Choisel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Choisel
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Rambouillet
Canton Maurepas
Intercommunalité Haute Vallée de Chevreuse
Maire
Mandat
Alain Seigneur
2014-2020
Code postal 78460
Code commune 78162
Démographie
Gentilé Choiséliens
Population
municipale
539 hab. (2014)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 14″ nord, 2° 01′ 08″ est
Altitude Min. 89 m – Max. 178 m
Superficie 8,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Choisel

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Choisel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Choisel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Choisel
Liens
Site web choisel-commune.fr

Choisel est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Choiséliens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de Choisel dans les Yvelines.

Localisation[modifier | modifier le code]

Choisel se trouve dans le sud-est des Yvelines et dans la vallée de Chevreuse, à la limite de l'Essonne, à environ 20 km au sud-ouest de Versailles et 15 km au nord-est de Rambouillet.

Cette petite commune rurale se trouve dans le périmètre du parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse et abrite le château de Breteuil.

Communes limitrophes de Choisel
Dampierre-en-Yvelines Saint-Forget Chevreuse
Senlisse Choisel Boullay-les-Troux
Essonne (département)
Cernay-la-Ville Bullion Pecqueuse
Essonne

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est irriguée par le ruisseau d'Écosse-Bouton, affluent de l'Yvette, qui prend sa source au centre du territoire communal à environ 160 m d'altitude au lieudit la Grange aux Moines et s'écoule en direction du nord-est dans une vallée encaissée avant de rejoindre l'Yvette à Chevreuse. Il reçoit sur sa rive droit, dans le bourg de Choisel, le ruisseau d'Herbouvilliers[1].

Dans le sud de la commune, le ruisseau de Prédécelles qui prend sa source à la ferme du même nom s'écoule vers l'est et se jette dans la Rémarde[2].

Hameaux de la commune[modifier | modifier le code]

  • La Ferté,
  • Herbouvilliers,
  • le Buisson,
  • les Ecarts.

Habitats isolés : le Bel Air, Predecelles, Houlbran.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Elle est desservie par la route départementale D 906 (ex nationale N 306) qui relie Rambouillet à la vallée de Chevreuse et à Paris.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

Aucune dans la commune. Gare RER de Saint Remy les Chevreuse à 5 km.

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes 39.303 et 39.35A de la société de transport SAVAC.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Soyscium au XIIIe siècle, Soisellum, Soiseium, Casellum, Soisey au XIIIe siècle, Soisay en 1225, Soisei[3].

Choisel, écrit d'abord « Soisé », pourrait dériver du mot latin sosius parfois attribué aux augets fixés aux roues de moulin ou bien du bas-latin caucellus, -sorte de vase, des augets ("gobelet", "pot") des roues à augets, qui faisaient fonctionner les moulins à eau, qui est à l'origine de nombreux noms de moulins[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le terroir de Choisel appartient aux seigneurs de Chevreuse depuis le XIVe siècle.

Lors de la Libération, une section de l'armée du général Leclerc en route vers Paris passa par Choisel et les bois de la commune portent encore des traces de violents combats.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 avril 2014 Claude Juvanon UMP  
mars 2014 en cours Alain Seigneur sans  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 539 habitants, en augmentation de 2,86 % par rapport à 2009 (Yvelines : 0,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
358 377 385 390 303 412 407 432 450
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
423 443 437 436 406 425 418 411 407
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
437 362 301 375 388 342 285 334 393
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014 -
391 461 462 551 538 513 525 539 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,7 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois supérieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,3 %, 15 à 29 ans = 16,5 %, 30 à 44 ans = 18 %, 45 à 59 ans = 29,8 %, plus de 60 ans = 18,4 %) ;
  • 50,3 % de femmes (0 à 14 ans = 16,7 %, 15 à 29 ans = 15,5 %, 30 à 44 ans = 19 %, 45 à 59 ans = 29,8 %, plus de 60 ans = 19 %).
Pyramide des âges à Choisel en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,8 
90  ans ou +
0,4 
4,7 
75 à 89 ans
5,0 
12,9 
60 à 74 ans
13,6 
29,8 
45 à 59 ans
29,8 
18,0 
30 à 44 ans
19,0 
16,5 
15 à 29 ans
15,5 
17,3 
0 à 14 ans
16,7 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Aucune école actuellement.

Activités festives[modifier | modifier le code]

La fête de la Saint-Jean, avec feux d'artifice et feu de joie dans lequel est brûlé un mannequin d'osier, est la principale fête du village. Cette fête inclut un buffet et un concert. Il y a parfois des concerts dans le vieux lavoir.

Un vide-grenier est organisé chaque année.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Agriculture.
  • Commune résidentielle.
  • Tourisme.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le château de Breteuil.
L'église Saint-Jean-Baptiste.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Breteuil, construction du XVIe siècle restaurée au XIXe siècle et au début du XXe siècle Logo monument historique Classé MH (1973)[11].
  • L'église Saint-Jean-Baptiste, XIIIe siècle  Inscrit MH (1982)[12],[13].
  • Le lavoir, clos sur les quatre côtés avec deux portes d'accès, date du XVIIIe siècle et a été restauré en 1999. Il est alimenté par l'eau de l'Écosse Bouton.
  • Blockhaus souterrain datant de la Seconde Guerre mondiale.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Breteuil, par Yves Bruley, Évelyne Lever, Éric Mension-Rigau, [et al.], Paris, 2001 (Connaissance des arts. Numéro hors-série, ISSN 1242-9198 ; 169).
  • Michèle Villemur et Vincent-Pierre Angouillant, Tables d'excellences : histoire & gastronomie au château de Breteuil : 62 recettes gourmandes ; préface d'Henri-François de Breteuil, Bordeaux, Féret, 2011. ISBN 978-2-35156-087-7 - EAN 9782351560877

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]