Conduite de nuit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La conduite de nuit est l'ensemble des règles particulières à appliquer lors de la conduite d'un véhicule dans l'obscurité, ou plus exactement quand la luminosité du jour diminue de façon significative, réduisant la vision du conducteur et des autres usagers de la route, ce qui impose au minimum l'usage des feux pour une conduite sécuritaire.

Les principales difficultés de ce mode de conduite sont dues à la diminution de la visibilité et la baisse de la vigilance (chronobiologie). Les conséquences sont une vision moins bonne des panneaux, des autres véhicules et d'importants risques d'éblouissement.

Utilisation des phares[modifier | modifier le code]

La conduite de nuit nécessite l'utilisation :

  • Des feux de croisement (qui éclairent à 30 m minimum) si l'on suit ou croise un autre usager ou si l'on roule en ou hors agglomération éclairée ; en France, dans les agglomérations éclairées, l'usage des feux de position seuls (visibles à 150 m mais n'éclairant pas la chaussée) est encore admis en cas d'intempéries, mais il est proscrit dans beaucoup de pays européens.
  • Des feux de route (qui éclairent à environ 100 m minimum) dans les autres cas, c'est-à-dire lorsque la route n'est pas éclairée et qu'on est seul sur la route. Lorsqu'on croise ou suit un autre usager il faut repasser en feux de croisement. La nuit par temps clair, sur les routes étroites et sinueuses, les feux de route peuvent être complétés par les feux avant de brouillard ; il faudra aussi les enlever pour croiser ou suivre un autre usager.

Équipement intérieur[modifier | modifier le code]

La plupart des rétroviseurs intérieurs disposent d'un réglage « nuit » qui permet de diminuer les risques d'éblouissement lorsqu'un véhicule arrive derrière soi avec les phares allumés.

Risques accrus[modifier | modifier le code]

Les risques supplémentaires à la tombée de la nuit sont pour l'essentiel :

  • La baisse de la vigilance ou la somnolence.
  • L'appréciation faussée des perspectives.
  • L'éblouissement par le brusque passage de la pénombre à la vive lumière des phares du véhicule croisé.
  • Le point noir lors du passage de la lumière à la pénombre.
  • La prise de conscience des obstacles seulement à leur entrée dans le faisceau des phares.
  • La présence accrue des animaux sauvages ou domestiques errants.

Règles particulières[modifier | modifier le code]

Dans certains pays européens [Lesquels ?], la conduite de nuit commence à s'appliquer un certain temps avant le coucher du soleil et continue à s'appliquer également un certain temps après son lever.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]