Fränk Schleck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schleck.
Fränk Schleck
Image illustrative de l'article Fränk Schleck
Fränk Schleck, critérium de Heerlen
Informations
Nom Schleck
Prénom Fränk
Date de naissance 15 avril 1980 (34 ans)
Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Équipe actuelle Trek Factory Racing
Spécialité Grimpeur-Puncheur
Équipe amateur
1992-1995
1996-1998
1999
2000
2001
2002
2002
ACC Contern
SAF Zéisseng
LC Tétange
De Nardi
Festina (stagiaire)
UC Chateauroux
CSC (stagiaire)
Équipe professionnelle
2003-2008
2009-2010
2011
2012
01.2013-07.2013
2014-
CSC
Saxo Bank
Leopard-Trek
RadioShack-Nissan
RadioShack-Leopard
Trek Factory Racing
Principales victoires
5 championnats

MaillotLuxemburgo.PNG Champion du Luxembourg sur route 2005, 2008, 2010, 2011 et 2014
2 étapes dans les grands tours
Tour de France (2 étapes)
1 course par étapes
Tour de Suisse 2010
1 classique

Amstel Gold Race 2006

Fränk Schleck est un coureur cycliste luxembourgeois, né le 15 avril 1980 à Luxembourg. Capable de briller lors des classiques et des courses par étapes, il a notamment remporté l'Amstel Gold Race 2006, le Tour de Suisse 2010 ainsi que quatre championnats du Luxembourg sur route professionnels.

En 2011, il devient membre de l'équipe Leopard-Trek créée par Brian Nygaard et Kim Andersen autour de lui et de son frère Andy qui devient, en 2012, RadioShack-Nissan, puis RadioShack-Leopard en 2013. Contrôlé positif à un diurétique sur le Tour de France 2012, la RadioShack-Leopard décide de ne pas le conserver en juillet 2013. Il est de nouveau membre de la formation Trek Factory Racing en 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et jeunesse[modifier | modifier le code]

Fränk Schleck est le fils de Johny Schleck, ancien coureur cycliste professionnel et coéquipier de Jean-Marie Leblanc, Luis Ocaña et de Jan Janssen et qui compte sept participations au Tour de France de 1965 à 1973. Son frère Andy a également couru dans l'équipe Saxo Bank puis Leopard-Trek depuis 2011.

Il débute le cyclisme à l'ACC Contern en 1992, comme Kim Kirchen. Il y reste jusqu'en 1995 et y obtient deux titres de champion du Luxembourg en catégorie débutants (1994 et 1995). L'année suivante, il rejoint le SAF Zéisseng avec lequel il glane trois nouveaux titres nationaux, en débutants (1996) puis en juniors (1997 et 1998). Il passe ensuite dans les rangs espoirs au sein du LC Tétange (1999) puis dans l'équipe De Nardi (2000 et 2001), où il retrouve Kirchen. Il participe trois fois aux championnats du monde de la catégorie et se classe 71e à Vérone[1] et 17e à Plouay[2]. Il effectue la fin de la saison 2001 au sein de l'équipe Festina en tant que stagiaire[3]. Faute de décrocher un contrat professionnel, il rejoint en 2002 l'UC Châteauroux. Il réalise un doublé aux championnats du Luxembourg espoirs, remportant la course en ligne, qu'il avait déjà gagnée en 2001, et le contre-la-montre[4].

Par l'intermédiaire de Marcel Gilles, président de l'ACC Contern, il entre en contact avec Bjarne Riis, vainqueur du Tour de France 1996 et ancien membre du club, qui le recrute dans son équipe, la CSC[5].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Fränk Schleck appartient à l'équipe Leopard-Trek. Sa progression régulière lui permet d'être désormais parmi les meilleurs coureurs, ainsi qu'un des favoris du Tour de France.

Il s'est révélé au grand public lors de sa victoire dans l'Amstel Gold Race 2006 où il s'est imposé en solitaire. Il est le premier Luxembourgeois à remporter cette course néerlandaise. Il s'est illustré la même année lors du Tour de France 2006, en remportant la quinzième étape à l'Alpe d'Huez en attaquant dans les 2 derniers kilomètres de l'étape, reléguant son compagnon d'échappée Damiano Cunego à 11 secondes. Il a également porté le maillot jaune durant deux journées en 2008, le cédant ensuite définitivement à son coéquipier Carlos Sastre, également dans l'Alpe d'Huez.

En septembre 2008, il a fait l'objet d'une perquisition dans son hôtel, à la veille des Championnats du monde de Varèse, suite à un versement d'une somme de près de sept mille euros au docteur Fuentes, présumé être au centre de l'« affaire Puerto »[6]. Le 9 décembre 2008, l'affaire a été classée sans suite.

Fränk Schleck lors du Paris-Nice 2011

En 2009, Fränk Schleck s'impose sur la dernière étape du Tour de Californie en battant au sprint Vincenzo Nibali. En mars, il se classe deuxième de Paris-Nice, à une minute du vainqueur Luis León Sánchez. En juillet, il remporte la 17e étape du Tour de France au Grand-Bornand, devant Alberto Contador et Andy Schleck.

En 2010, il obtient des places d'honneur sur les classiques en terminant notamment septième de l'Amstel Gold Race puis huitième de Liège-Bastogne-Liège (après déclassement d'Alejandro Valverde)[7]). En juin, il remporte une étape du Tour de Luxembourg et finit deuxième du classement de son tour national. La semaine suivante, il participe au Tour de Suisse. Il y remporte tout d'abord la troisième étape. Pointant à la quatrième place du classement général à 38 secondes de Robert Gesink au départ du contre-la-montre final[8], il reprend du temps à ses devanciers et conserve suffisamment d'avance sur l'Américain Lance Armstrong pour remporter l'épreuve. Il devance ce dernier de 12 secondes et son coéquipier Jakob Fuglsang de 17 secondes[9]. Il est le premier Luxembourgeois à remporter cette course. Faisant partie des favoris du Tour de France au même titre que son frère[10], il doit cependant abandonner la grande boucle dès la 3e étape suite à une chute dans un secteur pavé où il se fracture une clavicule[11]. Il participe enfin au Tour d'Espagne 2010, où il termine cinquième. Il termine seizième du classement mondial UCI pour la saison 2010[12].

En juin 2011, il conserve son titre de champion du Luxembourg sur route lorsque son frère Andy Schleck s'efface pour lui laisser la victoire[13].

En juillet, il monte pour la première fois sur le podium du Tour de France derrière Cadel Evans et son frère Andy. Sélectionné pour les championnats du monde sur route, il chute et doit abandonner. Cette chute provoque la fin de sa saison[14].

Lors du Tour de France 2012, selon l'UCI il est contrôlé positif à un diurétique (la xipamide) après l'étape du 14 juillet[15], ce qui sera confirmé par l'analyse de l'échantillon B[16]. Il décide alors de lui-même de se retirer de la compétition. En janvier 2013, la fédération luxembourgeoise décide de le suspendre pour un an à compter du 14 juillet 2012. Il ne pourra donc pas prendre part au Tour de France 2013[17]. Le 4 juillet, l'équipe Radioshack annonce qu'il ne sera pas conservé[18].

Il reprend la saison 2014 en Australie au Tour Down Under où il se classe 31e du classement général. Il dispute ensuite le Tour d'Oman, conclu par une 19e place au classement général.

Sa rentrée en Europe se fait sur Paris-Nice. Il perd toute chance au classement général lors de la première étape où il est pris dans les bordures et concède plus d'une minute. Il se montre néanmoins à son aise sur la fin de semaine et lors de la dernière étape. Échappé avec un autre coureur à 25 km de l'arrivée, ils se font rattraper au dernier kilomètre. Néanmoins, il relance une offensive mais se fait battre sur la ligne. Il prend la sixième place de cette étape et termine 34e du classement général. Il participe ensuite avec son frère Andy Schleck au Critérium international. Lors de la dernière étape, il finit quatrième et s'attribue la sixième place au classement général.

Il est aligné par son équipe au Tour du Pays basque avec son frère Andy. Il tombe malade au cours de la semaine et ne prend pas le départ du contre-la-montre final. Il aborde l'Amstel Gold Race en leader de son équipe mais ne peut suivre lors de l'accélération de Philippe Gilbert. Il termine 24e. Malchanceux lors de la Flèche wallonne, il est pris dans une chute à un kilomètre de l'arrivée et perd toute chance de victoire alors qu'il se trouvait dans le groupe de tête. Dans Liège-Bastogne-Liège, il vise une place parmi les dix premiers, mais après un gros travail dans les 5 derniers kilomètres, il n'arrive pas à suivre les favoris dans la dernière montée vers Ans. Il finit 19e, à 12 secondes du vainqueur Simon Gerrans. Le 30 mai, il reprend la course sur le critérium de Calais, où il prend la seconde place derrière John Gadret. Il est au départ du Tour de Luxembourg qu'il a remporté en 2009. Il est à plusieurs reprises à l'attaque, notamment lors de l'étape reine. Il termine à l'issue de la course à la neuvième place du classement général final. Il prend ensuite le départ du Tour de Suisse qu'il a remporté en 2010. Malheureusement pour lui, il est contraint à l'abandon après deux jours de course suite à une chute survenue lors de la première étape en ligne. Il revient en forme pour son Championnat national où il est protégé tout comme son frère Andy. Grace à un bon travail d'équipe, il s'impose devant Ben Gastauer et Andy Schleck.

Durant le Tour de France 2014, il est le leader de son équipe tout comme Haimar Zubeldia. Lors de la première semaine, il perd beaucoup de temps surtout dans la 5e étape des pavés. Les premières étapes de montagne arrive, ne plaçant aucune attaque il arrive cependant à en suivre nombreuses d'entre elle. Se retrouvant dans le groupe maillot jaune d'une dizaine de coureurs à chaque étape des Alpes, et terminant respectivement 10e et 7e de ces étapes, il a montré qu'il était capable de suivre les tous meilleurs. Avec les défaillance de Richie Porte et de nombreux autres coureurs, il arrive à se isser à la 14e place du genéral. Lors de la 17è étape arrivant au Plat d'Adet, il se glisse dans une échappée de 21 coureurs avec notamment le maillot à pois Rafał Majka et Bauke Mollema le dixième du général. Dans la montée finale, il ne peut suivre l'accélération du meilleur grimpeur mais s'accroche et termine 7è de l'étape. Dans la dernière étape de montagne, il lâche du groupe de tête après quelques kilomètres de la montée d'Hautacam. Il finit cette étape avec Mollema, qui finira 10è à Paris et Kangert équipier de Nibali. Dans la 20è étape, un contre-la-montre, il termine 65è et préserve sa 12è place au général. Il achève donc son premier Tour de France après son retour de suspension à la 12è place.

Durant le Critérium de Lisieux 2014, il finit à la 3e place du classement général.

Palmarès, résultats, classements et distinctions[modifier | modifier le code]

Palmarès par année[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

8 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

2 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

4 participations

Classiques et championnats du monde[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente les résultats de Fränck Schleck sur les classiques auxquelles il a participé et sur les championnats du monde.

Année Milan-San Remo Amstel Gold Race Flèche wallonne Liège-
Bastogne-Liège
Classique de Saint-Sébastien Championnat de Zurich Tour de Lombardie Championnats du monde
2003 - 100e - - - - 17e -
2004 - 66e 95e 77e 34e - - 10e
2005 31e 97e 28e 63e - 2e 3e -
2006 20e Vainqueur 4e 7e 21e 24e 7e 29e
2007 29e 10e 7e 3e 26e - 13e 4e
2008 52e 2e 78e 3e - - - 41e
2009 - Abandon - 23e - - - -
2010 - 7e 41e 8e - - - 16e
2011 - 22e 7e 2e 5e[n 1]
2012 - 12e 20e 23e
2014 - 24e 56e 19e

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2004, le classement UCI concerne tous les coureurs ayant obtenu des points lors de courses du calendrier international de l'Union cycliste internationale (324 courses en 2004). En 2005, l'UCI ProTour et les circuits continentaux sont créés, ayant chacun leur classement. De 2005 à 2008, le classement de l'UCI ProTour classe les coureurs membres d'équipes ProTour en fonction des points qu'ils ont obtenu lors des courses du calendrier UCI ProTour, soit 28 courses en 2005, 27 en 2006, 26 en 2007. En 2008, le calendrier du ProTour est réduit à 15 courses en raison du conflit entre l'UCI et les organisateurs de plusieurs courses majeures. Les trois grands tours, Paris-Roubaix, la Flèche wallonne, Liège-Bastogne-Liège, le Tour de Lombardie, Tirreno-Adriatico et Paris-Nice ne sont donc pas pris en compte dans le classement ProTour 2008. En 2009 et 2010, un « classement mondial UCI » remplace le classement ProTour. Il prend en compte les points inscrits lors des courses ProTour et des courses qui n'en font plus partie, regroupées dans un « calendrier historique », soit au total 24 courses en 2009 et 26 en 2010. Ce nouveau classement prend en compte les coureurs des équipes continentales professionnelles. En 2011, l'UCI ProTour devient l'UCI World Tour et reprend dans son calendrier les courses qui l'avaient quitté en 2008. Il comprend 27 courses en 2011.

Fränk Schleck apparaît pour la première fois au classement UCI en 2003. Il obtient son meilleur classement en 2006 : 3e.

Année 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Classement UCI[23] 343e 105e
Classement ProTour[24] 13e 3e 16e 38e
Classement mondial UCI[25] 19e 16e[12]
UCI World Tour[26] 10e[27] 58e[28] nc[29]
Légende : nc = non classé

Distinctions[modifier | modifier le code]

Fränk Schleck a été élu sportif luxembourgeois de l'année en 2006.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carlos Barredo, initialement deuxième de la Classique de Saint-Sébastien 2011, a été déclassé en juillet 2014 par l'UCI[21].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Classement de la course en ligne espoirs des championnats du monde 1999, Cyclingnews.com, 8 octobre 1999
  2. (en) Classement de la course en ligne espoirs des championnats du monde 2000, Cyclingnews.com, 13 octobre 2000
  3. « Effectif de l'équipe Festina en 2001 », sur memoire-du-cyclisme.net (consulté le 8 octobre 2008)
  4. « Palmarès de Fränk Schleck », sur acccontern.lu (consulté le 8 octobre 2008)
  5. (en) « Flying high close to home », sur cyclingnews.com,‎ 1er décembre 2005 (consulté le 8 octobre 2008)
  6. « Fränk Schleck perquisitionné », La Dernière Heure/Les Sports, 27 septembre 2008.
  7. Communiqué de presse - Décision du TAS sur le cas d’Alejandro Valverde : réaction de l’UCI
  8. (en) « Caisse for celebration », sur cyclingnews.com,‎ 19 juin 2010 (consulté le 20 juin 2010)
  9. (en) « Martin victorious in TT finale », sur cyclingnews.com,‎ 20 juin 2010 (consulté le 20 juin 2010)
  10. « On prend les mêmes? », sur eurosport.fr,‎ 3 juillet 2010 (consulté le 6 juillet 2010)
  11. « Il y en avait partout ! », sur eurosport.fr,‎ 6 juillet 2010
  12. a et b « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 3 mars 2012)
  13. (en) « Fränk Schleck Luxembourg champion again », sur cyclingnews.com,‎ 26 juin 2011 (consulté le 8 juillet 2011)
  14. Alexandre Rolin, « Frank Schleck, touché, met fin à sa saison », sur cyclismactu.net,‎ 27 septembre 2011 (consulté le 28 septembre 2011)
  15. Résultat d’analyse anormal pour Schleck, Velochrono.fr, 17 juillet 2012.
  16. « L'échantillon B enfonce Schleck », sur lequipe.fr,‎ 20 juillet 2012 (consulté le 28 juillet 2012)
  17. « Frank Schleck suspendu un an », sur velochrono.fr,‎ 30 janvier 2013 (consulté le 30 janvier 2013)
  18. « Franck Schleck non conservé par son équipe », sur cyclismactu.net,‎ 04 juillet 2013 (consulté le 04 juillet 2013)
  19. a et b Initialement cinquième, Fränk Schleck est classé quatrième après déclassement d'Ezequiel Mosquera.
  20. a et b « Classement général du Tour d'Espagne 2010 », sur uci.ch (consulté le 26 mai 2013)
  21. (en) « Menchov case an example of the UCI's "new way of communicating" on doping violations », sur cyclingnews.com,‎ 13 juillet 2014 (consulté le 15 juillet 2014)
  22. « Année 2009/La légende du Tour »
  23. « 2005 UCI Road Rankings », UCI (consulté le 22 avril 2010)
  24. « Classements ProTour », sur uciprotour.com (consulté le 22 avril 2010)
  25. « Classement mondial UCI », sur uci.ch (consulté le 22 avril 2010)
  26. « UCI WorldTour », sur uciworldtour.com (consulté le 29 février 2012)
  27. « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 29 février 2012)
  28. « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 27 août 2013)
  29. « UCI WorldTour Ranking - 2013 », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 15 octobre 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :