Cernay-la-Ville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cernay-la-Ville
Cernay-la-Ville
L'église, la mairie et l'abbaye.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Rambouillet
Intercommunalité CA Rambouillet Territoires
Maire
Mandat
Claire Cheret
2020-2026
Code postal 78720
Code commune 78128
Démographie
Gentilé Cernaysiens
Population
municipale
1 570 hab. (2018 en diminution de 3,86 % par rapport à 2013)
Densité 161 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ 27″ nord, 1° 58′ 32″ est
Altitude Min. 111 m
Max. 199 m
Superficie 9,77 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Rambouillet
Législatives 2e circonscription des Yvelines
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Cernay-la-Ville
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Cernay-la-Ville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cernay-la-Ville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cernay-la-Ville
Liens
Site web http://www.cernaylaville.fr

Cernay-la-Ville est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situé sur la D 906 entre Rambouillet et Chevreuse, le village est inclus dans le parc naturel régional de la haute vallée de Chevreuse (PNRHV) sur la limite nord-est de la forêt domaniale de Rambouillet et du plateau de la Beauce. Il se trouve situé en bordure du bassin parisien (40 km) en jointure des forêts domaniales de Rambouillet (14 km) et Versailles/Saint-Germain-en-Laye (20 km).

Le centre du bourg est organisé autour de l'intersection entre la D 906 menant à Rambouillet allant vers Chartres et du D 24 menant à Limours. Cernay-la-Ville est en situation privilégiée au centre du PNRHV[1] à proximité de lieux touristiques historiques (Vaux de Cernay, châteaux de Dampierre, Chevreuse, Rambouillet, Versailles, Breteuil… etc.) ainsi que des grands bassins d'emploi contemporains des Yvelines (Saint-Quentin-en-Yvelines, plateau de Saclay ou Vélizy-Villacoublay).

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune comprend deux hameaux : Saint Robert (sur la D 906 en allant vers Rambouillet) et l'abbaye des Vaux de Cernay (partagé avec Auffargis), dans la vallée, qui est en fait un prolongement de la Vallée de Chevreuse. La route D24 vers l'ouest permet de rejoindre un vaste étang dit "de l'Abbaye" mais aussi "de Cernay". Cette grande pièce d'eau a été créée au XIIIe siècle par les moines du moment (à la pelle) à partir d'un marécage.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Vers le nord Senlisse par D149 ou D91, vers l'est Choisel par D906, vers le sud-est Bullion par D149, vers le sud La Celle-les-Bordes par D72 et vers l'ouest vers Auffargis par D24.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé un peu avant le confluent du ruisseau de Prédecelle (ou Rouillon) et ru des Vaux, affluents de l'Yvette qui traverse la commune sur 2,342 km[2] et se jette dans l'Etang de Cernay/Abbaye (travail initial des moines suivi des curages réguliers contemporains). Ce ruisseau, qui s'écoule d'ouest en est sur une dizaine de kilomètres, reçoit les émissaires des étangs de Hollande et de l' étang du Perray, pour se jeter dans l' Yvette à Dampierre-en-Yvelines.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

En face du plateau (extrémité Nord-Ouest de la Beauce) où se situe le village, se dressent d'imposantes collines forestières qui débouchent sur un autre grand plateau. Leur importance et leur caractère escarpé nuancent avec le paysage relativement plat du reste de l'Ile-de-France. Le lieu est prisé depuis le XIXe siècle pour la randonnée par les touristes, peintres ou photographes. On désigne souvent la plus haute sous le nom de Pic du Carrier[3], car elle mène à une ancienne carrière la carrière des Maréchaux [4] située sur la commune de Senlisse. Elle fut exploitée jusqu'en 1930[5] pour l'extraction de blocs de grès pour et le taillage de pavés expédiés par train vers les chantiers parisiens (gare des Essarts). On y extrayait aussi la pierre meulière qui a été utilisée pour la construction de maisons individuelles. La carrière a longtemps été le premier employeur de la région, plus de 200 personnes travaillaient sur ce site. Sous le grès et la meulière le sous sol est constitué de sables, argiles plastiques et craies en profondeur. On peut aussi emprunter le col de la Vallée (appellation cernaysienne locale) par un sentier qui serpente sur le flanc occidental de cette vaste colline.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le village se trouve un peu à l'écart des réseaux ferroviaires, qui le contournent soit par le nord-ouest (ligne de Versailles à Chartres avec une gare SNCF à Rambouillet), soit par le sud-ouest (ligne de Palaiseau avec une gare RER B à Saint-Rémy-lès-Chevreuse). La commune est desservie quotidiennement par les lignes de bus de la société de transport SAVAC.

Climat[modifier | modifier le code]

Comme le reste de l'Île-de-France, la commune connaît un climat semi-continental, typique du bassin parisien, avec une influence océanique dégradée. Les hivers peuvent être relativement froids en bout du plateau de la Beauce, balayé par les vents d'ouest, avec des températures négatives sur quelques jours de l'hiver, mais en général légèrement positives entre fin novembre et début avril. Il y a eu cependant des hivers exceptionnels avec 50 cm de neige et convers de 70 cm (1978, 1985, 1997 et 2006). Le record de froid fut de −28 °C, le 17 janvier 1985. Les étés sont chauds avec, certaines années, des périodes de sécheresses (1976 et plusieurs étés après 2000) suite à l'absence de vent pendant quelques jours ou aux vagues de chaleur. Certains étés sont cependant frais et pluvieux, lors des rares années à forte influence océanique. Le record de chaleur est d'environ 40 °C (39,7 °C)[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Sarnetum en 768[7],[3] , Sarnaium au XIIIe siècle, Serneium en 1218, Sarnium, Sarnaia, Sarnaiacum, Sarnei, Sarnee, Sernay, Sairnay[3], Cernay en 1793[8].. L'étymologie est possiblement similaire aux autres Cernay de France, comme Cernay-lès-Reims (Marne, Sarnacum en 1103) ou Cernay dans le Haut-Rhin[7],[9].

Il est probable que l'on y ait exploité ou travaillé le fer, dès l'époque de La Tène, comme l'indique les racines celtiques des noms semblables de ces localités[7].

Le complément locatif -la-Ville vient d'un souci de distinction du nom du village vis à vis de la notoriété du site de l'abbaye des Vaux de Cernay.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Cernay est mentionné dès 768 dans une charte de Pépin le Bref. Des "feux" identifiés avant le Xe siècle au début du Moyen Âge témoignent des familles agricoles qui s'installèrent progressivement à la faveur de la mixité des forêts (chasse) et d'un sol fertile (limons). Les gens défrichent progressivement en entreprenant un élevage rudimentaire autour de pauvres chaumières. La véritable histoire de Cernay-la-Ville commence au début du XIIe avec l'édification de l'abbaye de Notre-Dame des Vaux de Cernay de l'ordre de Cîteaux. La compilation et l'étude des cartulaires[10] nous apprennent que l'abbé Artaud (ou Arnaud) fut chargé par saint Godefroy, moine supérieur de l'abbaye de Savigny, d'installer le 17 septembre 1118 une douzaine de religieux dans l'étroit vallon marécageux de Bric-Essart suite à un don de Simon III de Nauphle-le-Château et de sa femme Eve[11]. Ils y fondent l'abbaye des Vaux de Cernay. D'abord construite en bois, les premières constructions furent lentement consolidées en pierres à partir de 1145 (proches carrières de grès) après un éprouvant travail d'assainissement et d'irrigation autour du ruisseau des Vaux. La première attestation de l’appellation Vaux-de-Cernay se trouve dans un acte de Louis VII daté de 1142[10].

En 1147 un nouvel essor est issu du rattachement de l'ordre de Savigny à Citeaux qui vint donner aux Vau(l)x de Cernay le rang prestigieux d'abbaye cistercienne dans la filiation de Clairvaux. Les Vaux de Cernay vont alors devenir un centre de culture[12] très important au XIIe et XIIIe siècle en étant protégé par une communauté de nobles locaux attachés aux monarchies, féodalités avec, en arrière plan, le soutien de la papauté. Le sixième abbé Guy des Vaux-de-Cernay, proche de Simon de Montfort (qu’il suivra dans la 4e croisade de 1202), fut un prédicateur enflammé d'après le chroniqueur Pierre des Vaux de Cernay et deviendra évêque de Carcassonne (après siège de Zara en Hongrie puis combat[13] contre les Albigeois).

En mars 1215 des religieuses cisterciennes fondèrent l'abbaye de Porrois soumise aux Vaux de Cernay qui devait devenir célèbre sous le nom de Port-Royal. C'est en 1235 que les moines placeront à leur tête Thibaut de Marly ( 1200 - 1247 saint Thibaut[14] en 1270) qui fera rayonner un courant intellectuel et relationnel remarquable (qui durera jusqu'au XIVe siècle) entre les diocèses de Paris (maison rue des Moines-de-Cernay devenue rue du Foin près de la place des Vosges) et de Chartres. C'est aussi à cette époque que Louis IX (Saint Louis) rencontra le saint abbé[15] pour, dit on, l'entretenir de la stérilité de sa femme, la reine Marguerite de Provence. Elle eu par la suite 11 enfants. Sur la tombe de Thibaut de Marly vinrent s'agenouiller Philippe le Hardi, Philippe le Bel, Charles VI. L'abbaye reçu de nombreuses visites prestigieuses au cours des siècles suivants que ce soient rois, reines, le dauphin de Louis XIV avec sa cour après la chasse, présidents et grands noms de la république française (dont Victor Hugo qui dessina une copie de la rosace).

Mais dès le XIVe siècle l'abbaye périclitera progressivement et les bâtiments ne seront plus entretenus car le pays est ravagé par les guerres et fléaux de toute sorte (guerre de cent ans 1337 à 1453). En décembre 1463, par ses lettres patentes, le roi Louis XI confirma sa protection royale, octroyée par ses prédécesseurs. Au début du XVIe siècle, les abbés qui se succèdent aux Vaux, s’efforcent de réparer les ruines accumulées et de rendre au monastère la vie qui l’animait avant la guerre de Cent Ans. En 1542, l’abbaye passe en commende, ce qui entraîne l'affaiblissement de son mode financement. Le monastère connaitra une embellie à la fin du XVIIe et au XVIIIe siècle avec des aides notables (Jean de furet et Catherine sainte Marie sa femme: dalle funéraire de 1641 inventoriée aux Archives Départementales des Yvelines, sis en l'église de Cernay-la-Ville)[16] pour passer, brièvement, aux mains de Jean II Casimir Vasa ex roi de Pologne (soutenu par Louis XIV) en 1669 qui la visita en 1671 avant de décéder l'année suivante. Les temps révolutionnaires n'épargneront pas la communauté qui fut dissoute brutalement en 1791 avec vente précipitée des mobiliers et des biens sur réquisition des bâtiments par le Tribunal de Dourdan[11]. Les moulins et les fermes furent éparpillés entre des particuliers après que les reliques de saint Thibaut soient brûlées; on retrouva bien plus tard son crâne conservé aujourd'hui dans un mur de l'église du village. Après que les ruines de l'abbaye soient passées entre les mains de différents propriétaires (dont certains utilisèrent les pierres comme matériau de carrière) l'ensemble fut acheté en 1873 par la baronne Charlotte de Rothschild. La famille fortunée s'efforça de reconstituer l'esprit des lieux avec des travaux importants pour consolider ou réhabiliter les vestiges dans une évocation architecturale de style anglican. Après la mort de la baronne en 1899, le domaine entre dans le patrimoine de son petit-fils, Henri de Rothschild, auteur dramatique. L'héritier disparaît en 1946 (au commencement de la seconde guerre mondiale les statues du château de Versailles trouvèrent refuge dans les bois de l'abbaye), année durant laquelle l'industriel Félix Amiot, constructeur d'avions devient le nouveau propriétaire du domaine. Il y transfère ses bureaux d'études et l'endroit restera strictement fermé au public.

C'est en 1988 que l'ensemble de l'abbaye des Vaux de Cernay fut racheté à la famille Amiot par le groupe Savry "Les Hôtels Particuliers". Le nouveau propriétaire, Philippe Savry, entreprends alors d'importants investissements de rénovation avec le même respect des racines historiques de ces lieux que Mme Charlotte de Rothschild. La stratégie en est cependant tout à fait différente et contemporaine. Le groupe Savry réussira à allier une philosophie d'ouverture du domaine au public ("casser le quotidien quelques instants en visitant ou séjournant dans un cadre exceptionnel ") à une demande d'évènementiel en plein centre du Parc Natural Régional de la Haute Vallée de Chevreuse: hôtellerie "haut de gamme", gouters musicaux "tous publics", restauration, concerts prestigieux dans la sale des convers (Yehudi Menuhin s'y produira), festivals ou réceptions de groupes. L'heureux transfert de propriété fut appuyé par tous les élus des Yvelines. Il a permis un succès basé sur la connaissance du propriétaire de l'esprit des lieux derrière sa grande expérience des réhabilitations sur d'autres sites historiques qui ont contribué, par le tourisme, à la sauvegarde du patrimoine.

L'affaire est cédée depuis fin 2020 au groupe Paris Society / Accor. Le 4 janvier 1994, l'abbaye des Vaux-de-Cernay a été classée au titre des monuments historiques et depuis 2014 les fonds d'archives de la Société archéologique de Rambouillet sont téléchargeables.

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, l'école de peinture dite "des paysagistes" désigne sur Cernay-la-Ville le rassemblement de peintres paysagistes inspirés par les Vaux de Cernay et ses alentours (ressemblance du site avec Fontainebleau qui donna l'École de Barbizon).

En 1879, une carrière de grès fut ouverte (la carrière des Maréchaux[5] sur la limite de Senlisse) afin d'approvisionner les chantiers de la voirie de Paris.

Trente-trois cernaysiens périrent lors de la Première Guerre mondiale, soit environ 4,7% de la population du village.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, le 27 juin 1944, le résistant Pierre Henri Brunet, 17 ans (Né le 22/11/1926 à Paris 14e) (Forces françaises de l'intérieur) périt sur la route de l'Abbaye, lors d'un combat contre les forces allemandes. Le village fut libéré le 24 août 1944, lors de l'avancée des forces de Philippe Leclerc de Hauteclocque, en route vers Paris.

À partir des années 1970 le profil de la population de la commune de Cernay-la-Ville mute du mode rural vers un monde "rurbain".

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Cernay-la-Ville est une commune essentiellement rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[17],[18],[19]. La typologie d'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressortait en 2008 de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC[20]) est présenté présenté de la façon suivante : tissu urbain discontinu (5 % avec 50 Ha), terres arables hors périmètres d'irrigation (48,9 % avec 491 Ha), systèmes culturaux et parcellaires complexes (6,1 % avec 61 Ha), surfaces essentiellement agricoles interrompues par des espaces naturels importants (0,4 % avec 4 Ha), Forêt de feuillus d'Europe et d'Asie occidentale| Forêts de feuillus (39,6 % avec 397 Ha). En majeure partie le territoire de la commune se compose donc d'environ 90 % d'espaces agricoles, forestiers et naturels et le PLU 2017 [21]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune de Cernay-la-Ville fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communesErreur de référence : Balise <ref> incorrecte : la valeur de l’attribut name ne peut être un simple entier. Utilisez un titre descriptif.,Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : la valeur de l’attribut name ne peut être un simple entier. Utilisez un titre descriptif..avec les extensions pavillonnaires typiques à partir des années 1970. Ces extensions horizontales sont maintenant contraintes par le nouveau Plan Local d'Urbanisation PLU[10] pour protéger les surfaces agricoles et les orientations du Parc Naturel Régional. En effet, à partir des années 1970, les programmes immobiliers pavillonnaires ont modifié la structure traditionnelle du village. Ils font suite à une demande de propriété des générations baby-boom "primo-accédants" (dans le sillage à ce type d'immobilier au plan national d'une période favorable ). Plusieurs programmes ont été réalisés sur cette période avec les lotissements comme “le Hameau” "les Cottages", “Jardins de Chevreuse” suivis de programmes plus modestes tels que celui des “Graviers” “Jean Baptiste Corot”, les “Peupliers” et les “Pommiers”. Sur 10 ans il y a donc eu triplement de la population. Mais partir des années 2000 la baisse de population fera suite au départ des étudiants et de certains retraités vers la province. Le dernier PLU[22] anticipe donc une densification du bâti (programmes BIMBY) pour ne plus empiéter sur les surfaces agricoles indispensables aux approvisionnements des marchés français et européens.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

Cernay-la-Ville faisait partie depuis 1801 du canton de Chevreuse[8]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale. Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[23], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département des Yvelines et à son arrondissement de Rambouillet après un transfert administratif effectif au .

La commune est membre depuis 2012 de la communauté d'agglomération dénommée Rambouillet Territoires (qui portait jusqu'en 2015 le nom de communauté d'agglomération Plaines et Forêts d'Yveline ou CAPFY), un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre auquel la commune a transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Rambouillet

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription des Yvelines.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[24]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1925 1929 Hugues Delume    
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1960 Yves Guéguen SE  
1960 1965 Henri Ronquant SE  
1965 1971 Robert Thibault SE  
1971 1977 Maurice Corin SE  
1977 1983 Alain Sarzotti SE Vice-président de l'association des anciens Maires des Yvelines[25]
1983 1995 Jean Dionisi SE  
1995 2001 Michel Trempu SE  
2001 2020 René Mémain[26],[27] DVD[28] Vice-président de la CA Rambouillet Territoires (2014[29]→ 2020)
2020[30] En cours Claire Cheret SE  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[31]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[32].

En 2018, la commune comptait 1 570 habitants[Note 3], en diminution de 3,86 % par rapport à 2013 (Yvelines : +1,62 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
331388408440409409424461454
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
466473502504519614624681803
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
741755705677645605545532595
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
5615189691 6661 7571 7271 6521 6411 641
2017 2018 - - - - - - -
1 5771 570-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Les histogrammes sur la population de Cernay-la-Ville sont communiqués[34] par INSEE sur les données les plus actuelles (2021).

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École maternelle ;
  • École élémentaire.

L'école est affiliée à l'USEP (Union sportive à l'école primaire) et permet aux élèves de participer à des rencontres inter-écoles (Bullion, Dampierre-en-Yvelines, La Celle-les-Bordes, Les Essarts-le-Roi, Auffargis et Le Perray-en-Yvelines).

Sports[modifier | modifier le code]

  • Association Sportive de Cernay-la-Ville (ASC) (football, tennis, VTT, musculation, pétanque).

Activités festives[modifier | modifier le code]

La Fête nationale est célébrée dans le square du village et donne lieu à un défilé dans toute la commune, en général dans la nuit du 13 au 14 juillet. Elle est précédée par la fête du village (début juillet) et par la fête de l'école (fin juin).

Le 6 décembre est célébrée la Saint-Nicolas. Le saint rend visite aux enfants devant la bibliothèque municipale, s'ensuit alors une procession jusqu'à la salle des fêtes ou se tient le marché de Noël.

Les nombreuses autres activités sont actualisées sur le site de la commune[35].

Économie[modifier | modifier le code]

La commune est encore agricole mais l'arrivée de nouveaux habitants à partir des années 1970 (dit "rurbains") modifieront cette structure traditionnelle des revenus locaux à partir des bassins d'emploi contemporains des Yvelines (Saint-Quentin-en-Yvelines, plateau de Saclay ou Vélizy-Villacoublay). Il y a encore huit très anciennes fermes (certaines datent du XVIIe siècle) ou l'on produit du maïs, du blé, du colza, de la pomme de terre, de la betterave à sucre et de l'orge. Cependant plusieurs de ces exploitations se sont diversifiées en se reconvertissant au “bio” (la ferme de Champart), aux réceptions, restaurations et divertissements (la ferme du "Bout des prés") tandis que celle du Bois Boisseau reçoit gîtes ruraux et aire de camping. Les fermes de la Douairière et des Charmes continuent à produire céréales, betteraves et colza. L'élevage est présent, via la filière de l'élevage ovin, sur des pâturages proches de la forêt, au niveau du plateau de Cernay (zone méridionale) avec l'élevage chevalin, dans de grands prés, en bordure de la forêt. L'élevage volailler est encore représenté mais de moins en moins. Le bois était exploité dans la vallée pour le vendre sur le plateau. Mais cette activité se réoriente à partir des années 1980 dans des contrats entre l'ONF et l'industrie internationale du bois.

Le commerce local, la restauration et les professions libérales (souvent médicales) représentent les foyers d'activité soutenus par les municipalités (superette, coiffeur, pharmacie, tabac, autoécole, boucherie, boulangerie, PME bois, garages, et restauration … etc.)

L'activité touristique reste intense dès le printemps (depuis le XIXe siècle via la ligne de Sceaux commencée en 1854) par la gare RER Saint-Rémy-lès-Chevreuse et la D906. qui favorise sur les fins de semaine une circulation très animée des groupes sportifs (vélos), associatifs (écoles, scoutisme) et projets de promeneurs de la région parisienne qui profitent du cadre historique du PNR poumon des environs urbanisés de la région parisienne.

La carrière et le moulin ne sont plus en activité sinon comme curiosités touristiques. Les activités de la poste ont été transférées à la mairie.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Brice, le transept et la base du clocher sont du XIIIe siècle, la nef et le bas-côtés du XVIe siècle ; la pierre tombale à deux effigies du XVIe siècle, la statue de saint Brice en chêne du XIIIe siècle, le grand christ de bois du XVIIe siècle. L'église abrite la tombe de Jean de Furet (décédé en 1539), dans laquelle repose, outre le seigneur, sa femme. Des reliques de Saint Thibaut de Marly, abbé des Vaux de Cernay, sont également présentes dans l'église.
  • Ancienne abbaye des Vaux de Cernay du XIIe et XIIIe siècle (visite virtuelle)
  • Le Petit Moulin des Vaux de Cernay, un ancien moulin, racheté par le département en 2012 et transformé en musée du paysage[36]

École de peinture de Cernay, dite "des paysagistes"[modifier | modifier le code]

Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, de nombreux jeunes peintres prestigieux viendront travailler en plein air dans les Vaux de Cernay (plus de 700) suite au développement du chemin de fer de la ligne de Sceaux commencée en 1854 qui s’étendra en 1867 jusqu’à Saint-Rémy-lès-Chevreuse et Limours, la Vallée de Chevreuse devient ainsi plus accessible mais la photographie n'a pas encore envahi l'attente et le monde des images en couleur. Ils logeaient dans de conviviales auberges (« Chez Léopold » ou « Au Rendez-vous des Artistes ») à Auffargis ou à Cernay-la-Ville.

Les peintres de l'école de Cernay sont alors très connus. Leur chef de file était Léon Germain Pelouse[37] (1838 - 1891), qui vit à Cernay de 1870 à 1884 et a été élu également président des salons de peinture et de sculpture de Paris. Ses œuvres sont exposées dans de nombreux musées en France (Paris Orsay, Bordeaux, le Havre, Rouen, Carcassonne, Nantes) et à l'étranger (Oslo, Chicago, New York, Montréal et Sidney). Plusieurs centaines de peintres français et étrangers sont venus dans la région au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, imités par de nombreux artistes liés à l'école de Cernay-la-Ville : Jacques Raymond Brascassat, (1804-1867), Henri Harpignies (1819-1916), Kitty Lange Kielland (1843-1914), Albert Rigolot (1862-1932), Julian Alden Weir (1852–1919), Charles Ferdinand Ceramano de Belgique, Peder Severin Krøyer du Danemark, Winslow Homer des États-Unis, Theodore Robinson des USA, Marc-Aurèle de Foy Suzor-Coté du Canada.

En 1897, les amis et élèves de Léon Germain Pelouse font élever un monument à sa mémoire dans les Vaux de Cernay par Alexandre Falguière. Cette œuvre ayant été dérobée en 1999, un nouveau buste en bronze de Léon Germain Pelouse, réalisé par le sculpteur Marc Deligny et la fonderie Coubertin, a été implanté près de l'étang des Vaux de Cernay en 2004[38].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune est située en bordure de la Forêt de Rambouillet. Elle est également incluse dans les limites du Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse.

Flore[modifier | modifier le code]

Cernay-la-Ville a toutes les caractéristiques des milieux naturels en zone humide[39]: cours d'eau, étangs, marécages, bocages, collines avec des cols parfois difficiles d'accès et cours d'eau bordés d'herbes folles.

Faune[modifier | modifier le code]

La commune conserve une grande variété d'espèces animales encore bien présentes et contrôlées par les associations de chasseurs et l'Office National des Forêts. Mais leur nombre est en récession : sangliers, cerfs élaphes, chevreuils et daims européens, rongeurs et rapaces, nombreuses espèces d'oiseaux, présents en grand nombre faute de grands prédateurs. Ainsi, elle reste une zone privilégiée pour la chasse depuis le Moyen Âge.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse | Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse », sur www.parc-naturel-chevreuse.fr (consulté le 23 février 2021).
  2. « Données sur le territoire de la commune », sur SIGES - Seine-Normandie (consulté en octobre 2020).
  3. a b et c Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  4. « Senlisse : la carrière des Maréchaux », sur le Pays d'Yveline, (consulté le 21 mars 2021).
  5. a et b Christian Rouet, « La carrière des Maréchaux à Senlisse », http://yveline.org/wp-content/uploads/2020/06/les-marechaux.pdf,‎ .
  6. « Cernay-la-Ville (Yvelines - France) | Archives des relevés météo du mardi 11 août 2020 - Infoclimat », sur www.infoclimat.fr (consulté le 23 février 2021).
  7. a b et c Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud 1978, p. 162b.
  8. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 85 - 86.
  10. a b c et d France Notre-Dame (Abbey) Vaux de Cernay, Lucien (Lucien Victor Claude) Merlet, Auguste Moutié et Honoré Théodore Paul Joseph d'Albert Luynes, Cartulaire de l'abbaye de Notre-Dame des Vaux de Cernay, Tome 1, Paris, Typ. de H. Plon, (lire en ligne).
  11. a b et c France Notre-Dame (Abbey) Vaux de Cernay, Lucien (Lucien Victor Claude) Merlet, Auguste Moutié et Honoré Théodore Paul Joseph d'Albert Luynes, Cartulaire de l'abbaye de Notre-Dame des Vaux de Cernay, Tome 2, Paris, Typ. de H. Plon, (lire en ligne).
  12. Serbat Louis, « Abbaye des Vaux de Cernay [compte-rendu] Bulletin Monumental Année 1913 77 p. 461 », sur persee.fr/, .
  13. Pierre des Vaux de Cernay Auteur du texte, Joseph (1685-1756) Auteur du texte Vaissette, Innocent IV (1200?-1254 ; pape) Auteur du texte et Raymond de Moissac Auteur du texte, Histoire de l'hérésie des Albigeois et de la sainte guerre entreprise contre eux (de l'an 1203 à l'an 1218) / par Pierre de Vaulx-Cernay, (lire en ligne)
  14. « 8 juillet Saint Thibault de Marly », sur missel.free.fr (consulté le 5 avril 2021)
  15. « 8 juillet Saint Thibault de Marly », sur archive.wikiwix.com (consulté le 5 avril 2021)
  16. Département Yvelines, « Archives Départementales Yvelines ».
  17. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  18. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  19. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  20. « Données statistiques sur les communes de Métropole ; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur CORINE Land Cover, (consulté le 19 avril 2021).
  21. [PDF]« Occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) », sur cartoviz.iau-idf.fr (consulté en octobre 2020).
  22. « PLU révisé 2020 Cenay-la-Ville »
  23. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  24. « Les maires de Cernay-la-Ville », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 18 mars 2021).
  25. « vice-président de l'association des anciens maires des Yvelines », sur https://adamy-yvelines.org/ (consulté le 24 août 2019).
  26. Florence Chevalier, « Cernay-la-ville : 100 logements en 20 ans : René Mémain, le maire, fait le tour des projets de sa commune pour l'année 2013 », 78 actu,‎ (lire en ligne).
  27. Réélu pour le mandat 20114-2020 : « Les maires des Yvelines » [xls], Préfecture des Yvelines, (consulté le 24 août 2016).
  28. « YVELINES (78) - Cernay-la-Ville : Listes de candidatures », Résultats des élections municipales et communautaires 2014, Ministère de l'intérieur (consulté le 24 août 2016).
  29. « Le bureau communautaire », sur http://www.rt78.fr (consulté le 24 août 2016).
  30. Marie Vermeersch, « Yvelines. L'oncle et la nièce élus maires pour la première fois ! : Il est le nouveau maire de Beynes, elle est la nouvelle maire de Cernay-la-Ville (Yvelines). Soit. Mais ce qui est insolite, c'est qu'ils sont oncle et nièce ! », 78 actu,‎ (lire en ligne, consulté le 24 février 2021).
  31. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  32. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  34. INSEE, « Dossier complet Commune de Cernay-la-Ville (78128) ».
  35. « Evenements », sur www.cernaylaville.fr (consulté le 23 février 2021).
  36. Laurent Mansart, « Cernay-la-Ville : la renaissance du Petit Moulin des Vaux de Cernay », sur leparisien.fr, (consulté le 16 octobre 2017) : « Il est là depuis 800 ans, a appartenu aux moines de l’abbaye des Vaux-de-Cernay à la fin du moyen âge, a servi ensuite aux meuniers pour la farine au XVIe siècle avant de servir l’art, celui des peintres paysagiste du milieu du XIXe siècle. Puis, il n’a plus servi. ».
  37. Patrick Levesque, Léon Germain Pelouse 1838-1891 catalogue raisonné Patrick Levesque, Edouard Stephan, .
  38. « La vallée de rend hommage à son peintre », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mars 2021).
  39. MARI A., MARCHAL O., « RÉSEAU DES MARES ET MOUILLÈRES DE PLATEAU ENTRE CERNAY-LA-VILLE ET BONNELLES », sur https://www.futura-sciences.com/planete/definitions/develop (ONF)pement-durable-znieff-6541/ (consulté le 22 février 2021).