Institut de mécanique des fluides de Toulouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
IMFT
Histoire
Fondation
Cadre
Zone d'activité
Type
Domaine d'activité
Siège social
Pays
Coordonnées
Organisation
Organisations mères
Site web
Localisation sur la carte d’Europe
voir sur la carte d’Europe
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Toulouse
voir sur la carte de Toulouse
Red pog.svg

L'institut de mécanique des fluides de Toulouse (IMFT), est un laboratoire de recherche[1], français situé sur l'île du Ramier, à Toulouse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Créé en 1913 par Charles Camichel[2].

Les recherches en mécanique des fluides furent initiées en 1920 au sein de l'institut électro-technique de Toulouse (IET), se focalisant sur l'hydraulique fluviale. En 1930, mettant en œuvre une politique nationale de soutien à l'industrie aéronautique, le ministère de l'Air et l'université de Toulouse créèrent formellement l'institut de mécanique des fluides de Toulouse en s'appuyant sur l'institut électro-technique de Toulouse (IET)[3]. En 1940, l'institut accueillit le personnel et les équipements de l'institut de mécanique des fluides de Lille[4],[5] .

L'institut est rattaché à l'institut national polytechnique de Toulouse (INPT) par l'intermédiaire de l'ENSEEIHT, à l'université Paul-Sabatier et au CNRS. Il est spécialisé dans la recherche en hydraulique et en mécanique des fluides[6].

En 2016 c'est le plus grand labo de recherche d'Europe dans son domaine[7].

Soufflerie de Banlève[modifier | modifier le code]

Local de la soufflerie de Banlève dans l'institut de mécanique des fluides de Toulouse.

La grande soufflerie de 1937 de l'IMFT dite soufflerie de Banlève[8], est inscrite au patrimoine industriel du XXe siècle[9], et aux monuments historiques[10], inscription par arrêté du 26 novembre 1997[11].

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Petre Roman y a fait son doctorat.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Charru, L'Institut de mécanique des fluides de Toulouse : 100 ans de recherche, CNRS Éditions (présentation en ligne).
  • François Charru, « Une histoire de l’Institut de mécanique des fluides de Toulouse de 1913 à 1970 : Un siècle de mécanique des fluides : 1870–1970 », Comptes Rendus Mécanique, Elsevier Masson, vol. 345, no 8,‎ , p. 505-544 (DOI ff10.1016/j.crme.2017.05.009, lire en ligne [PDF], consulté le 24 mai 2019).
  • Lucien Masbernat, « Une coopération aura réussi quand elle aboutira au partenariat. », Horizons Maghrébins - Le droit à la mémoire « Élites maghrébines de France. Politiques, associatives, religieuses, scientifiques, artistiques », nos 20-21,‎ , p. 165-169 (DOI 10.3406/horma.1993.1183, lire en ligne, consulté le 24 mai 2019).
  • « Les 100 ans de l’Institut de mécanique des fluides de Toulouse », La Gazette du laboratoire, no 222,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 24 mai 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]