Saint-Jean-de-Maurienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Jean-de-Maurienne
Vue sur Saint-Jean-de-Maurienne en direction de Modane.
Vue sur Saint-Jean-de-Maurienne en direction de Modane.
Blason de Saint-Jean-de-Maurienne
Héraldique
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Savoie (sous-préfecture)
Arrondissement Saint-Jean-de-Maurienne
(chef-lieu)
Canton Saint-Jean-de-Maurienne
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Maurienne
Maire
Mandat
Pierre-Marie Charvoz
2014-2020
Code postal 73300
Code commune 73248
Démographie
Gentilé Saint-Jeannais
Population
municipale
8 148 hab. (2011)
Densité 708 hab./km2
Population
aire urbaine
11 889 hab.
Géographie
Coordonnées 45° 16′ 22″ N 6° 20′ 54″ E / 45.272889, 6.34844445° 16′ 22″ Nord 6° 20′ 54″ Est / 45.272889, 6.348444  
Altitude Min. 489 m – Max. 1 200 m
Superficie 11,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Maurienne

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Maurienne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Maurienne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Maurienne
Liens
Site web Saintjeandemaurienne.fr

Saint-Jean-de-Maurienne (prononcé [sɛ̃ ʒɑ̃ d(ə) mɔ.ˈʁjɛn ] est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Rhône-Alpes.

Ses habitants se nomment les Saint-Jeannais et les Saint-Jeannaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-de-Maurienne est située au confluent de l'Arc, rivière qui a modelé la vallée de la Maurienne, et de l'Arvan qui descend de la vallée des Arves (col de la Croix-de-Fer).

Les communes limitrophes de Saint-Jean-de-Maurienne sont Saint-Julien-Montdenis, Jarrier, Hermillon, Villargondran, Albiez-le-Jeune, Albiez-Montrond, Saint-Pancrace et Pontamafrey-Montpascal.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type montagnard en raison de la présence du Massif alpin.

Ville Ensoleillement Pluie Neige Orage Brouillard
Paris 1 797 h/an 642 mm/an 15 j/an 19 j/an 13 j/an
Nice 2 694 h/an 767 mm/an 1 j/an 31 j/an 1 j/an
Strasbourg 1 637 h/an 610 mm/an 30 j/an 29 j/an 65 j/an
Saint-Jean-de-Maurienne 1970 h/an 960 mm/an ... j/an ... j/an ... j/an
Moyenne nationale 1 973 h/an 770 mm/an 14 j/an 22 j/an 40 j/an

Voici un aperçu dans le tableau ci-dessous pour l'année 2007 :

Mois J F M A M J J A S O N D Année
Températures (sous abri, normales) °C ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Précipitations (hauteur moyenne en mm) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Source: Météo France et Météociel[1]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Vallée de la Maurienne et ses voies de communication à Saint-Jean-de-Maurienne.
Voies routières[modifier | modifier le code]
  • Route nationale N 6
  • Autoroute A43
  • Col de la Croix de Fer
Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-de-Maurienne se situe sur le tracé de la future nouvelle liaison ferroviaire Lyon-Turin. Des habitations, des entreprises, la gare SNCF et le centre de secours sont pleinement touchés par ce projet. Chargée de la phase « études », la société Lyon Turin ferroviaire (LTF) prévoit l'installation d'une nouvelle gare dans le quartier Sous-le-Bourg, desservant la ligne historique et la ligne Lyon-Turin. Les enquêtes géologiques et topographiques sont en cours. Ce chantier s'annonce encore plus complexe que celui du tunnel sous la Manche.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La ville de Saint-Jean-de-Maurienne est dotée d'un réseau de transports en commun géré par la communauté de communes Cœur de Maurienne[2].

Transports aériens[modifier | modifier le code]

Un héliport est disponible pour l'hélicoptère de la gendarmerie dont la base est située à Modane.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Vue générale de Saint-Jean-de-Maurienne.

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La Bastille, les Chaudannes et les Clapeys sont les trois principaux quartiers.

Logement[modifier | modifier le code]

Le nombre total de logements dans la commune est de 4 240[3]. Parmi ces logements, 87,9 % sont des résidences principales, 5,4 % sont des résidences secondaires et 6,7 % sont des logements vacants. Ces logements sont pour une part de 17,5 % des maisons individuelles, 79,3 % sont des appartements et enfin seulement 3,2 % sont des logements d'un autre type. Le nombre d'habitants propriétaires de leur logement est de 37,9 %[3]. Ce qui est inférieur à la moyenne nationale qui se monte à près de 55,3 %. Le nombre de locataires est de 56,7 % sur l'ensemble des logements qui est supérieur à la moyenne nationale qui est de 39,8 %[3]. On peut noter également que 5,4 % des habitants de la commune sont des personnes logées gratuitement alors qu'au niveau de l'ensemble de la France le pourcentage est de 4,9 %. Toujours sur l'ensemble des logements de la commune, 3,5 % sont des studios, 11,5 % sont des logements de deux pièces, 28,4 % en ont trois, 34,5 % des logements disposent de quatre pièces, et 22,1 % des logements ont cinq pièces ou plus[3].

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Localité nommée d´après Jean le Baptiste le Précurseur, né à Aïn-Karim, fils de Zacharie et de sainte Elisabeth, cousin de Jésus, décapité en 31 à la demande de la princesse Salomé.
Nom latin : Mauriana

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Jean-de-Maurienne

Les armes de Saint-Jean-de-Maurienne se blasonnent ainsi : D'azur à la main bénissant d'argent, vêtue de même.


Ce blason est d'abord celui du chapitre de la cathédrale, avant de devenir celui de la ville. Il a pour origine les reliques de saint Jean-Baptiste, apportées au VIe siècle : trois doigts de la main qui baptisa le Christ; d'où le symbole de la main bénissant. Ce blason est désormais répandu dans une large partie du monde, sur la lame du couteau Opinel : la "main couronnée". La main bénissant rappelle l'origine du couteau, près de Saint-Jean-de-Maurienne, et la couronne ducale signifie qu'il est désormais produit à Chambéry, capitale des ducs de Savoie.

Faits historiques[modifier | modifier le code]

Reliques de saint Jean le Baptiste lors de la fête du pain.

Saint-Jean-de-Maurienne est la capitale de la vallée de la Maurienne depuis le VIe siècle. Après que sainte Thècle rapporta d'Alexandrie (Égypte) les reliques de saint Jean le Baptiste qui sont les trois doigts représentés sur les armes de la ville, ainsi que sur les lames des couteaux Opinel, la ville a été élevée au rang d'évêché par Gontran, petit-fils de Clovis.

En 753, Griffon se rend en Italie pour rejoindre le roi des Lombards, Aistolf, le plus puissant adversaire de son demi-frère, le roi des Francs, Pépin le Bref, mais il est tué à Saint-Jean-de-Maurienne par les hommes de Pépin.

La ligne de chemin de fer Aix-les-Bains—Saint-Jean-de-Maurienne est ouverte en 1857[4].

Dans les années 1900, les progrès technologiques de l'hydroélectricité suisse sont à l'origine d'intenses spéculations boursières sur les sociétés hydroélectriques, qui profitent aux implantations industrielles en Maurienne, tandis que le tourisme prend son essor.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La ville de Saint-Jean-de-Maurienne est une sous-préfecture de la Savoie. L'arrondissement de Saint-Jean-de-Maurienne est divisé en six cantons :

La ville de Saint-Jean-de-Maurienne fait partie de la troisième circonscription de la Savoie.

C'est également la ville la plus importante de la Communauté de communes Cœur de Maurienne.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Traditionnellement Saint-Jean-de-Maurienne a été un fief de la gauche socialiste, dès les années 1930, en raison de l'importance de son bassin d'emploi ouvrier. Ainsi, Roland Merloz en a été le maire socialiste de 1977 à 2008. Mais depuis les années 1990 et les mutations sociologiques de la Maurienne (départ des usines, multiplication des stations touristiques, diminution de la population surreprésentant les personnes âgées), le vote de droite a progressé ; un conseiller général UMP, Pierre-Marie Charvoz, est élu en 2001, Nicolas Sarkozy arrive en tête lors des deux tours de l'élection présidentielle de 2007, avec respectivement 33,5 % et 56,62 %, et, en 2008, Pierre-Marie Charvoz remporte les élections municipales.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Saint-Jean-de-Maurienne compte 29 membres ; il est composé d'un maire, de sept adjoints, de quatre conseillers délégués et de dix-sept conseillers municipaux.

Roland Merloz, maire de la ville depuis 1977 annonce en 2008 sa volonté de ne pas se représenter.

Voici ci-dessous le partage des sièges au sein du Conseil municipal de Saint Jean de Maurienne :

Groupe Tête de liste Effectif Statut
UMP Pierre-Marie Charvoz 23 majorité
Union de la gauche Hervé Bottino 6 opposition

Lors des élections municipales de mars 2008, le taux de participation du premier tour fut de 65,46 % sachant que l'on dénombre un total de 5 310 inscrits sur toute la commune. Le nombre de votants s'est élevé à 3 476 voix dont 3 393 se sont exprimées. Lors du premier tour, la liste majorité présidentielle Ensemble pour Saint Jean avec à sa tête, Pierre-Marie Charvoz a recueilli 46,95 % des suffrages soit 1 593 voix. Suivi de la liste « Saint Jean 10 000 » menée par Hervé Bottino, ayant reçu 34,39 % des suffrages soit 1 169 voix. En troisième position, la liste « Saint Jean à venir », avec à sa tête Christine Merlin a obtenu 13,26 % des suffrages soit 450 voix. Enfin la liste « Vivons Saint Jean », menée par Florence Arnoux Le Bras obtient 5,39 % des suffrages soit 183 voix.

Lors du second tour, le taux de participation fut de 68,57 %. Le nombre de votants s'est élevé à 3 642 voix dont 3 509 se sont exprimées. Lors du deuxième tour, la liste majorité présidentielle Ensemble pour Saint Jean avec à sa tête, Pierre-Marie Charvoz a recueilli 55,40 % des suffrages soit 1 944 voix et remporte ainsi 23 sièges. La liste « Saint Jean 10 000 » menée par Hervé Bottino, a reçu 44,60 % des suffrages soit 1 565 voix et se voit donc attribuer 6 sièges. Les autres listes n'étaient pas présentes au deuxième tour.

Les maires de Saint-Jean-de-Maurienne[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1860 1862 Cyrille Richard ... Maire
1862 1865 Antoine Mottard ... Maire
1865 1870 Cyrille Richard ... Maire
1870 1870 Alexis Magnin ... Maire provisoire
1870 1874 Maurice Petit ... Maire
1874 1876 Cyrille Richard ... Maire
1876 1881 Ignace Deleglise ... Maire
1881 1904 Florimond Truchet ... Maire
1904 1911 Joseph Vuillermet ... Maire
1911 1912 Charles Bonnivard ... Maire
1912 1935 Henri Falcoz ... Maire, Député
1935 1938 Alphonse Thibieroz ... Maire
1938 1943 Jean-Pierre Bouttaz ... Maire
1943 1944 Guido Fodéré ... Maire
1944 1945 Georges Beaufils ... Maire
1945 1953 Florimond Girard UNR Conseiller général, député
1953 1971 Samuel Pasquier UNR Maire
1971 1977 Charles Gubian UNR Maire
1977 2008 Roland Merloz PS Conseiller général
mars 2008 2014 Pierre-Marie Charvoz UMP Maire/Conseiller général
mars 2014 en cours Pierre-Marie Charvoz UDI Maire/Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 8 148 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
2 005 2 240 2 371 2 550 3 084 2 837 3 471 3 254 3 088
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
3 121 3 087 2 987 3 068 3 114 3 278 3 081 3 110 3 327
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
3 794 4 156 4 456 5 201 5 886 6 676 7 404 8 685 9 746
1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011 - -
9 639 9 439 8 902 8 731 8 685 8 242 8 148 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Évolution de la pyramide des âges de la ville de Saint-Jean-de-Maurienne, comparaison entre l'année 1999 et 1982[7] :

Pyramide des âges en 1999 en nbre d'individus.
Hommes Classe d’âge Femmes
288 
75 à plus
514 
562 
60 à 74
732 
1 193 
40 à 59
1 158 
1 226 
20 à 39
1 177 
1 050 
0 à 19
1 007 
Pyramide des âges en 1982 en nbre d'individus.
Hommes Classe d’âge Femmes
154 
75 à plus
302 
439 
60 à 74
553 
1 118 
40 à 59
1 105 
1 483 
20 à 39
1 498 
1 538 
0 à 19
1 453 

Le nombre total de ménages à Saint-Jean-de-Maurienne est de 3 729. Ces ménages ne sont pas tous égaux en nombre d'individus. Certains de ces ménages comportent une personne, d'autres deux, trois, quatre, cinq voire plus de six personnes. Voici ci-dessous, les données en pourcentage de la répartition de ces ménages par rapport au nombre total de ménages.

Les Ménages

Ménages de : 1 personne 2 pers. 3 pers. 4 pers. 5 pers. 6 pers. ou +
Saint-Jean-de-Maurienne 32,9 % 31,8 % 16,8 % 13,4 % 3,5 % 1,6 %
Moyenne Nationale 31 % 31,1 % 16,2 % 13,8 % 5,5 % 2,4 %
Sources des données : INSEE[8]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Maternelle[modifier | modifier le code]

  • École maternelle Aristide-Briand (publique)
  • École maternelle des Clapeys (publique)
  • École maternelle des Chaudannes (publique)
  • École maternelle Saint-Joseph (privée)

Primaire[modifier | modifier le code]

  • École primaire Aristide-Briand (publique)
  • École primaire des Clapeys (publique)
  • École primaire des Chaudannes (publique)
  • École primaire Saint-Joseph (privée)

Collège[modifier | modifier le code]

  • Collège public : collège Maurienne
  • Collège privé : collège Saint-Joseph

Lycée[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Reliques de saint Jean le Baptiste lors de la fête du pain.
  • 2006, départ de l'étape du Tour de France cycliste jusqu'à Morzine, vainqueur Floyd Landis après une étape de 200,5 km.
  • Fête de la musique samedi 20 juin 2009
  • Fête de la saint Jean samedi 27 et dimanche 28 juin 2009
  • Cinéma en plein air tous les mardis et spectacle tous les jeudis en juillet et août
  • Passage de multiples courses cyclistes tout au long de l'été (Classique des Alpes junior, Tour des Pays de Savoie, Critérium du Dauphiné Libéré, Tour de France)
  • Fête du pain jeudi 6 août 2009
  • 10 km de Saint-Jean en octobre
  • Divers spectacles tout au long de l'année (théâtre, concerts...)
  • Salon des vins et saveurs 3e week-end de novembre organisé par l'association verres et verines du cœur

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-de-Maurienne est situé à proximité de certains des plus grands cols alpins, du domaine skiable Les Sybelles et du parc national de la Vanoise. Des activités sont disponibles pour les amateurs de sports-nature, aussi bien les randonneurs et les cyclistes que les skieurs. Saint-Jean-de-Maurienne permet de rejoindre les cols de la Croix-de-Fer, du Télégraphe, du Lautaret, du Grand Cucheron, de la Madeleine, du Glandon, de l'Iseran, du Mont-Cenis et du Galibier. La ville accueille régulièrement des courses cyclistes importantes telles que le Tour de France ou le Critérium du Dauphiné libéré.

Médias[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Naissance à Saint-Jean-de-Maurienne.

Naissance sur la commune :

Autres personnalités :

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Le taux de chômage, en 1999, pour la commune s'élève à 8,8 %[13], avec un nombre totale de 359 chomeurs. Le taux d'activité entre 20 et 59 ans s'établit à 84 % ce qui est supérieur à la moyenne nationale qui est de 82,2 %. On comptait 46 % d'actifs contre 19,1 % de retraités dont le nombre est légèrement supérieur à la moyenne nationale (18,2 %). Il y avait 21,9 % de jeunes scolarisés et 13 % de personnes sans activité[13].

Répartition des emplois par domaine d'activité

  Agriculteurs Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Saint-Jean-de-Maurienne 0 % 6,9 % 7,5 % 20,2 % 28,7 % 36,8 %
Moyenne nationale 2,4 % 6,4 % 12,1 % 22,1 % 29,9 % 27,1 %
Sources des données : INSEE[14]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Actuellement, une importante activité de fabrication d'aluminium par électrolyse de l'alumine existe encore grâce à une usine Rio-tinto Alcan (ex-Péchiney).

Usine Alcan, avec au premier plan la rivière Arc.

Commerce[modifier | modifier le code]

Avec le tourisme qui se développe grâce aux stations de sport d'hiver et à la proximité des grands cols des Alpes et du parc national de la Vanoise, le commerce local trouve une nouvelle dynamique.[réf. nécessaire]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Période médiévale[modifier | modifier le code]

  • Le Tabellion ou Correrie : maison du juge Corrier nommé conjointement par le comte de Savoie et l'Évêque. Construit après la révolte des Arves en 1326.
  • La rue du Collège : Rue médiévale, dernier exemple de boutiques des XVe et XVIe siècles.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

Le cloître
  • La cathédrale Saint-Jean-Baptiste : singulier mélange de styles et d'époques. Son origine remonte au XIe siècle. Classée aux Monuments historiques en 1906.
    • La crypte : bâtie au début de la période romane et redécouverte en 1958.
    • Les stalles de la cathédrale : achevé en 1498, ce chef-d'œuvre de l'art gothique en bois de noyer est attribué à Pierre Mochet.
    • Le cloître : situé entre la cathédrale et le réfectoire des chanoines, son origine remonte à 1450. Classé aux Monuments historiques en 1933.
    • Le clocher : ancien donjon capitulaire ayant perdu sa flèche gothique et ses quatre clochetons en 1794.
  • Église Notre-Dame : ancienne église paroissiale, fermée aujourd'hui au public, son origine remonte au XIe siècle. Le clocher, aujourd'hui séparé de l'église, en était l'entrée.
  • Palais des Évêques de Maurienne ou Ancien évêché[15]: Remanié au XVIIIe siècle et classé bâtiment communal depuis 1905. Le grand salon est un bel exemple d'art baroque.
  • Chapelle Bonne Nouvelle : lieu de pèlerinage de style baroque avec des ex-voto. Table d'orientation.

Espaces verts[modifier | modifier le code]

Vallée de l'Arvan

Le clos Carloz et la zone de loisirs de la Combe sont les principaux espaces verts de la ville. Il existe également le Jardin de l'Europe et le jardin Saint Ayrald.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Le plus grand Opinel au monde, situé sur un rond-point vers les hauteurs de St-Jean-de-Maurienne.

La commune possède plusieurs musées :

  • Musée des costumes et des traditions populaires : témoignages de la vie en Maurienne autrefois ;
  • Musée de l'Opinel : l'histoire du fameux petit couteau imaginé en 1890 par Joseph Opinel et diffusé sur tous les continents ;
  • Musée du Mont Corbier : toute l'histoire de la liqueur, de l'alambic à l'invention du Mont Corbier par l'abbé Guille en 1888.

Associations culturelles notables :

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Saint-Jean-de-Maurienne bénéficie du label « ville fleurie » avec « trois fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[16].

Jumelages[modifier | modifier le code]

19/11/2005, signature du protocole d'amitié avec Tessalit au Mali.

Voici la liste des villes ayant passé un jumelage avec la commune de Saint-Jean-de-Maurienne :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Base de données météo et observations temps réelle par Méteociel et Météo France
  2. Site officiel de la communauté de communes
  3. a, b, c et d Données INSEE compulsées par le JDN - Saint-Jean-de-Maurienne
  4. Écomusée du pays de la Roudoule, La Route des Grandes Alpes, Édition de l’écomusée du pays de la Roudoule, Puget-Rostang (ISSN 1246-1938), p 17
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  7. Recensement de l'INSEE en 1999 - Population totale par sexe et âge
  8. Données démographiques cités par le l'JDN
  9. Site de la webtv locale La Fibre Mauriennaise
  10. Maurienne TV
  11. Jean Prieur et Hyacinthe Vulliez, Saints et saintes de Savoie, La Fontaine de Siloé,‎ 1999, 191 p. (ISBN 978-2-8420-6465-5), p. 31-32.
  12. La Vie Nouvelle - Article "Vietnamien, Savoyard, Parisien, acteur de cinéma", 17 mars 2009.
  13. a et b Données INSEE cités par le JDN - Emploi
  14. Données démographiques d'après l'INSEE citées par le JDN
  15. Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, La Découvrance. Collection L'amateur Averti,‎ 2005, 410 p. (ISBN 978-2-8426-5326-2), p. 138-140..
  16. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Dompnier, Saint-Jean, capitale de la Maurienne, SSHA, 1993
  • Pierre Dompnier, Saint-Jean-de-Maurienne et son canton, Mémoire en images, ed. Alan Sutton, 2004
  • Roland Porte, Saint-Jean-de-Maurienne : une ville à l'œuvre, Ediville, 2009, 216 pages
  • Travaux de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Maurienne

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]