Robert Wyatt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wyatt.

Robert Wyatt

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Robert Wyatt en 2006

Informations générales
Nom de naissance Robert Ellidge
Naissance 28 janvier 1945 (69 ans)
Bristol, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Activité principale musicien, compositeur
Genre musical Rock progressif
Instruments Batterie, percussions, chanteur, claviers...
Années actives depuis 1963
Labels Virgin, Rough Trade, Domino
Influences École de Canterbury

Robert Wyatt, de son vrai nom Robert Ellidge (Wyatt est le nom de sa mère), est un batteur et chanteur anglais, né le 28 janvier 1945 à Bristol en Angleterre, ayant débuté sa carrière musicale dans le groupe de rock progressif Soft Machine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Adolescent, il vit dans une vaste maison géorgienne à Lydden près de Canterbury. Il apprend la batterie auprès du batteur de jazz américain George Niedorf.

En 1962, Wyatt et Niedorf partent pour Majorque où ils rencontrent le poète Robert Graves.

De retour en Angleterre, il commence sa carrière en 1963 en participant, avec le bassiste Hugh Hopper, au trio de Daevid Allen. Il rejoindra ensuite les frères Hopper, Richard Sinclair (futur fondateur de Caravan) et Kevin Ayers au sein des Wilde Flowers dont il deviendra le chanteur.

En été 1966, il forme le groupe Soft Machine où il se distingue par un jeu de batterie très fin, proche du jazz et une voix émouvante aux accents très caractéristiques très proche du registre de haute-contre. Suite à des dissensions au sein du groupe, il quitte la formation après le quatrième album nommé Fourth, album dans lequel il ne chante pas (son premier album solo, The End of an Ear mentionne « out-of-work pop singer, currently on drums with Soft Machine »). Soft Machine, qui achève alors sa première période, celle dans laquelle il connaît le plus grand succès auprès du public, s'oriente alors vers une musique plus proche du jazz-rock et complètement instrumentale.

Robert Wyatt fonde Matching Mole (transcription anglaise du français « machine molle ») et sort un disque du même nom (1972) où il chante et joue de la batterie et du mellotron, avec Phil Miller à la guitare, Dave McRae, au piano électrique et à l'orgue, Bill McCormick à la basse et David Sinclair au piano et à l'orgue. Dans ce disque, il renoue avec un type de musique plus rock et plus mélodique, un retour au style de Canterbury de ses débuts, celle de Soft Machine ne lui laissait plus vraiment d'espace créatif. Il chante à nouveau, offrant avec le titre O Caroline une ligne mélodique complexe et émouvante. Le groupe sort la même année son second disque, produit par Robert Fripp, Little Red Record dans lequel on note une participation de Brian Eno.

Avant d'enregistrer le troisième album, il subit un grave accident lors de la soirée d'anniversaire de la chanteuse et poétesse Gilli Smyth - une chute de quatre étages, la rumeur précisant que c'était sous l'effet du LSD ou une tentative de passer par la fenêtre pour ne pas se faire prendre par sa femme avec sa maîtresse, - qui le laisse paralysé des deux jambes. Il abandonne son groupe et la batterie, et entame alors une carrière solo, où il produit des albums et exécute la plupart des parties musicales.

En 1974, il sort l'album Rock Bottom, grand prix du disque de l'Académie Charles-Cros, produit par Nick Mason le batteur de Pink Floyd, avec notamment Mike Oldfield, le poète Ivor Cutler, Hugh Hopper, Fred Frith guitariste du groupe Henry Cow et le trompettiste Sud-Africain Mongezi Feza, « l'un des chefs-d'œuvres les plus originaux de l'histoire du rock » (Alain Dister). Il sort la même année une reprise de I'm a Believer qui connaît un bon succès commercial. Son album suivant Ruth Is Stranger Than Richard est plus orienté jazz avec des influences de musique africaine.

Durant le reste des années 1970, Wyatt travaille avec Henry Cow, Hatfield and the North, Carla Bley et Michael Mantler. Ses projets solo se politisent et il devient porte-parole du Parti Communiste Britannique. En 1983, son interprétation de la chanson anti-guerre des Malouines d'Elvis Costello Shipbuilding atteint la {35ème} place dans le classement des meilleures ventes au Royaume Uni.

Il revient en 1991 avec l'album Dondestan considéré par beaucoup comme sa meilleure œuvre depuis Rock Bottom. En 1997, son album Shleep reçoit également des avis élogieux. Il en va de même pour son avant-dernier album en date Cuckooland (2003). À noter en 2005 la sortie d'un concert de 1974 qui n'existait jusqu'alors qu'en version pirate, Theatre Royal Drury Lane.

Il a collaboré au dernier album de David Gilmour, On an Island, aux percussions.
Il incarne le rôle de l'ami de Dionysos (Sting) dans l'opéra moderne composé par Steve Nieve (Deutsche Grammophon) en 2006 : Welcome to the Voice aux côtés d'Elvis Costello et Barbara Bonney.
En 2006, il participe au concert Remember That Night de David Gilmour au Royal Albert Hall.
Sur l'album Chéri B.B. de Bertrand Burgalat sorti en 2007, on peut l'entendre chanter sur le titre This Summer Night, écrit par sa femme Alfie.

Son nouvel album, sorti en France en octobre 2007, s'intitule Comicopera. Il est divisé en trois actes, comme un opéra comique. La dernière partie est principalement chantée en castillan, avec notamment une reprise de la célèbre chanson Hasta siempre comandante. Cet album est publié chez Domino Records, un label comportant essentiellement des artistes issus du rock indépendant (Arctic Monkeys, Lou Barlow, Four Tet, Franz Ferdinand, Stephen Malkmus, Will Oldham, Jim O'Rourke, Elliott Smith, Smog, etc.), qui prend en quelque sorte le relais de Rough Trade, label indépendant anglais de référence qui sortit les disques de Wyatt dans les années 1980. Domino réédite d'ailleurs progressivement la discographie de Wyatt.

En 2009, il a reçu le grade de docteur honoris causa de l'Université de Liège[1]. En 2009 également, il collabore au premier CD de l'Orchestre national de jazz de Daniel Yvinec, intitulé Around Robert Wyatt.

Il préparait en 2010 un album avec Gilad Atzmon et Ros Stephen. Cet album, mis au crédit de "Wyatt/Atzmon/Stephen", est depuis paru sous le titre …For The Ghosts Within'.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums en public[modifier | modifier le code]

Super 45 tours (EP)[modifier | modifier le code]

  • 1974 : The Peel Sessions ("Alifib"/"Soup Song"/"Sea Song"/"I'm a Believer")
  • 1984 : Work In Progress ("Biko"/"Amber and the Amberines"/"Yolanda"/"Te Recuerdo Amanda")
  • 1984 : 4 Tracks EP ("I'm a Believer"/"Yesterday Man"/"Team Spirit"/"Memories")
  • 1996 : A Short Break
  • 2002 : Airplay ("Fridge"/"When Access Was a Noun "/"Salt-Ivy"/"Signed Curtain")

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1982 : Nothing Can Stop Us (compilation de singles)
  • 2003 : Solar Flares Burn for You
  • 2010 : His Great Misses

Collaborations[modifier | modifier le code]

Avec Soft Machine[modifier | modifier le code]

Avec Matching Mole[modifier | modifier le code]

Participations et collaborations diverses (non exhaustif)[modifier | modifier le code]

Publications (non exhaustive)[modifier | modifier le code]

Textes de Robert Wyatt et illustrations de Jean-Michel Marchetti :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.ulg.ac.be/cms/c_268662/fr/seance-de-rentree-academique-2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mickael King, Robert Wyatt : Faux mouvements, éditions du Camion Blanc, 1998
  • Philippe Thieyre (textes) et Jean-François Dréan (photos), Robert Wyatt, éditions des Accords, 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]