Université fédérale de Toulouse-Midi-Pyrénées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la COMUE de l'Université de Toulouse. Pour les pages sur les universités, voir Université Toulouse-I-Capitole, Université Toulouse-Jean-Jaurès et Université Toulouse-III-Paul-Sabatier.
Pour l'Université de Toulouse qui a existé entre 1229 et 1793 et entre 1896 et 1969, voir Université de Toulouse (ancienne).
Université fédérale de
Toulouse-Midi-Pyrénées
Logo-Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées.png
Logo de l'université fédérale Toulouse-Midi-Pyrénées.
Histoire et statut
Fondation
(PRES)
(statut actuel)
Type
Forme juridique
Régime linguistique
Président
Philippe Raimbault
Localisation
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Haute-Garonne
voir sur la carte de Haute-Garonne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Toulouse
voir sur la carte de Toulouse
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
104 237 (en 2012)
Divers
Membre de
Site web

L’université fédérale de Toulouse-Midi-Pyrénées (UFTMiP) est un regroupement de 31 établissements d’enseignement supérieur et de recherche de la région Occitanie. Son périmètre territorial correspond à l'académie de Toulouse et à l'ancienne région Midi-Pyrénées.

Historique[modifier | modifier le code]

L'ancien sceau de l'université de Toulouse représentant un clerc.

La loi de programme pour la recherche du 8 juillet 2006 permet aux établissements de se regrouper sous la forme d’un pôle de recherche et d'enseignement supérieur (PRES). Ainsi le PRES « Université de Toulouse » est créé en 2007 avec le statut d’établissement public de coopération scientifique. Il regroupe au moment de sa création six membres fondateurs : l'université de Toulouse I-Capitole, l'université de Toulouse II-Le-Mirail, l'université de Toulouse III-Paul-Sabatier, l’institut national polytechnique de Toulouse, l’institut national des sciences appliquées de Toulouse et l’école nationale supérieure de l'aéronautique et de l'espace [2].

Le PRES remporte des appels nationaux à financements comme le plan campus en 2008 [3] et les initiatives d'excellence (« Grand Emprunt » ou « Investissements d’avenir ») en 2011 [4].

La loi relative à l'enseignement supérieur et à la recherche du 22 juillet 2013 supprime les PRES et instaure les communautés d’universités et établissements (COMUE), regroupements d'établissements d'enseignement supérieur et de recherche ainsi que d'organismes de recherche situés sur un même territoire. Ainsi l’université de Toulouse prend ses nouveaux statuts en 2015 et devient l’ « université fédérale de Toulouse-Midi-Pyrénées » ; ses membres sont les mêmes que ceux du PRES, à la différence de l’ajout du centre national de la recherche scientifique [5].

Par ailleurs, son logo évolue : le sceau médiéval représentant un clerc avec une férule lisant un livre, est remplacé par celui représentant la déesse Minerve debout casquée. Selon Jean-Michel Minovez, alors président de l’université Toulouse-Jean-Jaurès :

« La IIIe République a créé le système moderne d’enseignement supérieur français fondé sur l’expérience scientifique et le rationalisme contre le spiritualisme. L’université fédérale de Toulouse-Midi-Pyrénées choisit d’inscrire Minerve dans son logo ; elle opte en cela pour une figure féminine allégorique de la République qui représente des idéaux abstraits à vocation universelle. »

Historique des présidents[modifier | modifier le code]

  • 2007 - 2009 : Jacques Erschler [6] ;
  • 2009 - 2010 : Louis Castex [7] ;
  • 2010 - 2012 : Gilbert Casamatta [8] ;
  • 2012 - 2016 : Marie-France Barthet [9] ;
  • 2016 - aujourd'hui : Philippe Raimbault [10] ;

Membres et associés[modifier | modifier le code]

Les membres fondateurs de l'université fédérale de Toulouse-Midi-Pyrénées sont [5],[11] :

Les autres écoles d'ingénieurs ou spécialisées associées (au sens du code de l'éducation) à l’université fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées, au sein du site toulousain sont [11],[12],[13] :

En plus du CNRS, l'UFTMiP comprend également 6 autres organismes de recherche [11] :

Ainsi qu'un centre hospitalier universitaire : le centre hospitalier universitaire de Toulouse (CHU Toulouse) [11].

L'université fédérale Toulouse-Midi-Pyrénées comprend alors près de 17 000 enseignants, chercheurs et administratifs répartis dans 31 établissements d’enseignement supérieur et de recherche, ainsi que 15 écoles doctorales, reliés à 143 laboratoires de recherche, ainsi que plus de 100 000 étudiants pour un total de 32 000 diplômes délivrés chaque année. Les doctorants s'élèvent au nombre de 4 350, et sont encadrés par plus de 9 000 enseignants-chercheurs et chercheurs. 900 doctorats sont délivrés par an [14]. Les établissements sont répartis dans 13 villes à travers 8 départements de la région Midi-Pyrénées : Foix (09), Rodez, Millau et Saint-Affrique (12), Toulouse (31), Auch (32), Cahors et Figeac (46), Tarbes (65), Albi et Castres-Mazamet (81) et Montauban (82) [15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Répartition des moyens 2016 aux opérateurs de l'enseignement supérieur du programme 150 – DGESIP B2-2, CNESER du 17 décembre 2015, en euros », sur letudiant.fr [PDF].
  2. Décret n° 2007-385 du 21 mars 2007 portant création de l'établissement public de coopération scientifique « Université de Toulouse »
  3. Présentation de la conférence de presse du 29 mai 2008.
  4. Frédéric Dessort, « L’université de Toulouse adopte l'Idex à l'unanimité », sur www.letudiant.fr/educpros, .
  5. a et b Décret n°2015-663 du 10 juin 2015 portant approbation des statuts de la communauté d’universités et établissements « Université fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées »
  6. « Jacques Erschler », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  7. « Toulouse. Louis Castex, président de l'université », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  8. « Gilbert Casamatta : Mettre le Pres dans la course au campus d'excellence », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  9. « Marie-France Barthet élue à la présidence du PRES », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  10. Céline Authemayou, « Philippe Raimbault, nouveau président de l'Université fédérale de Toulouse-Midi-Pyrénées », EducPros, l'Étudiant,‎ (lire en ligne)
  11. a, b, c et d « Les établissements et organismes de l'UFTMiP », sur univ-toulouse.fr (consulté le 20 septembre 2018)
  12. Décret n° 2016-468 du 14 avril 2016 portant association d'établissements du site toulousain
  13. Décret n° 2016-826 du 22 juin 2016 modifiant le décret n° 2016-468 du 14 avril 2016 portant association d'établissements du site toulousain
  14. « Réseau d'établissements : Université Fédérale Toulouse-Midi‑Pyrénées », sur https://ressources.campusfrance.org (consulté le 20 septembre 2018)
  15. « Le réseau des sites », sur univ-toulouse.fr (consulté le 20 septembre 2018)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Textes réglementaires[modifier | modifier le code]