Youngtimer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Un youngtimer est un type d’automobile de pré-collection en configuration d'origine dont l’âge se situe entre vingt et trente ans, toutes motorisations confondues, trop récent pour être accepté comme un véhicule « de collection » par la Fédération internationale des véhicules anciens (FIVA), et dont l’acceptation fait débat parmi les propriétaires de véhicules plus anciens[1].

Description[modifier | modifier le code]

En 2022, les youngtimers datent en général du début des années 1990 au début des années 2000. Ils sont donc souvent trop jeunes pour être considérés comme « de collection » par la législation française[2].

Le prix et la valeur de ces véhicules augmentent avec leur âge, leur rareté et surtout la conformité esthétique et technique par rapport à leur sortie d'usine, mais surtout d'effets de mode et de spéculation.

Les versions sportives ou haut de gamme sont globalement plus recherchées que les modèles d'entrée de gamme[2].

D'une façon générale, les youngtimers sont issus des gammes des constructeurs généralistes. Les marques prestigieuses comme Ferrari, Rolls-Royce et Porsche entrant souvent directement en « collection »[3].

Un véhicule peut appartenir aux deux catégories en même temps. C'est le cas par exemple des Citroën CX, Citroën BX, Mercedes-Benz 190, Peugeot 205, Peugeot 505, Renault 25, Renault 18,Volkswagen Golf I,Volkswagen Golf II,Volkswagen Golf III,Renault Super 5,Renault Clio I

Cette définition est, par nature, évolutive. Ainsi, certaines youngtimers emblématiques ne devraient en théorie plus faire partie de cette catégorie (Renault 5,Volkswagen Golf I ou Volkswagen Golf II)).

Certains youngtimers ont vu leur cote augmenter de façon très importante ces dernières années, sans rapport logique avec leur rareté ou leurs qualités réelles. On peut y voir au départ la nostalgie d'une certaine époque, puis une très nette dérive spéculative (Peugeot 205 GTi, Honda NSX, Lancia Delta Integrale, BMW Z1)[4].

Pour posséder ce statut, les véhicules ne doivent pas être modifiés. Le tuning sous toutes ses formes (Swap, German look, Racing, Jap Look, drift, sleeper, extrême, etc.), ne peut pas être considéré comme entrant dans cette catégorie.

Débat[modifier | modifier le code]

Il existe deux définitions chez les passionnés. En effet, certains définissent une youngtimer uniquement en fonction de son âge, qui fait d'ailleurs débat.

Selon d'autres, la notion de rareté et d'originalité intervient. Ainsi, un véhicule « sportif » de seulement quinze ans pourrait entrer dans cette catégorie[1],[5]. C'est par exemple le cas de la BMW Z4 E85, malgré un âge qui la destine en principe au marché de l'occasion. En revanche, les véhicules de grande diffusion comme la Renault Clio III (hors versions sportives et haut de gamme) , sortie en 2005 et encore trop courante, ne seront pas des youngtimers avant leurs vingt ans, au moins.

Dans la presse[modifier | modifier le code]

Le premier magazine pleinement dédié aux youngtimers est édité en 2010 par la société d'édition Mag Factory. Créé par François-Xavier Basse (le rédacteur en chef) et Vincent Duhen, le premier numéro du magazine Youngtimers, alors bimestriel, couvre les mois de mai et juin[6],[7],[8]. La Peugeot 205 GTI et la Volvo 240 font la couverture. En 2021, le magazine instigateur du mouvement en France, existe encore et est considéré comme la référence. Devenu rapidement mensuel, il a dépassé les cents numéros et compte parmi ses collaborateurs récurrents les journalistes Thierry Astier, Antoine Minard (parti chez LVA depuis), Thierry Réaubourg et Camille Pinet, ainsi que le photographe Denis Meunier. À l'été 2011, le magazine se décline en magazine de moto. Initialement publié en tant que hors-série, Youngtimers Moto paraît pour la première fois en juillet/ sous la coordination de Michel Bidault. En 2020, le magazine existe encore et compte plus de quarante numéros. Il s'agit toujours d'un bimestriel.

En 2009, un autre titre abordait le sujet des youngtimers de façon récurrente : le magazine KM/H, distribué par les éditions Riva. Créé par le journaliste Thibaut Amant ayant précédemment travaillé pour le magazine Autorétro, le premier numéro de KM/H couvre les mois d'août et . Un comparatif entre la Peugeot 205 GTI et la Renault 5 GT Turbo fait la couverture de ce premier numéro. Le magazine traite des automobiles sportives de grande série des années 1950 à 1990[9], comme le précise l'éditorial du no 1, s'appuyant sur le phénomène « des GTI des années 1980 […] Peugeot 205 GTI, Renault Super 5 GT Turbo, Volkswagen Golf I GTI »[9]. En 2020, KM/H existe encore et a dépassé, lui aussi, la centaine de numéros.

Également aux éditions Riva, le magazine Young Cars lancé en traite le sujet des youngtimers. Le magazine est arrêté au bout de quatre numéros, faute de ventes suffisantes.

Pour l'été 2016, le magazine Auto Moto dédie son 79e hors-série aux youngtimers. La Peugeot 205 GTI fait la couverture de ce numéro. Auto Moto récidive l'année suivante en consacrant son 82e hors-série (été 2017) aux youngtimers. Les Renault Clio Williams, 21 Turbo et Safrane Biturbo font la couverture de ce numéro.

En 2019, l'éditeur controversé Lafont-Presse[10] lance le magazine bimestriel Youngcars dédié aux youngtimers.

Le 23 avril 2021 sort le premier numéro d'Auto Plus Youngtimers dédié comme indiqué en une aux "anciennes qui sont plus que de simples occasions"[11]. Il s'agit d'un trimestriel couvrant les mois de mai, juin et juillet. Un comparatif entre la Peugeot 205 Roland Garros et la Renault 5 Baccara en fait la couverture.

Exemples[modifier | modifier le code]

Modèles allemands[modifier | modifier le code]

Parmi les youngtimers allemands prisés des collectionneurs, on retrouve en tête la Volkswagen Golf GTI. Elle initie la vague des petites voitures sportives suivie par beaucoup de constructeurs[12],[13].

La BMW E30 fait aussi partie des youngtimers allemands qui suscitent le plus l'intérêt[14].

L'Audi Quattro, de par son engagement en rallye est aussi une icône des voitures allemandes de la période youngtimer. Engagée en Groupe B, elle a notamment été conduite par des pilotes de renom tels que Michèle Mouton, Walter Röhrl, Hannu Mikkola ou encore Stig Blomqvist[15],[16].

Les Porsche de cette époque-là sont aussi des voitures recherchées. La plus connue est certainement la Porsche 964[17]. C'est également le cas des Porsche à moteur avant comme les 928, 924 et 944.

Certaines Mercedes comme la 190 représentent les voitures allemandes des années 80. Des voitures plus récentes attirent aussi les collectionneurs. Par exemple les BMW E36, BMW Z3, Audi TT, Porsche Boxster, Mercedes SL, Opel Calibra, Opel Tigra, Volkswagen Corrado, Volkswagen Golf III.

Modèles américains[modifier | modifier le code]

Chrysler Stratus.

Les modèles américains du début de la période des youngtimers sont assez rares en France car peu distribués à l'époque (pour les modèles fabriqués aux États-Unis), ce qui fait leur originalité.

Pour le groupe General Motors, on peut citer la Buick Park Avenue, Buick Century, Pontiac 6000, Cadillac Eldorado et autres Chevrolet Impala SS des années 1990.

Chez Chrysler, on peut citer la Dodge Viper qui marqua particulièrement son époque mais également le Plymouth Prowler, et les Chrysler Saratoga, LeBaron et Vision. La dernière en date étant le Chrysler PT Cruiser[18],[19].

Enfin, pour le groupe Ford, on trouve la Ford Probe ou la Ford Cougar

Modèles anglais[modifier | modifier le code]

Jaguar XJ40.

Les youngtimers anglaises sont en particulier des Jaguar, dont la XJ40, la Jaguar XK8[20], la Jaguar XJ, les Rover 25, Rover 75 et Rover 800 ainsi que les MG F, MG Montego.

Modèles français[modifier | modifier le code]

Citroën Xantia phase 1.
Peugeot 306 XS.
Renault Laguna I Phase I.

L'intérêt pour les yountimers français se concentre surtout sur la vague GTI des années 1980 avec, en tête de liste, les Peugeot 205 GTI et Renault 5 GT Turbo[21].

Parmi les plus célèbres youngtimers sportifs français, on peut citer la Renault Spider, la Renault Clio Williams, la Citroën AX Sport, la Peugeot 106 S16.

Témoignant de l'engouement qu'elles suscitent, la cote de ces voitures augmente depuis plusieurs années[22],[23].

Parmi les modèles plus communs, on retrouve la Citroën BX, la Citroën XM, la Peugeot 206, la Renault Fuego, la Citroën Xantia, la Renault Safrane, la Citroën AX, la Renault Supercinq et la Peugeot 605.

D'autres véhicules plus récents comme le Renault Avantime, la Renault Vel Satis, la Citroën C6, sont devenus des youngtimers en raison de leur petite distribution et de leur originalité[24].

Modèles italiens[modifier | modifier le code]

Alfa Romeo GTV phase 2.

Parmi les voitures italiennes de la période youngtimer qui suscitent l'intérêt, on peut citer les Fiat Coupé et Barchetta, les Alfa Romeo 33, Alfa Romeo 155, Alfa Romeo GTV, les Lancia Beta et surtout la Lancia Delta. Cette dernière, de par son engagement en rallye, a une popularité toute particulière auprès des collectionneurs[25],[26].

Modèles japonais[modifier | modifier le code]

Toyota Supra.

Les véhicules japonais de la période youngtimer sont assez courants en France. La Mazda MX-5 NA, la Mazda MX-3, la Mazda MX-6, la Honda del Sol, la Honda Accord (Aerodeck et berline), la Toyota Supra (A70).

Les Honda de cette génération ont été, plus que toutes les autres marques, décimées par le tuning. Les véhicules modifiés, « swapés », « tunés », rabaissés, « optimisés » sont tellement nombreux que la côte des rares exemplaires encore d'origine monte régulièrement (Honda CR-X ED9, par exemple).

L'attrait des voitures japonaises des années 1980 et 1990 s'explique en partie par le succès du jeu vidéo Gran Turismo sur PlayStation. Ce dernier propose une quantité impressionnante de voitures pour l'époque, dont une grande majorité de japonaises. Ainsi, le public français y découvre la Toyota Supra (A70 et surtout A80), la Mazda RX-7, la Honda CR-X del Sol, la Nissan Skyline, la Nissan Silvia (S13 et S14) entre autres[27],[28]. Elles furent également popularisées par la saga de films Fast and Furious[29] ainsi que le manga Initial D.

Modèles suédois[modifier | modifier le code]

Saab 900.

Parmi les youngtimers suédois qui suscitent l'intérêt, la Volvo 240 et la Saab 900 sont les plus populaires[30],[31],[32],[33].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pierre, « Youngtimer, ça veut dire quoi ? », sur Les Flous du Volant, (consulté le ).
  2. a et b « Youngtimers : qu'est-ce que c'est ? », sur Auto moto : magazine auto et moto, (consulté le ).
  3. « Le guide des Youngtimers : les voitures de sport des années 80 et 90 », sur automobile-sportive.com (consulté le ).
  4. « Actualités - Youngtimers : la célébration des voitures cultes », sur diapason-motorsport.com (consulté le ).
  5. « Youngtimers, que sont-ils ? », sur L'olivier - assurance auto, (consulté le ).
  6. « Nouveau magazine Youngtimers », sur blogautomobile.fr, (consulté le ).
  7. Fabien Volari, « Youngtimers arrive dans les kiosques », sur leblogauto.com, (consulté le ).
  8. Éric Bergerolle, « Youngtimers : les coulisses d'une naissance - Les voitures en pré-retraite ont leur magazine », sur challenges.fr, (consulté le ).
  9. a et b « Nouvelle Donne ! », KM/H,‎ , p. 3.
  10. Sylvqin, « Enquête : Le plagiat imprimé en magazines [Buzz Investigation #2] » [vidéo], sur YouTube, (consulté le ).
  11. « Auto Plus Young Timers », sur journaux.fr, (consulté le ).
  12. Patrice Vergès, « Volkswagen Golf GTI série 1 : tout le monde me veut », sur poa.tv, (consulté le )
  13. Nicolas LISZEWSKI, « IL ETAIT UNE FOIS... », sur automobile-sportive.com, (consulté le )
  14. Léo Mingot, « Une BMW M3 E30 vendue 89 000  », sur largus.fr, (consulté le )
  15. Laurent Missbauer, « LES 40 ANS DE L’AUDI QUATTRO », sur sport-auto.ch, (consulté le )
  16. Jack Seller, « Sport quattro (1985) », sur avus.fr, (consulté le )
  17. Fabien Caron, « PORSCHE 930 TURBO : L'HISTOIRE D'UN MYTHE », sur flat6mag.com, (consulté le )
  18. Thomas Drouart, « 10 voitures plaisir à moins de 2 000  », sur PDLV - Palais-de-la-Voiture.com (consulté le ).
  19. « Youngtimers : presque tous les modèles », sur Auto Moto, (consulté le ).
  20. « Youngtimers : notre sélection de youngs de 700 à 26 000 euros », sur Auto moto : magazine auto et moto, (consulté le ).
  21. Johann Leblanc, « Peugeot 205 GTI. L'icône avec un grand I », sur largus.fr, (consulté le ).
  22. Patrice Vergès, « Youngtimers : Le phénomène prend de l’ampleur », sur petites-observations-automobile.com, (consulté le ).
  23. Julien Jodry, « Cette Peugeot 205 GTi vendue 43 000  aux enchères ! », sur auto-moto.com, (consulté le ).
  24. « Ces 5 youngtimers sont devenus de véritables classiques », sur Auto55.be, (consulté le ).
  25. Nicolas Laperruque, « Avec la Lancia Delta HF Integrale, c'était rallye tous les jours ! », sur dna.fr, (consulté le ).
  26. Antoine Arnoux, « Lancia Delta HF Integrale : une star du rallye des 80's, ça vous tente ? », sur turbo.fr, (consulté le ).
  27. José Pereira, « Essai, Nissan Skyline R34-V-SPECS », KM/H,‎ .
  28. François Paris, « Le plein de super », sur automobile-sportive.com, (consulté le ).
  29. David Quiterio, « Les voitures de Fast and Furious 1 », sur 1001moteurs.com, (consulté le ).
  30. Laurent Pinel, « Saab 900 Cabriolet – Occasion : soleil suédois (technique, histoire) », sur auto-moto.com, (consulté le ).
  31. Patrice Vergès, « Saab 900 cabriolet : 30 ans et toujours aussi particulière », sur petites-observations-automobile.com, (consulté le ).
  32. « Volvo 240 : une icône suédoise fête ses 40 ans », sur media.volvocars.com, (consulté le ).
  33. Pierre Desjardins et Thierry Réaubourg, « Volvo 240 Break, la brique suédoise : dès 5 000  », sur caradisiac.com, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]