Vice-président des États-Unis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vice-président des États-Unis
(en) Vice President of the United States of America
Image illustrative de l'article Vice-président des États-Unis
Sceau officiel du vice-président
des États-Unis
.

Image illustrative de l'article Vice-président des États-Unis
Titulaire actuel
Mike Pence
depuis le
(5 mois et 7 jours)

Création Constitution des États-Unis ()
Durée du mandat 4 ans
Premier titulaire John Adams
Résidence officielle Number One Observatory Circle, Washington, D.C.
Rémunération 230 700 $ bruts par an
Site internet http://www.whitehouse.gov

Le vice-président des États-Unis (en anglais : Vice President of the United States, parfois abrégé par le sigle VPOTUS[1]) est le premier sur la ligne de succession présidentielle, il succède au président en cas de mort, de démission, d'incapacité ou de destitution de ce dernier. Il est élu en même temps que ce dernier par le même collège électoral de grands électeurs. Constitutionnellement, il assure également la présidence du Sénat des États-Unis[2].

L'actuel vice-président des États-Unis est le républicain Mike Pence depuis le .

Rôle constitutionnel[modifier | modifier le code]

Bien que considéré par tous comme le second personnage de l'exécutif américain, la Constitution américaine ne donne aucun rôle exécutif au vice-président. Il peut se voir attribuer des fonctions par le président des États-Unis mais il n'agit alors que comme un agent du président. Beaucoup de vice-présidents dans le passé n'ont exercé aucun rôle dans l'exécutif.

En outre, le rôle que lui octroie la présidence ex officio du Sénat américain ne lui attribue que peu de pouvoir sur les affaires de l'État et le cantonne à un travail essentiellement procédural. Il est tenu de ne pas intervenir dans les débats de la Chambre haute. Cependant, il a la possibilité, en cas d'égalité de vote, de faire jouer sa voix pour éviter le blocage de cette dernière.

Mode d'élection[modifier | modifier le code]

Le vice-président est élu par le même Collège électoral qui élit le président des États-Unis, en même temps et pour la même durée de mandat de quatre ans. Depuis 1804 et l'adoption du XIIe amendement, le vote pour cette élection pour le président et le vice-président se fait sur des bulletins séparés. Auparavant, était élu vice-président celui qui arrivait deuxième au nombre des suffrages des grands électeurs dans le vote pour la présidence. Ce changement de mode d'élection est intervenu après les conflits entre président et vice-président issus de camps politiques opposés, mais il allait affaiblir le rôle politique et la fonction de vice-président.

Ce choix de bulletins distincts est devenu discutable ou inutile à la fin du XIXe siècle quand le Collège électoral a été élu par un vote populaire et qu'il est devenu la norme que les grands électeurs choisis se soient engagés de voter pour un président et un vice-président donnés, nommés par leur parti politique. Ainsi si la Constitution américaine indique que le président et le vice-président sont choisis séparément, dans la pratique ils sont choisis ensemble.

Si aucun candidat à la vice-présidence ne recevait une majorité des suffrages de grands électeurs, la Constitution américaine prévoit que c'est le Sénat qui procède à son élection. Cela ne s'est produit qu'une fois dans l'histoire, en 1836, avec l'élection par le Sénat de Richard Mentor Johnson. Colistier de Martin Van Buren, il n'obtint pas la majorité du Collège électoral car 23 grands électeurs de Virginie, pourtant élus de son camp politique, refusèrent de voter pour lui (mais votèrent pour Van Buren à la présidence) ayant eu connaissance de la relation affichée de Johnson avec une femme noire.

Éligibilité[modifier | modifier le code]

Le douzième amendement de la Constitution des États-Unis déclare qu’« aucune personne constitutionnellement inéligible à la fonction de Président ne sera éligible à celle de Vice-président des États-Unis ». Cependant, contrairement à la limitation de deux mandats imposé à la Présidence par le XXIIe amendement de la Constitution, il n'y pas de restriction du nombre de mandats que peut exercer une personne à la vice-présidence.

Pour servir à la vice-présidence, une personne doit être :

  • citoyen américain et avoir au moins 35 ans ;
  • avoir vécu aux États-Unis pendant au moins 14 ans ;
  • être éligible au poste de Président (tel que défini dans le XXe amendement).

État d'origine[modifier | modifier le code]

La constitution américaine interdit aux grands électeurs de voter à la fois pour un candidat à la présidence et pour un candidat à la vice-présidence qui viennent du même État qu'eux. En théorie, cela pourrait empêcher le candidat à la vice-présidence disposant du plus grand nombre de grands électeurs d'obtenir la majorité absolue requise pour son élection, même si le candidat à la présidence est lui élu, et placerait alors l'élection de la vice-présidence dans les mains du Sénat. En pratique, cela est rarement un problème, les partis politiques évitant les tickets avec deux candidats issus d'un même État.

À cause de ce point constitutionnel, l'ancien représentant du Wyoming, Dick Cheney qui avait déménagé au Texas pour devenir le président d'Halliburton Company, se redomicilia au Wyoming juste avant d'accepter d'être le candidat républicain à la vice-présidence, auprès de George W. Bush, candidat à la présidence et gouverneur du Texas. Ce qui au vu de la faible majorité républicaine de grands électeurs à l'issue de l'élection de novembre 2000 lui permit d'être élu.

Choix du candidat à la vice-présidence[modifier | modifier le code]

Le candidat à la vice-présidence des principaux partis politiques est formellement choisi lors de la convention que chaque parti tient quelques mois avant l'élection, à la suite du choix de leur candidat à la présidence. Le processus officiel est le même que pour le choix du candidat à la présidence avec un vote des délégués lors de cette convention. Dans la pratique, le candidat à la présidence influe considérablement sur le choix et au cours du XXe siècle, il est devenu habituel que ce dernier, une fois assuré de l'investiture de son parti, choisisse son running mate (littéralement celui qui partage sa course à l'élection), son candidat à la vice-présidence, formant alors un ticket pour l'élection. Ce choix est ensuite entériné par les délégués de la Convention.

Le choix du candidat à la vice-présidence repose sur des considérations hautement électorales : un candidat qui puisse renforcer le candidat à la Présidence dans des États (le ticket Kennedy-Johnson de 1960) ou dans des domaines de compétences (les tickets Clinton-Gore en 1992 ou Bush-Cheney en 2000) où il manifeste des lacunes. Le choix peut aussi permettre d'unifier le parti et de le mettre en bon ordre de bataille pour la campagne électorale dans le cas de primaires divisant le parti.

Le dernier candidat à la présidence à ne pas avoir choisi le candidat à la vice-présidence de son parti, laissant ce choix à la convention, fut le démocrate Adlai Stevenson en 1956. La convention choisit alors le sénateur texan Estes Kefauver, devant le jeune sénateur du Massachusetts John F. Kennedy. Lors de la tumultueuse convention démocrate de 1972, le candidat à la présidence George McGovern choisit le Sénateur Thomas Eagleton comme colistier mais nombre d'autres candidats restèrent en compétition et obtinrent de nombreux suffrages des délégués. Eagleton réussit néanmoins à obtenir la majorité des voix et la nomination.

Lorsque le choix du candidat à la présidence est toujours incertain à l'approche de la convention du parti, la campagne pour les deux postes peuvent se lier. Ainsi en 1976, Ronald Reagan, qui était juste devant Gerald Ford dans les primaires, annonça avant la convention républicaine que s'il était choisi, il prendrait le Sénateur Richard Schweiker comme candidat à la vice-présidence, espérant ainsi faire la différence sur son concurrent au sein du Parti républicain. Cette annonce n'eut pas l'effet escompté, Schweiker étant perçu comme relativement libéral, Reagan s'aliéna beaucoup des délégués les plus conservateurs.

Rôle historique[modifier | modifier le code]

John Adams, premier vice-président des États-Unis.

Pendant les 200 premières années de l'histoire des États-Unis, la vice-présidence fut essentiellement un rôle honorifique, sauf en cas de décès du président. John Adams, le premier vice-président, resta pendant ses deux mandats au Massachusetts, ne venant à Washington qu'en cas de nécessité.

En 1841, la vice-présidence changea à la suite de la mort du président William Henry Harrison. Le vice-président John Tyler, un démocrate mis sur le ticket de Harrisson, un whig (droite), pour ramener des voix, accéda à la Présidence. Alors que la Constitution lui donnait le droit de devenir Président, Tyler eut du mal à s'imposer à ce poste. En 1967, le 25e amendement de la Constitution éclaircira le sujet en déclarant le vice-président successeur légitime du président.

Garret Hobart, le premier vice-président de William McKinley fut l'un des rares vice-présidents de cette époque qui joua un rôle important dans l'administration présidentielle. Il fut un proche confident et conseiller du président, Hobart était appelé Assistant to the President.

En 1933, Franklin D. Roosevelt accrut au début le rôle du vice-président en renouvelant la pratique de le convier aux réunions du Cabinet, ce qui sera maintenu par tous les présidents par la suite. Le premier vice-président de Roosevelt, John Nance Garner, cassa avec lui au début du second mandat à la suite du problème du Court-packing et devint un des leaders de l'opposition à Roosevelt. Son successeur Henry Wallace, se vit confier d'importantes responsabilités pendant la Seconde Guerre mondiale, mais son positionnement évolua plus à gauche que ceux du Parti démocrate et de l'administration Roosevelt et il se fit retirer tout pouvoir réel. Roosevelt garda son dernier vice-président, Harry Truman, non informé de toutes les questions relatives à la guerre ou à l'après-guerre, tels que le projet sur la bombe atomique, conduisant Truman à remarquer ironiquement que le boulot du vice-président est d'« aller aux mariages et aux obsèques ». Après la mort de Roosevelt, Truman devint président. Le besoins de garder le vice-président au courant des questions de sécurité nationale devint évident. Le Congrès fit donc du vice-président l'un des quatre membres statutaires du Conseil national de sécurité en 1949.

Richard Nixon « réinventa » la fonction de vice-président. Il avait l'attention des médias et du Parti républicain quand Eisenhower lui demanda de présider les réunions du Cabinet en son absence. Nixon fut aussi le premier vice-président à assurer temporairement le contrôle de la branche exécutive après qu'Eisenhower eut une crise cardiaque en septembre 1955, un ileite (inflammation des intestins) en juin 1956 et une attaque cérébrale en novembre 1957.

À partir de 1961, le rôle de vice-président va prendre de l'ampleur avec la nomination, par le président John F. Kennedy, du vice-président Lyndon B. Johnson à la tête, entre autres, du programme spatial des États-Unis (qui devait par la suite devenir la NASA).

Johnson, devenu président à la mort de Kennedy en 1963 et qui n'avait jamais caché son manque d'enthousiasme pour le poste, choisit de ne pas accorder plus de pouvoir à son successeur Hubert Humphrey.

Sous la présidence de Richard Nixon, élu en 1968 (après avoir été vice-président d'Eisenhower de 1953 à 1961), la vice-présidence va marquer un recul. Le premier vice-président de Nixon, Spiro Agnew, dut démissionner en 1973 accusé de fraude fiscale et d'avoir accepté des pots-de-vin pendant son mandat de gouverneur du Maryland. Nixon nomma alors Gerald Ford au poste de vice-président. À la démission de Nixon en 1974 à la suite du scandale du Watergate, Ford devient président et nomma Nelson Rockefeller vice-président, mais Ford qui servait de sous-remplaçant eut énormément de difficultés à s'habituer à ses nouvelles fonctions.

Le Président Jimmy Carter fut le premier président à accorder à son vice-président, Walter Mondale, un bureau dans l'aile Ouest de la Maison-Blanche et lui donna quelques responsabilités.

Le vice-président de George H. W. Bush, Dan Quayle reste surtout connu pour ses gaffes et Bush père ne lui laissa aucun pouvoir pendant sa Présidence.

Bill Clinton et son vice-président Al Gore étendront le rôle du vice-président, Gore s'impliquant au Conseil national de sécurité et possédant de nombreuses prérogatives dans les domaines économiques et des affaires étrangères.

À la suite des attentats du 11 septembre 2001, le Président donne de larges pouvoirs à Dick Cheney, créant un exécutif à deux têtes pour que l'État ne soit pas paralysé en cas d'attaque terroriste contre le Président. Bush, contraint par les circonstances, voit plus son vice-président comme un bras droit que comme un remplaçant en retrait des affaires publiques.

Souvent le vice-président va prendre des positions plus extrêmes que le Président pour contenter la base sans couper le Président de l'opinion publique. Il peut aussi servir de remplaçant au Président pour les visites à l'étranger : montrer le soutien ou l'intérêt du gouvernement sans pour autant envoyer le Président en personne.

Succession à la présidence[modifier | modifier le code]

La ratification du XXVe amendement en 1967 est l'aboutissement de longues discussions pour éviter que ne se reproduisent certains problèmes :

  • 1881, à la suite d'une tentative d'assassinat, le président James Garfield agonise pendant 3 mois avant de mourir, laissant l'exécutif paralysé dans ce temps ;
  • 1901, le président William McKinley agonise pendant huit jours à la suite d'une tentative d'assassinat ;
  • 1919-1921, à la suite d'un infarctus, le président Wilson est incapable de diriger le pays et, selon certaines rumeurs, c'est sa femme Edith Bolling Galt Wilson qui prend en charge la direction du pays ;
  • 1955-1961, le président Dwight David Eisenhower est fréquemment handicapé par des attaques cardiaques et d'autres problèmes de santé. Le vice-président Richard Nixon assume alors certaines des prérogatives du Président sans jamais obtenir le contrôle complet de l'exécutif.

Le XXVe amendement autorise le Président à se déclarer incapable en transmettant une déclaration écrite aux présidents du Sénat et de la Chambre des représentants, le vice-président devient alors Président par intérim et ce jusqu'au moment où le Président les avisera par écrit du contraire. Cet alinéa de l'amendement a été utilisé à deux reprises :

Cet amendement permet aussi au vice-président, avec la majorité du Cabinet, de déclarer le Président incapable d'exercer ses fonctions et devenir Président par intérim. Jusqu'à présent, aucun président n'a jamais été jugé incapable de remplir sa tâche par son vice-président et son cabinet. Cependant, les constitutionnalistes considèrent qu'à la suite de la tentative d'assassinat contre lui le , le président Reagan n'était plus en état de gouverner dans les heures/jours qui ont suivi. Le vice-président Bush choisit pourtant de laisser la tête de l'État vacante, et ne mit pas en œuvre la procédure visant à faire déclarer le président incapable d'assumer temporairement ses fonctions.

Neuf vice-présidents ont été investis à la présidence :

En cas d'incapacité du vice-président, c'est le speaker de la Chambre des représentants des États-Unis, deuxième sur la ligne de succession présidentielle qui est nommé président. Ce cas de figure ne s'est pas encore produit.

Vacance du poste[modifier | modifier le code]

À 16 reprises, avant le XXVe amendement ratifié en 1967, le poste de vice-président s'est retrouvé sans titulaire à la suite de la mort (par sept fois), la démission (à une seule occasion pour John Caldwell Calhoun en 1832) ou la nomination à la Présidence (par 8 fois). Depuis l'adoption de cet amendement, le poste de vice-président a été vacant par deux fois à la suite d'une démission, puis à une accession à la présidence.

Cet amendement impose au Président de nommer un vice-président en cas de vacance du poste. Ce choix de vice-président doit être confirmé par un vote à la majorité qualifiée des deux Chambres. En 1973, Gerald R. Ford est le premier à en bénéficier : il est nommé vice-président en remplacement de Spiro Agnew, contraint à la démission quelques semaines plus tôt. Sa nomination fut confirmée par les Chambres le . À son accession à la présidence en 1974, ce dernier nommera Nelson Rockefeller à la vice-présidence. À ce jour, ce sont les deux seuls vice-présidents qui n'aient pas été élus ; Gerald Ford est l'unique président à ne jamais avoir été élu ni président, ni vice-président.

Bureaux et résidence[modifier | modifier le code]

Les bureaux officiels du vice-président se situent dans le Old Executive Office Building, à proximité immédiate de l'aile Ouest (West Wing) de la Maison-Blanche où il peut d'ailleurs, suivant sa proximité avec le président, également disposer d'un bureau.

Sa résidence officielle est depuis 1974 le Number One Observatory Circle, une maison sur les terrains de l'Observatoire naval des États-Unis à Washington. Auparavant, il résidait dans son domicile privé.

Liste des vice-présidents des États-Unis[modifier | modifier le code]

John C. Breckinridge est le plus jeune vice-président, entré en fonction à l'âge de 36 ans, alors qu'Alben W. Barkley, vice-président à l'âge de 71 ans, est le plus vieux à ce poste. Deux vice-présidents, George Clinton et John C. Calhoun, ont servi sous plus d'un unique président.

Après la vice-présidence[modifier | modifier le code]

Outre les neuf vice-présidents en exercice qui succédèrent directement au président, il y a :

  • Quatre vice-présidents sortants sont élus présidents :
  1. John Adams (1789–1797), élu président en 1796.
  2. Thomas Jefferson (1797–1801), élu président en 1800.
  3. Martin Van Buren (1833–1837), élu président en 1836.
  4. George H. W. Bush (1981–1989), élu président en 1988.
  • Un ancien vice-président non sortant est élu président : Richard Nixon (1953-1961), élu président en 1968.
  • Quatre vice-présidents sortants échouent à l'élection présidentielle :
  1. John C. Breckinridge (1857-1861), battu par Abraham Lincoln en 1860.
  2. Richard Nixon (1953-1961), battu par John F. Kennedy en 1960.
  3. Hubert Humphrey (1965-1969), battu par Richard Nixon en 1968.
  4. Al Gore (1993-2001), battu par George W. Bush en 2000.
  • Deux anciens vice-présidents non sortants échouent à l'élection présidentielle :
  1. Henry Wallace (1941-1945), obtenant 2,4 % des suffrages et finissant en quatrième position en 1948.
  2. Walter Mondale (1977-1981), battu par Ronald Reagan en 1984.
  1. Al Gore (1993-2001), en 2002.

Les anciens vice-présidents ont le droit à une pension à vie mais, contrairement au vice-président en exercice, ne bénéficient pas d'une protection personnelle du Secret Service. Cependant, dans la pratique récente, ils reçoivent une telle protection dans les six mois qui suivent la fin de leur vice-présidence (en juin 2008, une loi était en cours d'examen au Congrès pour officialiser cette pratique).

Les anciens vice-présidents démocrates sont ex officio super délégués à la Convention nationale démocrate qui choisit pour ce parti les candidats à la présidence et vice-présidence.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. William Safire, « On Language; Potus And Flotus », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  2. « ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE : LE SÉNAT », in senat.fr, dernière mise à jour de novembre 2008, consulté le 28 décembre 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]