 ans = 19 %).

Enseignement[modifier | modifier le code]

Aucune école actuellement.

Activités festives[modifier | modifier le code]

La fête de la Saint-Jean, avec feu d'artifice et feu de joie dans lequel est brûlé un mannequin d'osier, est la principale fête du village. Cette fête inclut un buffet et un concert. Il y a parfois des concerts dans le vieux lavoir.

Un vide-greniers est organisé chaque année.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Agriculture.
  • Commune résidentielle.
  • Tourisme.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le château de Breteuil.
L'église Saint-Jean-Baptiste.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Breteuil, construction du XVIe siècle restaurée au XIXe siècle et au début du XXe siècle Logo monument historique Classé MH (1973)[20].
  • L'église Saint-Jean-Baptiste, XIIIe siècle Logo monument historique Inscrit MH (1982)[21],[22].
  • Le lavoir, clos sur les quatre côtés avec deux portes d'accès, date du XVIIIe siècle et a été restauré en 1999. Il est alimenté par l'eau de l'Écosse Bouton.
  • Blockhaus souterrain datant de la Seconde Guerre mondiale.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Clément (1765-1822), militaire français, né à Choisel et baptisé dans l'église Saint-Jean-Baptiste.
  • Émilie de Breteuil (1706-1749), femme de lettres, mathématicienne et physicienne[réf. nécessaire].
  • Louis Valtat (1869-1952), peintre français, a résidé dans la commune, à La Rimorière.
  • Ingrid Bergman (1915-1982), actrice suédoise, a résidé dans la commune, à La Ferté, pendant une vingtaine d'années.
  • Michel Tournier (1924-2016), écrivain français, a résidé dans le presbytère et y est enterré.
  • Michel Rocard (1930-2016), homme politique français et ancien Premier ministre, a habité à La Ferté.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Choisel Blason
De gueules à la bande d'azur bordée de deux filets d'argent, chargée de trois roues de moulin d'argent et accompagnée en chef d'un arbre d'or et en pointe d'une fleur de lys du même.
Devise
Bien y être.
Détails
Adopté par la municipalité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes des Yvelines - tome 1, Paris, Editions Flohic, , 1155 p. (ISBN 2-84234-070-1), « Choisel », p. 175–178
  • Breteuil, par Yves Bruley, Évelyne Lever, Éric Mension-Rigau, [et al.], Paris, 2001 (Connaissance des arts. Numéro hors-série, ISSN 1242-9198 ; 169).
  • Michèle Villemur et Vincent-Pierre Angouillant, Tables d'excellences : histoire & gastronomie au château de Breteuil : 62 recettes gourmandes ; préface d'Henri-François de Breteuil, Bordeaux, Féret, 2011. (ISBN 978-2-35156-087-7)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Pancarte de Montfort, copie de 1617 appartenant à Mr. Robert, de Montfort.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Ru d'Ecosse Bouton (F4653000) », Sandre (consulté le ).
  2. « Ruisseau de Predecelle (F4629000) », Sandre (consulté le ).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. [PDF]« Occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) », sur cartoviz.iau-idf.fr (consulté en ).
  9. « Données statistiques sur les communes de Métropole; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur CORINE Land Cover, (consulté le ).
  10. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  11. Marianne Mulon – Noms de lieux d’Île-de-France, Bonneton, Paris, 1997 (ISBN 2862532207).
  12. Auguste Moutié, Chevreuse : Recherches historiques, archéologiques et généalogiques, Librairie de Raynal, , p. 261.
  13. Raphaël Bijard, « Le premier conflit de l’ère capétienne (991 - 996) et sa phase de résolution (début du XIe s.) – leur influence sur la genèse du domaine royal et l’évolution de la cour palatiale ».
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. « Évolution et structure de la population à Choisel en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  19. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  20. « Château de Breteuil », notice no PA00087406, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « L'église Saint-Jean-Baptiste », notice no PA00087407, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. « Les mobiliers de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture.