Frein à tambour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frein (homonymie).
Le frein à tambour d'une moto : à gauche, le tambour, à droite les garnitures. On distingue la came en haut.

Un frein à tambour est un système de freinage[1] constitué d'une cloche (le tambour), à l'intérieur de laquelle se trouvent au moins deux mâchoires munies de garnitures. Leur fonction est de s'écarter grâce à des cames ou des pistons[1] qui provoquent le frottement de la garniture dans le tambour.

Ces cames sont actionnées par une commande mécanique (câble, tirant) et les pistons sont actionnés par une commande hydraulique.

Description[modifier | modifier le code]

En rouge les garnitures, en jaune des pivots, en vert la came. En montant, la came écarte les garnitures et les plaque contre le tambour.

Le frein a tambour comporte au sein du moyeux :

  • deux mâchoires de frein venant frotter sur l’intérieur du tambour ;
  • une ou deux cames pour pousser les mâchoires sur le tambour[2] ou par des pistons pour les freins à commande hydraulique ;
  • des ressorts sont chargées de ramener les mâchoires a leurs position de repos.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les freins à tambour ont d'abord été utilisés dans l’automobile[1], puis dans l'aviation. Du fait de son manque de résistance à l’échauffement[1] et des risques de blocage, les avions ont assez rapidement évolué vers les freins à disque.

Les automobiles ont évolué vers les freins à disque au travers de la compétition qui a eu besoin de freins plus puissants et plus performants que les automobiles "grand public" de l'époque. Aujourd'hui, la plupart des automobiles sont équipées de freins à disque au minimum sur les roues avant[1].

Avantages et inconvénients[modifier | modifier le code]

Par rapport au frein à disque caractérisé par sa progressivité, le frein à tambour a tendance à freiner en tout ou rien, car lorsque les mâchoires sont écartées, elles se trouvent « aspirées » par le tambour. Lorsque le frein à tambour est puissant, il provoque facilement des blocages de roues dangereux pour la stabilité du véhicule, d'autant plus avec les commandes par câbles, dont le réglage était délicat.

Lorsque les mâchoires sont écartées par une seule came, le frein est peu efficace mais le risque de blocage est faible.

Lorsqu'elles sont écartées en plusieurs points (frein double came, ou plus), le nombre de points d'aspiration des garnitures augmente, et avec lui, la force de freinage et le risque de blocage.

C'est la raison pour laquelle la plupart des véhicules, surtout les véhicules à deux roues, sont maintenant équipés de freins à disque.

Sur le plan technique, le frein à tambour est relativement étanche, se refroidissant généralement par son pourtour parfois muni d'ailettes. Malgré tout, le refroidissement est relativement inefficace, ce qui peut entraîner une surchauffe[1]. Cependant certains modèles disposent d'ouïes de refroidissement qui forcent l'air à circuler à l'intérieur.

Les déformations des tambours et leur faible endurance à l'échauffement entraînent la disparition progressive de ce type de frein sur les véhicules récents. De plus, les freins à disques engendrent moins d'effet gyroscopique particulièrement préjudiciable à motocyclette.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Les tambours d'une voiture, sur le site autobrico.com
  2. pour les freins commandés par câble (comme le frein a main de beaucoup d'automobiles encore actuellement)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]