Université de Chicago

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Université de Chicago
Campus Spring.jpg
Campus Spring.jpg
Histoire et statut
Fondation
Type
Nom officiel
University of Chicago
Régime linguistique
Fondateur
Président
Robert Zimmer
Localisation
Localisation
Pays
Localisation sur la carte des États-Unis
voir sur la carte des États-Unis
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
15 000Voir et modifier les données sur Wikidata
Effectif
2 350Voir et modifier les données sur Wikidata
Enseignants
2 168
Divers
Devise
Crescat scientia, vita excolatur
Membre de
Coalition de l'édition savante et des ressources académiques, Center for Research Libraries (en), Coalition for Networked Information (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Joseph Regestein Library
Robie House, sur le campus ; dessinée par Frank Lloyd Wright

L'université de Chicago (en anglais, The University of Chicago) est une université privée américaine, située dans le secteur de Hyde Park à Chicago. Elle est l'une des universités les plus prestigieuses et influentes du monde[1],[2].

Elle est composée du collège universitaire (nommé The College), de la Pritzker School of Medicine, de la Booth School of Business, de la Divinity School, de la University of Chicago Law School, de la Graham School of Continuing Liberal and Professional Studies, de la Harris School of Public Policy Studies et de la School of Social Service Administration[3]. Elle comprend également l'une des bibliothèques universitaires les plus grandes des États-Unis : la bibliothèque de l'Université de Chicago possède quelque 11,6 millions de volumes imprimés et numériques (en 2016)[4].

L'école économique de pensée dite de Chicago, qui a pour chef de file Milton Friedman ou encore Robert Lucas, a émergé du département d'économie de l'université. Leur théorie néoclassique fut l'une des plus importantes de la deuxième partie du XXe siècle.

Le courant de pensée sociologique de l'école de Chicago fut créé par Albion Small au département de sociologie de l'université.

L'université de Chicago compte parmi ses anciens élèves et professeurs 98 prix Nobel (2018)[5], 9 médailles Fields[6], 18 médailles John Bates Clark[7] et 24 prix Pulitzer[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'université fut fondée en 1890 par la American Baptist Education Society et le magnat du pétrole John D. Rockefeller[9], et les premiers cours eurent lieu le . William Rainey Harper devint le premier président de l'université, il voulait combiner à l'enseignement anglo-saxon, l'excellence des techniques de recherches des universités allemandes. L'une des particularités des méthodes de Harper était de permettre aux élèves de sortir diplômé à n'importe quel moment de l'année. Dès sa création, les femmes furent autorisées à suivre des cours à l'université, ce qui n'était pas nécessairement le cas d'autres grandes universités américaines.Les premiers bâtiments furent inspirés du style gothique anglais.

En 1910, l'université adopta son logo (qui est toujours le même aujourd'hui) et la devise latine "Crescat Scientia, Vita Excolatur", signifiant "Que le savoir se développe (et) que la vie s'enrichisse".

En 1929, Robert Hutchins fut nommé président de l'université. Il améliora notamment les parcours universitaires undergraduate, par exemple en préférant les cours sous forme de débat plutôt que des grandes conférences magistrales.

Dans les années 1930 et 1940, l’université conseilla et finança des organisations qui cherchaient à interdire l’installation des Noirs dans le quartier de Hyde Park[10].

Alors que dans les années 1950, le « nettoyage des taudis » environnants (slum clearance) provoqua un afflux de population noire vers Hyde Park au moment où la Cour suprême déclara illégal le refus de vente ou de location motivé par la race du demandeur. Une partie des populations aisées vivant dans le quartier entreprit de déménager. En 1958, l’université s'en alarma publiquement : « La vie de notre institution est en jeu. Il n’est pas possible de maintenir une grande université dans un endroit qui se transforme en taudis[10]. »

Elle mit sur pied, par l’intermédiaire de la Hyde Park Kenwood Community Conference, qu'elle contrôlait, et avec l'aide de la municipalité de Chicago, un programme de « rénovation » du quartier fondé sur la destruction des immeubles d’habitation de bas niveau et l'expulsion de leurs locataires, pauvres et généralement noirs. L’université fit également pression sur les banques et les compagnies d’assurances pour que celles-ci n’accordent pas de prêts aux propriétaires indésirables et ne renouvellent pas volontiers leurs polices d’incendie. Entre 1960 et 1970, le nombre des logements à Hyde Park baissa de 20 % et le nombre des Noirs de 40 %[10].

Puis l'université s'est agrandie avec l'ajout de bâtiments au style plus modernes. Elle acheta notamment en 1963 la Robie House de l'architecte Frank Lloyd Wright.

En 1978, la professeur d'histoire Hanna Gray devint présidente de l'université, faisant d'elle la première femme présidente d'une grande université de recherche. Sous sa présidence les effectifs furent augmentés aussi bien en undergraduate qu'en postgraduate.

Dans les années 1990, une première année d’études coûte près de 25 000 dollars. L'université ne compte que 4 % d’étudiants noirs et 1,8 % de professeurs noirs[10].

L'université entretient par ailleurs une police privée. Bien que le quartier soit particulièrement sûr, l’université a installé 134  « téléphones d’urgence » au campus, permettant aux étudiants de commander aussitôt l’arrivée d’une voiture-patrouille. Jusqu’en 1992, les étudiants qui en faisaient la demande obtenaient qu'une voiture de police les suive pour aller vers une destination quelconque[10].

En 1998, le nouveau programme undergraduate vit le jour, accentuant notamment l'apprentissage des langues étrangères et l'ouverture aux différentes cultures.

En 2008, l'ancien élève et milliardaire David Booth fit un don de 300 millions de dollars à l'université qui en remerciement nomma la Business School en son nom.

Classement et réputation[modifier | modifier le code]

L'université de Chicago est régulièrement classé dans le Top 10 mondial et excelle particulièrement dans le domaine des sciences sociales et sciences économiques.

Général Sciences Sociales Économie
Academic Rankings of World Universities[11] 9 2 2
QS University Rankings[12] 10 8 5
Times Higher Education[13] 11 6 6

Le classement international professionnel des universités, réalisé par les Mines ParisTech, classe l'université 21e mondiale pour la formation de PDG de grandes entreprises.

Le magazine U.S. News & World Report classe le collège universitaire troisième au niveau national (à égalité avec Yale)[14].

Quelques étudiants et professeurs célèbres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Academic Ranking of World Universities », sur Shanghai Ranking Consultancy (consulté le 28 juin 2015)
  2. (en) « Meta University Rankings », sur Meta (consulté le 28 juin 2015)
  3. « Academic Departments », sur The University of Chicago (consulté le 16 septembre 2015)
  4. « ARL Statistics 2013-2014 »
  5. « Nobel Laureates », sur The University of Chicago (consulté le 16 septembre 2015)
  6. « Fields Medal », sur The University of Chicago (consulté le 16 septembre 2015)
  7. « John Bates Clark Medal », sur The University of Chicago (consulté le 16 septembre 2015)
  8. « Pulitzer Prize », sur The University of Chicago (consulté le 16 septembre 2015)
  9. « University of Chicago News: Resources: A brief history », sur news.uchicago.edu (consulté le 16 septembre 2015)
  10. a b c d et e Serge Halimi, « L'université de Chicago, un petit coin de paradis bien protégé »,
  11. « 2015 World University Rankings | Academic Ranking of World Universities », sur shanghairanking.com (consulté le 16 septembre 2015)
  12. « University Rankings », sur topuniversities.com (consulté le 16 septembre 2015)
  13. « World University Rankings 2014-15 », sur timeshighereducation.co.uk (consulté le 16 septembre 2015)
  14. « National University Rankings | Top National Universities | US News Best Colleges », sur colleges.usnews.rankingsandreviews.com (consulté le 16 septembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]