Senlisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Senlisse
Senlisse
Le château de la Cour-Senlisse.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Rambouillet
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute Vallée de Chevreuse
Maire
Mandat
Claude Benmussa
2020-2026
Code postal 78720
Code commune 78590
Démographie
Gentilé Senlissois
Population
municipale
495 hab. (2018 en diminution de 5,71 % par rapport à 2013)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 13″ nord, 1° 58′ 57″ est
Altitude Min. 88 m
Max. 179 m
Superficie 7,9 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Maurepas
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Senlisse
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Senlisse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Senlisse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Senlisse
Liens
Site web senlisse.fr

Senlisse est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Senlisse est situé à environ 2 km au nord de Cernay-la-Ville.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Hameaux de la commune[modifier | modifier le code]

  • Garnes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du hameau de Garnes attesté aux XIIIe siècle et XIVe siècle, est à rapprocher du terme dialectal, relevé en banlieue parisienne, garneau (–galet siliceux)[2].

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Les communes sont Dampierre-en-Yvelines au nord, Choisel à l'est, Cernay-la-Ville au sud, Auffargis à l'ouest sur environ 500 m. et Les Essarts-le-Roi au nord-ouest.

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes 39.003, 39.103 et 39.35A de la société de transport SAVAC.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Senlisse est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[6],[7].

Occupation des sols simplifiée[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se compose en 2017 de 92,71 % d'espaces agricoles, forestiers et naturels, 3,98 % d'espaces ouverts artificialisés et 3,31 % d'espaces construits artificialisés[8].

Occupation des sols détaillée[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 6,2 % 50
Terres arables hors périmètres d'irrigation 18,2 % 148
Vergers et petits fruits 3,4 % 28
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 10,0 % 82
Forêts de feuillus 57,3 % 466
Forêts mélangées 4,8  % 39
Source : Corine Land Cover[9]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Scindelicias en 862[2], Cenlicias en 1215, Senliciæ au XIIIe siècle, Senlices[10], Senlisses en 1801[11].

Scindelicias en 862, désigne des « (maisons) couvertes de bardeaux »[12], du latin scindula– (bardeau)[2].

Le nom de Senlisse viendrait du latin Scindeliciae (cordons brisés), nom qui apparaît en 862 lors du don du domaine à l'abbaye de Saint-Denis par Charles II le Chauve[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fin XVIe et début XVIIe siècle, il est fait état d'un fief et d'un seigneur de la Cour-Senlisse, dépendant de la châtellenie de Beaurain.

Le domaine est ensuite acquis par Claude de Lorraine, duc de Chevreuse durant le règne de Louis XIII et devient, en 1739, propriété de Charles Louis d'Albert, duc de Luynes.

En 1842, le duc de Luynes Honoré Théodoric d'Albert dote la commune d'une mairie et d'une école (deux bâtiments accolés) suivi d'une cantine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2008 Jean-Michel Gougerot    
2008 Juillet 2017 Jacques Fidelle    
Juillet 2017 En cours Claude Benmussa    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[14].

En 2018, la commune comptait 495 habitants[Note 3], en diminution de 5,71 % par rapport à 2013 (Yvelines : +1,62 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
498515520487482499484481472
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
442425428370348441502453464
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
492481450483512528445409477
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
403380435413425484520541507
2018 - - - - - - - -
495--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges en 2007[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Senlisse en 2007 en pourcentage[16]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,6 
90  ans ou +
0,8 
2,3 
75 à 89 ans
4,6 
15,6 
60 à 74 ans
14,1 
24,9 
45 à 59 ans
23,6 
20,2 
30 à 44 ans
24,3 
14,0 
15 à 29 ans
13,3 
21,4 
0 à 14 ans
19,4 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[17]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,4 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,4 %, 15 à 29 ans = 14 %, 30 à 44 ans = 20,2 %, 45 à 59 ans = 24,9 %, plus de 60 ans = 19,5 %) ;
  • 50,6 % de femmes (0 à 14 ans = 19,4 %, 15 à 29 ans = 13,3 %, 30 à 44 ans = 24,3 %, 45 à 59 ans = 23,6 %, plus de 60 ans = 19,5 %).

Économie[modifier | modifier le code]

  • Exploitations agricoles.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Denis.
La ferme fortifiée de Malvoisine.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Denis date du XIIIe siècle et une « Vierge à l'enfant » orne le tympan du porche d'entrée. Elle abrite un orgue historique de facture hollandaise du XIXe siècle.
  • Le château de la Cour-Senlisse, inscrit monument historique, date du XVIIe siècle[18]. Il est aujourd'hui propriété privée.
  • Le lavoir, sur le ru des Vaux-de-Cernay, date de la fin du XIXe siècle.
Il a été restauré en 1986 mais aujourd'hui, il est plus ou moins à l'abandon et est utilisé pour entreposer du matériel de voirie communale (bidons, barrières, chaises).
  • Ferme fortifiée de Malvoisine.
Ancienne ferme abritant le Haras de Malvoisine[19].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes des Yvelines - tome 1, Paris, Editions Flohic, , 1155 p. (ISBN 2-84234-070-1), « Senlisse », p. 198–200

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Données sur le territoire de la commune », sur SIGES - Seine-Normandie (consulté en ).
  2. a b et c Marianne Mulon, Noms de lieux d’Île-de-France, Paris, Bonneton, , 231 p. (ISBN 2-86253-220-7).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. [PDF]« Occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) », sur cartoviz.iau-idf.fr (consulté en ).
  9. « Données statistiques sur les communes de Métropole ; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur CORINE Land Cover, (consulté le ).
  10. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Ernest Nègre - 1990 - Toponymie générale de la France - Page 385.
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. « Évolution et structure de la population à Senlisse en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  17. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le ).
  18. « Château de la Cour-Senlisse », notice no PA00087648, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. Site du Haras de Malvoisine