Thomas Voeckler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thomas Voeckler
Image illustrative de l'article Thomas Voeckler
Thomas Voeckler lors de Kuurne-Bruxelles-Kuurne 2011
Informations
Nom Voeckler
Prénom Thomas
Surnom Ti-Blanc[1],[2]
Francis[3]
Date de naissance 22 juin 1979 (35 ans)
Pays Drapeau de la France France
Équipe actuelle Europcar
Spécialité Puncheur[4]
Équipe amateur
1999
2000
Vendée U
Vendée U-Pays de la Loire
Équipe professionnelle
09.2000-12.2000
2001-2002
2003-2004
2005-2008
2009-2010
2011-
Bonjour-Toupargel (stagiaire)
Bonjour
Brioches La Boulangère
Bouygues Telecom
BBox Bouygues Telecom
Europcar
Principales victoires
2 championnats

MaillotFra.PNG Champion de France sur route 2004 et 2010
2 classiques
Grand Prix de Plouay 2007
Grand Prix cycliste de Québec 2010
1 classement annexe de grand tour
Jersey polkadot.svg Meilleur grimpeur du Tour de France 2012
4 étapes de grands tours

Tour de France (4 étapes)

Thomas Voeckler, né le 22 juin 1979 à Schiltigheim (Bas-Rhin), est un coureur cycliste français.

Professionnel depuis 2001, il est membre de l'équipe Europcar. Il a notamment été champion de France sur route en 2004 et 2010, et vainqueur du Grand Prix de Plouay 2007, du Grand Prix cycliste de Québec, de quatre étapes du Tour de France en 2009, en 2010 et en 2012. Il s'est rendu populaire lors du Tour de France 2004 en portant le maillot jaune pendant dix jours. Il réédite cet exploit lors du Tour de France 2011 qu'il finit à la 4e place du classement général. Il remporte le maillot de meilleur grimpeur du Tour de France 2012. Il est considéré comme l'un des meilleurs coureurs français des années 2000[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et jeunesse[modifier | modifier le code]

Thomas Voeckler est né le 22 juin 1979 au C.M.C.O. (Centre Médico-Chirurgical et Obstétrical) de Strasbourg à Schiltigheim. Sa famille est originaire d'Alsace ; son père était psychiatre et sa mère médecin-anesthésiste. Thomas Voeckler grandit dans le village d'Herbitzheim. Alors qu'il a 7 ans, ses parents décident de s'installer en Martinique à Tartane où ils achètent une maison. L'une des raisons de ce déménagement est de permettre à son père d'assouvir plus facilement sa passion de la navigation. Il achète ainsi des voiliers de 10 à 15 mètres de long, et il participe à des courses maritimes. En compagnie de sa femme et de ses deux fils Alexis et Thomas, il effectue trois traversées de l'océan Atlantique.

C'est en Martinique que Thomas Voeckler découvre le cyclisme. Il débute à l'Étoile cycliste du Lamentin, puis rejoint à 12 ans le Club cycliste de Trinité[6]. Peu avant son treizième anniversaire, son père se rend en France métropolitaine, à Strasbourg pour lui acheter comme cadeau un vélo haut de gamme. C'est avec ce vélo qu'il participe à ses premières compétitions cyclistes. Durant cet automne 1992, le père de Thomas Voeckler, parti seul sur son bateau pour une traversée, disparaît en mer. Malgré de longues recherches, les secours ne parviennent pas à le retrouver, pas plus que son bateau.

À 17 ans, Thomas Voeckler revient en Métropole. Il y passe un BTS de vente et intègre la section sport-études du lycée Notre Dame du Roc à La Roche-sur-Yon, en Vendée. Il rejoint ensuite l'équipe amateur Vendée U, dirigée par Jean-René Bernaudeau. En 2001, il remporte le classement national espoirs de Vélo Magazine[6].

Il réside aujourd'hui à Mouilleron-le-Captif en Vendée.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Thomas Voeckler devient professionnel en 2001 avec l'équipe Bonjour. Au cours de sa carrière, il reste fidèle à Jean-René Bernaudeau, et évolue sous ses ordres dans la même équipe rebaptisée « Brioches la Boulangère », de 2003 à 2004, Bouygues Telecom de 2005 à 2008, BBox Bouygues Telecom de 2009 à 2010, puis Europcar depuis 2011.

2001-2002 : débuts chez Bonjour[modifier | modifier le code]

Thomas Voeckler au Tour de l'Avenir 2001, portant alors le maillot de l'équipe Bonjour.

Thomas Voeckler devient professionnel en 2001 au sein de l'équipe Bonjour, dans laquelle il a été stagiaire en 2000. Il est le seul de son équipe à avoir terminé le Tour d'Italie 2001.

2003 : les premières victoires chez Brioches la Boulangère[modifier | modifier le code]

Il remporte sa première victoire chez les professionnels en 2003 : la Classic Loire-Atlantique. Il remporte ensuite le Tour de Luxembourg et deux étapes. En septembre, il gagne une étape du Tour de l'Avenir. Il participe également la même année à son premier Tour de France, qu'il termine à la 119e place.

2004 : révélation avec le maillot jaune sur le Tour de France[modifier | modifier le code]

En 2004, il effectue un travail d'équipier de plus en plus remarqué aux côtés de ses leaders Jérôme Pineau (avec qui il réalise un doublé sur la Clásica de Almería) et Sylvain Chavanel (qui remporte les Quatre jours de Dunkerque puis le Tour de Belgique avec Thomas comme dernier équipier). Il gagne ensuite la semi-classique À travers le Morbihan avant de terminer 5e de la Classique des Alpes aux côtés des grimpeurs espagnols Óscar Pereiro, Iban Mayo ou encore Óscar Sevilla. Il se révèle au grand public français en remportant le championnat de France à Pont-du-Fossé puis en enchaînant avec un excellent Tour de France 2004 au cours duquel il devient très populaire auprès du public français, se battant avec le maillot jaune sur les épaules durant la moitié de l'épreuve. Il se distingue lors de la 5e étape, faisant partie d'une échappée victorieuse de 184 km comprenant cinq coureurs qui terminent l'étape avec plus de 12 min d'avance sur le peloton. La victoire d'étape revient à l'Australien Stuart O'Grady mais c'est Thomas Voeckler, le mieux classé de l'échappée au classement général, qui endosse le maillot jaune à l'issue de l'étape[7]. Il porte le maillot jaune pendant dix jours, le défendant avec courage dans les Pyrénées face à Lance Armstrong et perdant le maillot blanc seulement lors du dernier contre la montre. Il termine à la 18e place du classement général.

Il est sélectionné pour représenter la France aux Jeux Olympiques à Athènes. Il se classe 20e de la course en ligne.

2005-2008[modifier | modifier le code]

En 2005, l'équipe de Thomas Voeckler change de sponsor et devient Bouygues Telecom, elle intègre l'UCI Pro Tour, nouvelle première division mondiale de cyclisme. Thomas Voeckler choisit d'enchainer les participations aux grandes courses, privilégiant le gain d'expérience au résultat immédiat. Il dispute notamment Paris-Nice, le Tour des Flandres, Gand-Wevelgem, Paris-Roubaix, l'Amstel Gold Race, Liège-Bastogne-Liège, le Tour de Romandie, le Tour de Suisse, le Tour de France, la HEW Cyclassics, la Clasica San Sebastian, le Tour d'Espagne, le Championnat de Zurich, Paris-Tours et le Tour de Lombardie. Il ne remporte qu'une course, une étape des Quatre jours de Dunkerque, dont le classement général est remporté par son coéquipier Pierrick Fédrigo. Sur le Tour de France, il se distingue en portant durant une journée le maillot à pois de meilleur grimpeur.

En 2006, fort de son expérience, il bat tout d'abord Jens Voigt à l'arrivée d'une étape du Tour du Pays basque, puis gagne la Route du Sud et Paris-Bourges.

Thomas Voeckler lors du Tour de France 2007

En 2007, il déclare que si la direction de son équipe (Bouygues Telecom) consent à lui attribuer le rôle de leader principal pour le classement général il essayera de viser les premières places du Tour de France, et de renouveler ainsi l'exploit de ses 10 jours en jaune sur le Tour 2004. « J'ai beaucoup progressé en montagne, affirme-t-il, et une place dans les cinq premiers devrait je le pense m'être accessible, comme l'a fait Cyril Dessel l'année dernière (6e), même si je sais que je dois encore m'entraîner pour les épreuves de contre-la-montre afin d'être au maximum de ma forme cet été et prouver ce que je vaux réellement »[8]. Il termine finalement à la 66e place du général individuel du Tour de France cette année.

En 2007, il remporte l'un des principaux succès de sa carrière en s'imposant au Grand Prix de Plouay, une course ProTour, devant Thor Hushovd et Danilo Di Luca, quelques jours après avoir gagné le Tour du Poitou-Charentes. Il remporte aussi le classement du meilleur grimpeur de Paris-Nice.

En 2008, Thomas Voeckler s'impose lors du Circuit de la Sarthe et du Grand Prix de Plumelec-Morbihan.

2009-2010[modifier | modifier le code]

La saison 2009 pour lui débute dans de très bonnes conditions puisqu'il remporte l'Étoile de Bessèges (succédant à son coéquipier Trofimov) puis le Tour du Haut-Var. Durant Paris-Nice, Thomas Voeckler est victime d'une chute lors de la 6e étape, ce qui lui cause une triple fracture de la clavicule[9]. À son retour au mois de mai, il remporte le Trophée des grimpeurs. Le 8 juillet, il remporte en solitaire à Perpignan la cinquième étape du Tour de France 2009.

En 2010, il termine dixième de la classique Liège-Bastogne-Liège après la disqualification d'Alejandro Valverde pour ses résultats de 2010. En juin, il s'impose lors du championnat de France sur route. C'est sa deuxième victoire dans l'épreuve après celle de 2004[10]. Le 19 juillet, il remporte la 15e étape du Tour de France en solitaire, après avoir attaqué ses compagnons d'échappée à 21 km de l'arrivée dans le Port de Balès classé hors catégorie. Il passe ainsi la ligne d'arrivée à Bagnères-de-Luchon avec 1 minute et vingt secondes d'avance sur l'Italien Alessandro Ballan et l'Espagnol Aitor Pérez. Expliquant avant la course être hors de forme, il remporte début septembre le Grand Prix cycliste de Québec, la première course Pro Tour sur le continent américain, après une attaque incisive dans le dernier kilomètre.

2010 est la dernière année de sponsoring de la société Bouygues Telecom. Elle est remplacée par le loueur de véhicules Europcar. Après avoir été tenté de partir chez Cofidis dans l'éventualité d'un échec de la recherche d'un nouveau sponsor, il reste aux côtés de Jean-René Bernaudeau[11].

Depuis 2011: Europcar[modifier | modifier le code]

2011 : maillot jaune puis quatrième du Tour de France[modifier | modifier le code]
Victoire de Thomas Voeckler au sprint lors de la 4e étape de Paris-Nice le 9 mars 2011 à Belleville

Thomas Voeckler remporte sa première victoire en 2011 lors du Tour méditerranéen. Profitant de l'erreur de Laurent Mangel qui célèbre prématurément sa victoire, Voeckler le bat au sprint lors de la première étape et prend alors la tête du classement général[12]. Sixième au final, il se met de nouveau en évidence la semaine suivante sur le Tour du Haut-Var qu'il remporte. Troisième de la première étape remportée par Samuel Dumoulin, il s'échappe avec Julien Antomarchi le lendemain à quelques kilomètres de l'arrivée finale. Assuré de remporter le classement final de l'épreuve, il ne dispute pas le sprint pour la victoire d'étape. Au mois de mars, il est leader du classement UCI Europe Tour[13]. Le 9 mars 2011, il remporte au sprint la 4e étape de Paris-Nice devant ses compagnons d'échappée Rémi Pauriol et Thomas De Gendt[14]. Il remporte ensuite en solitaire la huitième étape de cette course quatre jours plus tard.

Une semaine plus tard, le 19 mars, et malgré les efforts déployés dans le final de l'épreuve, Thomas Voeckler se classe dixième de la Classic Loire-Atlantique à 22 s du vainqueur néerlandais Lieuwe Westra[15]. Il prend sa revanche le lendemain en remportant « en costaud »[16] sa cinquième victoire de la saison dans la course Cholet-Pays de Loire. Il place une attaque à 3 km de l'arrivée avec un vent de côté, et parvient à sortir du peloton avant de résister au retour des sprinteurs. Grâce à cette victoire, il rejoint Jérémy Roy à la première place provisoire de la Coupe de France de cyclisme sur route 2011[17],[16]. Il prend par la même occasion la tête du classement individuel de l'UCI Europe Tour.

Voeckler à Briançon, 2011
Thomas Voeckler en jaune lors du Tour de France 2011

En avril, il remporte une nouvelle victoire lors de la deuxième étape du Tour du Trentin devant Michele Scarponi[18], et termine septième du classement général de cette course. Le 7 mai, il enchaîne avec une victoire en solitaire à Cassel lors de la quatrième étape des Quatre jours de Dunkerque. Il prend alors la tête du classement général et il remporte le lendemain le classement final de la course, confortant ainsi sa première place au classement UCI Europe Tour. Le 5 juin, il prend le départ du Critérium du Dauphiné. Il se classe plusieurs fois parmi les dix premiers d'étapes de montagne et termine l'épreuve à la dixième place du classement général. Avec Christophe Kern, vainqueur de la cinquième étape et sixième du classement général, il participe à la victoire de l'équipe Europcar au classement par équipes[19]. Il termine troisième du championnat de France sur route, remporté par Sylvain Chavanel.

En juillet, il participe au Tour de France 2011 et y revêt le maillot jaune à l'issue de la 9e étape, après une échappée de 167 km. Lors de la 12e étape du Tour dans les Pyrénées, il résiste aux favoris (les frères Andy et Fränk Schleck, Cadel Evans ou encore Alberto Contador) et parvient à conserver son maillot de leader, en terminant 9e de l'étape, à 50 secondes du vainqueur. Il garde ce maillot après la 14e étape, lors de laquelle il rivalise avec les favoris dans la montée finale du Plateau de Beille. Quelques jours plus tard à Pinerolo, il perd vingt-sept secondes sur Alberto Contador et Cadel Evans sur une sortie de route sans conséquence physique dans la descente de la côte de Pramartino[20]. Lors de la 18e étape, au terme de la montée vers le col du Galibier, Thomas Voeckler parvient à sauver son maillot jaune pour 15 secondes en se plaçant dans la roue de Cadel Evans qui le distance dans les derniers mètres. Il perd la première place du classement général à l'issue de la 19e étape à l'Alpe d'Huez. Il concède deux minutes cinquante-huit à son coéquipier Pierre Rolland, vainqueur de l'étape. Il finit le Tour de France 2011 en 4e position. Depuis Christophe Moreau en 2000, il est le premier Français à figurer à une place aussi haute du classement général[21]. Ne pas avoir fini sur le podium de ce tour restera le plus grand regret de sa carrière[22].

2012 : places d'honneur sur les classiques ardennaises, meilleur grimpeur du Tour de France[modifier | modifier le code]

Voeckler commence la saison 2012 à l'occasion du Tour méditerranéen. Il prend la huitième place du Tour des Flandres et remporte en solitaire la Flèche brabançonne. Il est ensuite cinquième de l'Amstel Gold Race. C'est le meilleur résultat d'un coureur français dans une classique ardennaise depuis douze ans[23]. Il termine ces classiques par une quatrième place lors de Liège-Bastogne-Liège[24]. Engagé ensuite sur la Tropicale Amissa Bongo, il termine deuxième de la deuxième étape et s'impose le lendemain.

Malgré une douleur au genou l'empêchant de s’entraîner pendant douze jours consécutifs, il décide finalement de prendre le départ du Tour de France 2012. Il remporte la dixième étape, emmené par une échappée de cinq coureurs. À l'issue de cette étape, il passe en tête du classement du meilleur grimpeur et est élu homme le plus combatif de cette étape. Lors de la seizième étape, il s'impose à nouveau en solitaire après avoir passé les quatre difficultés du jour en tête (col d'Aubisque, col du Tourmalet, col d'Aspin et col de Peyresourde), il reprend également le maillot à pois abandonné quelques jours plus tôt à Fredrik Kessiakoff. Le lendemain, lors de la dernière étape de haute montagne, entre Bagnères-de-Luchon et Peyragudes, Voeckler veut à tout prix conserver son maillot de meilleur grimpeur, il fait partie de l'échappée du jour et passe en tête au sommet des 3 premiers cols de la journée, s'assurant ainsi de revêtir le maillot à pois à Paris.

2013[modifier | modifier le code]

En 2013, Voeckler, qui espère obtenir un résultat sur les classiques ardennaises[25], commence sa saison sur l'Étoile de Bessèges. Le 20 mars, alors qu'il est échappé en solitaire dans les derniers kilomètres d'À travers les Flandres, il est victime de crampes et est repris dans les derniers mètres de la course par plusieurs coureurs et termine cinquième d'une course gagnée par Oscar Gatto[26],[27]. Après avoir aidé Pierre Rolland à gagner le Circuit de la Sarthe[28], il participe aux ardennaises. Lors de l'Amstel Gold Race, il chute et se fracture la clavicule droite[26],[29].

De retour à la compétition un mois plus tard, il chute à nouveau sur le Tour de Belgique, cette fois sans conséquence[26],[30]. Il renoue avec la victoire en juin en gagnant la sixième étape du Critérium du Dauphiné à l'issue d'un sprint à quatre coureurs[26]. La semaine suivante, Voeckler remporte l'étape de montagne de la Route du Sud, prenant la tête de l'épreuve. Il l'emporte à Bagnères-de-Luchon devant Franco Pellizotti pour la troisième fois de sa carrière. Le lendemain, il gagne la course pyrénéenne pour la deuxième fois après l'édition 2006[31]. Il participe une nouvelle fois au Tour de France mais n'y connait pas sa réussite habituelle et doit se contenter d'une anonyme soixante-cinquième place sans avoir réellement pu animer la course. Le 29 août, il remporte le contre-la-montre du Tour Poitou-Charentes, il s'agit de sa première victoire sur l'épreuve en solitaire, ce qui lui permet de prendre la tête du classement général[32] qu'il s'adjuge le lendemain[33]. Le mois suivant, Thomas Voeckler se classe second du Tour du Doubs puis du Grand Prix de Wallonie à quelques jours d'intervalle. Il est devancé au sprint par le coureur letton Aleksejs Saramotins lors de l'épreuve française[34] et par Jan Bakelants, ancien porteur du maillot jaune du Tour de France 2013, au sommet de la citadelle de Namur[35]. Sélectionné pour la course en ligne des championnats du monde de Florence[36], Voeckler termine cette course en 61e place et est le dernier coureur classé[37]. La semaine suivante, après avoir terminé Milan-Turin en huitième position, Voeckler s'échappe en solitaire sur le Tour de Lombardie avant d'être rattrapé par ses poursuivants à 11 kilomètres de l'arrivée[38],[39].

2014[modifier | modifier le code]

En 2014, Voeckler vise selon son directeur sportif Jean-René Bernaudeau Liège-Bastogne-Liège et le Tour de Lombardie[40]. Il décide de reprendre la compétition lors du Tour Down Under cependant il se fracture la clavicule six jours avant le début de l'épreuve[41]. Il reprend la compétition en février lors du Tour méditerranéen. Il termine 25e de l'Amstel Gold Race puis 36e de Liège-Bastogne-Liège. Il participe ensuite au Tour de Romandie. Attaquant sans réussite dans le final de la première étape, il prend la deuxième place lors de la quatrième étape, battu au sprint par Michael Albasini à l'issue d'une échappée. Il est 21e au classement général.

Style et position dans le peloton[modifier | modifier le code]

Thomas Voeckler est considéré comme un coureur appartenant à la catégorie « puncheur-baroudeur » et sa bonne science de la course lui a permis de gagner plusieurs semi-classiques ou étapes[42]. Le Tour de France 2011 a mis au jour ses qualités de grimpeur, ainsi que quelques facultés en contre-la-montre. Il parvient à y suivre les meilleurs dans la montagne et se classe treizième lors du contre-la-montre de Grenoble. Il est également capable de bons résultats sur les pavés : il s'est classé quatrième du Grand Prix E3 en 2008, onzième du Circuit Het Nieuwsblad 2009 et il a par la suite gagné les Quatre jours de Dunkerque en 2011 en remportant l'étape « reine » qui comportait plusieurs ascensions pavées de Cassel. Il démontre encore ses qualités lors du Tour des Flandres 2012 qu'il finit à la huitième place. Il confirme la semaine suivante en remportant en solitaire la Flèche brabançonne, semi-classique hors-catégorie comportant des secteurs non asphaltés.

Considéré comme étant le coureur français le plus populaire des années 2000, Voeckler n'est pas apprécié par une grande partie de ses collègues du peloton[43], ce qu'il reconnait lui-même.

Palmarès et distinctions[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Thomas Voeckler à l'arrivée de l'étape de Nîmes - Tour de France 2004.
Thomas Voeckler aux Quatre jours de Dunkerque 2008.

Principales classiques[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant présente les résultats de Thomas Voeckler lors des classiques de l'ancienne Coupe du monde et de l'UCI World Tour (ex-ProTour).

Année Grand Prix E3 Gand-Wevelgem Tour des Flandres Paris-Roubaix Amstel Gold Race Flèche wallonne Liège-
Bastogne-Liège
Classique de Saint-Sébastien Grand Prix de Plouay Grand Prix cycliste de Québec Grand Prix cycliste de Montréal Paris-Tours
2002 - 31e 93e - - - - - - - - 109e
2003 - - - 53e - - - - 99e - - -
2004 - - - 78e - - - - - - - -
2005 - 42e - - - - 37e 138e - - - -
2006 - - - - 33e 22e - - - - - 35e
2007 - - - - - 34e - - Vainqueur - - -
2008 4e - - - 30e - 40e 13e - - - 29e
2009 - - - - - - 48e - 36e - - -
2010 - - 57e - - 26e 10e - - Vainqueur 85e 154e
2011 31e 45e 28e - - - - - 3e - - -
2012 67e 119e 8e - 5e - 4e - 63e 7e 21e -
2013 - - 35e - Abandon - - - 61e - -

Distinctions[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

12 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

4 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

1 participation

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Voeckler porte le maillot de leader de l'UCI Europe Tour 2011 lors des Quatre jours de Dunkerque.

Jusqu'en 2004, le classement UCI concerne tous les coureurs ayant obtenu des points lors de courses du calendrier international de l'Union cycliste internationale (324 courses en 2004). En 2005, l'UCI ProTour et les circuits continentaux sont créés, ayant chacun leur classement. De 2005 à 2008, le classement de l'UCI ProTour classe les coureurs membres d'équipes ProTour en fonction des points qu'ils ont obtenu lors des courses du calendrier UCI ProTour, soit 28 courses en 2005, 27 en 2006, 26 en 2007. En 2008, le calendrier du ProTour est réduit à 15 courses en raison du conflit entre l'UCI et les organisateurs de plusieurs courses majeures. Les trois grands tours, Paris-Roubaix, la Flèche wallonne, Liège-Bastogne-Liège, le Tour de Lombardie, Tirreno-Adriatico et Paris-Nice ne sont donc pas pris en compte dans le classement ProTour 2008. En 2009 et 2010, un « classement mondial UCI » remplace le classement ProTour. Il prend en compte les points inscrits lors des courses ProTour et des courses qui n'en font plus partie, regroupées dans un « calendrier historique », soit au total 24 courses en 2009 et 26 en 2010. Ce nouveau classement prend en compte les coureurs des équipes continentales professionnelles.

En 2011, l'UCI ProTour devient l'UCI World Tour et reprend dans son calendrier les courses qui l'avaient quitté en 2008. Il comprend 27 courses en 2011 et son classement ne concerne plus que les coureurs membres des 18 équipes ProTeam, dont Europcar ne fait pas partie.

Thomas Voeckler apparaît pour la première fois au classement UCI en 2001 et y obtient son meilleur classement en 2004 : 44e. Après la création de l'UCI ProTour en 2005, il est classé au mieux 41e en 2010.

Année 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Classement UCI[44] 874e 845e 152e 44e
Classement ProTour Non-classé[45] 157e[46] 51e[47] Non-classé[48]
Classement mondial UCI[49] 105e[50] 41e[51]
UCI Europe Tour 75e[52] 5e[53] 17e[54] 5e[55]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2005 au sein de l'équipe Bouygues Telecom, le salaire annuel de Thomas Voeckler s'élève à 330 000 euros[56]. Il fait alors partie des cyclistes français les mieux payés après Sylvain Chavanel, Christophe Moreau et David Moncoutié[56]. En 2011 au sein de l'Europcar, le salaire mensuel de Thomas Voeckler avoisine 40 000 euros et le salaire annuel s'élève à 420 000 euros[57]. Il fait alors partie des cyclistes français les mieux payés après Sylvain Chavanel[58]. En 2012 son salaire mensuel a été revue à la hausse, il avoisine 70 000 euros. Il devient le cycliste français le mieux payé, juste devant Sylvain Chavanel (60 000 euros).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Qui après Thomas Voeckler ? », sur humanite.fr,‎ 25 juin 2005 (consulté le 23 juillet 2012)
  2. « Thomas Voeckler Fiche Joueur », sur eurosport.fr (consulté le 23 juillet 2012)
  3. « La Belle Échappée, épisode 19 », sur francetv.fr (consulté le 23 juillet 2012)
  4. [PDF] « BBox Bouygues Telecom », sur letour.fr (consulté en 1er septembre 2010)
  5. « Voeckler, coureur français de l’année », sur velochrono.fr,‎ 11 décembre 2010
  6. a et b « Fiche coureur Thomas Voeckler », sur teameuropcar.com (consulté le 15 juillet 2011)
  7. AFP, « Voeckler, champion de France paré d'or », La Libre Belgique,‎ 9 juillet 2004, cyclisme (lire en ligne)
  8. [www.velo-club.net]
  9. « Bouygues : Voeckler, clavicule cassée », sur ouest-france.fr,‎ 13 mars 2009 (consulté le 19 mars 2009)
  10. « Voeckler a remis ça », sur eurosport.fr (consulté le 27 juin 2010)
  11. « Bernaudeau sauve son équipe », sur lequipe.fr,‎ 2 octobre 2010 (consulté le 2 octobre 2010)
  12. « Le flair de Voeckler », sur eurosport.fr,‎ 9 février 2011 (consulté en 9 février 2011)
  13. « Classement UCI Europe Tour 2010-2011 - 25.02.2011 »
  14. « Voeckler, quel savoir-faire ! », sur eurosport.fr,‎ 9 mars 2011 (consulté le 9 mars 2011)
  15. « Westra (Vacansoleil) remporte la Classic Loire Atlantique », Ouest-France,‎ 19 mars 2011, cyclisme (lire en ligne)
  16. a et b « Thomas Voeckler (Europcar) remporte Cholet-Pays de Loire ! », Ouest-France,‎ 20 mars 2011, cyclisme (lire en ligne)
  17. Gilles Legeard, « Voeckler : « Génial ! » », L'Alsace,‎ 21 mars 2011, sport (lire en ligne)
  18. (en) « Voeckler takes victory in Ledro Bezzecca », sur cyclingnews.com,‎ 20 avril 2011 (consulté le 21 avril 2011)
  19. « Un duo en or, une équipe au top », sur teameuropcar.com,‎ 12 juin 2011 (consulté le 12 juin 2011)
  20. Gilles Le Roc'h, « Tour de France: Hagen gagne, frayeur pour Voeckler », sur franceinter.fr,‎ 20 juillet 2011
  21. « Comme des chefs », sur eurosport.fr,‎ 24 juillet 2011 (consulté le 16 avril 2012)
  22. http://www.cyclismactu.net/news-tdf-voeckler-rageant-de-ne-pas-etre-sur-le-podium-17613.html
  23. « Voeckler, le meilleur depuis Jalabert », sur sport24.com,‎ 16 avril 2012 (consulté le 16 avril 2012)
  24. Triple A pour Voeckler, Laurent Vergne, 24/04/2012
  25. « Thomas Voeckler : «De l'ambition plutôt que des objectifs» », sur ouest-france.fr,‎ 11 janvier 2013
  26. a, b, c et d « Le jour de Voeckler », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 7 juin 2013
  27. (en) Daniel Benson, « Gatto wins Dwars door Vlaanderen », sur cyclingnews.com,‎ 20 mars 2013
  28. « Circuit de la Sarthe. 3e étape : Pierre Rolland, un vainqueur... en jaune ! », sur ouest-france.fr,‎ 4 avril 2013
  29. « Amstel Gold Race : Thomas Voeckler se fracture la clavicule », sur sudouest.fr,‎ 14 avril 2013
  30. « Europcar : Voeckler a encore chuté », sur sport365.fr,‎ 23 mai 2013
  31. « Voeckler a tenu bon », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 7 juin 2013
  32. Renaud Breban, « Voeckler explose le chrono ! », sur cyclismactu.net,‎ 29 août 2013
  33. Alexandre Mignot, « Herrada et Voeckler sacrés », sur cyclismactu.net,‎ 30 août 2013
  34. « Tour du Doubs : Classement », sur directvelo.com,‎ 15 septembre 2013 (consulté le 17 septembre 2013)
  35. « Jan Bakelants victorieux à Namur », sur cyclismactu.net,‎ 18 septembre 2013 (consulté le 19 septembre 2013)
  36. « Avec Barguil, sans Gallopin », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 17 septembre 2013
  37. (en) Barry Ryan, « Rui Costa wins men's road race world championship », sur cyclingnews.com,‎ 29 septembre 2013
  38. Alexandre Philippon, « Rodriguez champion de Lombardie », sur velochrono.fr,‎ 6 octobre 2013
  39. (en) José Been, « Voeckler animates Lombardy finale », sur cyclingnews.com,‎ 7 octobre 2013
  40. « Interview de Jean-René Bernaudeau », sur velo101.com,‎ 3 février 2014
  41. « Fracture de la clavicule pour Thomas Voeckler », sur ouest-france.fr,‎ 15 janvier 2014
  42. « Voeckler, quel savoir-faire! », sur eurosport.fr,‎ 9 mars 2011
  43. Laurent Vergne, « On ne peut pas plaire à tout le monde », sur eurosport.fr,‎ 10 mars 2012
  44. « 2005 UCI Road Rankings », UCI (consulté le 11 juillet 2011)
  45. « Classement ProTour 2005 », sur uciprotour.com (consulté le 11 juillet 2011)
  46. « Classement ProTour 2006 », sur uciprotour.com (consulté le 11 juillet 2011)
  47. « Classement ProTour 2007 », sur uciprotour.com (consulté le 11 juillet 2011)
  48. « Classement ProTour 2008 », sur uciprotour.com (consulté le 11 juillet 2011)
  49. « Classement mondial UCI », sur uci.ch (consulté le 13 juin 2010)
  50. « Classement mondial UCI 2009 », sur uci.ch (consulté le 11 juillet 2011)
  51. « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 4 mars 2012)
  52. « Cycling - Road 2010 - Men Elite UCI Europe Tour Ranking Individual - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 4 mars 2012)
  53. « Cycling - Road 2011 - Men Elite UCI Europe Tour Ranking Individual - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 4 mars 2012)
  54. « Men Elite UCI Europe Tour Ranking Individual - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 24 octobre 2012)
  55. « Men Elite UCI Europe Tour Ranking Individual - Final result », sur uci.html.infostradasports.com, Union cycliste internationale (consulté le 2 novembre 2013)
  56. a et b « Les salaires des champions », L'Équipe magazine, no 1236,‎ 4 mars 2006, p. 38 (lire en ligne)
  57. Maxime Mianat, « Thomas Voeckler : Un avenir doré ? », sur francesoir.fr,‎ 26 juillet 2011
  58. « Tour de France 2011 : Voeckler, Chavanel… Les salaires des Français ! », sur sportune.fr,‎ 12 juillet 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :