Breuillet (Essonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Breuillet.

Breuillet
Breuillet (Essonne)
L’ancien hôtel de ville.
Blason de Breuillet
Blason
Breuillet (Essonne)
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Palaiseau
Canton Dourdan
Intercommunalité Communauté d'agglomération Cœur d'Essonne Agglomération
Maire
Mandat
Bernard Sprotti (PR)
2014-2020
Code postal 91650
Code commune 91105
Démographie
Gentilé Breuilletois/Breuilletoise
Population
municipale
8 440 hab. (2016 en augmentation de 0,94 % par rapport à 2011)
Densité 1 262 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 33′ 57″ nord, 2° 10′ 14″ est
Altitude Min. 50 m
Max. 116 m
Superficie 6,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte administrative de l'Essonne
City locator 14.svg
Breuillet

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Breuillet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Breuillet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Breuillet
Liens
Site web ville-breuillet.fr

Breuillet[1] (prononcé [bʁøjɛ] Écouter) est une commune française située à trente-cinq kilomètres au sud-ouest de Paris dans le département de l'Essonne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Breuilletois[2] et les Breuilletoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Position de Breuillet en Essonne.
Occupation des sols.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 31,9 % 215,12
Espace urbain non construit 11,4 % 76,78
Espace rural 56,8 % 383,04
Source : Iaurif[3]

Breuillet est située à trente-cinq kilomètres au sud-ouest de Paris-Notre-Dame[4], point zéro des routes de France, vingt et un kilomètres au sud-ouest d'Évry[5], quinze kilomètres au nord d'Étampes[6], six kilomètres à l'ouest d'Arpajon[7], onze kilomètres au sud-ouest de Montlhéry[8], douze kilomètres au nord-est de Dourdan[9], seize kilomètres au nord-ouest de La Ferté-Alais[10], dix-sept kilomètres au sud-ouest de Palaiseau[11], vingt-trois kilomètres au sud-ouest de Corbeil-Essonnes[12], vingt-huit kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt[13]. La commune est en outre située à quatre cent deux kilomètres au nord-est de son homonyme Breuillet en Charente-Maritime[14].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la rivière l'Orge. Les eaux de la Renarde, rejoint de l'Orge, sur la commune[15]. Plusieurs étangs sont également situés sur le territoire de la commune, comme « La grande Boëlle » ou les bassins de retenue de l'Orge.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Le point le plus bas de la commune est situé à cinquante mètres d'altitude et le point culminant à cent seize mètres[16].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Maurice-Montcouronne Bruyères-le-Châtel Égly Rose des vents
Saint-Maurice-Montcouronne N Saint-Yon
O    Breuillet    E
S
Saint-Chéron Breux-Jouy Saint-Yon

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Essonne.

Breuillet est située en Île-de-France et bénéficie d'un climat océanique atténué, caractérisé par des hivers frais, des étés doux et des précipitations également réparties sur l'année. Les températures moyennes relevées à la station départementale de Brétigny-sur-Orge s'élèvent à 10,8 °C avec des moyennes maximales et minimales de 15,2 °C et 6,4 °C. Les températures réelles maximales et minimales relevées sont de 24,5 °C en juillet et 0,7 °C en janvier, avec des records établis à 38,2 °C le et −19,6 °C le . La situation en grande banlieue de la commune entraîne une moindre densité urbaine et une différence négative de un à deux degrés Celsius avec Paris. Toutefois, située à proximité du centre urbain et sans présence de vastes espaces de culture, l'ensoleillement de la commune s'établit à 1 798 heures annuellement, comme sur l'ensemble du nord du département. Avec 598,3 millimètres de précipitations cumulées sur l'année et une répartition approximative de cinquante millimètres par mois, la commune est arrosée dans les mêmes proportions que les autres régions du nord de la Loire.

Données climatiques à Breuillet.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[17],[18].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune dispose sur son territoire de la gare de Breuillet - Bruyères-le-Châtel et de la gare de Breuillet - Village desservies par la ligne C du RER d'Île-de-France. Les lignes de bus assurées par le réseau de bus Ormont Transport desservent la commune vers les communes voisines : 68-100 entre Bruyères-le-Châtel et Ollainville, 68-01 entre Bruyères-le-Châtel, Égly et Arpajon, 68-02, le réseau urbain municipale, 68-06 entre Saint-Sulpice-de-Favières et Saint-Yon, 68-08 entre Saint-Maurice-Montcouronne et Saint-Chéron[19].

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Braioletum, Brouillet[20][Quand ?][Où ?].

Breuillet est le diminutif de Breux[réf. nécessaire].

Dérivé du mot gaulois brogi, le mot bas-latin brogilus a le sens de « petit bois enclos »[21].

Le nom de Breuillet a pour origine le mot gaulois breuil qui signifierait « petit bois clôturé » ou « clairière pour la culture ou l'élevage ».[réf. nécessaire]

La commune fut créée avec son nom actuel en 1793[22].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne prévôté relevant du château du Louvre réunie à la Baronnie de Saint-Yon, la terre de Breuillet fut donnée à l'Hôtel-Dieu de Paris puis acquise par Guillaume de Lamoignon, Seigneur de Baville, premier président au parlement de Paris.

Seconde Guerre mondiale

Lors de la bataille de France, le , la 3e compagnie du 3e régiment de zouaves, débarquée en France trois semaines auparavant en provenance d'Algérie, en retraite depuis Gometz, reçoit l'ordre de constituer un barrage antichars le long de la Rémarde, afin de retarder l'avancée allemande et permettre la retraite des troupes françaises, en résistant jusqu'à 22 h, puis en rejoignant le premier bataillon à Jouy.

L'obstacle, situé au pont de la Folleville et commandé par le lieutenant Paul Conty est attaqué à 13 h 45. Neuf de ses soldats sont tués, lui-même blessé à deux reprises. Les survivants se sont finalement rendus et ont été enfermés dans l'église de Saint-Chéron. Cette action de retardement a permis à des milliers de soldats français de ne pas être capturés. Le pont est dénommé depuis 2014 Pont du Lieutenant Conty[23].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'ancien hôtel de ville.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[24], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département de l'Essonne après un transfert administratif effectif au .

Elle faisait partie depuis la mise en place du département à son arrondissement d'Etampes[22], mais a été rattachée le à l'arrondissement de Palaiseau afin d'adapter les limites des arrondissements à la structuration des intercommunalités du département[25].

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la troisième circonscription de l'Essonne.

Elle était membre du Canton de Saint-Chéron depuis sa création en 1967. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Dourdan.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre fondateur de la communauté de communes de l'Arpajonnais. Celle-ci a fusionné avec une autre intercommunalité pour former, le la communauté d'agglomération Cœur d'Essonne Agglomération, dont Breuillet est désormais membre.

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles

Résultats des deuxièmes tours :

Élections législatives

Résultats des deuxièmes tours :

Élections européennes

Résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales

Résultats des deux meilleurs scores :

Élections cantonales et départementales

Résultats des deuxièmes tours :

Élections municipales

Résultats des deuxièmes tours :

Référendums 

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[40].
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977[41] juin 1995 Max Marest RPR Directeur commercial
Sénateur de l'Essonne (1993 → 1995 et 2000 → 2004 )
Conseiller général de Saint-Chéron (1982 → 2001)
juin 1995[41] mars 2008 Jean-François Degoud DVG Professeur d'économie
mars 2008[42] En cours
(au 15 juin 2018[23])
Bernard Sprotti PR Directeur d'un organisme social, ancien militaire
Président de la CC de l'Arpajonnais (2014 → 2016)
Vice-président de la CA Cœur d'Essonne Agglomération (2016 → )
Réélu pour le mandat 2014-2020[43]

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21[44].

Ville Internet[modifier | modifier le code]

En 2003, la commune a reçu le label « Mention Ville Internet »[45].

Le label a été confirmé en 2010 avec l'obtention de deux @[46] et porté à trois @ en 2011[47], confirmé en 2012[48].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Breuillet a développé des associations de jumelage avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[52]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[53].

En 2016, la commune comptait 8 440 habitants[Note 1], en augmentation de 0,94 % par rapport à 2011 (Essonne : +5,07 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
642686786661608665641640664
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
628641641605627686677611590
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6747007127571 2131 3561 3121 1881 498
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
2 0092 6396 5627 1767 3217 3318 0448 1508 255
2013 2016 - - - - - - -
8 4548 440-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[54].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Breuillet en 2009 en pourcentages[55].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,9 
4,2 
75 à 89 ans
5,3 
13,1 
60 à 74 ans
13,3 
18,6 
45 à 59 ans
19,0 
22,6 
30 à 44 ans
23,3 
17,1 
15 à 29 ans
16,2 
24,2 
0 à 14 ans
22,0 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[56].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

Les établissements scolaires de Breuillet sont rattachés à l'académie de Versailles. La commune dispose sur son territoire de l'école maternelle des Graviers, de l'école élémentaire Camille Magné et de l'école primaire de Port-Sud[57].

Santé[modifier | modifier le code]

La commune dispose sur son territoire de la maison de retraite des Larris. Un centre de la protection maternelle et infantile est implanté dans la commune[58].

Services publics[modifier | modifier le code]

La commune de Breuillet dispose sur son territoire d'une agence postale[59], d'une brigade de gendarmerie nationale[60] et d'un centre de première intervention[61].

Culture[modifier | modifier le code]

Le Moulin des Muses accueille la médiathèque et le conservatoire de musique, danse et théâtre. Le club d'astronomie de Breuillet[62] a été créé en 1999. Il organise de septembre à juin, généralement le 2e vendredi du mois des conférences à la Maison des Larris, et des ateliers pratiques au point accueil jeunes le 4e vendredi du mois. Des ateliers enfants sont également organisés certains samedi à Port Sud, ainsi qu'avec des écoles lors de certains événements astronomiques (éclipses). Tous les ans au mois d'août, le club organise une semaine de conférences et d'observations à Méribel. Ce club compte près d'une centaine de membres.

Sports[modifier | modifier le code]

Diverses activités sportives peuvent être pratiquées à Breuillet, en collaboration avec les services municipaux attachés à ce sujet, tant collectifs, comme le handball, le volleyball, le rugby (club commun avec Arpajon) et football, qu'individuels, comme lathlétisme (club commun avec Arpajon), la natation, le kayak, le cyclisme, la gymnastique rythmique, l'escrime, le tir à l'arc[63]. La plupart de ces activités sont regroupées dans la « Plaine des sports ».

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre.

La paroisse catholique de Breuillet est rattachée au secteur pastoral des Trois-Vallées-Arpajon et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l'église Saint-Pierre[64].

Médias[modifier | modifier le code]

L'hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d'émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif. La ville accueille la résidence du chanteur Bilal Hassani, candidat au concours nommé Destination Eurovision 2019.

Économie[modifier | modifier le code]

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 42 232 €, ce qui plaçait Breuillet au 1 589e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[65].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Breuillet 0,0 % 7,4 % 11,4 % 25,6 % 37,5 % 18,2 %
Zone d'emploi de Dourdan 0,7 % 6,0 % 18,9 % 28,5 % 26,3 % 19,6 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Breuillet 2,3 % 8,7 % 3,9 % 19,8 % 9,4 % 8,2 %
Zone d'emploi de Dourdan 1,7 % 10,4 % 7,5 % 11,8 % 21,6 % 6,9 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[66],[67],[68]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

La commune de Breuillet a été récompensée par une fleur au concours des villes et villages fleuris en 2013[69].

Les berges de l'Orge, les bois et les champs à l'ouest de la commune et la carrière géologique au sud ont été recensés au titre des espaces naturels sensibles par le conseil général de l'Essonne[70].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

On peut remarquer les lieux suivants :

  • le château du Chapitre, datant de la fin XVIe siècle, qui accueille depuis 2011 la mairie[71] ;
  • le château du Colombier, datant du milieu ou de la fin XVIIIe siècle, propriété privée ;
  • l'église Saint-Pierre, datant initialement du XIVe siècle et profondément remaniée en 1688 avec la construction d’un chœur à l'est et d'une entrée couverte vers l'Ouest, ainsi que de deux chapelles. L'édifice a été restauré dans les années 1985-1990 après des réparations après la Révolution française[72] ;
  • la fresque du travail au parc du moulin, haut relief appelé à l’origine « Frise du travail », de 8 mètres de long et 2 mètres de haut, réalisée en l'honneur de ceux qui édifièrent l'exposition universelle de 1900 et qui ornait la porte d’entrée principale de l'exposition conçue en 1898 par l'architecte René Binet. La fresque est l'œuvre du sculpteur Anatole Guillot et du céramiste Émile Müller, qui l'entrepose dans son atelier après l'exposition. Camille Bériot, successeur d'Émile Müller, crée en 1922 une briqueterie à Breuillet, sur le site du moulin à eau acquis de la famille du dernier meunier, M. Hutteau. Une partie du site redevient un parc public en 1998, décoré d'œuvres d'Émile Müller[73].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Lieutenant Paul Conty, qui commandait la 3e Cie du 3e régiment de zouaves lors du combat du Pont de la Folleville, le . Cette action retarda l'avance de l'armée allemande. Une stèle commémore ce combat et les neuf victimes militaires[23]. Le pont se situe au sud de la RD 27 et au niveau de la RD 3 ; il franchit la Rémarde. Une stèle commémorative en marque le lieu.
  • Marie de Breuillet, maîtresse de Louis VI le Gros.

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]


Blason de Breuillet

Les armes de Breuillet se blasonnent : D'azur à la tierce ondée d'argent posée en bande, accompagnée, en chef, d'une grappe de raisin d'or et, en pointe, d'un fer de moulin du même, à l'orle crénelée aussi d'or et à la bordure de gueules, à l'écusson du même à la cloche aussi d'argent brochant en abîme sur la tierce[74].

L'étymologie du nom de Breuillet est rappelée par le liseré qui suit le bord de l'écu. Ce dernier est crénelé en souvenir de l'argile, matière première des briques et des tuiles qui fut, par le passé, une grande activité sur la commune de Breuillet. La grappe de raisin rappelle aussi que Breuillet fut un immense vignoble et le fer-de-moulin, que les trois rivières, symbolisées par les bandes ondées, ont alimenté de nombreux moulins. L'écusson chargé d'une cloche signifie que la commune a dépendu de Saint-Yon, qui porte quatre cloches sur son propre blason. La cloche signifie terre d'Église. L'azur et les gueules, le bleu et le rouge sont les couleurs de la ville de Paris de qui Breuillet dépendait beaucoup par les hommes qui ont fait son histoire et qui marquent son attachement à l'Île-de-France[75].

La commune s'est en outre dotée d'un logotype reprenant principalement son blason.

Logo commune de Breuillet.svg

Breuillet dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Simone Rivière, La vallée de la Renarde : Saint-Yon, Boissy-sous-Saint-Yon, Breuillet, Breux, Saint-Sulpice-de-Favieres, La Briche, Souzy, Villeconin, Venant, Boissy-le-Sec, Imprimerie Tardy,
  • Collectif d'auteurs, Regards sur Breuillet, Amattéis, (ISBN 9782868492432)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Breuillet dans le Code officiel géographique sur le site de l'Insee. Consulté le 31/07/2012.
  2. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 01/04/2009.
  3. Fiche communale d'occupation des sols en 2008 sur le site de l'Iaurif. Consulté le 07/11/2010.
  4. Orthodromie entre Breuillet et Paris sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  5. Orthodromie entre Breuillet et Évry sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  6. Orthodromie entre Breuillet et Étampes sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  7. Orthodromie entre Breuillet et Arpajon sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  8. Orthodromie entre Breuillet et Montlhéry sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  9. Orthodromie entre Breuillet et Dourdan sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  10. Orthodromie entre Breuillet et La Ferté-Alais sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  11. Orthodromie entre Breuillet et Palaiseau sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  12. Orthodromie entre Breuillet et Corbeil-Essonnes sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  13. Orthodromie entre Breuillet et Milly-la-Forêt sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  14. Orthodromie entre Breuillet et Breuillet (17) sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  15. Fiche de la Renarde sur le site du SANDRE
  16. « Données géographiques » sur Géoportail (consulté le 19/02/2013.).
  17. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté le 9 août 2009)
  18. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté le 18 août 2009)
  19. Site officiel du réseau de bus Ormont Transport. Consulté le 28/01/2013.
  20. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  21. – Marianne Mulon –Noms de lieux d’Île-de-France, Bonneton, Paris, 1997 (ISBN 2862532207)
  22. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. a b et c Manon Varaldo, « Breuillet : hommage aux héros de la bataille du pont de Folleville : Un rassemblement devant la stèle du Pont Lieutenant Conty se déroulera à 11 h 30. », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 17 juin 2018).
  24. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  25. « Arrêté du 30 décembre 2016 du préfet de la région d'Île-de-France portant modification des limites territoriales des arrondissements du département de l'Essonne », Recueil des actes administratifs de la préfecture d'Île-de-France, no spécial IDF-001-2017-01,‎ , p. 4-9 (lire en ligne [PDF], consulté le 21 août 2018).
  26. Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 29/06/2009.
  27. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 29/06/2009.
  28. Résultats de l'élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 07/05/2012.
  29. Résultats de l'élection législative 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 29/06/2009.
  30. Résultats de l'élection législative 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 29/06/2009.
  31. Résultats de l'élection législative 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 20/06/2012.
  32. Résultats de l'élection européenne 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 29/06/2009.
  33. Résultats de l'élection européenne 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 29/06/2009.
  34. Résultats de l'élection régionale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 29/06/2009.
  35. Résultats de l'élection régionale 2010 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/03/2010.
  36. Résultats de l'élection cantonale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 29/06/2009.
  37. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 22/01/2013.
  38. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 29/06/2009.
  39. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 29/06/2009.
  40. « Les maires de Breuillet », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 23 mars 2016).
  41. a et b I.F., « L’ancien maire de Breuillet et ex-sénateur Max Marest est décédé », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne).
  42. L.C., « Degoud cède sa place à Sprotti dans la douleur », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne).
  43. « Procès-verbal de la séance du conseil municipal du 28 mars 2014 » [PDF], Procès verbaux et relevés des décisons, Ville de Breuillet (consulté le 23 mars 2016).
  44. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Breuillet, consultée le 27 octobre 2017
  45. Palmarès des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 01/10/2009.
  46. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 17/12/2009.
  47. Palmarès 2011 du concours Ville Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 16/01/2011.
  48. Palmarès 2012 du label Ville-Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 11/07/2012.
  49. Fiche du jumelage avec Ammanford sur le site du ministère français des affaires étrangères. Consulté le 07/01/2013.
  50. « Breuillet se jumelle avec… Breuillet », sur le site du quotidien Le Parisien, (consulté le 26 octobre 2015).
  51. « Orthodromie entre Breuillet (Essonne) et Breuillet (Charente-Maritime) », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 27 octobre 2015).
  52. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  53. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  54. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  55. Pyramide des âges à Breuillet en 2009 sur le site de l'Insee. Consulté le 11/07/2012.
  56. Pyramide des âges de l’Essonne en 2008 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  57. Liste des écoles du département sur le site de l'Inspection académique de l'Essonne. Consulté le 02/09/2010.
  58. Fiche du centre de PMI de Breuillet sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 15/01/2013.
  59. Coordonnées de l'agence postale de Breuillet sur le site de La Poste. Consulté le 15/05/2011.
  60. Organisation des forces de l'Ordre en Essonne sur le site de la préfecture. Consulté le 24/11/2010.
  61. Carte des centres de sapeurs-pompiers en Essonne sur le site du SDIS91. Consulté le 24/11/2010.
  62. Club d'astronomie de Breuillet/
  63. Liste des associations sportives municipales sur le site officiel de la commune. Consulté le 28/01/2013.
  64. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse. Consulté le 18/10/2009.
  65. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 janvier 2013).
  66. %5CCOM%5CDL_COM91105.pdf Rapport statistique communal sur le site de l'Insee. Consulté le 09/06/2010.
  67. %5CDL_ZE19901145.pdf Rapport statistique de la zone d'emploi de Dourdan sur le site de l'Insee. Consulté le 20/05/2010.
  68. Rapport statistique national sur le site de l'Insee. Consulté le 05/07/2009.
  69. Palmarès des villes et villages fleuris sur le site de l'association. Consulté le 21/02/2013.
  70. Carte des ENS de Breuillet sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 03/2019.
  71. « Château du Chapitre », Histoire et patrimoine, sur http://www.ville-breuillet.fr (consulté le 17 juin 2018).
  72. « Église Saint-Pierre », Histoire et patrimoine, sur http://www.ville-breuillet.fr/ (consulté le 17 juin 2018).
  73. « La fresque du Travail au parc du Moulin », Histoire et patrimoine, sur http://www.ville-breuillet.fr (consulté le 17 juin 2018).
  74. Blasonnement sur le site de Gaso, la banque du blason. Consulté le 03/09/2009.
  75. Présentation de l'histoire de la commune de Breuiillet sur le site officiel de la ville
  76. Liste des films tournés à Breuillet sur le site L2TC.com Consulté le 28/08/2012.
  77. (en) J'attends quelqu'un sur l’Internet Movie Database