Alessandro Petacchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alessandro Petacchi
Image illustrative de l'article Alessandro Petacchi
Alessandro Petacchi
Informations
Nom Alessandro Petacchi
Surnom Ale Jet[1],[2], the Gentleman[3]
Date de naissance 3 janvier 1974 (40 ans)
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Équipe actuelle Omega Pharma-Quick Step
Spécialité Sprinteur
Équipes professionnelles
1996
1997-1998
1999
2000-2005
01.2006-05.2008[n 1]
09.2008-12.2008[n 2]
2009
2010
2011-2012
01.2013-04.2013[n 3]
08.2013-12.2014[n 4]
2015-
Scrigno-Blue Storm
Scrigno-Gaerne
Navigare-Gaerne
Fassa Bortolo
Milram
LPR Brakes-Ballan
LPR Brakes-Farnese Vini
Lampre-Farnese Vini
Lampre-ISD
Lampre-Merida
Omega Pharma-Quick Step
Neri Sottoli
Principales victoires
3 classements annexes dans les grands tours

Classement par points
Jersey green.svg Tour de France 2010
Jersey violet.svg Tour d'Italie 2004
Jersey blue.svg Tour d'Espagne 2005
2 classiques
Milan-San Remo 2005
Paris-Tours 2007
48 étapes dans les grands tours
Tour de France (6 étapes)
Tour d'Italie (22 étapes)

Tour d'Espagne (20 étapes)

Alessandro Petacchi est un coureur cycliste italien né le 3 janvier 1974 à La Spezia, sur la côte ligurienne. Surnommé Ale-Jet, il était l'un des meilleurs sprinteurs de sa génération et compte à son palmarès, fin mai 2012, 173[4],[5] victoires dans les courses du calendrier officiel de l'UCI (hors critériums) dont un Milan-San Remo, un Paris-Tours et 48 étapes de grands tours. La plupart de ses victoires ont été acquises dans les épreuves à étapes où il a appliqué avec succès la technique « du train » mise au point pour Mario Cipollini lors des sprints de fin d'étapes. Le 23 avril 2013, il décide de mettre un terme à sa carrière cycliste après avoir remporté 183 victoires professionnelles[6] avant de revenir en août dans la formation belge Omega Pharma-Quick Step pour épauler Mark Cavendish et Tom Boonen dans les sprints[7].

Biographie sportive[modifier | modifier le code]

Après une soixantaine de victoires, Alessandro Petacchi devient professionnel en 1997 dans l'équipe Scrigno-Blue Storm. Il passe les quatre premières saisons de sa carrière dans cette structure, qui prend les noms de Scrigno-Gaerne puis Navigare-Gaerne. Il remporte sa première victoire professionnelle en 1998 en Malaisie sur le Tour de Langkawi. Ce sera son seul succès avec cette structure. 1998 est également l'année de son premier Tour d'Italie ou il y obtient plusieurs places d'honneurs lors des sprints massifs. C'est également le cas l'année suivante, bien qu'il ne soit pas le seul sprinteur au sein de son équipe, avec la présence de Dario Pieri et Gabriele Balducci.

En 2000, Alessandro Petacchi rejoint la nouvelle équipe italienne Fassa Bortolo, dirigée par Giancarlo Ferretti. Cela sera pour lui l'année de la révélation. Pourtant, lors du Giro, il n'est pas le sprinteur attitré de la Fassa Bortolo. Fabio Baldato étant non-partant sur fracture dès la deuxième étape, c'est pour Dimitri Konyshev que Petacchi et ses coéquipiers vont rouler. C'est un succès puisque le Russe s'adjuge une étape et le classement par points. Il obtient néanmoins une deuxième place lors de la 15e étape et une quatrième place lors de la 17e étape. La suite de sa saison s'avère en revanche fructueuse, puisqu'il enregistre neuf victoires en quatre mois, dont le classement final du Tour de la province de Lucques et, surtout, deux étapes du Tour d'Espagne, avec le soutien de Wladimir Belli, Nicola Loda et Fabio Baldato[8].

Coureur italien le plus victorieux en 2000[9], Alessandro Petacchi acquiert l'année suivante un nouveau statut au sein de la Fassa Bortolo. Ainsi, il ne participe pas au Tour d'Italie mais au Tour de France. Mais, après quatre succès au printemps, la suite de la saison est moins riche que l'année précédente. Sur le Tour, il se place six fois parmi les dix premiers d'étapes, mais une seule fois sur le podium et n'enregistre aucune victoire. L'année s'achève avec une étape remportée au Tour de Pologne et une septième place à Paris-Tours.

L'année 2002 commence de la meilleure des manières pour la Fassa Bortolo. En effet en février, Michele Bartoli s'impose au Tour méditerranéen et l'équipe remporte trois étapes, dont la dernière par Alessandro Petacchi avec une nette avance sur Mario Cipollini et Stuart O'Grady[10].

En 2003, Alessandro Petacchi remporte 15 victoires d'étapes au total des trois grands tours : 6 victoires au Tour d'Italie, 4 au Tour de France et 5 au Tour d'Espagne.

En 2004, il bat le record de victoires dans un même Tour d'Italie en y remportant 9 succès et, l'année suivante, il réalise un rêve en remportant au sprint la classique Milan-San Remo.

Les trois années suivantes vont être des années difficiles pour Alessandro Petacchi.

En 2006, il partage avec Erik Zabel le statut de leader de l'équipe Milram. Il se fracture une rotule lors de la troisième étape du Tour d'Italie 2006, disputée en Belgique, et compromet définitivement le reste de sa saison.

En 2007, il remporte 5 victoires d'étapes du Tour d'Italie et termine en tête du classement par points. Mais, quelques jours plus tard, les résultats des contrôles anti-dopage sont rendus publics et il s'avère qu'il a été contrôlé non-négatif au salbutamol après sa 3e victoire dans la 11e étape. Il est dans un premier temps suspendu par son équipe et ne participe pas au Tour de France. Le 24 juillet, il est acquitté par la Fédération Italienne de Cyclisme, celle-ci retenant l'argument du coureur selon lequel ce médicament entre dans le traitement thérapeutique de son asthme[11]. Ce jugement est confirmé en appel du Comité olympique national italien (CONI) le 11 août[12]. Le CONI et l'Agence mondiale antidopage portent alors l'affaire devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) à Lausanne qui rend son jugement en mai 2008 et prononce à l'encontre de Petacchi une suspension d'un an. Considérant qu'il a déjà purgé deux mois de cette peine, celle-ci court du 1er novembre 2007 et se termine le 31 août 2008. En outre, tous ses résultats obtenus - notamment 8 victoires - durant cette période sont annulés ainsi que ses 5 victoires sur le Giro 2007[5]. Suite à cette décision, l'équipe Milram résilie son contrat[13].

En juillet 2008, Alessandro Petacchi s'engage dans l'équipe continentale professionnelle italo-irlandaise LPR Brakes-Ballan[14]. Il remportera, entre autres, sous ces couleurs deux étapes du Tour d'Italie 2009.

Suite à la disparition de l'équipe irlandaise fin 2009, il rejoint pour deux saisons la formation ProTour Lampre-Farnese Vini.

Petacchi en vert sur le Tour 2010.

En mai 2010, Alessandro Petacchi doit, sans grands résultats, quitter le Tour d'Italie dès la 8e étape pour cause de bronchite. À l'exception d'une victoire d'étape dans le Tour de Suisse, il se fait très discret jusqu'au Tour de France, où, six ans après sa dernière participation, il s'impose à deux reprises et remporte finalement le maillot vert du vainqueur du classement par points.

Le 4 avril 2010, la police italienne, enquêtant sur une affaire de dopage concernant 35 personnes liées à l'équipe Lampre-Farnese Vini, perquisitionne le domicile d'Alessandro Petacchi. Aucune substance illicite n'est trouvée à cette occasion[15]. Il fait néanmoins l'objet d'une enquête pour « usage de substances interdites » basée sur de nouveaux éléments de preuves d'après la Gazzetta dello Sport[16]. Il est à ce titre convoqué le 28 juillet devant le procureur chargé de l'enquête[17] et devant le CONI le 24 août[18]. Il est finalement lavé de tout soupçon.

En 2011, après avoir remporté une étape sur le Tour de Catalogne et une étape sur le Tour de Turquie, il s'impose au sprint lors de la 2e étape du Tour d'Italie devançant l'un de ses rivaux, Mark Cavendish. Lors de la 6e étape, il termine second, battu par le sprinteur de la Movistar Francisco Ventoso.

Victime d'une chute lors de la descente du col de la Croix-de-Fer durant la 11e étape du Tour de France 2012, Petacchi, hors délai au terme de l'étape, est éliminé de ce Tour de France[19].

En 2013 Petacchi participe à plusieurs classiques dont Milan-San Remo et Paris-Roubaix, course qui termine son début de saison[3]. Le 23 avril 2013, il annonce l’arrêt de sa carrière avec effet immédiat[20]. Il participe à ce qui est alors sa dernière course chez les professionnels à l'occasion du Paris-Roubaix, où il abandonne.

Cependant, l'équipe Omega Pharma-Quick Step prend contact avec lui trois mois plus tard, afin qu'il épaule le sprinter Mark Cavendish, et de former Andrew Fenn. Il reprend sa carrière le 1er août[21].

Après 685 jours d'abstinence, Petacchi renoue avec le succès à l'arrivée du Grand Prix Pino Cerami 2014. Depuis le 27 mai 2012 et le Tour de Bavière, Petacchi n'avait plus obtenu de victoire[22]. Placé la veille de Paris-Roubaix, la course belge ne bénéficie pas de la présence des meilleurs, concentrés sur la compétition française. La suppression de la Tienne du Dragon (nl), une montée pavée à 14 %, offre un terrain de prédilection aux sprinteurs. L'équipe Omega Pharma-Quick Step travaille pour que l'épreuve se termine groupée. Déjà quatrième du Grand Prix de l'Escaut, trois jours auparavant, Alessandro Petacchi s'offre, malgré ses quarante ans, son premier bouquet sous ses nouvelles couleurs[23]. C'est une satisfaction pour lui car à son âge, « les sprinteurs gagne en force ce qu'ils perdent en explosivité », il retourne à son quotidien dès la course suivante, être l'équipier de Mark Cavendish, lors de la phase de préparation des sprints[22].

À l'issue de la saison 2014, il signe un contrat en faveur de l'équipe continentale professionnelle italienne Neri Sottoli[24].

Palmarès, résultats et classements[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

7 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

13 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

11 participations

  • 1996 : 101e
  • 1997 : abandon (5e étape)
  • 2000 : 77e, vainqueur des 8e et 12e étapes
  • 2002 : 94e, vainqueur de la 12e étape
  • 2003 : 120e, vainqueur des 3e, 5e, 12e, 14e et 21e étapes
  • 2004 : non-partant (15e étape), vainqueur des 2e, 4e, 7e et 13e étapes
  • 2005 : 88e, Jersey blue.svg vainqueur du classement par points, vainqueur des 3e, 4e, 8e, 12e et 21e étapes
  • 2006 : non-partant (16e étape)
  • 2007 : 127e, vainqueur des 11e et 12e étapes
  • 2010 : abandon (9e étape), vainqueur de la 7e étape
  • 2011 : 100e

Remarques[modifier | modifier le code]

  • En 2003, Alessandro Petacchi devient le troisième coureur, après Miguel Poblet en 1956 et Pierino Baffi en 1958, à remporter, la même année, au moins une étape dans chacun des trois grands tours[25]. À ce jour, il reste le seul coureur à avoir réalisé cette performance dans la configuration actuelle du calendrier de l'UCI : Giro en mai, Tour en juillet et Vuelta en septembre. Il est même le seul à avoir remporté plus d'une étape la même année dans chacun des Grands Tours (6 étapes au Giro, 4 étapes au Tour et 5 étapes à la Vuelta en 2003).
  • Avec une victoire dans le classement par points du Tour, du Giro et de la Vuelta, Alessandro Petacchi devient, en 2010, le quatrième coureur à remporter ce classement dans chacun des trois grands tours, après Eddy Merckx (1973), Djamolidine Abdoujaparov (1994) et Laurent Jalabert (1999), et avant Mark Cavendish (2013).
  • Au classement des coureurs ayant remporté le plus d'étapes en ligne dans les trois grands tours confondus - donc à l'exclusion des prologues et autres étapes contre-la-montre - , Alessandro Petacchi, avec 48 victoires (TdF:6, TdI:22, TdE:20), n'est précédé que par Mario Cipollini avec 57 victoires (TdF:12, TdI:42, TdE:3). Il devance Alfredo Binda, 42 victoires (2,40,0), Eddy Merckx, 40 victoires (19,17,4) et le tandem Learco Guerra et Rik Van Looy, 37 victoires et respectivement (8,29,0) et (7,12,18).
  • Alessandro Petacchi est le seul coureur ayant remporté au moins une étape dans 5 Grands Tours consécutifs (TdE 2002, TdI 2003, TdF 2003, TdE 2003, TdI 2004).

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2004, le classement UCI concerne tous les coureurs ayant obtenu des points lors de courses du calendrier international de l'Union cycliste internationale (324 courses en 2004). En 2005, l'UCI ProTour et les circuits continentaux sont créés, ayant chacun leur classement. De 2005 à 2008, le classement de l'UCI ProTour classe les coureurs membres d'équipes ProTour en fonction des points qu'ils ont obtenus lors des courses du calendrier UCI ProTour, soit 28 courses en 2005, 27 en 2006, 26 en 2007. En 2008, le calendrier du ProTour est réduit à 15 courses en raison du conflit entre l'UCI et les organisateurs de plusieurs courses majeures. Les trois grands tours, Paris-Roubaix, la Flèche wallonne, Liège-Bastogne-Liège, le Tour de Lombardie, Tirreno-Adriatico et Paris-Nice ne sont donc pas pris en compte dans le classement ProTour 2008. En 2009 et 2010, un « classement mondial UCI » remplace le classement ProTour. Il prend en compte les points inscrits lors des courses ProTour et des courses qui n'en font plus partie, regroupées dans un « calendrier historique », soit au total 24 courses en 2009 et 26 en 2010. Ce nouveau classement prend en compte les coureurs des équipes continentales professionnelles. En 2011, l'UCI ProTour devient l'UCI World Tour et reprend dans son calendrier les courses qui l'avaient quitté en 2008. Il comprend 27 courses en 2011.

Alessandro Petacchi apparaît pour la première fois au classement UCI en 1996. Il obtient son meilleur classement en 2003 : 3e.

Année 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Classement UCI[26] 1314e 594e 493e 256e 43e 159e 20e 3e 9e
Classement ProTour[27] 11e 36e nc[28] -[29]
Classement mondial UCI[30] 48e 24e[31]
UCI World Tour[32] 58e[33] 121e[34] 157e[35] 189e[36]
Classement UCI Europe Tour[26] 35e 5e
Légende : nc = non classé

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Du 1er janvier 2006 au 16 mai 2008
  2. Du 7 septembre 2008 au 31 décembre 2008
  3. Du 1er janvier 2013 au 23 avril 2013
  4. Du 1er août 2013 au 31 décembre 2014

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Finally, it's Ale-Jet Petacchi! », sur gazzetta.it,‎ 16 mai 2005 (consulté le 9 juillet 2011)
  2. (en) « Ale-Jet honours SuperMario », sur cyclingnews.com,‎ 22 avril 2009 (consulté le 9 juillet 2011)
  3. a et b (en) Ben Atkins, « Alessandro Petacchi announces retirement from professional cycling », sur velonation.com,‎ 23 avril 2009
  4. 173 victoires, toutes courses confondues, in Programme officiel du Tour de France 2010, page 43 (167+3 par rapport à la date de bouclage du magazine)
  5. a, b et c « Alessandro Petacchi suspendu jusqu’au 31 août 2008 », communiqué du Tribunal arbitral du sport.
  6. « Petacchi met un terme à sa carrière », sur rtbf.be,‎ 23 avril 2013
  7. « Petacchi fait son come-back avec OPQS », sur cyclismactu.fr,‎ 31 juillet 2013
  8. (en) «  Petacchi's second, Ullrich quits », Cyclingnews.com, 7 septembre 2000.
  9. (en) Entretien avec Alessandro Petacchi, Cyclingnews.com, 20 janvier 2001.
  10. (en) «  Petacchi gives Fassa Bortolo three wins », Cyclingnews.com, 17 février 2002.
  11. « Cyclisme - Dopage Petacchi - Le Coni fait appel », L'Équipe, 26 juillet 2007.
  12. (en) « Italian feds rejects CONI appeal », Cyclingnews.com, 12 août 2007.
  13. « Petacchi licencié par Milram », RTLinfo.be, 16 mai 2008.
  14. « Transferts - Petacchi à la LPR », L'Équipe, 2 juillet 2008
  15. « Alessandro Petacchi également perquisitionné », sur 7sur7.be,‎ 5 avril 2010 (consulté le 27 juillet 2010)
  16. (it) « Avviso di garanzia a Petacchi "Utilizzo di sostanze vietate" », sur gazzetta.it,‎ 20 juillet 2010 (consulté le 27 juillet 2010)
  17. (it) « Petacchi cade dalle nuvole "Non capisco le accuse" », sur gazzetta.it,‎ 20 juillet 2010 (consulté le 27 juillet 2010)
  18. (it) « Doping: udienza Coni su Petacchi rinviata a 24 agosto », sur ansa.it,‎ 2 août 2010 (consulté le 9 août 2010)
  19. « Suspicion de côtes cassées pour Petacchi », sur eurosport.fr,‎ 12 juillet 2012
  20. « Alessandro Petacchi raccroche »,‎ 23 Avril 2013
  21. « Petacchi chez Omega à partir d'août »,‎ 14 juillet 2013
  22. a et b (es) « Petacchi vuelve a ganar: “Nunca es fácil con 40 años” », sur www.biciciclismo.com,‎ 12 avril 2014 (consulté le 13 avril 2014)
  23. « GP Pino Cerami — La deuxième jeunesse de Petacchi », sur www.velo101.com,‎ 12 avril 2014 (consulté le 13 avril 2014)
  24. « Transfert - Petacchi et Gavazzi s'engagent avec Neri », sur cyclismactu.fr,‎ 26 octobre 2014 (consulté le 26 octobre 2014)
  25. (en) « Petacchi equals Poblet and Baffi », Cyclingnews.com, 9 septembre 2003.
  26. a et b « 2005 UCI Road Rankings », UCI (consulté le 8 juillet 2010)
  27. « Classement Pro-Tour », sur mémoire-du-cyclisme.eu (consulté le 8 juillet 2010)
  28. Initialement 13e du classement avec 120 points, Alessandro Petacchi est déclassé suite à la prononciation de sa suspension et de ses déclassements dus au contrôle antidopage non négatif au salbutamol lors du Tour d'Italie 2007.
  29. Les résultats obtenus par Alessandro Petacchi durant sa période de suspension (partiellement rétroactive), de janvier à août 2008, lui sont retirés, mais cela n'exerce pas d'influence sur le classement ProTour puisque qu'aucune de ces compétitions n'attribue, cette année-là, de points UCI
  30. « Classement mondial UCI », sur uci.ch (consulté le 8 juillet 2010)
  31. « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 3 mars 2012)
  32. « UCI WorldTour », sur uciworldtour.com (consulté le 3 mars 2012)
  33. « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 3 mars 2012)
  34. « UCI WorldTour Ranking - 2012 », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 15 octobre 2012)
  35. « UCI WorldTour Ranking - 2013 », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 15 octobre 2013)
  36. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 19 octobre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :