Frein de stationnement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Levier de frein d'une Porsche 911
Témoin indiquant que le frein à main est enclenché

Le frein de stationnement, frein de parking, plus communément appelé « frein à main » ou « frein de secours », sert à garantir l'immobilisation d'un véhicule à l'arrêt par l'action d'un levier[1].

Il n'est pas prévus pour servir à arrêter le véhicule, néanmoins il peut etre utilisé, en cas d'urgence, comme « frein de secours », si le système de freinage hydraulique est défaillant.

Il permet essentiellement de laisser un véhicule en stationnement dans une pente, moteur arrêté. Il peut également servir en cas de démarrage en côte, pour empêcher la voiture de reculer (en effet, il est impossible dans cette situation d'utiliser le frein à pieds classique[a], un pied étant sur la pédale d'embrayage et l'autre sur l'accélérateur.

Principe[modifier | modifier le code]

Le système du frein à main, pour fonctionner, utilise les organes alloués au système de freinage. Que ce soit à disque ou à tambour, le principe est de bloquer une ou plusieurs roues sur un même essieu, afin d'empêcher le mouvement rotatif, et donc le déplacement du véhicule. Moins sollicité que le dispositif de freinage traditionnel, un simple câble permet d'actionner le dispositif. Dans le cas de frein à disques, des plaquettes viennent pincer les disques les empêchant de tourner, et sur les freins à tambour, les garnitures de frein (ou mâchoires) sont plaquées sur le tambour empêchant aussi leur rotation. Principalement présent sur les roues arrière, le frein à main peut être monté sur les roues avant. En général, il se commande en actionnant une poignée disposée entre les sièges avant d'une voiture.

Cas particuliers[modifier | modifier le code]

Des variantes sont apparues :

  • Des freins à main actionné avec le pied (on enfonce une pédale sur le plancher - sur les Citroën DS ou Mercedes-Benz par exemple[1]) ;
  • Commande de frein à main au tableau de bord (comme sur les Renault 4, Citroën 2CV ou GS)[1] ;
  • Les freins de stationnement commandés électriquement sont de plus en plus répandus[2] ;
  • Sur les véhicules à boite de vitesses automatique, la position « P » (pour « parking ») bloque le train d'engrenage et évite d'avoir à actionner le frein à main manuel sauf si la pente est importante.

Efficacité[modifier | modifier le code]

Suivant les systèmes et le type de véhicule, l'efficacité du frein à main peut être insuffisant. On peut renforcer son rôle avec une cale (elle était fournie de série avec les Citroën 2CV) ou alors en enclenchant un rapport dans la boîte de vitesses du véhicule, la compression du moteur utilise alors le phénomène de frein moteur pour empêcher le mouvement rotatif des roues par la simple force de gravité (voiture en pente entraînée vers le bas).

Frein de secours[modifier | modifier le code]

Sauf sur certaines voitures récentes, le frein à main commande les organes de freinage par l'intermédiaire d'un simple câble. Ainsi, contrairement à la commande principale de freinage (hydraulique), il ne nécessite pas d'alimentation électrique ni de fluide hydraulique, et est moins sujet aux pannes[b]. C'est pourquoi le frein à main fait souvent office de « frein de secours » : en cas de défaillance du système principal, il permet, compte tenu de son efficacité moindre, de ralentir voire de stopper le véhicule.

Le frein de secours a longtemps été une obligation pour les véhicules, mais certains modèles récents, équipés d'un frein de parcage électrique, n'ont plus de mécanisme de secours[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sauf avec une boîte de vitesses automatique où il n'y a pas besoin de pédale d'embrayage
  2. Mis à part une rupture du câble.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Frein de stationnement, sur encyclauto.fr, consulté le 25 mars 2017
  2. Le frein de parking électrique - Autobiz.fr
  3. Le frein à main électrique : quatre bonnes raisons de le détester - Jean-Rémy Macchia, France Info, 24 février 2014

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]