Aéroglisseur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aéroglisseur
Image illustrative de l’article Aéroglisseur
LCAC de l'armée américaine.
Généralités
Type amphibie
Caractéristiques courantes
Propulsion Hélices aériennes
Autres Véhicule sur coussin d'air
Image illustrative de l’article Aéroglisseur
1. Hélices
2. Air
3. Ventilateur
4. Jupe flexible

Un aéroglisseur est un véhicule amphibie à portance aérostatique et à propulsion aérienne, en général une ou plusieurs hélices aériennes.

La portance est assurée par un coussin d'air sous faible pression relative, entretenu par une soufflante à l'intérieur d'une enceinte dont les parois latérales, appelées jupes, sont suffisamment déformables pour suivre au plus près le relief de la surface survolée et ainsi réduire les fuites. Les aéroglisseurs se déplacent le plus souvent sur la mer, mais aussi sur toute surface terrestre ne présentant pas d'obstacles importants (neige, glace, sable, gazon). La propulsion est aérienne ; les vitesses étant plus faibles que celles des avions, la charge au disque (traction sur surface) élevée[Quoi ?] fait que les hélices sont quelquefois carénées, comme les hélices des remorqueurs. Les changements de direction sont obtenus en déviant le souffle à l'aide de gouvernails, par orientation de l'hélice, celle-ci étant alors placée sur un pylône orientable, ou par des propulseurs latéraux spécifiques (bow thruster nozzles).

Définitions[modifier | modifier le code]

Pour l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle[1]
« “véhicules à coussin d’air” comprend tous les véhicules qui sont entièrement ou partiellement supportés par des coussins d’air ou d’autres gaz au-dessus de la terre ou de l’eau. »
Pour la Convention sur la prévention de la pollution des mers résultant de l'immersion de déchets[2]
« “6. «Navires et aéronefs» désigne les véhicules circulant sur l’eau, dans l’eau ou dans les airs, quel qu’en soit le type. Cette expression englobe les véhicules sur coussin d’air et les engins flottants, qu’ils soient autopropulsés ou non. »
Pour la Section 4 du Hovercraft Act du Royaume-Uni[3]
« un véhicule qui est conçu pour être soulevé, lorsque l'engin est en mouvement, entièrement ou partiellement par l'air chassé par le véhicule de manière à former un coussin dont la surface comprime le sol, l'eau ou un autre plan au-dessous du véhicule. »
Pour le Recueil international de règles de sécurité applicables aux engins à grande vitesse[4]
« Le terme “aéroglisseur” désigne un engin dont la masse peut en totalité ou en grande partie être soutenue, au repos ou en mouvement, par un coussin d'air permanent, dont l'efficacité dépend de la proximité de la surface au-dessus de laquelle l'engin se déplace. »
Pour le Journal Officiel de la République Française[5]
« Navire à sustentation : aéroglisseur, navion, ou tout autre navire conçu pour évoluer à proximité de la surface de l’eau, sans contact avec cette dernière, et à une altitude inférieure à la longueur de coque de l’engin. »
Pour la Classification internationale des maladies (ICD-9FR/E800_E999)[6]
« Les véhicules amphibies tels que les aéroglisseurs sont considérés comme bateaux lorsqu'ils se trouvent sur l'eau, comme véhicules à moteur lorsqu'ils se trouvent sur la voie publique, et comme véhicules à moteur tout terrain lorsqu'ils se trouvent à terre mais en dehors de la voie publique. »
Pour le service des transports du Canada, l'aéroglisseur ne peut être assimilé à un bateau[7]
« Compte tenu d’une technologie très différente de celle utilisée pour les bâtiments de mer conventionnels, des exigences particulières touchant la construction et l’exploitation ont été élaborées et adoptées en vertu d’une politique de Transports Canada. »
Toujours pour le Canada, dans le règlement concernant les aéroglisseurs[8], la définition suivante est donnée
« aéroglisseurs désigne un véhicule conçu pour se maintenir dans l’atmosphère principalement grâce à la réaction, sur la surface de la terre, de l’air expulsé par la machine. »
Pour Le Directoire Maritime Norvégien[3]
« le 2 avril 1965 il définit l'aéroglisseur (Hovercraft) comme «  un engin qui, pendant son fonctionnement, est supporté par un coussin d’air .»

Appellation[modifier | modifier le code]

L'aéroglisseur est aussi désigné par le terme technique anglais ACV (Air Cushion vehicle) dont l'équivalent francophone est VCA (véhicule sur coussin d'air) ou par le mot de langue anglaise Hovercraft.

La société de Jean Bertin avait déposé les noms suivants :

  • Aérotrain ;
  • Naviplane dont le Naviplane N500 ;
  • Terraplane dont le BC4 a été le premier à être équipé d'une liaison au sol souple retenant et créant un vrai coussin d'air.

Avant la définition de l'aéroglisseur, on relève les termes de glisseur, véhicules à progression rasante, plateforme volante[9].

Historique[modifier | modifier le code]

Le Hoverlloyd SR.N4 Swift GH-2004 en 1973.

Les premiers « aéroglisseurs », sans jupe souple, un peu comme le Saunders-Roe Nautical 1 (SR.N1) 20 ans plus tard, ont été fabriqués et testés en vraie grandeur par les Soviétiques entre 1930 et 1939. L'ingénieur Levkov en fut l'instigateur au sein d'un groupe innovant.[réf. souhaitée]

L'hovercraft, du nom donné par son concepteur anglais Christopher Cockerell en 1955[10], était constitué d'une plateforme rigide (le SR.N1) , ce qui lui posait des problèmes à la fois de stabilité dans le franchissement des inégalités de relief (le rendant impropre à un usage militaire, par exemple, mais aussi demandant une très grande énergie pour compenser les fuites).

C'est en 1962 que la société Bertin[10] munit de jupes souples son Terraplane (BC-4) permettant de maintenir une pression constante sous le véhicule et ainsi, de limiter les fuites d'air et d'épouser différents terrains[11].

En Belgique, en 1966, est présenté le PV-1, aéroglisseur conçu par le professeur André Jaumotte de l'université de Bruxelles (U.L.B.), véhicule à jupe dont les démonstrations ont lieu sur un sol ferme et sur l'eau et caractérisé par un double étage de pression obtenu par une sustentation combinée par la production simultanée d'un jet d'air à la périphérie de la coque et de jets d'air sous celle-ci[9].

Depuis 1970, des expéditions de différentes nations ont été menées durant plusieurs mois sur terre ferme et sur la glace, en Antarctique et Arctique, en même temps qu'une utilisation plus générale dans le domaine militaire.

À partir des années 1960, des traversées de la Manche en aéroglisseur étaient proposées par la compagnie Hoverspeed entre les ports français de Calais et Boulogne-sur-Mer et le port anglais de Douvres. Plus rapides que les ferries traditionnels, ils permettaient de rejoindre l'Angleterre en 22 minutes à partir de Calais ou en 25 minutes à partir de Boulogne. Néanmoins, les aéroglisseurs étant très polluants (l’hovercraft Jean-Bertin consommait 5 000 litres à l’heure) et très sensibles aux aléas techniques et climatiques, les hoverports de Boulogne et de Calais ferment respectivement en 1991 et en 2000[12]. La raison souvent invoquée est celle de l'ouverture du tunnel sous la Manche et de la concurrence de navires type catamaran, mais on peut avancer d'autres causes : la suppression par la loi européenne de la détaxation du kérosène, l'arrêt des boutiques hors taxes, le coût élevé à l'achat et à l'entretien de la motorisation et de la propulsion de type aéronautique[réf. nécessaire]. Les pièces moteur se faisaient également rares, car aucun projet de modernisation des SR.N4 n'avait été mené durant les 30 ans d'exploitation.

Dans plusieurs pays les aéroglisseurs sont utilisés dans des rôles très diversifiés. Le Canada (la Garde côtière canadienne) utilise même ses appareils comme brise-glaces sur le fleuve Saint-Laurent afin de réduire les risques d’embâcles de glace.

Réglementation[modifier | modifier le code]

La réglementation en France classe les aéroglisseurs dans les « Navires » bien que ce dernier terme ne soit pas à ce jour clairement défini en droit français. Cette classification pénalise lourdement ces engins qui ne sont pas des navires, mais des amphibies.

Les Britanniques ont, depuis début 2014, une nouvelle réglementation[13] qui sort les petits aéroglisseurs de la classification des navires rapides et définit trois nouvelles classes pour les aéroglisseurs de longueur inférieure à 24 m.

  • Les « Ultra-légers » moins de 500 kg et maximum 4 personnes à bord,
  • Les « Légers » jusqu'à 1 000 kg et maximum 7 personnes à bord,
  • Les « Petits » moins de 24 m et pas plus de 12 passagers à bord (ici on parle bien de passagers). Cette nouvelle réglementation ouvre la porte à une exploitation réelle de ces engins amphibies sans les contraintes des règles des « HSC » ou autres « navires ».

Différents véhicules sur coussin d'air[modifier | modifier le code]

  • Aéroglisseurs légers (moins de 1 000 kg), une des associations de passionnés[14]
  • Une autre association officiellement enregistrée et à jour des obligations réglementaires[Interprétation personnelle ?][15].
  • L'aérotrain de M. Jean Bertin[16], le train sur coussin d'air.
  • Le "TRIDIM", lui aussi de M. Jean Bertin[16], et dérivé ultra-léger du modèle précédent se présentant en cabines indépendantes de 6 places se déplaçant sur des rails à la manière d’ascenseurs horizontaux ;
  • LCAC, barge de débarquement sur coussin d'air ;
  • SR.N4, Transport de passagers. Il était le plus rapide sur la traversée Trans-Manche.
  • le PV 1 de l'ingénieur belge André Jaumotte conçu à l'U.L.B. (Bruxelles) et développé par l'ingénieur Andrzej Kiedrzynski. Il s'agit d'un véhicule léger à moteur Citroën doté d'un double étage de pression sous la forme d'un coussin d'air central pour la sustentation entouré d'un jet périphérique assurant l'équilibre.

Sport[modifier | modifier le code]

Aéroglisseur de course à une place.

Il n'existe plus de championnat de France d'aéroglisseurs (de 1974 à 1996). Depuis 1989 un RAID sur le Rhône parcourt 600 km en une semaine. Il existe aussi un championnat d'Europe d'aéroglisseurs depuis 1983 et un championnat du Monde d'aéroglisseurs depuis 1987.[réf. nécessaire]

Appareils similaires ou proches[modifier | modifier le code]

Le NES (navire à effet de surface) n'est pas un aéroglisseur car il présente des parois latérales immergées.

L'Ekranoplane n'est pas un aéroglisseur, c'est un hydravion qui vole en effet de sol au-dessus de l'eau.

Armée[modifier | modifier le code]

Aéroglisseur Hovercraft IA-202, de la garde côtière finlandaise

Ce type de matériel est utilisé par les marines nationales de Russie et d'autres pays[réf. nécessaire].

Surveillance côtière[modifier | modifier le code]

Ce type de matériel est utilisé pour la surveillance côtière, par un pays comme la Finlande, qui possède de très nombreuses îles, difficilement accessibles.

La Garde côtière finlandaise utilise un parc de dix Hovercrafts de type TD-2000.

Types de matériels[modifier | modifier le code]

Services de Secours[modifier | modifier le code]

Sapeurs-pompiers en France[modifier | modifier le code]

Ce type de matériel est utilisé en France par plusieurs Services Départementaux d'Incendie et de Secours pour les interventions difficiles en rivière, en mer ou sur l'estran, pour la reconnaissance et le sauvetage, que ce soit pour des promeneurs, pêcheurs à pied, voire des professionnels de la pêche envasés ou portés disparus. Il est aussi utilisé dans les vasières, les marécages, les zones inondées ou submergées, lors d’incidents climatiques[17].

Ce matériel est aussi adapté au sauvetage fluvial, même sur les cours d'eau à faible profondeur :

  • Depuis 2017 dans le Lot, le SDIS-46 a doté son centre de secours de Souillac d'un aéroglisseur qui peut intervenir sur tous les cours d'eau du département[20].

Types de matériels[modifier | modifier le code]

  • Le SDIS-19 est équipé d'un matériel IH-3 de la société suédoise Ivanoff Hovercraft AB (matériel habituellement utilisé en Suède pour intervenir sur la glace)[22].
  • Le SDIS-35 est équipé d'un matériel suédois Zephyr Hovercraft[23].

Autres pays[modifier | modifier le code]

Aéroglisseur BBV-6 de la Société suédoise de sauvetage en mer

De nombreux pays utilisent ce type de matériel pour leurs services de secours : Allemagne, Canada, États-Unis, Pologne, Royaume-Uni, Suède, etc. Il est à noter que dans les opérations de sauvetage, reculer est parfois la seule issue. En fonction de leur usage, certains matériels peuvent nécessiter de posséder un système de poussée inversée, permettant de freiner rapidement, de planer sur place et de reculer à plus de 40 km/h[25],[26].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF]« Classification wipo-B60V . »
  2. Convention sur la prévention de la pollution des mers résultant de l'immersion de déchets.
  3. a et b [PDF]« Unidroit 1971. »
  4. « Décret n° 2006-1187 du 27 septembre 2006. »
  5. [PDF] Journal Officiel de la République Française d'avril 2008
  6. « Classification supplémentaire des causes extérieures de traumatismes et empoisonnements (E800-E999) », sur www.cepidc.inserm.fr (consulté le )
  7. « Canada-Ministère des Transports. »
  8. « Canada-Ministère de la justice. »
  9. a et b Belgique-Université libre de Bruxelles, « Étude d'un véhicule à coussin d'air PV-1 U.L.B.(X.) », Ciel et Terre, vol. 81,‎ , p. 12 (lire en ligne, consulté le )
  10. a et b Pierre Germa, Depuis quand ? : le dictionnaire des inventions, p. 14
  11. J.P., « Le Terraplane, premier aéroglisseur Français », Aviation magazine,‎ , p. 17
  12. Sylvain Delage, Chloé Tisserand, Les hoverports de Boulogne et Calais vont être rasés : la fin d’une époque dans La Voix du Nord, le 29 août 2015
  13. http://www.britishmarine.co.uk/news__press/news_article.aspx?ArticleId=4313
  14. « Un des sites français sur cette catégorie. »
  15. « Association France Aéroglisseurs »
  16. a et b « L'aérotrain et les naviplanes »
  17. France Info, « L'aéroglisseur des pompiers de Corrèze au secours des sinistrés de Saintes », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le ).
  18. Charlotte Briche, « Un premier aéroglisseur pour les pompiers vendéens », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  19. Maël Prévost, « Les pompiers du 35 équipés d’un aéroglisseur et de camions dernier cri [En images] », sur letelegramme.fr, (consulté le ).
  20. Anthony Monhardy, « Lot (46) : les pompiers équipés d’un aéroglisseur », sur feuxdeforet.fr, (consulté le ).
  21. La Montagne, « Les pompiers de la Corrèze s'équipent d'un aéroglisseur : une première en France », sur lamontagne.fr, (consulté le ).
  22. (en) Ivanoff Hovercraft AB, « IH-3 », sur hovercraft.se (consulté le ).
  23. Pierre Momboisse, « VIDÉO. Dans la baie du Mont-Saint-Michel, l’aéroglisseur va faciliter les interventions des pompiers », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  24. British Hovercraft France, « Livraison pour le SDIS 85 », sur british-hovercraft-france.com, (consulté le ).
  25. (en) Neoteric Hovercraft Inc., « Hovercraft de sauvetage », sur neoterichovercraft.com (consulté le ).
  26. (en) Interschutz (de), « Hovercrafts - the exotics at the fire department », sur interschutz.de, (consulté le ).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :