Équipe cycliste Cofidis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cofidis (homonymie).
Cofidis, Solutions Crédits
{{#if:
Image illustrative de l'article Équipe cycliste Cofidis
Informations
Code UCI COF
Pays Drapeau de la France France
Création 1996
Discipline(s) Route
Budget 8 millions d'€ (2012)
Statut Équipe continentale professionnelle
Marque de cycles Look
Encadrement
Manager général Yvon Sanquer
Directeur sportif Jean-Luc Jonrond
Directeur sportif Stéphane Augé
Directeur sportif Alain Deloeuil
Directeur sportif Didier Rous
Médecin Jacky Maillot
Ancien(s) nom(s)
1996-2008
2009-2012
2013-
Cofidis-Le Crédit par Téléphone
Cofidis, le Crédit en Ligne
Cofidis, Solutions Crédits

L'équipe cycliste Cofidis est une formation française de cyclisme professionnel sur route créée en 1996. Elle participe au ProTour de 2005 à 2009. Sponsorisée par l'établissement de crédit Cofidis, elle est implantée comme celui-ci dans le département du Nord (son siège social se situe à Bondues).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'équipe Cofidis est apparue en tant que structure à la fin de l'année 1996, pour intégrer le peloton professionnel en 1997. Elle peut être considérée comme une « descendante indirecte » des équipes Castorama, Super U et Renault-Gitane dans la mesure où elle était dirigée à l'époque par Cyrille Guimard auquel lui était adjoint Bernard Quilfen, tous deux anciens dirigeants de l'équipe Castorama.

1996-2003[modifier | modifier le code]

Dès sa première année, l'équipe Cofidis affiche une grande ambition et recrute des leaders de renom. De nombreux champions évolueront chez Cofidis, rencontrant parfois quelques mésaventures.
Ainsi figurent parmi les coureurs engagés pour la saison 1997 Maurizio Fondriest, Lance Armstrong et Tony Rominger. Ces deux derniers sont censés être les leaders de l'équipe pour les courses par étapes, et visent un podium voire la victoire sur les grands tours. Malheureusement, Lance Armstrong déclare un cancer des testicules dès le mois d'octobre 1996, et Tony Rominger se casse la clavicule en chutant lors de la4e étape du Tour de France[1].
Les coureurs Français de l'équipe réalisent tout de même une bonne saison : Philippe Gaumont remporte Gand-Wevelgem, Nicolas Jalabert la Coupe de France, et Laurent Desbiens une étape du Tour de France.

En 1998, Cofidis change d'encadrement : Cyrille Guimard s'en va, remplacé par Bernard Quilfen. La nouvelle star de l'équipe est Francesco Casagrande. Celui-ci remporte la Clasica San Sebastian mais, après avoir été contrôle positif à la testostérone (au Tour du Trentin et au Tour de Romandie), abandonne le Tour de France dès la 10e étape. Il ne reste qu'une saison au sein de Cofidis. En l'absence de son leader, l'équipe brille tout de même durant ce Tour de France mouvementé : elle remporte le classement par équipes, Bobby Julich termine 3e du classement général, devant Christophe Rinero, 4e et meilleur grimpeur. Roland Meier est 7e.

L'année suivante, Cofidis se renforce pour les classiques en recrutant les Belges Nico Mattan, Peter Farazijn et Frank Vandenbroucke. Ce dernier remporte notamment Liège-Bastogne-Liège, Het Volk et 2 étapes du Tour d'Espagne, mais amorce son déclin. Afin de contraindre l'encadrement de l'équipe à le sélectionner pour Paris-Roubaix, il abandonne Gand-Wevelgem. Quelques semaines plus tard, il est arrêté avec 15 autres personnes, soupçonné d'être un client de Bernard Sainz. L'équipe le suspend plusieurs semaines. Se fracturant le poignet au début de l'année 2000, il ne court quasiment plus et est transféré vers la Lampre en 2001.

La saison 2000 est celle de la révélation de David Millar. Ce jeune écossais, excellent rouleur, remporte la 1re étape (contre-la-montre) du Tour de France. La même année, David Moncoutié se révèle en terminant 2e du Tour de l'Avenir.
Ces deux coureurs deviennent les leaders de l'équipe pour les courses par étapes.

L'équipe Cofidis connaît alors ses meilleures années, terminant 6e du classement UCI par équipe en 2002, 7e en 2001 et 2003, notamment grâce à la victoire de Nico Mattan sur le GP de Plouay en 2001, à la 4e place d'Andrei Kivilev sur le Tour de France la même année, à la 13e place de David Moncoutié sur le Tour 2002, et à David Millar, qui remporte 3 victoires d'étapes sur le Tour d'Espagne et 2 sur le Tour de France entre 2001 et 2003, et devient champion du monde contre-la-montre en 2003.
Cette année-là, l'équipe est endeuillée par la mort d'Andrei Kivilev, victime d'une chute durant Paris-Nice.

2004-2007[modifier | modifier le code]

Pour la saison 2004, Cofidis affichait de grandes ambitions. Avec le recrutement de Stuart O'Grady et d'Igor Astarloa, l'équipe se présentait en ce début d'année forte de trois champions du monde : Igor Astarloa (sur route en ligne), David Millar (contre-la-montre) et Laurent Gané (sur piste).
Mais cette année fut marquée par l'Affaire Cofidis. Concernant d'abord d'anciens membres de Cofidis et son soigneur Bogdan Madejak, elle s'élargit à plusieurs coureurs de l'équipe : Philippe Gaumont, David Millar, Massimiliano Lelli, Médéric Clain, Cédric Vasseur. Ce dernier sera finalement mis hors de cause. Les autres coureurs sont licenciés. Igor Astarloa quitte l'équipe et rejoint la Lampre. L'encadrement est modifié par le départ du médecin Jean-Jacques Menuet et d'Alain Bondue. Ce dernier est temporairement remplacé par Francis Van Londersele. Après s'être auto-suspendue durant un mois, Cofidis fait son retour à la compétition en mai et réalise tout de même une bonne saison, notamment grâce à Stuart O'Grady qui remporte 2 étapes du Dauphiné Libéré, une étape du Tour de France, et la Hew Cyclassics. David Moncoutié est également vainqueur d'étape sur le Tour de France, performance qu'il renouvelle en 2005.

L'équipe Cofidis et son nouveau manager, Éric Boyer, mettent alors en avant une nouvelle politique sportive, se voulant fers de lance de la lutte contre le dopage, notamment par la réalisation de contrôles internes, et par une moindre pression sur les coureurs quant à leurs résultats (notamment la recherche de points UCI).

Cofidis prend part au ProTour dès sa création en 2005, mais ne fait plus partie des 10 meilleures équipes mondiales au classement UCI. Surtout, si l'équipe remporte toujours quelques victoires d'étapes sur les grands tours, elle ne parvient plus à s'imposer sur les classiques sur lesquelles elle se distinguait les années précédentes.

Durant le Tour de France 2007, Cristian Moreni fait l'objet d'un contrôle positif à la testostérone. Bien que rien ne mette en cause ses autres membres ni son encadrement, l'équipe se retire du Tour et suspend ses activités durant 2 semaines[2].

Après une belle saison 2008 (victoire d'étape sur le tour, révélation des courses flandriennes), Sylvain Chavanel quitte l'équipe et rejoint la Quick Step. Malgré les efforts du leader David Moncoutié (en particulier lors du Tour d'Espagne), la saison 2009 est une déception. L'équipe perd même sa licence ProTour et évoluera pour la première fois de son histoire en 2e division, confirmant le déclin de l'équipe.

Cyclisme sur piste[modifier | modifier le code]

Arnaud Tournant, coureur de Cofidis de 1997 à 2008 et directeur sportif depuis 2008, ici avec Florian Rousseau en 2008

L'équipe Cofidis a, dès sa création, accueilli des pistards dans son effectif. Fin 2007, une équipe de cyclistes sur piste autonome a été créée, enregistrée en tant que telle auprès de l'Union cycliste internationale comme le permet le règlement du sport cycliste depuis 2004. Elle est entraînée à sa création par Benoît Vetu[3]. Elle est dirigée par Arnaud Tournant entre 2008 et 2010. Celui-ci a été coureur de Cofidis de 1997 à 2008, quatorze fois champion du monde durant cette période et champion olympique en 2000. Laurent Gané (1998-2005), Vincent Le Quellec (1998-2000), Mickaël Bourgain (1999-2009), Robert Sassone (2001-2003), Jérôme Neuville (2002), Stuart O'Grady (2002-2004), Bradley Wiggins (2006-2007) également champions du monde, ont été membre de Cofidis. Plusieurs "routiers" de Cofidis ont disputé des compétitions sur piste : Philippe Gaumont, Christophe Capelle, Francis Moreau.

Pour la saison 2009-2010, la dernière de l'équipe de cyclisme sur piste, Cofidis est composée de Quentin Lafargue, Kévin Sireau, François Pervis, Teun Mulder, Maximilian Levy, Leonardo Duque et Damien Monier.

Nom Naissance Nationalité
Quentin Lafargue 17.03.1990 Drapeau de la France France
Maximilian Levy 26.06.1987 Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Teun Mulder 18.06.1981 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
François Pervis 16.10.1984 Drapeau de la France France
Kévin Sireau 18.04.1987 Drapeau de la France France

À l'issue de cette saison, Cofidis annonce arrêter son équipe sur piste[4]. Seul Kévin Sireau bénéficie encore du soutien du sponsor jusqu'en 2012, année des Jeux olympiques de Londres[5].

Paracyclisme[modifier | modifier le code]

Depuis 1998, Cofidis parraine Laurent Thirionet, champion paralympique en 2004 et 2008 en catégorie LC3[6]. En 2010, l'équipe Cofidis créée la 1re section paracycliste au sein d'une équipe professionnelle, avec le recrutement de Jérôme Lambert, évoluant également en catégorie LC3, et du tandem formé par Arnaud Grandjean, malvoyant, et Julien Hervio, son coéquipier[7]. En 2011, l'effectif de l'équipe handisport se renforce avec l'arrivée de Jérémy Crépelière (MC4). Pour 2012, 6 coureurs font partie de l'équipe: Johan Ballatore (MC5), Kris Bosmans (MC3), Arnaud Grandjean et Julien Hervio (tandem), Jérôme Lambert et Laurent Thirionet(MC2).

Encadrement de l'équipe[modifier | modifier le code]

L'équipe Cofidis est dirigée durant sa première saison par Cyrille Guimard, célèbre dirigeant d'équipes cyclistes français ayant notamment dirigé les équipes Gitane et Renault dans les années 1970 et 1980, remportant sept Tours de France avec Lucien Van Impe, Bernard Hinault et Laurent Fignon. Il est alors entouré des directeurs sportifs Bernard Quilfen, à ses côtés depuis 1981 au sein des équipes Renault, Super U et Castorama, et Alain Deloeuil qui commence alors sa carrière de directeur sportif d'équipe professionnelle. Francis Van Londersele est l'entraîneur de l'équipe. Ancien conseiller technique régional de Picardie, il a été amené vers la fonction d'entraîneur d'équipe professionnelle par Cyrille Guimard en 1994 et a exercé pendant deux ans dans l'équipe Gan[8]. Alain Bondue, ancien coureur nordiste dirigé par Guimard en 1986 et 1987, est chargé des relations publiques. Il était auparavant porte-parole de l'équipe Motorola, dont est également issu Lance Armstrong.

En octobre 1997, Cyrille Guimard est mis en examen pour « abus de biens sociaux, banqueroute par comptabilité fictive et par emploi de moyens ruineux pour obtenir du crédit, et fausse déclaration dans l’acte constitutif d’une société », dans une affaire liée à la société Siclor qu'il a lancée en 1996. Cette mise en examen entraîne son départ de l'équipe, en raison notamment des « risques médiatiques qui pourraient atteindre injustement Cofidis »[9].

Alain Bondue devient manager de l'équipe en 1998. L'ancien coureur Tony Rominger, leader de Cofidis en 1997, en devient consultant. L'encadrement de l'équipe reste le même jusqu'en 2003. Suite à l'incident technique dont est victime David Millar lors du prologue du Tour de France 2003, les fonctions d'encadrement sportif d'Alain Bondue sont confiées à Francis Vanlondersele, Bondue restant manager[10]. L'affaire Cofidis qui éclate au début de l'année 2004, conduit la société Cofidis à se séparer d'Alain Bondue. Pour le remplacer, Alain Champetier, secrétaire général de la société Cofidis est nommé au poste de manager général par interim, et Francis Van Londersele assure la direction de l'équipe[11],[12].

En juin 2005, Éric Boyer devient manager général de l'équipe. Il a été coureur professionnel de 1985 à 1995 et consultant pour Eurosport et L'ÉquipeTV[13]. L'équipe de directeurs sportifs reste la même (Van Londersele, Quilfen et Deloeuil). Lionel Marie est recruté aux fonctions de directeur sportif et d'entraîneur[14], avec pour mission de s'occuper des jeunes coureurs de l'équipe[15]. Il a été conseiller technique régional et a dirigé l'équipe Crédit Agricole Espoirs de 2001 à 2004.

Lionel Marie rejoint l'équipe Slipstream-Chipotle en 2008. Il est remplacé au poste d'entraîneur par Vincent Villerius[16] et au poste de directeur sportif par Jean-Luc Jonrond[17].

En 2010, Denis Leproux est recruté au poste de directeur sportif. Il exerçait cette fonction jusqu'en 2009 au sein de l'équipe Agritubel[18]. Il reste dans le staff de l'équipe qu'une saison. L'année suivante voit l'arrivée de Didier Rous et de Stéphane Augé suite au départ de Francis Van Londersele[19]. Bernard Quilfen quitte l'équipe à la fin de la saison 2011.

En juin 2012, Éric Boyer est licencié par l'équipe et est remplacé par Yvon Sanquer[20].

En 2013, Jean-Eudes Demaret est recruté au poste de entraîneur, il était coureur dans l'équipe jusqu'en 2012.

L'équipe Cofidis est présidée par Thierry Vittu, directeur des ressources humaines de Cofidis[21].

L'équipe Cofidis et le dopage[modifier | modifier le code]

Le premier cas de dopage révélé au sein de l'équipe Cofidis est celui de son leader italien Francesco Casagrande. En 1998, il fait l'objet de deux contrôles antidopage, au Tour du Trentin en avril et au Tour de Romandie en mai, révélant une prise de testostérone. Autorisé à courir dans l'attente d'une décision des autorités italiennes, il participe au Tour de France en juillet et remporte la Classique de Saint-Sébastien en août. Critiquée, l'équipe Cofidis décide de ne plus aligner Casagrande en compétition tant qu'une décision ne serait pas prise. En septembre, la commission disciplinaire de la Fédération italienne de cyclisme prononce à son encontre une suspension de six mois[22], allongée de trois mois par le Tribunal italien du sport[23]. Il est licencié par Cofidis.

Philippe Gaumont, ici en 2003, l'un des principaux protagonistes de l'affaire Cofidis

Philippe Gaumont, dont un contrôle antidopage lors du Grand Prix du Midi libre en mai a révélé la présence de métabolites de la nandrolone est blanchi par la Fédération française de cyclisme « au bénéfice du doute »[24].

Une deuxième affaire intervient en mai 1999. Suite à l'arrestation de Bernard Sainz et de l'avocat Bertrand Lavelot, plusieurs sportifs sont interpellés, dont les coureurs de Cofidis Philippe Gaumont et Frank Vandenbroucke[25]. Ils sont suspendus provisoirement[26]. Tous deux blanchis par la justice, ils sont tous les deux réintégrés dans l'équipe, respectivement en juillet et en septembre, après s'être engagé à ne plus consulter que le médecin de l'équipe[27],[28]. Vandenbroucke, qui quitte Cofidis l'année suivante, et Bernard Sainz, seront de nouveaux impliqués dans une affaire de dopage en 2002.

En janvier 2004, une affaire de trafic de produits dopants, dite affaire Cofidis, éclate. L'enquête démarrée au printemps 2003 lorsque la brigade des stupéfiants implique un soigneur de Cofidis, Boguslaw Madejak, et plusieurs de ses coureurs. Elle aboutit en janvier 2007 à la condamnation par le tribunal correctionnel de Nanterre, entre autres, de Madejak, ainsi que des coureurs de Cofidis Philippe Gaumont, Robert Sassone, Marek Rutkiewicz et Médéric Clain. David Millar et Massimiliano Lelli, relaxés car « il n'est pas établi que les infractions reprochées aient été commises sur le territoire national », ont avoué leur implication et leur consommation de produits dopants. Ils ont été licenciés par Cofidis, comme les coureurs condamnés. Les sociétés Cofidis SA et Cofidis Compétition, qui s'étaient constituées parties civiles, ont été déboutées de leur demande de dommages-intérêts. Le tribunal a d'ailleurs estimé que « par leur implication dans le milieu du cyclisme professionnel, leur connaissance avérée du dopage et l'absence de mesures significatives prises pour l'enrayer, [elles] ne pouvaient ignorer le phénomène notoire du dopage ni son ampleur, d'autant que des personnalités du monde médical et sportif avaient de longue date stigmatisé ces pratiques connues de tous ».

Durant le printemps 2004, alors que les mises en examen des coureurs se succèdent, l'équipe Cofidis se retire de toute compétition pendant plus d'un mois. À l'issue de cette période de retrait, le manager Alain Bondue et le médecin Jean-Jacques Menuet démissionnent. L'équipe annonce l'adoption une « nouvelle ligne de conduite » vis-à-vis du dopage, impliquant la réalisation d'analyses capillaires et un suivi biologique mensuel, des contrôles inopinés, une sensibilisation des coureurs sur le dopage. Il est demandé aux directeurs sportifs de « faire courir les cyclistes au maximum 90 jours par an ». Le système de rémunération est modifié pour certains coureurs et pour l'encadrement et n'est plus lié au classement UCI.

En remplacement d'Alain Bondue, Cofidis recrute Éric Boyer au poste de manager en juin 2005[29]. Ancien coureur, ayant avoué avoir consommé durant sa carrière « de la cortisone dans des instants difficiles », il a sur le dopage et les acteurs du cyclisme professionnel un discours offensif. Il dit ainsi en 2009 être « certain que la majorité des dirigeants n’ont pas la volonté de lutter contre le dopage ». Il doute de l'efficacité des contrôles antidopage, y compris du passeport sanguin, décrit ses coureurs « dégoûtés par certains coureurs sur lesquels ils ont plus que des doutes. »[30].

En 2006, le Français Tristan Valentin est contrôlé positif à l'heptaminol. Ce résultat, dont la faute est imputée au médecin de l'équipe qui le lui a prescrit pour soigner des varices, lui vaut une suspension de six mois. Le médecin est licencié par Cofidis[31].

Cristian Moreni, dont le contrôle positif à la testostérone lors du Tour de France 2007 entraîne le retrait de l'équipe Cofidis

Pendant le Tour de France 2007, l'Italien Cristian Moreni est contrôlé positif à la testostérone. Il admet avoir consommé cette substance et « dédouane l'équipe comme l'encadrement médical ». L'équipe Cofidis le licencie et décide de se retirer du Tour[32],[33].

Pendant ce Tour de France, sept équipes dont Cofidis créent le Mouvement pour un cyclisme crédible (MPCC), association d'équipes professionnelles qui se donne entre autres buts celui de faire respecter les règles antidopage, et se dote d'un code de conduite plus strict que le Code mondial antidopage (prescription d'un arrêt de 15 jours pour un coureur soigné par infiltration locale de corticoïdes, autosuspension de l'équipe en cas de contrôles positifs et de contrôles sanguins anormaux)[34].

Durant le Tour de France 2012, le coureur Rémy Di Grégorio est interpellé et placé en garde à vue durant la première journée de repos dans le cadre d'une enquête ouverte l'année précédente[35]. Cofidis, invoquant son adhésion au MPCC, suspend Rémy Di Grégorio, sans toutefois décider du retrait de la totalité de l'équipe[36]. Rémy Di Grégorio est mis en examen avec le naturopathe Christian Segui le 12 juillet 2012[37]. Il est licencié par Cofidis le 20 septembre 2012 pour "faute grave". Le 09 octobre 2013, le tribunal des prud'hommes de Marseille condamme Cofidis à 350.000 € nets, en plus de divers rappels de salaires, pour licenciement abusif, affirmant qu'« au jour du licenciement aucune culpabilité n'a été établie »[38]. Cofidis décide de faire appel.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Principaux résultats[modifier | modifier le code]

Classiques[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Championnats nationaux[modifier | modifier le code]

Classements UCI[modifier | modifier le code]

De 1997 à 2004, Cofidis est classée parmi les Groupes Sportifs I, la première catégorie des équipes cyclistes professionnelles. Les classements détaillés ci-dessous pour cette période sont ceux de la formation Cofidis en fin de saison[39]. À partir de 2005, l'équipe dispute le ProTour, qui donne lieu en fin de saison à un classement des 20 équipes le composant[40]. Depuis 2010, elle ne fait plus partie des équipes ProTour, donc elle est classée dans l'UCI Europe Tour.

Saison Classement
par équipes
Meilleur coureur
au classement individuel
1997 22e Drapeau : Italie Maurizio Fondriest (107e)
1998 11e Drapeau : Italie Francesco Casagrande (16e)
1999 16e Drapeau : Belgique Frank Vandenbroucke (3e)
2000 15e Drapeau : Belgique Jo Planckaert (71e)
2001 7e Drapeau : Royaume-Uni David Millar (16e)
2002 6e Drapeau : Belgique Jo Planckaert (30e)
2003 7e Drapeau : Royaume-Uni David Millar (20e)
2004 10e Drapeau : Australie Stuart O'Grady (8e)

À compter de 2005, l'équipe intègre le ProTour. Le tableau ci-dessous présente les classements de l'équipe sur ce circuit, ainsi que son meilleur coureur au classement individuel[41].

Saison Classement
par équipes
Meilleur coureur
au classement individuel
2005 11e Drapeau : France David Moncoutié (30e)
2006 12e Drapeau : Italie Cristian Moreni (30e)
2007 12e Drapeau : Belgique Maxime Monfort (72e)
2008 16e Drapeau : Belgique Nick Nuyens (31e)

Depuis 2009, un classement mondial a été mis en place.

Saison Classement
par équipes
Meilleur coureur
au classement mondial
2009 20e Drapeau : Estonie Rein Taaramäe (49e)
2010 20e Drapeau : Estonie Rein Taaramäe (45e)

Depuis 2010, l'équipe ne fait plus partie des équipes ProTour. Elle participe principalement aux épreuves des circuits continentaux. Le tableau ci-dessous présente les classements de l'équipe sur les différents circuits, ainsi que son meilleur coureur au classement individuel.

UCI Africa Tour

Saison Classement
par équipes
Meilleur coureur
au classement individuel
2010 4e Drapeau : France Samuel Dumoulin (24e)
2013 11e Drapeau : France Adrien Petit (54e)

UCI Europe Tour

Saison Classement
par équipes
Meilleur coureur
au classement individuel
2010 4e Drapeau : Belgique Jens Keukeleire (7e)
2011 5e Drapeau : France Tony Gallopin (14e)
2012 7e Drapeau : France Samuel Dumoulin (7e)
2013 11e Drapeau : France Adrien Petit (60e)

Cofidis en 2014[modifier | modifier le code]

Effectif[modifier | modifier le code]

Coureur Date de naissance Nationalité Équipe 2013
Yoann Bagot 6 septembre 1987 Drapeau de la France France Cofidis
Jérémy Bescond 27 février 1991 Drapeau de la France France Cofidis
Edwig Cammaerts 17 juillet 1987 Drapeau de la Belgique Belgique Cofidis
Jérôme Coppel 6 août 1986 Drapeau de la France France Cofidis
Nicolas Edet 2 décembre 1987 Drapeau de la France France Cofidis
Julien Fouchard 20 août 1986 Drapeau de la France France Cofidis
Egoitz García 31 mars 1986 Drapeau de l'Espagne Espagne Cofidis
Romain Hardy 24 août 1988 Drapeau de la France France Cofidis
Gert Jõeäär 9 juillet 1987 Drapeau de l'Estonie Estonie Cofidis
Christophe Laporte 11 décembre 1992 Drapeau de la France France AVC Aix-en-Provence
Christophe Le Mével 11 septembre 1980 Drapeau de la France France Cofidis
Romain Lemarchand 26 juillet 1987 Drapeau de la France France Cofidis
Cyril Lemoine 3 mars 1983 Drapeau de la France France Sojasun
Guillaume Levarlet 25 juillet 1985 Drapeau de la France France Cofidis
Luis Ángel Maté 23 mars 1984 Drapeau de l'Espagne Espagne Cofidis
Rudy Molard 17 septembre 1989 Drapeau de la France France Cofidis
Daniel Navarro 18 juillet 1983 Drapeau de l'Espagne Espagne Cofidis
Adrien Petit 26 septembre 1990 Drapeau de la France France Cofidis
Stéphane Poulhiès 26 juin 1985 Drapeau de la France France Cofidis
Florian Sénéchal 10 juillet 1993 Drapeau de la France France Etixx-iHNed
Julien Simon 4 octobre 1985 Drapeau de la France France Sojasun
Rein Taaramäe 24 avril 1987 Drapeau de l'Estonie Estonie Cofidis
Clément Venturini 16 octobre 1993 Drapeau de la France France Vulco-VC Vaulx-en-Velin
Louis Verhelst 28 août 1990 Drapeau de la Belgique Belgique Etixx-iHNed
Romain Zingle 29 novembre 1987 Drapeau de la Belgique Belgique Cofidis
Stagiaire Date de naissance Nationalité Équipe 2014
Loïc Chetout 23 septembre 1992 Drapeau de la France France GSC Blagnac Velo Sport 31
Dylan Kowalski 26 janvier 1994 Drapeau de la France France VC Rouen 76
Anthony Turgis 16 mai 1994 Drapeau de la France France CC Nogent-sur-Oise

Victoires[modifier | modifier le code]

Sur route[modifier | modifier le code]

Date Course Pays Classe Vainqueur
07/03/2014 Prologue des Trois jours de Flandre-Occidentale Drapeau de la Belgique Belgique 05 2.1 Drapeau : Estonie Gert Jõeäär
09/03/2014 Classement général des Trois jours de Flandre-Occidentale Drapeau de la Belgique Belgique 05 2.1 Drapeau : Estonie Gert Jõeäär
20/04/2014 Tro Bro Leon Drapeau de la France France 06 1.1 Drapeau : France Adrien Petit
29/04/2014 3e étape du Tour de Turquie Drapeau de la Turquie Turquie 03 2.HC Drapeau : Estonie Rein Taaramäe
17/05/2014 3e étape du Rhône-Alpes Isère Tour Drapeau de la France France 07 2.2 Drapeau : France Nicolas Edet
18/05/2014 4e étape du Rhône-Alpes Isère Tour Drapeau de la France France 07 2.2 Drapeau : France Clément Venturini
31/05/2014 Grand Prix de Plumelec-Morbihan Drapeau de la France France 06 1.1 Drapeau : France Julien Simon
27/06/2014 Championnat d'Estonie du contre-la-montre Drapeau de l'Estonie Estonie 09 CN Drapeau : Estonie Gert Jõeäär
05/09/2014 13e étape du Tour d'Espagne Drapeau de l'Espagne Espagne 01 WT Drapeau : Espagne Daniel Navarro
14/09/2014 Tour du Doubs Drapeau de la France France 06 1.1 Drapeau : Estonie Rein Taaramäe

En cyclo-cross[modifier | modifier le code]

Date Course Pays Classe Vainqueur
11/01/2014 Championnat de France de cyclo-cross espoirs Drapeau de la France France 04 CN Drapeau : France Clément Venturini

Saisons précédentes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Côte fringante pour Erik Zabel, clavicule cassée pour Tony Rominger », L'Humanité, 9 juillet 1997.
  2. Après Vinokourov, le Tour de France entaché par un nouveau cas de dopage, Le Monde, 25 juillet 2007.
  3. (en) « Cofidis creates pro track team », sur cyclingnews.com,‎ 21 septembre 2007 (consulté le 18 février 2010)
  4. L’équipe piste Cofidis va s’arrêter
  5. Piste - Cofidis - Sireau jusqu'en 2012
  6. Les athlètes paralympiques sont classés en catégories selon leur handicap. La catégorie LC3 comprend les athlètes handicapés de l’un des membres inférieurs pédalant en majorité avec une jambe.
  7. [PDF] « Le premier pôle handisport au sein d’une équipe cycliste professionnelle vient d’être lancé : L’équipe paracycliste Cofidis est née! », sur equipe-cofidis.com (consulté le 17 février 2010)
  8. « Bâtisseur de cyclistes », sur cyclismag.com,‎ 26 octobre 2005 (consulté le 1er mars 2010)
  9. « Cofidis se sépare de Guimard », sur humanite.fr,‎ 17 novembre 1997 (consulté le 4 février 2010)
  10. « Remaniement chez Cofidis », sur dna.fr,‎ juillet 2003 (consulté le 1er mars 2010)
  11. « Cofidis change de têtes », sur humanite.fr,‎ 5 mai 2004 (consulté le 1er mars 2010)
  12. « Cyclisme-Cofidis - Bondue s'en va Clain licencié », sur lequipe.fr,‎ 4 mai 2004 (consulté le 1er mars 2010)
  13. « Cofidis place Boyer à la barre », sur cyclismag.com,‎ 15 juin 2005 (consulté le 1er mars 2010)
  14. « Aix, une 3è équipe continentale française en 2006 ? », sur cyclismag.com,‎ 29 août 2005 (consulté le 1er mars 2010)
  15. « Cofidis fait sa révolution », sur cyclismag.com,‎ 19 septembre 2004 (consulté le 1er mars 2010)
  16. « Cofidis a un nouvel entraîneur », sur cyclismag.com,‎ 27 novembre 2007 (consulté le 1er mars 2010)
  17. « Cofidis,le crédit par téléphone - 2008 », sur uciprotour.com (consulté le 2 février 2012)
  18. « Denis Leproux s'engage chez Cofidis », sur cyclismag.com (consulté le 1er mars 2010)
  19. Après dix années auprès de Bernaudeau, Didier Rous débarque chez Cofidis
  20. Cofidis vire Boyer pour un pompier de service
  21. Organigramme de Cofidis, sur cofidis.com
  22. (en) « Casagrande gets 6 », sur cyclingnews.com,‎ 2 septembre 1998 (consulté le 4 mars 2010)
  23. (en) « Suspension for Casagrande lengthened », sur cyclingnews.com,‎ 10 janvier 1999 (consulté le 4 mars 2010)
  24. « DOPAGE (1) », sur humanite.fr,‎ 5 novembre 1998 (consulté le 4 mars 2010)
  25. « Dopage. Le coup de filet de la brigade anti-stupéfiants révèle l’ampleur du mal et l’inconscience des sportifs et de leur entourage », sur humanite.fr,‎ 10 mai 1999 (consulté le 4 mars 2010)
  26. « Vandenbroucke et Gaumont suspendus par leur équipe », sur humanite.fr,‎ 11 mais 1999 (consulté le 4 mars 2010)
  27. (en) « VDB back on the Cofidis books », sur cyclingnews.com,‎ 25 juin 1999 (consulté le 4 mars 2010)
  28. (en) « Philippe Gaumont reinstated in the Cofidis team », sur cyclingnews.com,‎ 23 septembre 1999 (consulté le 4 mars 2010)
  29. « Cyclisme - Eric Boyer, manager de Cofidis », sur lequipe.fr,‎ 15 juin 2005 (consulté le 4 mars 2010)
  30. « Entretien avec Éric Boyer », sur humanite.fr,‎ 11 juillet 2009 (consulté le 4 mars 2010)
  31. « Dopage - Tristan Valentin positif », sur lequipe.fr,‎ 12 décembre 2006 (consulté le 4 mars 2010)
  32. « Moreni contrôlé positif », sur lequipe.fr,‎ 25 juillet 2007 (consulté le 4 mars 2010)
  33. « Cofidis quitte le Tour », sur lequipe.fr,‎ 25 juillet 2007 (consulté le 4 mars 2010)
  34. [doc] « Règlement intérieur » (consulté le 4 mars 2010)
  35. « Di Gregorio arrêté », sur lequipe.fr,‎ 10 juillet 2012 (consulté le 10 juillet 2012)
  36. Tour de France : Di Gregorio en garde à vue, suspendu par Cofidis La Voix du Nord, le 10/07/2013
  37. Tour de France : Rémy Di Gregorio serait au cœur d'un réseau pratiquant l'ozonothérapie Le Monde, 14/07/2012
  38. Un licenciement est abusif dès lors que les faits de dopage reprochés au coureur ne sont pas avérés Juritravail, Antoine Semaria (avocat), le 31-10-2013
  39. Classements UCI 2007 et archives des années 1995 à 2006 (Site internet officiel de l'UCI).
  40. Résultats et classements du ProTour 2007, et archives des saisons 2005 et 2006 (Site internet officiel de l'UCI ProTour).
  41. Classements de l'UCI ProTour, sur le site de l'UCI ProTour (consulté le 13 mars 2008).

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]