Deux-roues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un deux-roues est un véhicule muni de deux roues disposées en long et destiné au transport d'une personne, parfois deux.

Les deux-roues sont munis d'une selle pour le conducteur et parfois pour un passager, et sont parfois dotés d'un embryon de carrosserie.

On distingue ;

Règlementation[modifier | modifier le code]

L'usage des deux-roues motorisés est soumis à une règlementation particulière dans le cadre des codes de la route, en fonction de leur cylindrée, notamment selon que celle-ci dépasse ou non le seuil des 50 cm3.

La réglementation impose généralement, notamment pour les deux-roues à moteur, une obligation d'assurance de la responsabilité civile du conducteur et des limites de vitesse en circulation et d'émission de bruit, parfois l'immatriculation du véhicule. Il est interdit de modifier son moteur pour contourner la réglementation et, en cas d'accident ou de simple contrôle de police, le contrevenant s'expose à une amende et au non-remboursement des dommages, les polices d'assurance comportant généralement des clauses d'exclusion.

Environnement[modifier | modifier le code]

Les deux roues non-motorisés sont considérés comme les véhicules les moins polluants. Les véhicules électriques à deux roues sont très silencieux, et réputés peu polluants (bien que l'écobilan des batteries puisse relativiser cette affirmation) ;

Inversement,les deux roues équipés d'un moteur thermique sont pour certains des sources significatives de nuisances sonores et d'émissions gazeuses polluantes. À titre d'exemple, en Californie, les deux-roues, qui ne représentent que 3,6 % des véhicules immatriculés et n'occupent que 0,8 % des kilomètres de bitume, émettent environ 10 % des gaz produisant le smog californien[réf. nécessaire]. Leur empreinte écologique et énergétique est également beaucoup plus importante que celle des vélos.

Pollution[modifier | modifier le code]

Le taux de motorisation des deux-roues augmentant rapidement, même en Europe, leur part dans la pollution de l'air tend à augmenter. Une étude européenne publiée en 2008[1] a estimé qu'au rythme actuel, en 2020, les émissions des deux-roues motorisés dépasseraient celles de toutes les autres catégories de véhicules dans l’Union européenne. Les oxydes d’azote (NOx), les particules fines et - pour les moteurs à deux temps - les huiles minérales mal brûlées augmenteront encore par rapport à celles des voitures qui seront soumises aux normes Euro 5 et 6. Ces deux roues motorisés sont peu contrôlés alors que leur participation à la pollution de l’air est proportionnellement plus importante[réf. nécessaire] que celle des autres véhicules urbains.

Elles ne devraient pas cependant dépasser 2 % pour les Ox et de 5 % pour les particules des émissions totales des véhicules. Aujourd'hui, ils sont à l'origine de 0,7 % des gaz à effet de serre émis par les transports, mais de 9 % du monoxyde de carbone (CO) et de 12 % des hydrocarbures[réf. nécessaire].

Évolution des normes européennes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Norme européenne d'émission Euro.

La norme Euro 1 a remplacé l'ECE 400 en 1999. Les cyclos doivent actuellement[Quand ?] respecter la norme Euro 2, alors que les motos de plus de 50 cm3 doivent respecter l'Euro 4 depuis janvier 2016, la Commission envisage une norme Euro 5 pour 2020.

Les normes imposent une amélioration progressive (94 % de diminution du monoxyde de carbone (CO) entre l'ECE 40 et l'Euro 3 et diminution de moitié des hydrocarbures (HC) et NOx), mais les progrès des deux-roues n'ont pas suivi ceux des voitures et camions. Selon une étude de l'Ademe de mai 2007, pour certains polluants, les deux-roues motorisés sont bien plus polluants que les voitures. Par exemple, pour les 125 cm3 Euro 3, les émissions de CO et de HC restent dix fois supérieures à la moyenne des voitures à essence Euro 4[2].

Accidentologie[modifier | modifier le code]

Les chiffres de l'accidentologie à Paris pour l'année 2004 montrent que la moitié des accidents à Paris impliquent des deux-roues à moteur, alors que ces derniers ne représentent que dix pour cent du trafic[réf. nécessaire].

France[modifier | modifier le code]

Équipement[modifier | modifier le code]

En France, en 2008, environ 3 millions de deux-roues motorisées circulaient (dix fois moins que de voitures). 50 % sont des « cyclos » de moins de 50 cm3, mais ils sont proportionnellement de plus en plus nombreux. À Paris par exemple, ils sont passés de 7 % en 2003 à 15 % en 2008[réf. nécessaire]. En 2013, les ventes de deux-roues ont reculé de 14,4 %[3].

Bruit[modifier | modifier le code]

En 2006, selon la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), 80 % des cyclomoteurs dépassaient les seuils autorisés de bruit (Il faut moins de 71 décibels pour qu'un deux-roues soit homologué)[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Étude pilotée par l'université de Thessalonique pour le compte de la Commission européenne portant sur « les mesures de réduction des polluants émis par les deux-roues », publiée en novembre 2008[réf. insuffisante]
  2. http://www.ecocitoyens.ademe.fr/mes-deplacements/adopter-leco-conduite/les-deux-roues-motorises
  3. Les ventes françaises de deux-roues ont reculé de 14,4 % en 2013, Challenges, 15 janvier 2014

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]