Gambais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gambais
Mairie.
Mairie.
Blason de Gambais
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Canton Aubergenville
Intercommunalité Communauté de communes Cœur d'Yvelines
Maire
Mandat
Régis Bizeau
2014-2020
Code postal 78950
Code commune 78263
Démographie
Gentilé Gambaisiens
Population
municipale
2 414 hab. (2014)
Densité 105 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 46′ 26″ nord, 1° 40′ 26″ est
Altitude Min. 94 m – Max. 182 m
Superficie 23,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Gambais

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Gambais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gambais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gambais
Liens
Site web Gambais.fr

Gambais est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Gambaisiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Gambais dans les Yvelines.
Locator Dot.png

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Gambais est située à la lisière nord-ouest de la forêt de Rambouillet.

Elle se trouve, par la route, à environ 37 kilomètres à l'ouest de Versailles et 28 kilomètres au sud de Mantes-la-Jolie, le chef-lieu d'arrondissement. Houdan, chef-lieu de canton, est à 7 kilomètres au nord-ouest et Rambouillet à 21 kilomètres au sud-est.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par la Vesgre, rivière qui prend sa source à Saint-Léger-en-Yvelines, dans la forêt de Rambouillet, et se jette dans l'Eure à Ivry-la-Bataille.

Hameaux de la commune[modifier | modifier le code]

  • Le Boulay,
  • Mocsouris,
  • Perdreauville,
  • Saint-Aignan où se trouve l'église et Saint-Côme.

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Les communes sont Millemont au nord-est, Grosrouvre à l'est, Gambaiseuil au sud-est, Bourdonné au sud, Maulette à l'ouest et Bazainville au nord.

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare SNCF la plus proche est la gare de Houdan à moins de sept kilomètres au nord-est.

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes Express 60 et Houdan de l'établissement Transdev de Houdan et par les lignes 15 et 16 de l'établissement Transdev de Rambouillet.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Gabesium[Quand ?][1], Gambesium in Pinssiacensi [Quand ?][2],[1], Gambes au XIe siècle[3], Gaimbeis en 1179[4], Gambès au XIIIe siècle, Gambez en 1382, Gambeis[1].

Gambais est homonyme de Wambez (Oise) et Wambaix (Nord), forme picarde, on y reconnaît le germanique *Wan-baki « ruisseau épuisé, intermittent »[5].

Voir Wambez.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Gambais

Les armes de Gambais se blasonnent ainsi :
d'or à la bande de gueules chargé d'un renard courant d'argent

Historique[modifier | modifier le code]

Gambais est située dans la forêt Aequilina devenue Iveline, région boisée, parcourue par de nombreux cours d’eaux.

La région fut habitée par les Carnutes, peuple gaulois.

Il est pratiquement certain qu’un culte druidique était célébré dans la région, un dolmen est encore visible dans la forêt au lieu-dit les Bruyères .

Les Romains s'y sont établis, il a été trouvé, dans les bois, des vestiges (débris de poterie, fibules, pièces de monnaie), attestant leur présence.

Le christianisme s’est établi à Gambais au IV, V et VIe siècles. La région fut évangélisée par saint Martin en 368 et saint Lubin en 556.

En 768, Pépin le Bref, roi des Francs, sur son lit de mort, donne à l’abbaye de Saint-Denis, le district de la forêt des Yvelines.

Au Xe siècle, Robert le Pieux venait souvent chasser dans la forêt, redevenue terre royale.

Par donation royale, Gambais devint propriété des comtes de Montfort en 1123.

En 1283 à la suite du mariage de Yolande de Montfort avec Arthur II, duc de Bretagne, Gambais revient au duc de Bretagne.

À cette époque, le château de Gambais n’était pas le château de Neuville, mais le château Trompette, Du Guesclin y séjourna plusieurs mois pour y organiser sa garnison, il fut incendié par les calvinistes pendant les guerres de religion. Il est possible qu’au lieudit la citadelle, un autre château de même type ait été construit, faisant partie de la même ligne de défense.

Au XVIe siècle Gambais redevient terre royale avec le comté de Montfort.

Le territoire communal fut la propriété du marquis de Labriffe après la Révolution française.

En 1915, Henri Désiré Landru y loua la Villa Tric[6], une bâtisse relativement isolée du bourg, située rue de l'Église, D 983 qui mène à Houdan. Il y assassina sept femmes seules qui furent les dernières de ses onze victimes, avant son arrestation survenue le . Par la suite, la demeure fut pillée par la foule, puis vendue à un restaurateur qui la rebaptisa Au Grillon du Foyer et aménagea une partie de la bâtisse en musée. Le restaurant ferma ses portes en 1940 et la maison fut ensuite revendue à des particuliers[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les maires de Gambais[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1953 1989 Louis Vassout[réf. nécessaire]    
Mars 1989 2001 Monique Cravello[réf. nécessaire]    
mars 2008 en cours Régis Bizeau[8] DVD Retraité[9]
Les données manquantes sont à compléter.

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune de Gambais appartient au canton de Houdan et est rattachée à la communauté de communes "cœur d'Yvelines".

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la neuvième circonscription des Yvelines, circonscription à dominante rurale du nord-ouest des Yvelines, dont le député est Jean-Marie Tétart (UMP).

Au plan judiciaire, Gambais fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que de tribunal de commerce sis à Versailles[10],[11].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 414 habitants, en diminution de -1,75 % par rapport à 2009 (Yvelines : 0,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
725 709 878 910 997 1 026 1 059 1 028 1 037
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 012 1 004 1 013 975 999 1 018 1 056 1 096 1 072
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 024 1 105 1 118 1 036 942 826 848 896 877
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
888 1 084 1 239 1 365 1 730 2 064 2 422 2 402 2 414
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006 [15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,2 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,2 %, 15 à 29 ans = 15,1 %, 30 à 44 ans = 22,5 %, 45 à 59 ans = 24,3 %, plus de 60 ans = 15,9 %) ;
  • 50,5 % de femmes (0 à 14 ans = 22,2 %, 15 à 29 ans = 13,2 %, 30 à 44 ans = 24,1 %, 45 à 59 ans = 23,8 %, plus de 60 ans = 16,6 %).
Pyramide des âges à Gambais en 2007 en pourcentage[16]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,2 
3,9 
75 à 89 ans
5,3 
11,8 
60 à 74 ans
11,1 
24,3 
45 à 59 ans
23,8 
22,5 
30 à 44 ans
24,1 
15,1 
15 à 29 ans
13,2 
22,2 
0 à 14 ans
22,2 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[17]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Économie[modifier | modifier le code]

Le village comporte une boulangerie-pâtisserie, un petit commerce (Petit Marché), un café (le Café du Chasteau), une fleuriste (Il était une fleur), deux agences immobilières, un restaurant, une école primaire, une poste, un antiquaire, un centre communautaire, un parc public.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le village comporte une école maternelle et primaire.

Sports[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Neuville.

Activités festives[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  2. Dans le doyenné de Poissy
  3. Victor R. Belot, Coutumes et folklores en Yvelines, Préface de Paul-Louis Tenaillon, président du Conseil général des Yvelines de 1977 à 1994, membre émérite de l'Académie des sciences morales, des lettres et des arts de Versailles, Librairie Guénégaud, 1977 (FRBNF 34588328), p. 242.
  4. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 309b
  5. Marianne Mulon, Noms de lieux d’Île-de-France, Bonneton, Paris, 1997 (ISBN 2862532207)
  6. Localisation : 48° 46′ 34″ N, 1° 40′ 01″ E)
  7. « Que deviennent ces "maisons de l'horreur" ? », Lavieimmo.com.
  8. « Gambais », Union des maires des Yvelines (consulté le 23 avril 2011).
  9. http://www.lemonde.fr/ile-de-france/yvelines,78/gambais,78263/
  10. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le 23 avril 2011).
  11. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le 23 avril 2011).
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  16. « Évolution et structure de la population à Gambais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 avril 2011)
  17. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 avril 2011)
  18. Marie Vermeersch, « GambaisSur les traces de Peau d’Âne », Les Nouvelles,‎ (lire en ligne)
  19. « Peau d’âne (1970) de Jacques Demy », sur le site du journal Le Monde