Col des Saisies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Col des Saisies
Image illustrative de l'article Col des Saisies
Vue générale de la station des Saisies, située au col éponyme.
Altitude 1 633[1] m
Massif Massif du Beaufortain
Coordonnées 45° 45′ 30″ N 6° 31′ 43″ E / 45.7583, 6.5286145° 45′ 30″ Nord 6° 31′ 43″ Est / 45.7583, 6.52861[1]
Pays Drapeau de la France France
Vallée Val d'Arly
(nord-ouest)
Beaufortain
(sud-est)
Ascension depuis Flumet Beaufort
Déclivité moy. 5 % 6,4 %
Déclivité max. 9 % 10,5 %
Kilométrage 14,8 km 15 km
Accès D 218B D 218B

Géolocalisation sur la carte : Savoie

(Voir situation sur carte : Savoie)
Col des Saisies

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Col des Saisies

Le col des Saisies est un col routier alpin situé dans le département français de la Savoie à 1 633 m d'altitude. Il permet le passage entre la vallée du Beaufortain et celle du val d'Arly. À son sommet, se situe une station de ski de 4e génération permettant la pratique à la fois du ski alpin (domaine relié à l'Espace Diamant) et celle du ski nordique.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom Saisies proviendrait de la perception des taxes diverses (taille, gabelle…) qui aurait eu lieu à cet endroit. Selon une autre version, Saisies serait une graphie fautive de *Saissie, *Sessy, du latin saxum, « pierre », « rocher ». Cette dernière version est à prendre avec précaution, rien dans la morphologie du col ne rappelant un relief rocheux quelconque.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Panorama des Saisies du haut du signal de Bisanne.

Le col des Saisies est un col des Alpes, plus précisément du massif du Beaufortain, en France, situé sur la commune d'Hauteluce dans le département de la Savoie, en région Rhône-Alpes, à 1 633 m d'altitude. Il marque la frontière entre le Beaufortain et le val d'Arly. Son versant septentrional appartient à la commune de Crest-Voland.

Le col est dominé par les hauteurs du signal de Bisanne (1 941 m) d'une part, et, d'autre part, par les sommets de la Légette et du Chard du Beurre.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type montagnard.

Accès[modifier | modifier le code]

La station des Saisies est reliée au reste du pays par une unique route départementale : la RD218. Celle-ci permet de relier Sallanches et la vallée de l'Arve, Albertville, Ugine (via les gorges de l'Arly) et Beaufort.

Aucune liaison ferroviaire ne relie la station des Saisies, la gare la plus proche se situe 30 km en aval à Albertville. Des bus effectuent ensuite la liaison.

La station est accessible par bus à partir des aéroports de Chambéry, de Lyon-Saint-Exupéry et de Genève.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un haut lieu de la Résistance en Savoie[modifier | modifier le code]

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le col des Saisies, au même titre que le plateau des Glières (Haute-Savoie), devint un refuge pour la Résistance. Le 1er août 1944, sous le nom de code ébonite, a lieu le plus gros parachutage d’armes accordé par les alliés à la Résistance française. 78 forteresses volantes venant de Londres larguent 899 containers d'armes destinées aux 3 000 hommes des maquis de Savoie.

La révolution de l'or blanc, entre traditions et modernité[modifier | modifier le code]

Les Saisies
Vue aérienne de la station.
Vue générale de la station des Saisies, située au col éponyme.
Administration
Pays France
Subdivision administrative Savoie
Site web lessaisies.com
Géographie
Coordonnées 45° 45′ 30″ Nord 6° 31′ 43″ Est / 45.758333333333, 6.5286111111111  
Massif Beaufortain
Altitude 1650
Altitude maximum 2069
Altitude minimum 1150
Ski alpin
Lié à Hauteluce, Praz-sur-Arly, Crest-Voland, Flumet et Notre-Dame-de-Bellecombe
Domaine skiable Espace diamant
Remontées
Nombre de remontées 30
Télésièges 14
Téléskis 13
Fils neige 3
Pistes
Nombre de pistes 53
     Noires 6
     Rouges 14
     Bleues 24
     Vertes 9
Total des pistes 70 km
Installations
Nouvelles glisses
4
Ski de fond
Nombre de pistes 15
     Noires 2
     Rouges 2
     Bleues 7
     Vertes 4
Total des pistes 120 km

Avant le développement des sports d'hiver, ce col était essentiellement un vaste alpage, sur lequel on avait construit une chapelle.

En 1935, Erwin Eckl, un moniteur de ski autrichien, s'installe au col des Saisies, et c'est à partir de cette date que l'idée de faire de ces lieux une station de ski va germer peu à peu dans son esprit. Son enthousiasme et son caractère visionnaire lui permettent de donner vie à des projets ambitieux pour l'époque : en 1936, il construit le premier chalet-hôtel des Saisies puis, en 1956, le premier téléski voit le jour sous son impulsion et il fonde la même année la première école de ski[2].

Mais tout ne fut pas si facile et le projet de station de sports d'hiver connut des phases de sommeil entrecoupées de brèves accélérations.

Ce n'est qu'en 1961, après de nombreuses tractations, que les quatre communes qui se partagent le plateau (Hauteluce et Villard-sur-Doron côté Beaufortain, ainsi que Crest-Voland et Cohennoz côté val d'Arly) décident d'unir leurs forces et leurs moyens pour créer une station au col des Saisies[2].

Cette décision n'était pas sans risques financiers, mais elle fut prise au moment idéal puisque c'est dans les années 1960-1970 que le boum des sports d'hiver éclate. Dès l'hiver 1963-1964, la station des Saisies fait déjà parler d'elle et de son enneigement exceptionnel puisque le seul et unique téléski du domaine, installé sur le signal de Bisanne, fonctionne pour toute la région faute de neige dans les stations voisines[2].

Une station de 4e génération qui s'affirme progressivement[modifier | modifier le code]

La zone s'est progressivement urbanisée depuis les années 1970, avec la construction de résidences et de chalets, et compte aujourd'hui environ 15 000 lits touristiques[2], avec notamment l'organisation des compétitions de ski de fond et de biathlon lors des Jeux olympiques d'Albertville. La station est d'ailleurs le bastion de l'une des grandes familles du ski français avec Franck Piccard, triple médaillé olympique à Calgary puis Albertville et sa sœur Leïla, médaille de bronze en géant aux championnats du monde de ski alpin de Sestrières en 1997.

La naissance de l'Espace Cristal[modifier | modifier le code]

En 1984, la liaison entre les stations des Saisies et de Crest-Voland est assurée par deux téléskis et un télésiège. Elle part du sommet du mont Lachat, traverse le ruisseau du Nant Rouge et la forêt de Covetan pour arriver au sommet du Chard du Beurre (1 889 m) et ainsi se connecter au domaine des Saisies. Une piste verte dite du Chemin de la Palette relie Bisanne et le Cernix et permet également l'accès à Crest-Voland depuis les Saisies. Cette première liaison est censée être le premier maillon d'un domaine beaucoup plus vaste qui doit naître à terme, reliant les stations du val d'Arly à celles de l'espace Cristal. Le SIVOM des Saisies va cependant mettre du temps à réaliser ce vaste projet. Toutefois, dans le même temps, elle modernise progressivement son domaine.

En 1986 est construit le télésiège débrayable 4 places de Bisanne, offrant un meilleur débit et une meilleure rapidité d'accès au sommet du domaine skiable à l'époque. En 1988 sont construits les télésièges 4 places des Jorets, 1er maillon de la liaison du domaine avec Hauteluce, et des Rosières, reliant skis aux pieds la station de Bisanne 1 500 au domaine skiable. En 1990 est construit le télésiège 4 places du Chozal, reliant skis aux pieds le village d'Hauteluce au domaine skiable. La Régie des remontées mécaniques des Saisies est créée en 1998 afin de séparer les services publics de la gestion du domaine skiable des Saisies[3].

L'Espace Diamant, un domaine skiable fruit d'une lente maturation...[modifier | modifier le code]

Après un long temps de gestation, le « grand domaine » voit enfin sa réalisation actée. Sa mise en œuvre va se faire en deux temps. En 2003, un télésiège 4 places dit de Roche Blanche, 1er maillon de la liaison entre Les Saisies et Notre-Dame-de-Bellecombe, est réalisé suivi l'année suivante du remplacement du télésiège du Chard du Beurre par un débrayable 6 places afin d'améliorer à la fois la rapidité d'accès au Chard du Beurre et le débit en vue de la liaison.

2005 constitue le deuxième temps et la naissance effective de l'Espace Diamant avec la réalisation des télésièges 4 places de Brichou et celui de Douce/Grattary à va-et-vient (pour l'occasion l'ancien télésiège du Char du Beurre a été réutilisé). Ils permettent ainsi de se rendre skis aux pieds dans cinq station-villages de Savoie et Haute-Savoie.

La régie des Saisies continue par ailleurs à améliorer ses installations et notamment ses liaisons en remplaçant pour la saison 2011-2012 le vieux télésiège de Covetan par un télésiège 6 places débrayable à garde-corps automatisé, afin de moderniser sa liaison avec Crest-Voland. Le projet vise à terme à remplacer également les 2 téléskis de Nant-Rouge et des Bâches par un télésiège à va et vient.

Un domaine toujours plus grand ?[modifier | modifier le code]

La réalisation de la liaison Espace Diamant ne semble cependant pas mettre un terme à la dilatation du domaine skiable des Saisies. En effet, après les nouveaux secteurs de Brichou et de Douce aménagés durant l'été 2005, la station des Saisies espère poursuivre l'extension de son domaine skiable vers l'est avec l'exploitation des vastes étendues d'altitude de la commune d'Hauteluce. L'enjeu est double : créer des secteurs de ski propre, dans un cadre très bien enneigé sur les crêtes des sommets de l'Espace Diamant. Les skieurs des Saisies arrivant depuis le télésiège de Douce gagneraient la combe de Bellastat grâce à de nouvelles pistes avant d'emprunter un télésiège dit de Plan Mermin. Arrivé à son sommet, ils pourraient rejoindre le domaine de Praz-sur-Arly par gravité. La liaison Espace Diamant entre Les Saisies/Notre-Dame-de-Bellecombe et Praz-sur-Arly serait ainsi considérablement améliorée, les skieurs n'étant plus obligés de passer par la très plate et laborieuse piste bleue des Crêtes, face à la chaîne du Mont-Blanc, tout en améliorant les flux de skieurs dans les liaisons inter-stations, en rendant ces dernières plus attractives. Le premier maillon de ce programme devrait être implanté dans la combe de Bellastat et permettrait dans un premier temps l'ouverture de nouvelles pistes plus ou moins techniques pour les skieurs des Saisies. Le second maillon consisterait en l'implantation d'un deuxième TSF4 sur les pentes de Plan Mermin. Ce nouvel appareil accessible depuis le vallon de Bellastat permettrait de basculer directement sur Praz sur Arly, sans devoir passer par Notre-Dame-de-Bellecombe[4].

Si le deuxième maillon n'est à ce jour pas encore officiel, le premier fait l'objet d'un projet intégré au schéma de cohérence territoriale (SCOT) des 4 intercommunalités d’Arlysère (Albertville, Ugine, Basse Tarentaise, combe de Savoie, Beaufortain, val d'Arly, Bauges)[4].

Activités[modifier | modifier le code]

Depuis la saison hivernale 2009-2010, la station s'est dotée d'une luge sur rail, le « Mountain Twister », développée par la société allemande Wiegand et qui fonctionne aussi bien l'hiver que l'été.

À l'horizon noël 2015, la station du Beaufortain se verra dotée d'un centre multi-activités comprenant un espace aqua-ludique, une salle de sport, un booling et un pub sur une surface totale de 3 752 m2[réf. souhaitée].

Production fromagère[modifier | modifier le code]

La station est aussi connue pour sa fromagerie, qui vend du beaufort élaboré sur place grâce au lait d'une partie des éleveurs exploitant les alpages du col. La production fromagère de la coopérative de Beaufort-sur-Doron y est également proposée par l'intermédiaire d'une succursale.

Sports d'hiver[modifier | modifier le code]

Rassemblement des Saisies 2005.
Les Saisies vues du signal de Bisanne, le mont Blanc en arrière-plan.

Le domaine skiable alpin, nommé Espace Diamant, regroupe depuis 2005 les communes de Crest-Voland, Cohennoz, Villard-sur-Doron, Flumet, Notre-Dame-de-Bellecombe, Praz sur Arly et Hauteluce (84 remontées mécaniques et 146 pistes). Il est depuis peu exploité par le groupe Rémy Loisirs, d'origine vosgienne (exploitant de la station de La Bresse, Orcières-Merlette, Pralognan-la-Vanoise ou encore Saint-François-Longchamp). Les domaines skiables des Saisies sont, quant à eux, gérés par la Régie des Saisies, dépendante du SIVOM des Saisies (ce SIVOM est composé des communes suivantes : Villard-sur-Doron et Hauteluce dans la vallée du Beaufortain et Crest-Voland dans le val d'Arly).

Cyclisme[modifier | modifier le code]

Le col des Saisies a été franchi au total à 11 reprises par le Tour de France. Il est classé en 1re catégorie depuis 1994. Voici les coureurs qui ont franchi en tête le col[5] :

Cinéma[modifier | modifier le code]

La station des Saisies a accueilli, du 23 au 26 mai 2011, le tournage d'une des scènes du film Intouchables. Philippe Pozzo di Borgo est devenu tétraplégique à la suite d'un accident de parapente en 1993 sur le site.

Personnalités liées à la station[modifier | modifier le code]

  • Franck Piccard, ancien skieur, triple médaillé olympique aux JO de Calgary 88 et Albertville 92, ambassadeur de la station côté alpin
  • Leïla Piccard, ancienne skieuse, médaille de bronze en géant aux championnats du monde de Sestrières en 1997.
  • Raphaël Poirée, ancien biathlète, septuple champion du monde, ambassadeur de la station côté nordique.
  • Clara Direz, championne olympique jeune en géant à Innsbruck en 2012.
  • Pierre Dumas, homme politique français, plusieurs fois ministre.
  • Henri Sannier, homme de télévision français.
  • Erwin Eckl, Autrichien installé en 1935, instigateur et créateur des Saisies avec son chalet hôtel, son premier téléski et son école de ski.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Coordonnées identifiées à l'aide de Géoportail et carte IGN à l'échelle 1:20 000
  2. a, b, c et d P. Meunier, La Saga des Saisies, éditions La Fontaine Siloé
  3. Espace Diamant - Historique
  4. a et b Le SCoT Arlysère
  5. (fr) Le dico du Tour - Le col des Saisies dans le Tour de France depuis 1947

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]