Sermaise (Essonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sermaise
Sermaise (Essonne)
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Étampes
Intercommunalité CC Le Dourdannais en Hurepoix
Maire
Mandat
Magali Hautefeuille
2020-2026
Code postal 91530
Code commune 91593
Démographie
Gentilé Sarmates
Population
municipale
1 611 hab. (2018 en diminution de 2,25 % par rapport à 2013)
Densité 118 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 32′ 12″ nord, 2° 04′ 51″ est
Altitude Min. 71 m
Max. 159 m
Superficie 13,6 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Saint-Chéron
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Dourdan
Législatives 3e circonscription de l'Essonne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Sermaise
Géolocalisation sur la carte : Essonne
Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Sermaise
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sermaise
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sermaise
Liens
Site web http://www.mairie-sermaise.com/

Sermaise (prononcé [sɛʁmɛz] Écouter) est une commune française située dans le département de l'Essonne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Sarmates[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Position de Sermaise en Essonne.

Sermaise est située à quarante et un kilomètres au sud-ouest de Paris-Notre-Dame[2], point zéro des routes de France, vingt-neuf kilomètres au sud-ouest d'Évry, treize kilomètres au nord-ouest d'Étampes, cinq kilomètres à l'est de Dourdan, quatorze kilomètres au sud-ouest d'Arpajon, vingt et un kilomètres au nord-ouest de La Ferté-Alais, vingt-trois kilomètres au sud-ouest de Palaiseau, trente kilomètres au sud-ouest de Corbeil-Essonnes, trente-deux kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt.

La commune dispose sur son territoire de la gare de Sermaise desservie par la ligne C du RER d'Île-de-France.

Le sentier de grande randonnée 1 traverse le territoire de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la rivière l'Orge, affluent de la Seine.

Une station de mesure hydrométrique était implantée dans la commune.

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte plusieurs hameaux : Bellanger, Blancheface, Montflix, Mondétour et Le Mesnil.

Climat[modifier | modifier le code]

Sermaise est située en Île-de-France, elle bénéficie d'un climat océanique dégradé.

Occupation des sols simplifiée[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se compose en 2017 de 90,68  % d'espaces agricoles, forestiers et naturels, 3,05 % d'espaces ouverts artificialisés et 6,27 % d'espaces construits artificialisés[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sermaise est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Chéron, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[7] et 6 694 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[10],[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Sarmesia en 1271[12], Sarmèse, Sergmès au XVIe siècle[13].

Toponyme relatif à la présence de Sarmates (Sarmatia [villa]) établis par le pouvoir romain en Gaule vers le Ve siècle[14]. Homonymie avec les innombrables Salmaise, Saumaise, Sermaises, Sermaize et Sermoise de la Gaule[15].

La commune est instituée par la Révolution française en 1793 sous sa dénomination actuelle[16].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a abrité une usine des établissements Gerber de régénération de solvants chlorés qui a brûlé en 1967. Le site s'est ensuite transformé en décharge avec incinération partielle de déchets divers, une partie des fûts contenant des produits toxiques a été enterrée, polluant fortement le site[17],[18].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Antérieurement à la loi du [19], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département de l’Essonne et à son arrondissement d'Étampes, après un transfert administratif effectif au . Pour l'élection des députés, elle fait partie de la troisième circonscription de l'Essonne.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Dourdan-Nord. Lors de la mise en place du département de l'Essonne, elle intègre en 1967 le canton de Saint-Chéron[16]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est toujours membre, est modifié, passant de 11 à 28 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Roinville est membre de la communauté de communes Le Dourdannais en Hurepoix, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 2005 et auquel la commune a transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles

Résultats des deuxièmes tours :

Élections législatives

Résultats des deuxièmes tours :

Élections européennes

Résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales

Résultats des deux meilleurs scores :

Élections cantonales et départementales

Résultats des deuxièmes tours :

Élections municipales

Résultats des deuxièmes tours :

Référendums

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[34].
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1803 1805 Pierre Filou    
1805 1821 Jean Antoine Ricard    
1821 1834 M. Marchant-Vernouillet    
1834 1852 François Privé    
1852 1870 Pierre François Privé    
1870 1879 Augustin Boutroue    
1879 1896 Stanislas Privé    
1896 1917 Auguste Coquet    
1919 1923 Henri Favier    
1923 1944 Lucien Degas    
1944 1946 M. Bioro    
1946 1947 André Hautefeuille    
1947 1962 Paul Blot    
1962 1971 Reine Maître-Grasse    
1971 2001 Georges Debonno    
2001 2014 Gérard Hautefeuille UMP Retraité[35]
2014 mai 2020 Pascal Javouret UDI  
mai 2020[36],[37] En cours
(au 21 août 2020)
Magali Hautefeuille   Vice-présidente de la CC Le Dourdannais en Hurepoix (2020 → )

Jumelages[modifier | modifier le code]

Sermaise a développé des associations de jumelage avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[39]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[40].

En 2018, la commune comptait 1 611 habitants[Note 3], en diminution de 2,25 % par rapport à 2013 (Essonne : +3,41 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
695726630666670642599572578
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
560572549518478476474471514
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
504476458463459473413485506
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
5295449121 1631 3751 4711 6111 6311 651
2013 2018 - - - - - - -
1 6481 611-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2009
Pyramide des âges à Sermaise en 2009 en pourcentages[42].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,2 
4,5 
75 à 89 ans
5,8 
14,9 
60 à 74 ans
12,9 
23,9 
45 à 59 ans
21,8 
20,1 
30 à 44 ans
21,3 
14,9 
15 à 29 ans
15,5 
21,6 
0 à 14 ans
22,5 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[43].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de Sermaise sont rattachés à l'académie de Versailles.

La commune dispose en 2010 sur son territoire de l'école maternelle Duchon d'Angenières de l'école élémentaire Georges Debono[44].

Sports[modifier | modifier le code]

La ville de Sermaise dispose de deux terrains de tennis et d'un terrain de football en herbe[Quand ?].

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique de Sermaise est rattachée au secteur pastoral de Dourdan et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l'église Notre-Dame-de-la-Nativité-de-la-Très-Sainte-Vierge et de la chapelle Saint-Georges[45].

Médias[modifier | modifier le code]

L'hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d'émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif.

Économie[modifier | modifier le code]

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

En 2006, le revenu fiscal médian par ménage était de 24 919 €, ce qui plaçait la commune au 448e rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages que compte le pays et au quarante-troisième rang départemental[46].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Sermaise - - - - - -
Zone d'emploi de Dourdan 0,7 % 6,0 % 18,9 % 28,5 % 26,3 % 19,6 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Sermaise - - - - - -
Zone d'emploi de Dourdan 1,7 % 10,4 % 7,5 % 11,8 % 21,6 % 6,9 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[47],[48],[49]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église et le monument aux morts.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Sermaise :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes de l'Essonne - tome 2, Paris, Editions Flohic, , 1053 p. (ISBN 2-84234-126-0), « Sermaise », p. 894–896

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 08/04/2009.
  2. Orthodromie entre Sermaise et Paris sur le site lion1906.com Consulté le 26/11/2012.
  3. [PDF]« Occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) », sur cartoviz.iau-idf.fr (consulté en ).
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Unité urbaine 2020 de Saint-Chéron », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  8. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  9. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  12. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 640ab.
  13. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  14. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  15. ibidem
  16. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Rapport de l’Inspection générale de l’environnement (IGE) intitulé Site pollué des anciens établissements Gerber à Sermaise dans l’Essonne, commandé à François Barthélemy et Philippe Huet par le ministre de l'environnement le 4 janvier 1999 et rendu en mars 2000, et recommandations
  18. Vidéo de 1973 montrant le site Gerber et les déversements de produits chimiques Michel Péricard, « Déversement de camion à Bonneuil », La France défigurée, sur http://www.ina.fr, Institut national de l'audiovisuel, (consulté le )
  19. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  20. Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/08/2009.
  21. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/08/2009.
  22. Résultats de l'élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 08/05/2012.
  23. Résultats de l'élection législative 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/08/2009.
  24. Résultats de l'élection législative 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/08/2009.
  25. Résultats de l'élection législative 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/06/2012.
  26. Résultats de l'élection européenne 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/08/2009.
  27. Résultats de l'élection européenne 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/08/2009.
  28. Résultats de l'élection régionale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/08/2009.
  29. Résultats de l'élection régionale 2010 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 13/04/2010.
  30. Résultats de l'élection cantonale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/08/2009.
  31. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 28/01/2013.
  32. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 26/08/2009.
  33. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/08/2009.
  34. Liste des maires successifs sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 11/06/2009.
  35. [FREETEXT]=sermaise&cHash=db48ed480a Fiche de la commune sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 12/05/2010.
  36. Teddy Vaury, « Essonne : Magali Hautefeuille l’emporte à Sermaise », Le Républicain de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. Site de la commune de Sermaise, consulté le 09/2020.
  38. « Fiche du jumelage avec Postiglione sur le site du ministère français des Affaires étrangères. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 09/01/2013.
  39. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  40. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  42. Pyramide des âges à Sermaise en 2009 sur le site de l'Insee. Consulté le 07/08/2012.
  43. Pyramide des âges de l’Essonne en 2009 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  44. Liste des écoles du département sur le site de l'Inspection académique de l'Essonne. Consulté le 28/09/2010.
  45. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse. Consulté le 03/12/2009.
  46. « Résumé statistique national sur le site de l’Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 26/10/2009.
  47. « %5CCOM%5CDL_COM91593.pdf Rapport statistique communal sur le site de l'Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 10/06/2010.
  48. « %5CDL_ZE19901145.pdf Rapport statistique de la zone d'emploi de Dourdan sur le site de l'Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 20/05/2010.
  49. Rapport statistique national sur le site de l'Insee. Consulté le 05/07/2009.
  50. Carte des ENS de Sermaise sur le site du conseil départemental de l'Essonne. Consulté le 03/2020.