Méré (Yvelines)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Méré
Méré (Yvelines)
La mairie.
Blason de Méré
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Rambouillet
Intercommunalité Communauté de communes Cœur d'Yvelines
Maire
Mandat
Michel Recoussines
2020-2026
Code postal 78490
Code commune 78389
Démographie
Gentilé Méréens
Population
municipale
1 673 hab. (2018 en diminution de 1,01 % par rapport à 2013)
Densité 162 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 13″ nord, 1° 49′ 06″ est
Altitude Min. 65 m
Max. 184 m
Superficie 10,32 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Montfort-l'Amaury
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Aubergenville
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Méré
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Méré
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Méré
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Méré
Liens
Site web mere-village.fr

Méré est une commune française située dans le département des Yvelines, en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Méré dans les Yvelines
Locator Dot.png

Situation[modifier | modifier le code]

La commune se trouve à 24 km environ au nord de Rambouillet, dans la plaine de Montfort-l'Amaury, en lisière de la forêt de Rambouillet. Le village jouxte Montfort-l'Amaury.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est irriguée par un petit ruisseau, le ru de Ponteux qui coule du sud vers le nord et se jette dans le Lieutel, affluent de la Mauldre.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Les communications routières sont assurées par la route nationale 12, mise à deux fois deux voies en 2003, qui traverse la commune d'est en ouest. La route RD 76, qui lui est perpendiculaire, relie Montfort-l'Amaury et Méré à la gare puis à Thoiry vers le nord.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

La ligne de Saint-Cyr à Surdon passe par le territoire communal. La commune possède une gare ferroviaire sur cette ligne, à environ 3 km du centre-ville, le long de la route nationale 12.

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes 2, 13, 17, 22, 35, 40, 45 et Express 67 de l'établissement Transdev de Houdan, par les lignes 01, 15, 16, 39 et 49 de l'établissement Transdev de Rambouillet et par la ligne 5 de la société de transport Hourtoule.

Sentier de randonnée[modifier | modifier le code]

Le sentier de grande randonnée GR 1 traverse le territoire de la commune, de Montfort-l'Amaury au sud jusqu'à Mareil-le-Guyon au nord-est.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Méré est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Montfort-l'Amaury, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[4] et 5 474 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[7],[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon B. Guérard le nom de Méré serait le chef-lieu le plus vraisemblable du comté de Madrie[9]. Si l'on suit cette hypothèse, les mentions les plus anciennes de Méré se retrouvent dans : Madriacensis pagi vers 692, [in] pago Madriacensi en 707[10],[11], in pago Matriacensi 751-752[12],[13], Rumaldus Madriacens, Comes... in pago Madriacensi en 754[14], Theobertus comes Matricensis en 802[15], filiam Theotberti Comitis Matricensis en 822[16], in pago Madriacensi vers 825[17], villam pagi Madriacensis en 849[18].

Les mentions suivantes de la localité sont Pinciacensi comitatu, prima potesta Medriaca vers 879-999[19], Medriaca en 936[20], ad Mairiacum en 997[21], potestate Madreia, potestate Madriaca en 997[22], S. Dionysii de Madriaco en 1158[23],[24], de Meri en 1209[25], de Mereio vers 1270[26], prévosté de Mairay en 1317[27],[28], Meriacum[29], Meracum, Mereaorum en 1490[30], Cure de Merey en 1648[31], Merey vers 1757[32], Méré vers 1850[33].

L'étymologie de Madriacensis ou Matriacensis indique que ce toponyme est formé de la racine latine Matri- ou gauloise Matri- (latin mater, -tricis « mère » ou gaulois matir « mère », attesté dans le Plomb du Larzac : adiega matir aiias « Adiega, mère d'Aiia »[34]) employée de manière littérale « Mère » ou sous forme d'un anthroponyme Matrius[35], dont la consonne occlusive sourde -t- passa, sous les mérovingiens, à -d-. Il est suivi du suffixe gaulois et gallo-romain -acum « domaine de »[35],[36] + suffixe latin adjectival -ensis « du pays, du territoire »[37] (> gallo-roman -ESI > ancien français -eis > français -ais). Madriacensis peut être traduit par « pays du domaine de la Mère ou de Matrius », le Mérézais, comme Pinciacensis a donné Pincerais. Potestate Madriaca (prévôté de Méré) est le seul toponyme candidat, le plus homologue dans cette région, à pouvoir prétendre succéder à Madriacensis. Il correspondrait à la bourgade de Méré, plutôt qu'à Merey (Eure). Ce nom est formée également de la racine gauloise et latine Matri- + suffixe gaulois et gallo-romain -acum « domaine de » devenu Madri- par lénition de l'occlusive sourde. Son ultime évolution, de Ma(d)ri(aca) par le double amuïssement de l'occlusive dentale -d- du radical Madri- et de l'occlusive -c- de la finale -acu, aboutit à Mairy, Méri, Merey et Méré. Dans cette hypothèse, les formes anciennes Matriacensis permettent d'établir Matri- > Madri-, le -d- s'est amuis sous les mérovingiens, et rendent moins forte l'explication par le latin materius « matériaux, bois de construction »[38]. Madriaca peut se traduire par « Domaine de la (Déesse) Mère ou de Matrius ». En effet, le culte des 'Mères' a laissé des traces innombrables dans la toponymie de la Gaule[34].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.
Le monument aux morts.

Époque gallo-romaine[modifier | modifier le code]

  • Au lieu-dit "La Chasière" ont été découvert des fragments d'amphores et de céramiques datant du Ier siècle apr. J.-C.[39]. En se basant sur l'étymologie de son nom, la création de Méré remonterait à l'époque gallo-romaine. Le site était placé près du carrefour de deux voies antiques importantes reliant les territoires des cités gauloises. La première reliait Beauvais (Bellovaques) à Orléans (Carnutes) par les Mureaux aux lieux-dits "La Borne Imbert" et "Maison Rouge". La seconde voie de Lutèce (Parisii) à Dreux (Durocasses) croise la première au "Carrefour de l'Espérance" (devant la gare de Méré), elle appartient à l'Itinéraire d'Antonin[40],[39].

Époque mérovingienne[modifier | modifier le code]

  • Près de l'église Saint-Denis, il y a un sarcophage mérovingien en granite de Cherbourg, portant l'inscription Radone[39],[41]. L'instituteur écrit en 1899 fort judicieusement "Les moyens de transports étant, au [haut] Moyen Âge, très difficiles et fort couteux, donc laisse à supposer qu’elle formait le couvercle de la sépulture d’un chef »[42]. En 1844, Guérard a proposé que Méré a pu être le chef-lieu du comté de Madrie[9].

Époque moderne et contemporaine[modifier | modifier le code]

  • Ancien village fermier, les plus anciennes fermes subsistantes remontent à la première moitié du XXe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2005 Jean-Claude Muller    
2005 En cours Michel Recoussines[43]    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[44]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[45].

En 2018, la commune comptait 1 673 habitants[Note 3], en diminution de 1,01 % par rapport à 2013 (Yvelines : +1,62 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
415471477413458454450448419
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
426389410397407382375401411
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
386412423450468566609647674
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
7748071 0361 1401 3531 6751 6991 7031 706
2013 2018 - - - - - - -
1 6901 673-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[46] puis Insee à partir de 2006[47].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 21 %, 15 à 29 ans = 15,4 %, 30 à 44 ans = 15,9 %, 45 à 59 ans = 25,5 %, plus de 60 ans = 22,2 %) ;
  • 50,3 % de femmes (0 à 14 ans = 17 %, 15 à 29 ans = 16 %, 30 à 44 ans = 18,8 %, 45 à 59 ans = 24,7 %, plus de 60 ans = 23,5 %).
Pyramide des âges à Méré en 2007 en pourcentage[48]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
0,9 
6,4 
75 à 89 ans
6,2 
15,4 
60 à 74 ans
16,4 
25,5 
45 à 59 ans
24,7 
15,9 
30 à 44 ans
18,8 
15,4 
15 à 29 ans
16,0 
21,0 
0 à 14 ans
17,0 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[49]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède[50] :

Sports[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Denis.
L'église Saint-Denis.
  • Agriculture (grandes cultures, céréales) ;
  • Petites industries (scierie, silos...) ;
  • Village résidentiel.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le buste de François Quesnay.
.Le buste de François Quesnay.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Denis : église en pierre du XIIe siècle, avec un clocher-tour carré de deux étages percé de hautes baies géminées et surmonté d'une flèche octogonale couverte d'ardoise.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean de Poltrot de Méré, assassin du duc François de Guise, était le seigneur de Méré.
  • François Quesnay, médecin, érudit, économiste du XVIIIe siècle, y est né en 1694.
  • L'écrivain Colette a résidé à Méré de 1936 à 1940 dans sa résidence « le Parc », dont une des fenêtres a été l'objet d'un de ses poèmes (habitée ensuite par l'ancien pilote de formule 1 Jean-Pierre Jabouille).
  • L'éditeur de musique Raoul Breton (1896-1959) possédait une résidence secondaire à Méré (maison dite « le Colombier »), où de nombreux artistes se rendaient. Il y est enterré avec son épouse, appelée « la Marquise ». Un square et une stèle y portent son nom[51].
  • Léopold Bellan (1857-1936), industriel et homme politique français, est né à Méré.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Méré

Les armes de Méré se blasonnent ainsi :
D'argent, à la fasce de sable accompagnée de trois pensées d'or au pied feuillé de sinople.

Elles auraient été données à François Quesnay par Louis XV[52]. Le texte qui figure sur le blason est Propter Cogitationem Mentis (Comme les pensées de votre esprit)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Montfort-l'Amaury », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 4 avril 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 4 avril 2021).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 4 avril 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 4 avril 2021).
  9. a et b GUERARD (Benjamin), Essai sur le système des divisions territoriales de la Gaule. (1832), p. 129-138.
  10. Auguste Le Prévost, « Anciennes divisions territoriales de la Normandie (pagus Madriacensis) » in Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, 2e série, vol. 1, année 1837, 38,39 (1840), t. 11, p. 29-30.
  11. François de Beaurepaire, op. cit.
  12. MALSY Jean-Claude. Un exemple de méthodologie en géographie historique. In: Nouvelle revue d'onomastique, no 41-42, 2003. p. 73-132.
  13. BOUQUET (Dom Martin) Recueil des historiens des Gaules et de la France... (1869), t.5, Audogaire : p.xxxvij, p. 697A : sylva Aqualinæ p. 707.
  14. MABILLON (J.) Acta sanctorum ordinis S. Benedicti...- saeculum tertium (1734) pars seconda VENETIS - vita s. Germani episc. Parisiens. §XIX, p. 94 et note a
  15. WERNER (K.F.) La Neustrie: les pays au nord de la Loire de 650 à 850 : colloque historique international, (1989), t. 1, p. 264.
  16. PERTZ (Georgius Henricus) Eginhard, Annal. (1845), p. 84.
  17. GUERARD (Ben.) Polytique d’Irminion (1844), t. 2, p. 31.
  18. MABILLON (J.) Annales Ordonis S. Benedicti : Complectens res gestas ab anno Christi DCCI. ad annum DCCCXLIX. Inclusive (1704), t.2, p. 229LII;
  19. HALPHEN (L.) LOT (F.) Recueil des actes de Lothaire et de Louis V, rois de France (1908), p. 155, l.25,30.
  20. Jean Camille Niel, Attila dans les Gaules, page 75
  21. TARDIF (Jules) Cartons du Roi. Inventaires & Documents - A.N. (1866), no 240, p. 151.)
  22. BOUQUET (Dom Martin) Recueil des historiens des Gaules et de la France: Rerum gallicarum (1757), t. 10, IV, p. 575.
  23. GALLIA CHRISTIANA, in provincias ecclesiasticas distributa: qua..., (1744), t. 7, p. Instrumenta p. 67 §LXXXII, p. 69D, LXXXIII.
  24. MOUTIE (A.) Cartulaire de l'abbaye de Notre-Dame de la RocheVaux de Cernay, (1862), p. 285.
  25. DION (A. Cte de) Le Prieuré St-Laurent de Montfort. Sté Archéol. Rambouillet (1888), t. 8, p. 166.
  26. DION (Adolphe de), Trente-sixième session tenue à Chartres au mois de septembre 1869, (1870), p. 374-384, p. 380.
  27. RHEIN (André) Seigneurie de Montfort. Sté Archéologique de Rambouillet (1910), t. 21, p. 354-355.
  28. MORLET (M. Th.) Les Noms de personne sur le territoire de l'ancienne Gaule…(1968), t.3, p. 130.
  29. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  30. LONGNON (Auguste) Pouillé de Sens (1844) 158B, 213B .
  31. POUILLE GENERAL contenant les bénéfices de l'archevêché de Paris – (1648), p. 49.
  32. IGN, plan de Cassini, vers 1757
  33. IGN, carte d'État-Major 1820-1866.
  34. a et b Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Une approche linguistique du vieux-celtique continental, Paris, Errance, coll. « Hespérides », , 440 p. (ISBN 2-87772-237-6), p. 219
  35. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 425a - 451a
  36. Jean-Pierre Levet, Orient et Occident- suffixe gaulois latinisé -acum (1996)
  37. Pierre-Henri Billy, La « condamine », institution agro-seigneuriale in Étude onomastique (), p. 136.
  38. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France: Étymologie de 35000 noms de lieux, Librairie Droz, Genève, 1990, t. 1, p. 1859, n° 1861.
  39. a b et c BARAT (Y.) DUFAŸ (B.) RENAULT (I.) Carte archéologique de la Gaule - les Yvelines. (2007), p. 235.
  40. BARAT (Y.) LANGLOIS (M.) BRICON (D.) Habitats et nécropoles du haut Moyen Âge en vallée de Vaucouleurs (Septeuil et Villette) Rev archéol du Centre de la Fr (2001), t. 40, Carte p. 135.
  41. Archéologie des nécropoles mérovingiennes en Île-de-France - Rapport d’activité 2014, p. 43. ; - 1899 p. 16.
  42. A.D.Y Monographie communales, (1899), p. 16.
  43. Résultats des élections municipales de mars 2008 sur le site officiel de la préfecture des Yvelines.
  44. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  45. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  46. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  47. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  48. « Évolution et structure de la population à Méré en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 23 juillet 2011).
  49. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 23 juillet 2011).
  50. « Site officiel de l'inspection académique des Yvelines »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  51. Site de Méré
  52. Association pour l’idée, la rencontre, l’information non ennuyeuse, François Quesnay : un illustre enfant de Méré (1694 - 1774).