Jurgen Van den Broeck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jurgen Van den Broeck
Image illustrative de l'article Jurgen Van den Broeck
Van den Broeck lors de la présentation du Tour de France 2010
Informations
Nom Van den Broeck
Prénom Jurgen
Surnom VDB[1]
Date de naissance 1er février 1983 (1983-02-01) (31 ans)
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Équipe actuelle Lotto-Belisol
Spécialité Courses par étapes-Grimpeur
Équipe amateur
2003 Quick Step-Davitamon-Latexco
Équipe professionnelle
2004
2005-2006
2007
2008-2009
2010-2011
2012-
US Postal
Discovery Channel
Predictor-Lotto
Silence-Lotto
Omega Pharma-Lotto
Lotto-Belisol

Jurgen Van den Broeck, né le 1er février 1983 à Herentals, est un coureur cycliste belge. Professionnel depuis 2004, il est membre de l'équipe Lotto-Belisol. Il s'est notamment classé quatrième du Tour de France en 2010 et 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et carrière amateur[modifier | modifier le code]

Jurgen Van den Broeck commence le cyclisme en 1997, au KVC Heist Sportief[2], dont il est membre jusqu'en 2000. Aux championnats du monde sur route de 2000 à Plouay en France, Jurgen Van den Broeck est 13e du contre-la-montre juniors, à plus d'une minute du vainqueur Piotr Mazur[3].

Jurgen Van den Broeck est membre de l'équipe Groeninge Spurters de Courtrai en 2001. Vainqueur du Grand Prix des Nations dans sa catégorie en septembre[4], Jurgen Van den Broeck devient champion du monde junior du contre-la-montre le mois suivant à Lisbonne au Portugal, avec 44 centièmes d'avance sur l'Ukrainien Oleksandr Kvachuk, et 78 sur le Néerlandais Niels Scheuneman[5]. Il se classe également 14e de la course en ligne lors de ces championnats[6].

En 2002, Jurgen Van den Broeck passe dans la catégorie des moins de 23 ans. Il évolue dans l'équipe réserve de Domo-Farm Frites, puis en 2003 chez Quick Step-Davitamon-Latexco, équipe de troisième division (GSIII) associée à l'équipe Quick Step. Cette année-là, il remporte une étape du Triptyque des Monts et Châteaux, Zellik-Galmaarden, la Clásica Internacional Txuma, et se classe 2e de Liège-Bastogne-Liège espoirs et 3e de Gand-Ypres. Il ne participe aux championnats du monde espoirs ni en 2002 ni en 2003, mais aux championnats d'Europe sur route espoirs. Son meilleur résultat y est une quatrième place de la course en ligne en 2002[7].

Premières années professionnelles[modifier | modifier le code]

Jurgen Van den Broeck commence sa carrière professionnelle au sein de l'équipe américaine américaine US Postal, qui a pour leader le septuple vainqueur du Tour de France Lance Armstrong. Cette équipe accueille alors l'entreprise belge Berry Floor comme nouveau sponsor. Celle-ci souhaite que l'équipe soit davantage présente dans les classiques disputées en Belgique. L'encadrement de l'équipe compte sur Van den Broeck pour les classiques ardennaises dans les années à venir[8].

Après s'être classé cinquième du Redlands Classic, il participe à la Flèche wallonne et s'y montre offensif, attaquant en compagnie de Jérôme Pineau et Alessandro Bertolini à 60 kilomètres de l'arrivée[9]. Le mois suivant, il termine sixième du Tour de Belgique.

En 2005, il s'illustre en août, d'abord en prenant la huitième place de l'Eneco Tour, puis sur le Tour d'Allemagne durant lequel il prend la deuxième place de la sixième étape remportée par Maxim Iglinskiy, dans un groupe de neuf échappés.

2007-2011 : Omega Pharma-Lotto[modifier | modifier le code]

En juin 2006, il signe un contrat de deux ans avec Predictor-Lotto, qui le fait quitter Discovery Channel pour l'équipe belge en 2007, en compagnie de Leif Hoste[10]. Durant cette saison 2007, il est à nouveau parmi les meilleurs à l'Eneco Tour (10e) et participe à son premier grand tour à l'occasion du Tour d'Italie, il termine également sixième du Tour du Danemark.

En 2008, il se distingue lors du Tour d'Italie après avoir préparé spécifiquement cette épreuve et perdu six kilogrammes[11]. Il prend la septième place du classement final et la deuxième du classement du meilleur jeune derrière Riccardo Riccò. Aucun coureur belge n'avait terminé parmi les dix premiers d'un grand tour depuis la neuvième place de Rik Verbrugghe sur le Tour d'Italie 2002[12]. Avec Mario Aerts, Johan Vansummeren, Christophe Brandt et Maxime Monfort, il forme l'équipe de Belgique participant à la course en ligne des Jeux olympiques à Pékin. Il ne termine pas la course.

En 2009, c'est sur le Tour de France qu'il se montre en terminant 14e du classement général, après avoir attaqué à plusieurs reprises en montagne, malgré une chute qui l'avait contraint à finir l'étape seul dans le contre-la-montre par équipes remporté par Astana.

En 2010, Cadel Evans, leader de l'équipe depuis 2005, rejoint la formation BMC Racing. Cette année-là, Van den Broeck finit 2e du Tour d'Andalousie, 10e du Tour du Pays basque et 4e du Critérium du Dauphiné libéré. En juillet, il termine quatrième du Tour de France[note 1],[14], réalisant la meilleure performance pour un Belge sur cette épreuve depuis Claude Criquielion en 1986. Se considérant hors de forme en fin de saison, il renonce à participer aux championnats du monde[15].

En 2011, il réédite sa performance de 2010 sur le Tour d'Andalousie en se classant à nouveau deuxième. En juin, il remporte la première étape du Critérium du Dauphiné. Sur le Tour de France, dont il est l'un des candidats au podium, il chute lourdement lors de la neuvième étape et est contraint à l'abandon en raison d'une fracture à une omoplate[16].

Depuis 2012 : Lotto-Belisol[modifier | modifier le code]

En 2012, il réalise l'une de ses meilleurs années de compétition en se plaçant troisième du Tour de Catalogne puis cinquième du Critérium du Dauphiné. En juillet, il termine quatrième du Tour de France et égale sa meilleure performance sur cette course.

La saison 2013 est un échec, car axée sur le Tour de France, qu'il doit abandonner prématurément[17].
Après un début d'année à son avantage, où il termine deuxième du Tour d'Andalousie, neuvième du Tour de Catalogne ou bien septième du Tour de Romandie, il se présente sur le Tour, avec de grosses ambitions[18]. Mais, chef de file de Lotto-Belisol, il chute dans le final de la cinquième étape. Blessé au genou droit, il ne peut pédaler, le lendemain matin, et doit abandonner la Grande Boucle[16]. Il est ensuite opéré à ce genou[19] et doit mettre un terme à sa saison. Il obtient, fin octobre, l'autorisation du corps médical, pour s'entraîner de nouveau[20]. Il annonce être en mal de victoires et ambitionne de remporter Liège-Bastogne-Liège en 2014[21].

Palmarès[modifier | modifier le code]

J.Van Den Broeck à l'Eneco Tour 2007

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. a, b et c Initialement cinquième, il obtient la quatrième place à la suite du déclassement d'Alberto Contador en février 2012[13].
Références
  1. « VdB veut recommencer au plus vite », sur rtbf.be,‎ 11 juillet 2011 (consulté le 14 juillet 2011)
  2. « Jurgen Van den Broeck », sur lesoir.be,‎ 23 juillet 2009 (consulté le 14 juillet 2011)
  3. (en) « Mazur confirms his status », sur cyclingnews.com,‎ 11 octobre 2000 (consulté le 14 juillet 2011)
  4. (en) « Jens and Anna call the shots », sur cyclingnews.com,‎ 22 octobre 2001 (consulté le 14 juillet 2011)
  5. (en) « By the seat of his pants: Van Den Broeck wins Junior TT », sur cyclingnews.com,‎ 10 octobre 2001 (consulté le 14 juillet 2011)
  6. (en) « Ukrainian dominance: Kvachuk emulates Popovych », sur cyclingnews.com,‎ 12 octobre 2001 (consulté le 14 juillet 2011)
  7. (en) « Visconti takes close men's race », sur cyclingnews.com,‎ 17 août 2003 (consulté le 16 juillet 2011)
  8. (en) « Ready for the Classics: U.S. Postal Service presented by Berry Floor », sur cyclingnews.com,‎ 5 mars 2004 (consulté le 14 juillet 2011)
  9. (en) « Huy high for Rebellin », Cyclingnews.com, 21 avril 2004.
  10. (en) «  Van den Broeck to Davitamon », Cyclingnews.com, 27 juin 2006.
  11. « De Cauwer : "Progression spectaculaire" » , La Dernière Heure/Les Sports, 3 juin 2008.
  12. « Marc Sergeant : "La même progression qu'Evans ?" », La Dernière Heure/Les Sports, 2 juin 2008.
  13. « Contador suspendu deux ans ! », sur lequipe.fr,‎ 6 février 2012
  14. a, b et c « World Ranking #13 - Tour de France (FRA/HIS) 03 Jul-25 Jul 2010 - General classification: Rotterdam - Paris », sur uci.infostradasports.com (consulté le 11 octobre 2012)
  15. « Jurgen Van den Broeck renonce aux Mondiaux », sur lesoir.be,‎ 23 août 2010 (consulté le 14 juillet 2011)
  16. a et b « Jurgen Van den Broeck quitte déjà le Tour ! », sur dhnet.be,‎ 4 juillet 2013 (consulté le 8 mars 2014)
  17. « Les dégringolades de 2013 », sur www.velochrono.fr,‎ 27 octobre 2013 (consulté le 8 mars 2014)
  18. « Lotto : Greipel et les autres », sur www.velochrono.fr,‎ 22 novembre 2013 (consulté le 8 mars 2014)
  19. « Fin de saison pour Jurgen Van den Broeck ? », sur dhnet.be,‎ 10 juillet 2013 (consulté le 8 mars 2014)
  20. « Jurgen Van den Broeck reprend l’entraînement », sur videosdecyclisme.fr,‎ 22 octobre 2013 (consulté le 8 mars 2014)
  21. « Lotto-Belisol : Van den Broeck veut remporter la Doyenne », sur www.franceinfo.fr,‎ 11 novembre 2013 (consulté le 8 mars 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :