40 millions d'automobilistes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
40 millions d'automobilistes
Logo de l’association
Cadre
But Défendre, protéger, proposer et conseiller les automobilistes
Zone d’influence Drapeau de la France France
Fondation
Fondation 15 septembre 2005
Identité
Siège Paris
Président Daniel Quéro
Délégué général Pierre Chasseray
Membres 320 000
Publication Auto Fil
Slogan « L'association des automobilistes raisonnables et responsables »
Site web http://www.40millionsdautomobilistes.com/

40 millions d'automobilistes est une association loi de 1901 française fondée en 2005 à l'initiative de l'Automobile Club de l'Ouest dont elle est une filiale. Entendant porter la parole des automobilistes et défendre leurs intérêts, elle est connue par ses campagnes sollicitant leurs témoignages ou leur participation active, et une forte présence médiatique.

Elle est membre du Conseil national de la sécurité routière depuis 2012.

Historique[modifier | modifier le code]

En 2005, l'Automobile Club de l'Ouest (ACO), association qui organise des courses automobiles et défend les intérêts de ses adhérents, crée une association filiale dont l'objectif est de « défendre la place de l'automobile dans le monde de demain »[1],[2]. Une structure distincte permet en effet « une communication plus offensive »[3]. L'ACO s'oppose alors à la mise en place des radars automatiques, déployés en France à partir d'[4],[5].

Les statuts de 40 millions d'automobilistes sont déposés à Paris en [6]. Ils précisent qu'elle est placée sous l'égide de l'ACO, et que la moitié de ses administrateurs est désignée par celui-ci. Son président, qui dispose d'une voix prépondérante lors des délibérations, est choisi parmi les membres désignés par l'Automobile club de l'Ouest[7]. 40 millions d'automobilistes est ainsi présidée depuis sa création par des administrateurs de l'ACO : René Queffélec[8], Louis Derboulle[9] (nommé en 2010), Daniel Quéro[10] (nommé en 2012).

Son site web est lancé en [11], suivi par les premières interventions médiatiques qui reprennent les positions de l'ACO[12], portées par son délégué général Laurent Hecquet, précédemment responsable « vie associative » au sein de cette structure[13]. L'association enregistre rapidement après sa création l'adhésion des 25 autres automobile clubs membres de l'Union nationale des Automobile Clubs[14].

Pierre Chasseray, ancien directeur de cabinet de Philippe Douste-Blazy au secrétariat général de l'UMP et ancien responsable des relations avec la presse du WWF France, succède en 2012 à Laurent Hecquet au poste de délégué général[15] et contribue à faire de 40 millions d'automobilistes un incontournable des médias[16].

Membres et soutiens[modifier | modifier le code]

40 millions d'automobilistes revendique 320 000 membres. Elle compte parmi ses adhérents 26 automobile clubs français réunis au sein de l'Union nationale des Automobile Clubs[17],[18],[19],[20],[21], laquelle revendique également 320 000 membres.

Les 80 000 adhérents de l'ACO sont membres d'office de l'association[1],[22].

Par ailleurs, un don unique à l'association suffit pour être membre, « tant qu'on ne fait pas part de sa volonté de se désinscrire de la mailing-list »[3].

40 millions d'automobilistes revendique, selon son délégué général interrogé en , « 150 000 donateurs » et un budget annuel de 380 000 euros : « 100 000 euros de la part des ACO et le reste, ce sont des dons d'entreprises »[16].

Actions de représentation[modifier | modifier le code]

En 2008, 40 millions d'automobilistes adhère à l'Union routière de France, association créée en 1935 qui se donne pour but de représenter tous les acteurs de la mobilité routière[23]. En 2009, l'association intègre, lors de sa création, le comité des usagers du réseau routier national[24]. Elle y est l'une des deux associations représentant les automobilistes, et y défend ses positions[25].

En 2012, elle entre au Conseil national de la sécurité routière lors de la réactivation de cet organisme, où elle est représentée par son président Daniel Quéro[26]. Elle y siège parmi les 19 associations intervenant dans le domaine de la sécurité routière[27].

Campagnes et actions médiatiques[modifier | modifier le code]

Régulièrement, 40 millions d'automobilistes lance des campagnes médiatiques sur différents sujets[28], sollicitant les automobilistes à travers leurs témoignages, ou en leur demandant d'agir de façon symbolique : rejet des baisses de limites de vitesse[29] et des radars, état des infrastructures, prix des carburants, tarifs autoroutiers, restrictions de circulation en ville.

En , 40 millions d'automobilistes crée un « comité indépendant d'évaluation des 80 km/h »[30],[31], qui se donne « pour mission de mesurer l'efficacité et la pertinence de la baisse de la limitation de vitesse de 90 à 80 km/h sur les routes du réseau secondaire en termes d'amélioration de la mortalité et de l'accidentalité routières »[32],[33]. Les membres du bureau sont Pierre Chasseray, l'ancien pilote de rallyes automobiles Bernard Darniche et Fabien Delrot, le porte-parole de la Fédération française des motards en colère[31].

Prises de positions[modifier | modifier le code]

L'association s'oppose à :

  • la limitation à 70 km/h sur le périphérique parisien[34] ;
  • les restrictions de circulation lors de pics de pollution[35] ;
  • la limitation à 80 km/h sur le réseau secondaire[36] ; Pierre Chasseray annonce qu'il démissionnera de son poste de délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes si la mortalité baissait suite à cette mesure mais il ne le fait finalement pas[37] ;
  • les pistes cyclables temporaires qu'elle assimile à une « ségrégation sociale par le fric »[38] ;
  • la généralisation de la circulation à 30 km/h dans Paris[39] ;
  • l'interdiction de la circulation des véhicules les plus polluants dans le Grand Paris[40].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Guide de bienvenue de l'ACO » (consulté le ).
  2. « Nos actions », sur Automobile Club de l'Ouest (consulté le ).
  3. a et b Sylvain Mouillard, « « 40 millions d'automobilistes », le lobby qui en fait des caisses », Libération, (consulté le ).
  4. « Radars automatiques. L'ACO monte au créneau », Le Télégramme, .
  5. « Dix ans de radars automatiques, dix ans de baisse de la mortalité routière », La Dépêche du Midi, .
  6. « Déclaration à la Préfecture de police », sur journal-officiel.gouv.fr (consulté le ).
  7. Les statuts de l'association sont disponibles sur simple demande auprès de la préfecture de police de Paris : « Demande de copies des statuts » (consulté le ).
  8. « L'Assemblée générale de l'Automobile Club de l'Ouest », sur lemans.org (consulté le ).
  9. « Un nouveau président pour 40 millions d'Automobilistes », sur Autonews, (consulté le ).
  10. « Daniel Quéro », Les Échos (consulté le ).
  11. « L’association « 40 millions d’automobilistes » interpelle les parlementaires français sur les erreurs de diagnostic en matière de sécurité routière » (version du 22 octobre 2007 sur l'Internet Archive), sur 40millionsdautomobilistes.com, .
  12. « Sanctions. Mobilisation pour des assouplissements », Le Télégramme, .
  13. « Et si on s'attaquait enfin aux points noirs ? », Le Parisien, .
  14. « 40 millions d'automobilistes - L'Automobile Club est le 1er représentant des automobilistes en France ! », sur automobileclub.fr (consulté le ).
  15. « Pierre Chasseray nommé délégué général de 40 millions d’automobilistes », sur autoactu.com (consulté le ).
  16. a et b Hugo Cailloux et Vincent Daniel, « Limitation à 80 km/h : Pierre Chasseray, le lobbyiste qui roule à fond pour 40 millions d'automobilistes », sur France Info, .
  17. « 40 millions d'automobilistes », sur Union nationale des Automobile Clubs (consulté le ).
  18. « Qui sommes nous ? », sur Union nationale des Automobile Clubs (consulté le ).
  19. « L'Automobile Club de Provence et 40 millions d'automobilistes », sur Automobile Club de Provence (consulté le ).
  20. « 40 millions d'automobilistes », sur Automobile-Club basco-béarnais (consulté le ).
  21. « Édito du Président », sur Automobile Club d'Aix-en-Provence et du pays d'Aix (consulté le ).
  22. « Défense des automobilistes : peut mieux faire ! », sur L'Auto-Journal, .
  23. « Les adhérents de l'Union routière de France », sur Union routière de France (consulté le ).
  24. « Acteurs de la route en France », sur Ministère de la Transition écologique et solidaire, .
  25. Vincent Vérier, « Hausse des péages : le ras-le-bol des usagers », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  26. « Décret du 16 janvier 2013 portant nomination du président et des membres du Conseil national de la sécurité routière », sur https://www.conseil-national-securite-routiere.fr, .
  27. Décret no 2016-1511 du 8 novembre 2016 relatif au Conseil national de la sécurité routière.
  28. « « 40 millions d'automobilistes » : 10 ans d'actions », sur 40 millions d'automobilistes (consulté le ).
  29. « Abaissement de la vitesse : « 40 millions d'automobilistes » lance une pétition contre », Le Parisien, (consulté le ).
  30. « Radars - 40 millions d'automobilistes dévoile son comité d'évaluation des 80 km/h », Moto-Net,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. a et b « Organigramme du comité d'évaluation des 80 km/h »
  32. Éric Bergerolle, « 80 km/h : un comité indépendant pour démêler le vrai du faux », Challenges, .
  33. Nicolas Meunier, « 80 km/h : les experts soi-disant indépendants se déchirent », Challenges, .
  34. Laura Orosemane, « Périph' à 70 à l'heure : ça coince », Libération, (consulté le ).
  35. Fabrice Pouliquen, « Paris attaquée en justice sur les nouvelles restrictions de circulation », sur 20 Minutes, (consulté le ).
  36. « Manifestation nationale contre les 80 km/h : « C'est la première d'une longue série et d'un long combat », prévient l'association 40 millions d'automobilistes », sur France Info, (consulté le ).
  37. Matthieu Jublin, « Baisse de la mortalité sur les routes : le délégué général de 40 M d'automobilistes ne démissionnera pas », sur LCI, (consulté le ).
  38. Laurine Benjebria, « Pistes cyclables temporaires : « 40 millions d'automobilistes » dénonce une « ségrégation sociale par le fric » », sur France Bleu, (consulté le ).
  39. Pascal Charrier, « Le « 30 km/h » en ville se généralise », Notre Temps, .
  40. « Les vieux véhicules diesel ne peuvent plus circuler dans le Grand Paris », sur Sud Radio, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]