Opération Warp Speed

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Opération Warp Speed
Image illustrative de l’article Opération Warp Speed

Création
Pays États-Unis

L'Opération Warp Speed (OWS)[1] est un partenariat public-privé du gouvernement fédéral des États-Unis pour faciliter et accélérer le développement, la fabrication et la distribution de vaccins thérapeutiques et diagnostics[pas clair] contre la Covid-19.

Elle a été présentée au début d'avril 2020[2],[3],[4], après une table ronde avec des dirigeants de l'industrie à la Maison-Blanche le 2 mars[5]. Elle devrait favoriser la production de masse de plusieurs vaccins sur la base de preuves préliminaires permettant une distribution plus rapide si les essais cliniques confirmaient que l'un des vaccins serait sûr et efficace. Le plan anticipe que certains de ces vaccins ne s'avéreront ni sûrs ni efficaces, ce qui rendra le programme plus coûteux que le développement d'un vaccin classique, mais conduira potentiellement à la disponibilité d'un vaccin viable plusieurs mois plus tôt que les délais habituels[6]. Le , le Congrès des États-Unis alloua près de dix milliards de dollars pour l'opération Warp Speed via le CARES Act (en) avec 6,5 milliards de dollars promis par le Congrès pour le développement de contre-mesures via BARDA[7], avec trois milliards de dollars pour la recherche dans les National Institutes of Health[8].

L'Opération Warp Speed est un programme interinstitutions qui comprend des composantes du département de la santé et des services sociaux, notamment les Centers for Disease Control and Prevention, la Food and Drug Administration, les National Institutes of Health et la Biomedical Advanced Research and Development Authority ; le département de la Défense ; des entreprises privées ; et d'autres agences fédérales, notamment le département de l'Agriculture, le département de l'Énergie et le département des Anciens combattants.

Histoire[modifier | modifier le code]

Révélée par la presse le 29 avril 2020[3], le président Donald Trump annonça l'Operation Warp Speed, un partenariat public-privé, le 15 mai 2020[7],[9]. Elle vise à coordonner les efforts existants au département de la Santé et des Services sociaux, y compris le partenariat NIH ACTIV pour le développement de vaccins et de traitements, l'initiative NIH RADx pour le développement de diagnostics et le travail du Biomedical Advanced Research and Development Authority (BARDA)[10].

La Food and Drug Administration annonça le que le vaccin devrait être efficace à au moins 50 % pour obtenir son approbation, en diminuant au moins la gravité des symptômes de la Covid-19[11].

Quelques mois avant la pandémie de la Covid-19, le White House Council of Economic Advisers prépara un rapport à la demande de l'équipe de biodéfense du Conseil de sécurité nationale[12]. Le rapport invitait avec force le gouvernement fédéral des États-Unis à soutenir les partenariats privés et publics pour permettre une approbation et une production plus rapides des vaccins pendant une pandémie.

Le président Donald Trump annonce officiellement l'opération Warp Speed le 15 mai 2020 dans la roseraie de la Maison-Blanche[13].

Leadership et budget[modifier | modifier le code]

Après Rick Bright, le directeur du BARDA fut réaffecté le 22 avril ou vers cette date, à la suite de sa résistance « aux efforts de financement de médicaments potentiellement dangereux promus par ceux qui ont des liens politiques »[trad 1],[14], Moncef Slaoui fut nommé en mai par l'administration Trump comme Conseiller en chef de Operation Warp Speed[7]. Slaoui est chercheur en vaccins et, auparavant, président de Global Research and Development et président de Global Vaccines chez GlaxoSmithKline, où il dirigea le développement de cinq nouveaux vaccins majeurs[15]. Le général Gustave F. Perna, qui servit comme commandant général de l'Army Materiel Command, fut nommé Directeur de l'exploitation de l'Operation Warp Speed[16]. Le projet incorpora d'autres scientifiques, médecins et officiers militaires impliqués dans la gestion des domaines clés de développement, de fabrication et de distribution. Le projet dispose d'un budget de dix milliards de dollars, avec des fonds supplémentaires alloués par BARDA.

Entreprises bénéficiant d'un financement de recherche[modifier | modifier le code]

En août, huit entreprises furent sélectionnées pour un financement d'environ onze milliards de dollars afin d'accélérer le développement et la préparation de la fabrication de leurs vaccins candidats respectifs[17],[18].

Les entreprises sont :

Nom Montant
(en milliards de dollars)
Date annoncée Candidat vaccin Remarques
Johnson & Johnson (Janssen Pharmaceutical)[19],[20],[21] 1 5 août 2020 Ad26. COV2-S Cela s'ajoute aux 456 millions de dollars accordés par le gouvernement en mars 2020[22],[23].
AstraZeneca - université d'Oxford[24] et Vaccitech[25] 1,2 21 mai 2020 AZD1222
Moderna[17],[18] 1,53 11 août 2020 mRNA-1273 Le gouvernement avait déjà accordé à Moderna deux subventions de 483 millions de dollars et 472 millions de dollars[26]. Les 1,53 $ annoncés le 11 août portent l'investissement total à 2,48 milliards de dollars.
Novavax[27] 1,6 7 juillet 2020 NVX-CoV2373
Merck et IAVI[28],[29] 0,038 15 avril 2020 V590 V590 est la collaboration de Merck avec IAVI. Merck a un autre candidat vaccin, le V591, qu'elle a acquis en mai 2020 avec Themis.
Sanofi et GlaxoSmithKline[30] 2,1 31 juillet 2020 Aucun nom en octobre 2020[31]

Les entreprises financées indirectement comprennent :

En octobre 2020, l'opération Warp Speed avait « dépensé moins d'un milliard de dollars pour soutenir le développement et la fabrication de trois traitements par anticorps monoclonaux, contre près de 10 milliards de dollars pour six vaccins »[trad 2],[35].

Regeneron devait recevoir 450 millions de dollars pour développer et fournir une thérapie aux anticorps monoclonaux (en), comme l'a annoncé le gouvernement le [36].

Le 16 novembre 2020, Moderna fit l'annonce de données préliminaires de son essai clinique de phase III (en), indiquant une efficacité de 94 % dans la prévention de l'infection à la Covid-19[37]. Les effets secondaires comprenaient des douleurs au point d'injection, de la fatigue, des douleurs musculaires et des maux de tête. Les résultats de Moderna n'étaient pas définitifs — car l'essai ne devrait pas se terminer avant la fin de 2022[38] — et n'avaient pas été revus par des pairs, ni publiés dans une revue médicale. À la mi-novembre 2020, les spécialistes ignorent si le vaccin candidat de Moderna est sûr ou efficace chez les personnes de moins de dix-huit ans, combien de temps il assure l'immunité, s'il nécessite une injection de rappel (en) ou s'il est efficace chez les personnes de couleur[39].

Les nouvelles de Moderna suivaient les résultats préliminaires du candidat vaccin Pfizer-BioNTech, BNT162b2, démontrant une efficacité similaire à celle de Moderna ; mais la où Moderna nécessite un stockage à la température d'un réfrigérateur médical standard de °C, le candidat Pfizer nécessite un stockage en congélateur ultra-froid (en) à −70 °C[37].

Entreprises ne recevant pas de financement de recherche[modifier | modifier le code]

Pfizer-BioNTech[modifier | modifier le code]

Le partenariat Pfizer-BioNTech ne reçut pas de financement gouvernemental pour la recherche.

L'opération Warp Speed passa commande d'achat anticipé de deux milliards de dollars avec Pfizer pour fabriquer cent millions de doses d'un vaccin Covid-19 à utiliser aux États-Unis lorsque le vaccin s'avérerait sûr, efficace, autorisé notamment par la Food and Drug Administration[40],[41],[42].

Le 9 novembre, le partenariat Pfizer-BioNTech annonça les premiers résultats positifs de son essai de phase III du vaccin candidat BNT162b2.

Pfizer d'abord déclara qu'elle ne participait pas à l'opération Warp Speed parce qu'elle n'acceptait pas les fonds des contribuables pour la recherche et le développement. La Maison-Blanche affirma que la commande anticipée du gouvernement pour cent millions de doses de vaccin faisait de Pfizer un participant. Les experts offrirent des explications nuancées sur le niveau de participation de Pfizer à l'opération Warp Speed[43].

Les représentants de l'entreprise déclarèrent que « l'entreprise fait partie de l'opération Warp Speed en tant que fournisseur d'un vaccin potentiel contre le coronavirus »[trad 3],[44], et que « Pfizer est fière d'être l'un des fabricants de vaccins participant à l'opération Warp Speed en tant que fournisseur d'un vaccin potentiel contre la Covid-19 »[trad 4],[45] ? Un porte-parole de Pfizer, cependant, précisa qu'ils n'avaient « pas pris de fonds fédéraux pour la R&D »[trad 5],[46].

Le PDG de Pfizer, Albert Bourla, expliqua qu'il avait décidé de ne pas prendre le financement de Warp Speed pour le développement du vaccin, « parce qu'il voulait libérer ses scientifiques de toute bureaucratie qui vient avec l'obligation de donner des rapports et de convenir de la façon dont l'argent sera dépensé »[trad 6],[47]

Novavax[modifier | modifier le code]

En juillet, Operation Warp Speed accepta de payer 1,6 milliard de dollars à Novavax pour produire cent millions de doses de son candidat vaccin si les essais cliniques aboutissaient[48].

D'autres entreprises ne furent pas financées pour les efforts de développement, mais reçurent des promesses de fonds pour fabriquer et distribuer un futur vaccin, en cas de succès.

Critique[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Les objectifs du projet visant à développer, fabriquer et distribuer des centaines de millions de doses de vaccin contre la Covid-19 d'ici la fin de 2020 furent jugés irréalistes, puisqu'il faut normalement des années ou des décennies pour s'assurer que le vaccin choisi ne sera pas toxique et aura une efficacité adéquate[4],[49],[50]. La plupart des infections virales n'ont pas de vaccin parce que la technologie du vaccin a échoué dans les essais cliniques de stade précoce. Étant donné que de nombreux vaccins provoquent des effets secondaires, tels que des douleurs au point d'injection, des maux de tête et symptômes de grippe, les tests de sécurité nécessitent des années d'observation chez des milliers de participants aux essais cliniques.

De même, il faut suffisamment de temps — un an ou généralement plusieurs années — pour être certain qu'un vaccin ait une efficacité durable tant que le virus demeure pandémique[16],[49],[50]. Pour ces raisons, malgré de nombreuses tentatives de recherche antérieures pour produire des vaccins sûrs et efficaces contre les coronavirus, tels que le SRAS et le MERS, tous les candidats vaccins contre les infections à coronavirus ont échoué au cours de la recherche clinique et aucun vaccin n'existe pour prévenir toute infection à coronavirus. Pour se préparer à la fabrication et à la distribution, Operation Warp Speed dépensera des ressources et du financement avant que les résultats en matière d'innocuité et d'efficacité des vaccins candidats ne soient connus, gaspillant éventuellement des doses de vaccin et de l'argent[4].

Au final, AstraZeneca a bien fourni un vaccin avant la fin de l'année 2020.

Concurrence[modifier | modifier le code]

Il est possible qu'Operation Warp Speed consacre des efforts et des financements en concurrence directe avec des sociétés de vaccins américaines cotées en bourse déjà pleinement engagées et financées pour le développement[4]. Il est également possible qu'un milliard de dollars ou plus soit dépensé uniquement pour les efforts américains ou pour une alternative précise, comme investir dans un autre vaccin potentiel comme le candidat d'AstraZeneca pour lequel les États-Unis ont déjà payé US$1 milliard de dollars en pour recevoir 300 millions de doses à usage américain, si AstraZeneca réussit à démontrer son innocuité et son efficacité au-delà de son statut d'essai précoce de phase I-II en mai[51].

Warp Speed ne s'associera pas avec les organisations chinoises de développement de vaccins, ni avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations, ou la Commission européenne, qui coordonnent et financent des programmes internationaux pour le développement de vaccins multiples, ayant collecté huit milliards de dollars de partenaires internationaux le pour une réponse mondiale contre le coronavirus[3]. Le gouvernement américain choisit de ne pas inclure l'opération Warp Speed dans le cadre de test international Solidarity Trial sur le développement de vaccins, organisé par l'OMS.

Réticence à la vaccination[modifier | modifier le code]

Il est à craindre que le nom et le calendrier raccourci prévu de l'Operation Warp Speed ne puissent encourager le mouvement anti-vaccination, un expert déclarant « qu'il ne voyait pas de chemin par lequel il pourrait collecter suffisamment de données d'efficacité et de sécurité d'ici la fin de l'année »[trad 7],[3]. L'incapacité du public à faire confiance à un nouveau vaccin et le refus de la vaccination est un problème de santé mondial appelé « réticence à la vaccination »[52], qui augmente le risque de propagation du virus, ce qui pourrait entraîner des flambées d'infections à la Covid-19 dans le courant de 2020-2021[53]. Une enquête de révéla que la moitié des adultes américains interrogés ont déclaré qu'ils n'accepteraient pas un vaccin s'il était disponible à ce moment-là, et les trois quarts ont exprimé des inquiétudes quant à la vitesse de la mise au point du vaccin et craignent qu'un vaccin ne soit homologué avant que son innocuité et son efficacité ne soient entièrement validées[54].

Neutralité de la direction[modifier | modifier le code]

Le chef du projet Operation Warp Speed, Moncef Slaoui, avait été membre du conseil d'administration du développeur américain de vaccins, Moderna, et céda ses actions Moderna, pour un gain personnel potentiel de dix millions de dollars, soulevant des questions sur sa neutralité dans le jugement du vaccin candidat[55]. Bien que Slaoui ait démissionné du conseil d'administration de Moderna lorsqu'il a été nommé à la tête de Warp Speed, la valeur de sa part dans l'action Moderna a augmenté de trois millions de dollars en un jour lorsque Moderna a annoncé une avancée dans la recherche clinique sur les vaccins.

Allégations exagérées de certaines entreprises impliquées[modifier | modifier le code]

Les actionnaires poursuivirent Inovio, affirmant que la société avait exagéré les preuves de l'efficacité de son vaccin contre le coronavirus afin d'augmenter le cours de son action[56].

Un recours collectif fut déposé contre Vaxart devant le tribunal de district des États-Unis du nord de la Californie pour fraude présumée en matière de valeurs mobilières[57], préoccupation également rapportée dans la presse[58].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en anglais intitulée « Operation Warp Speed » (voir la liste des auteurs).

Citations originales[modifier | modifier le code]

  1. (en) « efforts to fund potentially dangerous drugs promoted by those with political connections »
  2. (en) « spent less than $1 billion to support the development and manufacturing of three monoclonal antibody treatments, versus almost $10 billion on six vaccines »
  3. (en) « the company is part of Operation Warp Speed as a supplier of a potential coronavirus vaccine »
  4. (en) « Pfizer is proud to be one of various vaccine manufacturers participating in Operation Warp Speed as a supplier of a potential COVID-19 vaccine »
  5. (en) « not taken federal money for R&D »
  6. (en) « because I wanted to liberate our scientists [from] any bureaucracy that comes with having to give reports and agree how we are going to spend the money in parallel or together »
  7. (en) « I don’t see a path by which you can collect enough efficacy and safety data by the end of the year »

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Coronavirus: Operation Warp Speed », United States Department of Defense (consulté le 21 octobre 2020)
  2. Jennifer Jacobs et Drew Armstrong, « Trump's 'Operation Warp Speed' aims to rush coronavirus vaccine », Bloomberg News,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mai 2020)
  3. a b c et d (en) Jon Cohen, « Unveiling ‘Warp Speed,’ the White House’s America-first push for a coronavirus vaccine », sur Science | AAAS, (consulté le 24 novembre 2020)
  4. a b c et d (en-US) David E. Sanger, « Trump Seeks Push to Speed Vaccine, Despite Safety Concerns », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 24 novembre 2020)
  5. Robert Kuznia, Katie Polglase et Gianluca Mezzofiore, « In quest for vaccine, US makes 'big bet' on company with unproven technology », CNN, (consulté le 2 mai 2020)
  6. (en) « Trump’s ‘Operation Warp Speed’ Aims to Rush Coronavirus Vaccine », Bloomberg.com,‎ (lire en ligne, consulté le 24 novembre 2020)
  7. a b et c (en-US) Audrey Conklin, « Trump launches 'Operation Warp Speed' for coronavirus vaccine », sur FOXBusiness, (consulté le 24 novembre 2020)
  8. (en) « Trump Administration Announces Framework and Leadership for 'Operation Warp Speed' », HHS.gov, (consulté le 22 juillet 2020)
  9. « L'opération "Warp Speed" de Trump a payé, pour le monde entier », Sciences et Avenir par Agence France-Presse, 27 novembre 2020
  10. « Trump Administration Announces Framework and Leadership for 'Operation Warp Speed' », U.S. Department of Health and Human Services, (consulté le 15 mai 2020) : « Among its other objectives, Operation Warp Speed aims to have substantial quantities of a safe and effective vaccine available for Americans by January 2021. »
  11. Elizabeth Weise, « FDA says a coronavirus vaccine would have to be at least 50% effective to be approved », USA Today,‎ (lire en ligne)
  12. (en) The Council of Economic Advisers September 2019, « Mitigating the Impact of Pandemic Influenza through Vaccine Innovation », sur whitehouse.gov
  13. « Remarks by President Trump on Vaccine Development », White House,‎ (lire en ligne)
  14. Kaitlan Collins, Jeremy Diamond et Betsy Klein, « Director of key federal vaccine agency says his departure was retaliation », CNN,‎ (lire en ligne)
  15. « Trump Administration Announces Framework and Leadership for 'Operation Warp Speed' », Department of Health and Human Services, US Government, (consulté le 28 mai 2020)
  16. a et b (en) Elizabeth Crisp, « Trump launches 'operation warp speed' effort to develop coronavirus vaccine by year's end », Newsweek, (consulté le 15 mai 2020) : « The project will cost billions of dollars, one of the people said. And it will almost certainly result in significant waste by making inoculations at scale before knowing if they'll be safe and effective – meaning that vaccines that fail will be useless. But it could mean having doses of vaccine available for the American public by the end of this year, instead of by next summer. »
  17. a et b Moncef Slaoui et Matthew Hepburn, « Developing safe and effective covid vaccines — Operation Warp Speed's strategy and approach », New England Journal of Medicine, vol. 383, no 18,‎ , p. 1701–1703 (ISSN 0028-4793, PMID 32846056, DOI 10.1056/nejmp2027405, lire en ligne) :

    « advancing eight vaccines in parallel will increase the chances of delivering 300 million doses in the first half of 2021... Of the eight vaccines in OWS’s portfolio, six have been announced and partnerships executed with the companies: Moderna and Pfizer/BioNTech (both mRNA), AstraZeneca and Janssen (both replication-defective live-vector), and Novavax and Sanofi/GSK (both recombinant-subunit-adjuvanted protein). These candidates cover three of the four platform technologies and are currently in clinical trials. The remaining two candidates will enter trials soon. »

  18. a et b Noah Higgins-Dunn, « The U.S. has already invested billions in potential coronavirus vaccines. Here's where the deals stand », CNBC,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2020)
  19. (en-US) Brenda Marie Rivers, « Johnson & Johnson Secures $1B in Federal Vaccine Production Funding », GovCon Wire, (consulté le 19 novembre 2020)
  20. « HHS, DOD Collaborate With Johnson & Johnson to Produce Millions of COVID-19 Investigational Vaccine Doses », (consulté le 19 novembre 2020)
  21. (en) Noah Higgins-Dunn, « Johnson & Johnson reaches deal with U.S. for 100 million doses of coronavirus vaccine at more than $1 billion », CNBC, (consulté le 19 novembre 2020)
  22. (en) Reuters, « Experimental Johnson & Johnson vaccine protects monkeys in a single dose, study finds », CNBC, (consulté le 19 novembre 2020)
  23. (en) Michael Erman, « U.S. to pay $1 billion for 100 million doses of Johnson & Johnson's COVID-19 vaccine candidate », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 19 novembre 2020)
  24. (en) « Trump Administration's Operation Warp Speed Accelerates AstraZeneca COVID-19 Vaccine to be Available Beginning in October », HHS.gov, (consulté le 22 juillet 2020)
  25. « Vaxart oral COVID-19 vaccine joins Trump's 'Warp Speed,' ramps up manufacturing capacity », Genetic Engineering and Biotechnology News, (consulté le 1er juillet 2020)
  26. (en) Ben Adams, « Moderna nabs a BARDA billion as its kick-starts late-stage pandemic vaccine test », FierceBiotech, (consulté le 20 novembre 2020)
  27. Katie Thomas, « U.S. Will Pay $1.6 Billion to Novavax for Coronavirus Vaccine », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  28. (en) Jacob Plieth, « Warp Speed keeps on giving », Evaluate.com, (consulté le 20 novembre 2020)
  29. « COVID-19 Medical Countermeasure Portfolio », MedicalCountermeasures.gov (consulté le 19 novembre 2020)
  30. Angus Liu, « Top vaccine players Sanofi, GSK win $2.1B Warp Speed funding for COVID-19 shot », FiercePharma, (consulté le 24 septembre 2020)
  31. « COVID-19 vaccines in human clinical trials – United States* (ACIP COVID-19 Vaccines Work Group) », CDC, (consulté le 19 novembre 2020)
  32. (en) « HHS Adds $628 Million to Contract with Emergent BioSolutions to Secure CDMO Manufacturing Capacity for Operation Warp Speed », HHS.gov, U.S. Department of Health and Human Services (press release), (consulté le 25 septembre 2020) : « Before this task order announcement, Emergent had begun collaborating on development and manufacturing with Johnson & Johnson, Novavax, and Vaxart on their COVID-19 vaccine candidates. »
  33. « INOVIO Reports Positive Interim Phase I Data for COVID-19 DNA Vaccine, Joins 'Warp Speed' Primate Study », Genetic Engineering and Biotechnology News, (consulté le 1er juillet 2020)
  34. (en-US) « This Company Boasted to Trump About Its Covid-19 Vaccine. Experts Are Skeptical. », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 25 septembre 2020) :

    « And while the company has said that it is part of Operation Warp Speed — the flagship federal effort to quickly produce treatments and vaccines for the coronavirus — Inovio is not on the list of companies selected to receive financial support to mass-produce vaccines. »

  35. (en) Zachary Brennan, « Warp Speed's focus on vaccines may have shortchanged antibody treatments », Politico, (consulté le 8 octobre 2020)
  36. (en) « HHS, DOD Collaborate with Regeneron on Large-Scale Manufacturing Demonstration Project of COVID-19 Investigational Therapeutic Treatment », HHS.gov, (consulté le 8 octobre 2020)
  37. a et b Berkeley Lovelace, Jr., « Moderna says preliminary trial data shows its coronavirus vaccine is more than 94% effective, shares soar », CNBC,‎ (lire en ligne)
  38. « A Study to Evaluate Efficacy, Safety, and Immunogenicity of mRNA-1273 Vaccine in Adults Aged 18 Years and Older to Prevent COVID-19 », Clinicaltrials.gov, US National Library of Medicine, (consulté le 17 novembre 2020)
  39. « Moderna vaccine trial contractors fail to enroll enough people of color, prompting slowdown », NBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 17 novembre 2020)
  40. Alexander Nazaryan, « So is Pfizer part of Operation Warp Speed or not? Yes and no », Yahoo Financial News,‎ (lire en ligne, consulté le 9 novembre 2020)
  41. « U.S. Government Engages Pfizer to Produce Millions of Doses of COVID-19 Vaccine », US Department of Health and Human Services, (consulté le 23 juillet 2020)
  42. « Was the Pfizer vaccine part of the government’s Operation Warp Speed? », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2020)
  43. Daniel Dale, « Fact-checking the battle for credit over Pfizer's vaccine announcement », cnn.com, CNN (consulté le 15 novembre 2020)
  44. « Pfizer’s early data shows vaccine is more than 90% effective », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 9 novembre 2020) :

    « On Monday, a spokeswoman for Pfizer clarified that the company is part of Operation Warp Speed as a supplier of a potential coronavirus vaccine »

  45. « Pfizer Avoided R&D Funding From Trump's Operation Warp Speed Because of Bureaucracy, Politics », Newsweek,‎ (lire en ligne, consulté le 9 novembre 2020)
  46. « Pfizer Research Head Distances COVID-19 Vaccine From Trump's Operation Warp Speed », Newsweek,‎ (lire en ligne, consulté le 9 novembre 2020)
  47. (en) Axios, « Pfizer CEO says he would've released vaccine data before election if possible », Axios, (consulté le 11 novembre 2020)
  48. (en) « HHS, DOD Collaborate with Novavax to Produce Millions of COVID-19 Investigational Vaccine Doses in Commercial-Scale Manufacturing Demonstration Projects », HHS.gov, (consulté le 22 juillet 2020)
  49. a et b Michael S. Diamond et Theodore C. Pierson, « The challenges of vaccine development against a new virus during a pandemic », Cell Host and Microbe, vol. 27, no 5,‎ , p. 699–703 (PMID 32407708, PMCID 7219397, DOI 10.1016/j.chom.2020.04.021)
  50. a et b Max Nisen, « Operation Warp Speed needs to waste money on vaccines », Bloomberg News, The Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mai 2020)
  51. (en) Vicky McKeever, « AstraZeneca receives $1 billion in U.S. funding for Oxford University coronavirus vaccine », CNBC, (consulté le 28 mai 2020)
  52. « Ten health issues WHO will tackle this year », World Health Organization, (consulté le 26 mai 2020)
  53. (en) Eve Dubé, Caroline Laberge, Maryse Guay et Paul Bramadat, « Vaccine hesitancy: an overview », Human Vaccines and Immunotherapeutics, vol. 9, no 8,‎ , p. 1763–1773 (ISSN 2164-554X, PMID 23584253, PMCID 3906279, DOI 10.4161/hv.24657)
  54. (en-US) 1615 L. St NW et Suite 800Washington, « U.S. Public Now Divided Over Whether To Get COVID-19 Vaccine », sur Pew Research Center Science & Society, (consulté le 24 novembre 2020)
  55. (en-US) « Head of Trump's Covid-19 vaccine program to divest more than $10M in Moderna shares after criticism », sur MedCity News, (consulté le 24 novembre 2020)
  56. (en-US) David Gelles, « This Company Boasted to Trump About Its Covid-19 Vaccine. Experts Are Skeptical. », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 25 septembre 2020)
  57. Himmelberg v. Vaxart, Inc., No. 20-cv-05949 (N.D. Cal. Aug. 24, 2020)
  58. (en-US) « Corporate Insiders Pocket $1 Billion in Rush for Coronavirus Vaccine », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 25 septembre 2020)