Bateau à roues à aubes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un bateau ou un navire
Cet article est une ébauche concernant un bateau ou un navire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Un bateau à roues à aubes est un bateau à vapeur à fond plat et à faible tirant d'eau (par opposition au navire océanique à fort tirant) qui utilise une ou plusieurs roues à aubes pour sa propulsion.

Ils sont généralement affectés à la navigation intérieure, sur les grands fleuves, les lacs ou éventuellement le long des côtes et des estuaires.

Le Natchez sur le Mississippi est un bateau de type sternwheeler.

Histoire[modifier | modifier le code]

Maquette, au 1/50 ème, d'un pyroscaphe exposée au musée national de la Marine à Paris. La partie machinerie datant de 1802 est de Jouffroy d'Abbans, mais la coque serait postérieure à 1814.

La roue à aubes est l'une des premières formes de propulsion mécanique pour bateau qui ait existé : en Chine, vers le Xe siècle, la dynastie Song maintenait déjà sa suprématie navale grâce à la rapidité de ses bateaux à roue à aubes.

L'utilisation de l'énergie humaine disparait avec l'invention en 1685, par le physicien français Denis Papin, de la roue à aubes actionnée par vapeur sous pression dans des chaudières alimentées au bois ou au charbon[1]. Cette forme de propulsion a été depuis presque entièrement remplacée par la propulsion à hélice et d'autres formes de propulsion plus modernes excepté en certains lieux traditionnels, sur quelques lacs (Léman…) et fleuves (Mississippi…). Par le passé, certains bateaux combinèrent voiles et roues à aubes (infra).

Conçu par Claude François Jouffroy d'Abbans, le Pyroscaphe, premier bateau à aubes, navigue sur la Saône en France en 1783[1],[2].

L'ingénieur américain Robert Fulton fut un autre pionnier des navires à roues à vapeur: Durant le Directoire il fit naviguer un bateau expérimental sur la Seine (examiné par les savants Carnot et Prony) , puis retourna en Amérique où il fit construire un vapeur fluvial, le Clermont et un catamaran de guerre à roue à aubes centrale le Demologos.

Le premier en Amérique du Nord emprunte le fleuve Delaware en 1787. Après l'inauguration du réseau fluvial du Mississippi à La Nouvelle-Orléans, des centaines de bateaux y assurent un service régulier de 1830 à 1870. Le premier bateau à roue à naviguer dans les eaux canadiennes fut l’Accommodation[1].

Les premières roues à aubes étaient à pales fixes, ce qui était hydrodynamiquement peu efficace : En effet à l'attaque ou à la sortie de l'eau chaque pale délivrait une poussée mal orientée . Par la suite fut inventé un système de pales articulées qui permettait aux pales de garder une position verticale et efficace pendant toute la course immergée. Les pales articulées étaient entrainées par des biellettes articulées sur une sorte de came en forme d'étoile : Ce dispositif était appelé "Star System" , une expression qui changea de sens par la suite.

La propulsion par roues à aubes était bien adaptée aux premières machines à vapeur dont le fonctionnement était extrêmement lent (le mécanicien pouvait graisser les bielles en marche). Par la suite , Plusieurs inventeurs (Frédéric Sauvage, John Ericsson , Smith...etc ) créèrent l'hélice , plus efficace et moins vulnérable aux coups de mer...et aux boulets de canon. Toutefois les machines à vapeur de l'époque restant trop lentes , le grand ingénieur Isambard Brunel dût recourir à une surmultiplication par engrenages (en bois!) et chaîne à denture interne sur son premier transatlantique à Hélice , le Great Britain et à une combinaison d'hélice et de roues à aubes sur le gigantesque Great Eastern où les roues à aubes furent d'ailleurs arrachées dans une tempête d'une violence exceptionnelle. Les roues à aubes, quand elles étaient débrayables et indépendantes permettaient une maniabilité exceptionnelle , précieuse pour les tâches de remorquage portuaire. Avant que l'hélice ne s'impose définitivement vers 1880, les ingénieurs et marins débattaient passionnément des mérites respectifs des deux modes de propulsion . L'amirauté anglaise organisa plusieurs séries de tests comparatifs avec des remorqueurs et des avisos de puissance comparable, liés ensemble par une aussière , équipés l'un d'une hélice et l'autre de roues [3] (Alecto versus Rattler et Niger versus Basilisk) . Ces tests conclurent à la supériorité de l'hélice , sauf pour quelques applications très spécialisées. Nombreux furent les paquebots transatlantiques , comme le Washington de la Compagnie Générale Transatlantique , qui , équipés de roues à aubes au lancement furent convertis à la propulsion par hélice au cours d'une grande refonte ou modifiés en cours de construction.

Bateau à roues à aubes dans le monde[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, les bateaux à roues à aubes sur les côtés sont appelés « sidewheelers », tandis que ceux avec une seule roue à l'arrière sont des « sternwheelers ».

Sidewheelers[modifier | modifier le code]

Le Pillnitz à Bad Schandau
  • En Allemagne
    • Flotte de bateaux à vapeur de la Société saxonne basée à Dresde et en Suisse saxonne[4] :
      • Le Dresden (1926)
      • Le Leipzig (1929)
      • Le Pillnitz (1886)
      • Le Kurort Rathen (1896)
      • Le Pirna (1898)
      • Le Diesbar (1884)
      • Le Krippen (1892)
      • L'August der Starke (1994)
      • Le Gräfin Cossel (1994)
      • Le Stadt Wehlen (1879)
      • Le Meissen (1885)
    • Le Concordia navigue sur le lac de Côme
    • Le Concordia II, basé à Carolinensiel (Basse-Saxe), navigue en mer du Nord
    • Le Diessen, basé à Herrsching, navigue sur le lac Ammersee
    • Le Freya est basé à Flensbourg
    • Le Herrsching navigue sur le lac Ammersee en Bavière
    • Le Hohentwiel (1913) est le dernier bateau à roues à aubes naviguant sur le lac de Constance
    • Le Ludwig Fessler à partir de 1926 basé à Prien am Chiemsee navigue sur le lac de Chiem
Le Princess Elizabeth qui illustre le passé historique de Dunkerque est un bateau français de type sidewheeler
  • En France
    • Le Mont-Blanc (1910) était en service sur le lac d'Annecy
    • Le France (1909) était en service sur le lac d'Annecy jusqu'en 1971. Épave appréciée des plongeurs
    • Le France (1864) était un paquebot, gréé en deux-mâts et équipé de roues à aubes. Démoli en 1910
    • Le Princess Elizabeth (1926), vétéran de l'opération Dynamo, est à Dunkerque
    • L'Impératrice Eugénie (1862) était un paquebot français, gréé en deux-mâts et équipé de roues à aubes. Échoué en 1895
  • En Grande-Bretagne
    • Le SS Great Eastern (1858) était un paquebot géant ayant six mâts et cinq cheminées. Démoli en 1889 C'était un navire hybride, il était propulsé par deux roues à aubes(qui furent avariées dans une tempête, puis reconstruites avec une largeur réduite) ainsi qu'une hélice , entraînée par une machine distincte, au total la puissance installée était de 8000 Cv. Sa carrière commerciale fut cahotique , il fut converti en câblier, puis en cirque flottant et démoli en1890
    • Le Great Western (1837) était un paquebot en bois. Désarmé en 1857
    • Le HMS Fury (1845) était un bateau à roues à aubes
    • L’Entreprise (1839) était un bateau à roues à aubes de la Compagnie anglaise des Indes orientales
    • Le Lucy Ashton (1888) est un bateau ayant appartenu à la North British Steam Packet Company de Glasgow. Démoli en 1951. À titre expérimental et scientifique, il fut équipé en 1949 de quatre turboréacteurs Rolls-Royce Derwent[5],[6]
    • Le PS Waverley navigue sur le Firth of Clyde à partir de Dunoon (Écosse)
    • Le Maid of the Loch navigue à Loch Lomond (Écosse)
Le Rhône sur le lac Léman est un bateau suisse de type sidewheeler
  • En Suisse
    • Le Bluemlisalp navigue sur le lac de Thoune
    • Le Simplon (1920) navigue sur le lac Léman
    • La Savoie (1914) navigue sur le lac Léman
    • La Suisse (1910) navigue sur le lac Léman
    • Le Rhône (1927) navigue sur le lac Léman
    • Le Montreux (1907) navigue sur le lac Léman
    • Le Vevey (1907) navigue sur le lac Léman
    • Le Genève (1896) sert de foyer d'accueil sur le lac Léman
    • Le Valais (1913) était en service sur le lac Léman. Démoli en 2003
    • Le Général Dufour (1905) était en service sur le lac Léman. Démoli en 1977
    • L'Italie (1908) était en service sur le lac Léman. Il est encore visible à Ouchy
    • Le Helvétie (1926) était en service sur le lac Léman. Désarmé depuis 2002
    • Le Lausanne (1900) était en service sur le lac Léman. Démoli en 1978
    • Le Neuchâtel (1913) navigue sur le lac de Neuchâtel[7]
    • L'Uri est basé à Lucerne (Suisse)

Sternwheelers[modifier | modifier le code]

Le Delta King Hotel est un bateau américain de type sternwheeler
  • En Europe
    • Le Napoléon (1847) fut le premier navire de guerre à vapeur français, il était équipé d'une hélice et non de roues à aubes (trop vulnérables aux boulets de canon. Désarmé en 1876.
    • Le Louisiana Star est basé dans le port de Hambourg (Allemagne).
  • En Australie
    • Le Murray Princess est visible à Mannum (Australie)
    • Le Marion est visible à Mannum (Australie)
  • En Amérique du Nord
    • Le Delta Queen basé à Mud Island, Memphis (Tennessee) navigue sur le Mississippi (États-Unis)
    • Le Natchez navigue sur le Mississippi (Nouvelle-Orléans) (États-Unis) (Cf. illustration)
    • Le Delta King Hotel est un hôtel flottant à Sacramento (États-Unis)
    • Le Mark Twain est à Disneyland (États-Unis)
    • Le Liberty Belle est à Magic Kingdom (Floride) (États-Unis)
    • Le Constitution navigue à Vancouver (Canada)
    • Le S.S. Klondike a été restauré dans l'état où il était en 1940. Il est désormais amarré sur les berges du Yukon en tant que bateau musée à Whitehorse (Canada)[1]
    • Le Georgia Queen navigue sur la Savannah River à Hutchinson (États-Unis)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Ted Barris, « Bateaux à vapeur et bateaux à aubes », sur L'Encyclopédie canadienne, 4 août 2009.
  2. « Bateau à vapeur de Jouffroy d'Abbans », Musée national de la Marine (consulté le 10 avril 2015).
  3. (en) « brunel steam ships », sur spellerweb
  4. Die sächsische dampfschiffahrt sur le site saechsische-dampfschiffahrt.de (consulté le 2 août 2012).
  5. http://www.lner.info/ships/NBR/lucy_ashton.shtml.
  6. (en) « The jet-propelled paddle steamer Lucy Ashton »,‎ (consulté le 7 décembre 2014).
  7. « Association gérant le bateau Le Neuchâtel »

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]