Tyler Farrar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tyler Farrar
Image illustrative de l'article Tyler Farrar
Tyler Farrar lors du Critérium du Dauphiné 2011
Informations
Nom Farrar
Prénom Tyler
Date de naissance 2 juin 1984 (1984-06-02) (29 ans)
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Équipe actuelle Garmin-Sharp
Spécialité sprinteur
Équipe professionnelle
2003
2004-2005
2006-2007
2008
2009
2010
2011
01.01.2012-29.06.2012
30.06.2012-
Jelly Belly
Health Net
Cofidis
Slipstream Chipotle
Garmin-Slipstream
Garmin-Transitions
Garmin-Cervélo
Garmin-Barracuda
Garmin-Sharp
Principales victoires
2 classiques

Vattenfall Cyclassics 2009 et 2010
6 étapes dans les grands tours
Tour d'Espagne (3 étapes)
Tour d'Italie (2 étapes)

Tour de France (1 étape)
Farrar lors du Prologue du Tour de Californie 2008

Tyler Farrar (né le 2 juin 1984 à Wenatchee, dans l'État de Washington), est un coureur cycliste américain, membre de l'équipe Garmin-Sharp. Bon sprinter, il a notamment remporté la Vattenfall Cyclassics à deux reprises, une étape du Tour de France, deux étapes du Tour d'Espagne et deux étapes du Tour d'Italie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et carrière amateur[modifier | modifier le code]

Tyler Farrar commence à pratiquer le cyclisme en 1998[1].

En catégorie junior, Tyler Farrar participe en 2001 aux championnats du monde à Lisbonne, au Portugal. Il y prend la dixième place du contre-la-montre[2] et la 93e place de la course en ligne de sa catégorie[3]. L'année suivante, il remporte la première étape des Trois jours d'Axel[4] et le Tour de l'Abitibi. Grâce à cette victoire, ainsi qu'une huitième place au Tour de Lorraine junior, il est 11e au classement junior de l'UCI en 2002. Il participe à nouveau aux championnats du monde, à Zolder en Belgique. Il y est 15e du contre-la-montre[5] et seizième de la course en ligne[6], toujours en catégorie junior.

Début de carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Tyler Farrar commence sa carrière cycliste professionnelle à l'âge de 18 ans, dans l'équipe américaine Jelly Belly. Il y est recruté par Danny Van Haute, entraîneur de l'équipe des États-Unis juniors dans laquelle il a couru en 2001 et 2002[1]. Il court sur piste. Aux championnats des États-Unis, il remporte le titre en poursuite par équipes et est deuxième en poursuite individuelle et troisième de l'américaine. Il participe à deux des quatre manches de la coupe du monde sur piste, à Aguascalientes et au Cap[1]. Avec l'équipe nationale espoir, il participe à des courses en Europe. Il prend notamment la neuvième place du Tour des Flandres espoirs.

En 2004, il rejoint l'équipe Health Net. En l'espace de cinq jours, il remporte le titre de champion des États-Unis du contre-la-montre et du critérium dans la catégorie des moins de 23 ans, et le Manhattan Beach Grand Prix. Il termine deuxième du championnat des États-Unis du critérium professionnel[7]. Avec l'équipe des États-Unis espoirs, il gagne une étape du Tour de l'Avenir en devançant au sprint Koldo Fernández et Sébastien Chavanel[8], puis participe aux championnats du monde sur route à Vérone, en Italie. Il y est 21e du contre-la-montre[9] et 28e de la course en ligne[10].

En 2005, avec Health Net, malgré deux fractures de la clavicule en début d'année, il gagne sur le continent américain une étape de la Valley of the Sun Stage Race et du Tour de Delta, dont il prend la deuxième place finale. Il est également second du Manhattan Beach Grand Prix et du championnat des États-Unis sur route espoir. Il remporte la dernière course qu'il dispute aux États-Unis avec l'équipe Health Net, le championnat national du critérium[7]. Avec l'équipe des États-Unis espoirs, il court en Belgique au mois de mars. Il y remporte le Challenge de Hesbaye, le Trofee van Haspengouw, et est deuxième du Grand Prix de Waregem. Il gagne ensuite au sprint une étape de la Ronde de l'Isard d'Ariège et une étape du Tour de l'Avenir, où il devance Borut Božič et Hans Dekkers. Pour sa deuxième participation aux championnats du monde sur route dans la catégorie espoirs, il se classe dixième du contre-la-montre[11] et abandonne lors de la course en ligne[12].

Il est engagé pour deux saisons par l'équipe ProTour française Cofidis, qui l'a contacté dès sa victoire d'étape lors du Tour de l'Avenir 2004[7].

2006-2007 : deux années chez Cofidis[modifier | modifier le code]

La première année de Tyler Farrar est marquée par une chute lors du Circuit de la Sarthe qui lui cause une fracture de la clavicule[13]. Durant cette saison, il est plusieurs classé parmi les dix premiers lors d'arrivées au sprint[14]. Ses meilleurs résultats sont une cinquième place au Grand Prix de la ville de Rennes et une sixième place au classement général du Tour du Poitou Charentes et de la Vienne. Il fait partie de la sélection de neuf coureurs américains disputant la course en ligne aux championnats du monde sur route à Salzbourg en Autriche. Il figure dans un groupe d'échappés de vingt-cinq coureurs, puis abandonne[15].

Il ne remporte qu'un succès avec Cofidis, sur une étape du Grand Prix International CTT Correios de Portugal en juin 2007 où il bat le Sud-Africain Robert Hunter au sprint. Durant cette saison, il se classe neuvième de Kuurne-Bruxelles-Kuurne, quatrième du prologue de l'Eneco Tour et troisième d'une étape du Tour de Belgique. Il abandonne à nouveau lors du championnat du monde sur route, disputé à Stuttgart en Allemagne.

Chez Garmin depuis 2008[modifier | modifier le code]

Tyler Farrar en 2011.

Tyler Farrar rejoint en 2008 l'équipe continentale professionnelle américaine Slipstream-Chipotle, qui prend ensuite le nom Garmin-Chipotle en cours de saison. Il y retrouve plusieurs coureurs américains qu'il a fréquentés auparavant[16], comme Blake Caldwell et Steven Cozza, membres avec lui des équipes américaines junior puis espoir. Avec cette équipe, il remporte une étape du Tour du Poitou-Charentes en 2008. Il termine également cinquième de Paris-Tours, remportant le sprint du peloton juste devant Robbie McEwen et Erik Zabel.

En 2009, Farrar devient l'un des meilleurs sprinteurs du peloton et l'un des rivaux de Mark Cavendish. En début de la saison, il remporte une étape de Tirreno-Adriatico en devançant ce dernier. Lors du Tour 2009, il collectionne les places dans les cinq premiers d'étapes, sans jamais parvenir à battre Cavendish qui gagne six étapes. Farrar remporte durant l'été la Vattenfall Cyclassics, épreuve du ProTour, puis la onzième étape du Tour d'Espagne et deux étapes du Circuit franco-belge. Il termine la saison à la 18e place du classement mondial UCI. Il y est le meilleur coureur américain et de l'équipe Garmin-Slipstream.

Après des places d'honneur lors des courses par étapes de début de saison, Farrar obtient sa première victoire en 2010 lors des Trois jours de La Panne, dont il gagne la troisième étape. Bien placé lors des classiques flamandes (troisième du Circuit Het Nieuwsblad, neuvième de Gand-Wevelgem, cinquième du Tour des Flandres), il termine avec une victoire au Grand Prix de l'Escaut. Au Tour d'Italie, il gagne deux étapes et porte pendant six jours le maillot du classement par points, puis abandonne. Vainqueur du Delta Tour Zeeland en juin, il dispute ensuite le Tour de France. Sixième du prologue à Rotterdam, il chute avec plusieurs coéquipiers dans la descente du col de Stockeu, lors de la troisième étape, et s'en relève avec une fracture au poignet[17],[18]. Il est deuxième et troisième à Gueugnon et Bourg-lès-Valence, deux étapes remportées par Cavendish. La douleur au poignet ne lui permet cependant pas de terminer la course. Il abandonne lors de la douzième étape[19]. En août, il gagne pour la deuxième fois la Vattenfall Cyclassics, en battant au sprint Edvald Boasson Hagen et André Greipel. Il se classe sixième de la Coppa Bernocchi et deuxième du Grand Prix de Plouay. À la fin du mois, il prend le départ du Tour d'Espagne, son troisième grand tour de l'année. Il en remporte deux étapes, dont la dernière à Madrid et termine à la deuxième place du classement par points, derrière Mark Cavendish. Il termine sa saison aux championnats du monde sur route à Melbourne, où il prend la 83e place de la course en ligne.

En 2011, l'équipe Garmin fusionne avec l'équipe Cervélo, qui disparaît. Elle prend le nom de Garmin-Cervélo et accueille notamment les sprinteurs Thor Hushovd, champion du monde, et Heinrich Haussler. Tyler Farrar participe au Tour d'Italie. Lors de la troisième étape, le coureur belge Wouter Weylandt meurt, victime d'une chute. Weylandt, qui résidait à Gand en Belgique était un des meilleurs amis de Tyler Farrar, qui habite à Gand durant la saison cycliste européenne. Farrar quitte la course après la quatrième étape, courue en hommage à Wouter Weylandt[20]. De retour à la compétition en juin, il dispute le Critérium du Dauphiné puis le Ster ZLM Toer, dont il gagne une étape. En juillet, il prend part à son troisième Tour de France. L'équipe Garmin-Cervélo en remporte la 2e étape, un contre-la-montre par équipes, ce qui permet à Thor Hushovd de porter le maillot jaune pendant une semaine. Le lendemain, Tyler Farrar, emmené par ses coéquipiers Hushovd et Julian Dean, s'impose au sprint lors de la 3e étape, devant le Français Romain Feillu et l'Espagnol José Joaquín Rojas. Il franchit la ligne d'arrivée en rendant hommage à Wouter Weylandt, en formant un « W » avec ses mains[21],[22]. En août, il prend part au Tour d'Espagne, qu'il abandonne après une semaine de course. Sélectionné en équipe nationale, il prend la dixième place de la course en ligne des championnats du monde, remportée par Mark Cavendish.

En début de saison 2012, Tyler Farrar obtient plusieurs places d'honneur lors d'étapes du Tour du Qatar, du Tour d'Oman, de Tirreno-Adriatico. Au Qatar, il gagne le contre-la-montre par équipes et finit deuxième au classement général. En avril, il se classe deuxième du Grand Prix de l'Escaut, battu au sprint par Marcel Kittel. Il est ensuite aligné au Tour d'Italie. Quatrième puis troisième d'étapes en début d'épreuve, il gagne le contre-la-montre par équipes avec ses coéquipiers. Une chute lors de la sixième étape le blesse à la main et l'oblige à abandonner[23]. En juillet, il dispute le Tour de France. Victime de plusieurs chutes, il ne gagne aucune étape et ne se classe que trois fois parmi les dix premiers d'étapes[24],[25]. En août, il obtient ses deux seules victoires personnelles de l'année, deux étapes du Tour du Colorado. En septembre, il est l'un des coureurs sélectionnés automatiquement en équipe nationale pour la course en ligne des championnats du monde[26]. Il doit cependant renoncer à participer à cause d'une commotion cérébrale, due à une chute lors du Tour de Grande-Bretagne. Il est remplacé par Andrew Talansky[27].

En 2013, il gagne une étape du Tour de Californie et de l'Eurométropole Tour.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Moving up: A little bit of a shock », sur cyclingnews.com,‎ 2003 (consulté le 11 juillet 2011)
  2. (en) « By the seat of his pants: Van Den Broeck wins Junior TT », sur cyclingnews.com,‎ 10 octobre 2001 (consulté le 11 juillet 2011)
  3. (en) « Ukrainian dominance: Kvachuk emulates Popovych », sur cyclingnews.com,‎ 13 octobre 2001 (consulté le 11 juillet 2011)
  4. (en) « Stage 1 - May 24: Terneuzen - Philippine, 124 km », sur cyclingnews.com,‎ 24 mai 2002 (consulté le 11 juillet 2011)
  5. (en) « Ignatiev claims Russia's first gold », sur cyclingnews.com,‎ 9 octobre 2002 (consulté le 11 juillet 2011)
  6. (en) « Vive la France: Arnaud Gerard wins as crashes mark race », sur cyclingnews.com,‎ 12 octobre 2002 (consulté le 11 juillet 2011)
  7. a, b et c (en) « US champ riding high », sur cyclingnews.com,‎ 24 août 2005 (consulté le 11 juillet 2011)
  8. (en) « Stage 7 - September 8: Metz - Rambervilliers , 146 km », sur cyclingnews.com,‎ 8 septembre 2004 (consulté le 11 juillet 2011)
  9. (en) « Speedy Slovenian Brajkovic slaps down favourite Dekker », sur cyclingnews.com,‎ 27 septembre 2004 (consulté le 11 juillet 2011)
  10. (en) « Belarusian Blasts to U23 gold », sur cyclingnews.com,‎ 1er octobre 2004 (consulté le 11 juillet 2011)
  11. (en) « Another title for Ignatiev », sur cyclingnews.com,‎ 21 septembre 2005 (consulté le 11 juillet 2011)
  12. (en) « Super strong Grabovskyy wins in Madrid », sur cyclingnews.com,‎ 24 septembre 2005 (consulté le 11 juillet 2011)
  13. (en) « Förster celebrates », sur cyclingnews.com,‎ 4 avril 2006 (consulté le 11 juillet 2011)
  14. « Tyler Farrar - 2006 », sur cqranking.com (consulté le 11 juillet 2011)
  15. (en) « Bettini adds rainbow to gold », sur cyclingnews.com,‎ 24 septembre 2006 (consulté le 11 juillet 2011)
  16. (en) « Coming home, sort of », sur cyclingnews.com,‎ 2 décembre 2007 (consulté le 11 juillet 2011)
  17. (en) « Garmin’s Farrar hanging in with broken wrist at Tour », sur cyclingnews.com,‎ 7 juillet 2010 (consulté le 29 septembre 2012)
  18. (en) « Garmin-Transitions leaders crash heavily on Stockeu », sur cyclingnews.com,‎ 5 juillet 2010 (consulté le 29 septembre 2012)
  19. (en) « Farrar out of Tour de France », sur cyclingnews.com,‎ 16 juillet 2010 (consulté le 29 septembre 2012)
  20. (nl) « Tyler Farrar: 'Mijn leven is voorgoed veranderd' », sur nieuwsblad.be,‎ 10 mai 2011 (consulté le 11 juillet 2011)
  21. (en) « Third Tour de France a charm for Farrar », sur cyclingnews.com,‎ 4 juillet 2011 (consulté le 11 juillet 2011)
  22. (en) « Farrar nabs his first Tour de France stage », sur cyclingnews.com,‎ 4 juillet 2011 (consulté le 11 juillet 2011)
  23. (en) « A day of mixed fortunes for Garmin-Barracuda at the Giro », sur cyclingnews.com,‎ 11 mai 2012 (consulté le 29 septembre 2012)
  24. (en) « Farrar battles on at Tour de France », sur cyclingnews.com,‎ 13 juillet 2012 (consulté le 29 septembre 2012)
  25. (en) « More bad luck for Farrar at stage 5 of Tour de France », sur usacycling.org,‎ 5 juillet 2012 (consulté le 29 septembre 2012)
  26. (en) « Phinney, Van Garderen headline USA team for world championships », sur cyclingnews.com,‎ 31 août 2012 (consulté le 29 septembre 2012)
  27. (en) « Farrar withdraws from world championships », sur usacycling.org,‎ 15 septembre 2012 (consulté le 29 septembre 2012)
  28. La course n'est pas reconnue officiellement par l'UCI, en raison de la protestation des coureurs qui souhaitaient disputer l'épreuve avec des oreillettes

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :