Bonnelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bonnelles
Bonnelles
La mairie.
Blason de Bonnelles
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Rambouillet
Intercommunalité Communauté d'agglomération Rambouillet Territoires
Maire
Mandat
Jean-Christophe Rouhaud
2020-2026
Code postal 78830
Code commune 78087
Démographie
Gentilé Bonnellois
Population
municipale
2 021 hab. (2018 en augmentation de 4,18 % par rapport à 2013)
Densité 186 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 37′ 10″ nord, 2° 01′ 43″ est
Altitude Min. 92 m
Max. 177 m
Superficie 10,84 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Rambouillet
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Bonnelles
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Bonnelles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bonnelles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bonnelles
Liens
Site web Bonnelles.fr

Bonnelles est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Bonnelles dans les Yvelines.
Locator Dot.png

Situation[modifier | modifier le code]

Bonnelles est située dans le sud-est du département des Yvelines en limite du département de l'Essonne, à environ 18 km à l'est de Rambouillet et à 28 km au sud-sud-ouest de Versailles.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune comprend une réserve naturelle régionale des Étangs de Bonnelles[1]. Ce territoire est également traversé par un cours d'eau, la Gloriette[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat à Bonnelles est un climat tempéré de type océanique dégradé caractéristique de celui de l'Île-de-France. Les températures moyennes s'échelonnent entre 2 et 5 °C en hiver (janvier) et 14 et 25 °C en été (juillet)[3]. La pluviométrie moyenne, relativement basse, s'établit à environ 600 mm par an. Les mois les plus pluvieux vont d'octobre à janvier.


Hameaux de la commune[modifier | modifier le code]

Bissy, les Clos, les Petits Clos, Villevert (partiellement).

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Pecqueuse au nord-nord-est, Limours au nord-est sur moins de 100 m, Forges-les-Bains à l'est, Angervilliers au sud-est, Longvilliers au sud, Rochefort-en-Yvelines au sud-ouest et Bullion à l'ouest.

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Bonnelles est située sur l'ancienne RN 188 déclassée en RD 988 depuis les années 1970.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

Bonnelles a été desservie par la ligne d'Ouest-Ceinture à Chartres, ouverte au trafic voyageur du 15 mai 1930 au 1er août 1939 de Chartres à Massy-Palaiseau. La halte se nommait alors Bonnelles-Bullion et se situait en dehors du village au nord. La ligne était parcourue quotidiennement par trois trains aller-retour[4].

Avec l'urbanisation progressive de la commune, l'ancienne gare se trouve désormais intégrée aux lotissements. Elle se situe à l'extrémité est de l'avenue du Bois Biquet, au bout de laquelle est possible l'accès à une portion de la Véloscénie, piste cyclable dont le tracé réutilise l'emprise de l'ancienne voie de chemin de fer, en direction de Limours.

Les anciens quais de la gare, désormais recouverts de végétation, se devinent encore dans la forêt bordant l'entrée de la Véloscénie. Le pont de la rue de Villevert à la sortie nord du village, situé à côté de la déchetterie, ainsi que le pont de la route de Bullion à la sortie ouest, aux abords du centre équestre, sont autant d'ouvrages d'arts qui témoignent de ce passé ferroviaire.

Aujourd'hui encore, le chemin forestier qui permet de rejoindre l'ancienne gare depuis le château s'appelle le Chemin de la Gare, en souvenir de cette ancienne desserte.

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes 39.07, 39.07A, 39.07B et 39.30C de la société de transport SAVAC et par les lignes 04 et 29 de l'établissement Transdev de Rambouillet.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bonnelles est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 9,2 % 99
Terres arables hors périmètres d'irrigation 36,5 % 393
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 16,3 % 176
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 1,2 % 13
Forêts de feuillus 36,8 % 396
Source : Corine Land Cover[10]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Bonella au XIIIe siècle, Bonnella, Boonel en 1223[11].

Bonnelles, du gaulois botina, du bas latin bodina qui est devenu en ancien français bodne, puis bone (borne)[Note 3], Borne est une variante picarde de bodne, le français l'a finalement adopté[12].

Il y avait des bornes sur les anciennes voies romaines, Bonnelles est sur une voie antique, qui menait de Paris à Chartres ; là encore, sans doute une borne routière, d'autant plus que Bonnelles se situe approximativement à mi-chemin entre Chartres et Paris[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Bonnelles

Les armes de Bonnelles se blasonnent ainsi :
De gueules semé de billettes d'argent, au lion du même brochant ; au chef ondé du champ, à trois bandes d'or et soutenu d'argent.


Les actuelles armes de la commune de Bonnelles furent créées par le conservateur en chef des Archives des Yvelines. Elles synthétisent à elles-seules les armoiries que portaient les trois grandes lignées de seigneurs de Bonnelles[13] :

- De 1450 à 1602, la famille de La Villeneuve qui portait : De gueules semé de billettes d'argent, au lion morné du même, brochant sur le tout.[14]

(Correspond au champ du blason de Bonnelles, bien que le lion actuel ne soit plus morné.)

- De 1602 à 1769, la famille de Bullion, dont les ancêtres portaient : D'azur aux trois fasces ondées abaissées d'argent, au lion d'or issant de la première fasce.

(Actuelles armes de la commune voisine de Bullion. Dans le blason de Bonnelles, le chef est séparé du champ par une burelle ondée d'argent, en rappel des fasces du blason de Bullion.)

- De 1769 à 1933, la famille d'Uzès, dont les ancêtres portaient : De gueules à trois bandes d'or.

(Que l'on retrouve dans le chef du blason de Bonnelles.)

Les anciennes armes de la commune furent portées par une famille locale du XIIIe siècle : la famille de Bonnelles.

Ces armes se blasonnaient ainsi : De gueules à un chevron d'argent accompagné en chef de deux étoiles d'or, et en pointe d'un croissant du second.

Les trois émaux utilisés (le gueules, l'argent et l'or) se retrouvent dans l'actuel blason de la commune.

Historique[modifier | modifier le code]

Jacques-Denis Nouton, officier de santé, domicilié à Bonnelles, 48 ans, natif de Nîmes, fut recherché en 1803 comme étant accusé d'avoir assassiné sa belle-sœur et incendié la maison de son beau-frère. L'avis de recherche précisait qu'il est armé d'un sabre et de deux pistolets[15].

Pendant la Première Guerre mondiale, dès août 1914, La Duchesse d’Uzès, personnalité très en vue de notre région, met à disposition, le château de Bonnelles aux fins de constituer un Hôpital auxiliaire. L’annexe est l’école des filles de la rue Gambetta ou la Duchesse y exercera elle-même les fonctions d’infirmière. On y soignait les soldats blessés ou malades, évacués du front.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Charles Jérôme Breton    
Jean Baptiste Brunet    
Louis Simon    
Jean Baptiste Meunier    
J.-C. Florimond Segrétier    
Marie Didier Cerné    
Pierre Bernard Chipon    
Adrien François Emmanuel de Crussol d'Uzès    
Honoré Pierre Fréchu    
Claude François Massard    
Charles Randouin    
Louis Emmanuel de Crussol d'Uzès    
Henri Paul Fréchu    
Jules Fréchu    
Louis Thouvenin    
Eugène Richerolles    
Louis Thouvenin    
Léopold Audibert    
Charles Lemareschal    
Jacques Girié[16] (1926-2007)   Directeur des ventes, ingénieur
Chevalier de l'Ordre national du Mérite (1973)
Jean Lucien Rothier[17] (1915-2001)   Ingénieur, président de la SARRY 78
Conseiller régional d'Ile-de-France
Robert Meunier    
Roland Jammot    
Guy Poupart SE-DVD[18] Électricien
Chevalier de l'Ordre national du Mérite[19]
En cours
(au 19 janvier 2021)
Jean-Christophe Rouhaud[20] DVG Technicien
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[22].

En 2018, la commune comptait 2 021 habitants[Note 4], en augmentation de 4,18 % par rapport à 2013 (Yvelines : +1,62 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
515509532503502506503515571
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
563552531527541566572564565
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
596593570530470403370441516
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
4785465951 3712 1932 1622 0771 9491 949
2018 - - - - - - - -
2 021--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,2 %, 15 à 29 ans = 16,5 %, 30 à 44 ans = 19,1 %, 45 à 59 ans = 27,4 %, plus de 60 ans = 15,9 %) ;
  • 51,3 % de femmes (0 à 14 ans = 20,2 %, 15 à 29 ans = 14,4 %, 30 à 44 ans = 21,7 %, 45 à 59 ans = 26,9 %, plus de 60 ans = 16,7 %).
Pyramide des âges à Bonnelles en 2007 en pourcentage[25]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,2 
2,5 
75 à 89 ans
4,4 
13,4 
60 à 74 ans
12,1 
27,4 
45 à 59 ans
26,9 
19,1 
30 à 44 ans
21,7 
16,5 
15 à 29 ans
14,4 
21,2 
0 à 14 ans
20,2 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[26]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Économie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Le groupe scolaire de l'Orangerie comprend une école maternelle ainsi qu'une école primaire (11 rue de la Fontaine Saint-Symphorien)
  • Le collège Les Trois Moulins (54 rue de la Division Leclerc)

Sports[modifier | modifier le code]

  • Tennis Club de Bonnelles
  • Football Club de Bonnelles
  • Basket-ball au Club de Bonnelles
  • Ping-pong
  • Etc.

Les sports de Bonnelles sont régis par le foyer rural de Bonnelles-Bullion qui offre de multiples activités autres que sportives.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Bonnelles.

Activités festives[modifier | modifier le code]

  • Les Trois heures de Bonnelles et ses caisses à savon entre 1988 et 1994.
  • Le Bineau au mois de mars.
  • La course à savon au mois de juin
  • La brocante au mois de mai
  • La fête foraine au mois de mai
  • Le feu de la Saint-Jean fin juin début juillet

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Située à la frontière des « Parisiis » et des « Carnutes » .
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Étangs de Bonnelles, réserve naturelle régionale », sur static.reseaudesassociations.fr.
  2. Les Yvelines. Les 262 communes, Éditions Delattre, , p. 19.
  3. Climat des Yvelines sur le site de Météo-France.
  4. Patrick Rieder, L'histoire de la ligne nouvelle Paris-Chartres par Gallardon et Saint-Arnoult-en-Yvelines, Péronnas, Les éditions de la Tour Gile, , 273 p. (ISBN 2-87802-410-9), p. 151, 172, 211, 224.
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « Données statistiques sur les communes de Métropoles; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur CORINE Land Cover, (consulté le ).
  11. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  12. a et b Noms de lieux d'Île-de-France – M. Mulon – 1997.
  13. « Les Armoiries de Bonnelles », sur www.mairie-bonnelles.fr (consulté le ).
  14. Johannes Baptista (1828-1891) Auteur du texte Rietstap, Armorial général, contenant la description des armoiries des familles nobles et patriciennes de l'Europe ; précédé d'un Dictionnaire des termes du blason : par J. B. Rietstap, (lire en ligne).
  15. Mémorial administratif de la préfecture d'Eure-et-Loir no 54 du 7 Germinal an XII de la République.
  16. [PDF] [1]
  17. [PDF] [2]
  18. [3]
  19. « Le maire Guy Poupart fait chevalier dans l'ordre national du Mérite », 78actu,‎ (lire en ligne)
  20. Extrait de la fiche de M. Jean-Christophe ROUHAUD, sur lesbiographies.com
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  25. « Évolution et structure de la population à Bonnelles en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  26. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  27. https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/IA00070048