Robbie Robertson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Robertson.

Robbie Robertson

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

En 1971

Informations générales
Surnom Robbie Robertson
Nom de naissance Jaime Royal Klegerman
Naissance 5 juillet 1943 (71 ans)
Toronto, Canada
Activité principale guitariste, chanteur, producteur, acteur
Années actives 1958 à aujourd'hui
Labels Capitol, Geffen Records
Site officiel www.robbie-robertson.com

Robbie Robertson est un compositeur, acteur, producteur et scénariste canadien né le 5 juillet 1943 à Toronto (Canada). Il a été le guitariste du groupe de rock canadien The Band.

Biographie[modifier | modifier le code]

Concert du 25 novembre 1976
Robbie Robertson en 2007

Robbie Robertson est né au Canada. Sa mère est née dans une réserve indienne. Ses oncles et cousins lui apprennent les premiers rudiments de guitare[1]. Âgé à peine de seize ans, il est accepté comme guitariste dans le groupe accompagnant Ronnie Hawkins, star canadienne du Rock and roll. L'effectif du groupe évolue et quatre piliers émergent, outre Hawkins, bien sûr, et Robertson : le batteur Levon Helm, le bassiste Rick Danko, le claviériste Garth Hudson, et le pianiste Richard Manuel, chacun étant capables de jouer à l'occasion d'autres instruments et de chanter[2].

Fin 1963, le groupe de musicien, qui s'appelle The Hawks, devient indépendant de Ronnie Hawkins. En 1965, c'est la rencontre décisive avec Bob Dylan puis en août de la même année une tournée «électrique»(Bob Dylan y amorce sur scène l'évolution radicale de sa musique, du folk au rock). The Hawks devient The Band. Une tournée européenne suit du 4 février au 27 mai 1966[2].

Suite à l'accident de moto de Bob Dylan, The Band s'installe en 1967 à proximité de la ville de Woodstock dans une vaste bâtisse rose (The Big Pink). Dylan, convalescent, joue avec eux régulièrement. De la matière sonore issue de ces moments exceptionnels, The Band accouche de son premier album, Music from the Big Pink[3].

En septembre 1969 sort un deuxième album appelé simplement The Band, puis en août 1970 Stage Fright, qui voit Robertson prendre peu à peu le leadership, et Cahoots en septembre 1971. Helm et Robertson ne s'entendent plus. The Band arrive pourtant à un summum avec les concerts à l'Academy of Music de New York du 28 décembre 1971 à la nuit du Nouvel An. Dylan les rejoint à cette occasion lors du dernier concert. Et Dylan reprend la route avec The Band pour une tournée du 3 janvier au 14 février 1974. Le groupe se saborde le 25 novembre 1976 lors d'un concert d'adieu au Winterland Ballroom, à San Francisco, filmé par Martin Scorsese et ses équipes pour le film The Last Waltz, avec des invités prestigieux, Dylan, toujours, Neil Young, Ringo Starr, Neil Diamond, Joni Mitchell, Van Morrison, Ronnie Hawkins, etc.[4].

Après cette dernière valse, Robbie Robertson quitte The Band. Il compose des musiques de film, participe à différentes commémorations de l'histoire du rock, puis réenregistre des albums[5]. A partir de 1987, Robertson sort cinq albums solo. Le premier, éponyme, est suivi par Storyville. Storyville est le nom d'un quartier de bordels et de bars créé à la fin du XIXe siècle par la municipalité de la Nouvelle-Orléans, et l'album est construit autour de la musique de la Nouvelle-Orléans[5]. En 1990, il contribue à l'album du pianiste et compositeur japonais Ryuichi Sakamoto, Beauty. En 1994, Robertson retourne à ses racines, enregistrant avec un groupe amérindien, une série de titres qui accompagnent The Native Americans, documentaire télévisé[1]. Toujours en 1994, Robertson rejoint Garth Hudson, Rick Danko et Eric Clapton sur scène pour jouer le morceau The Weight quand le groupe est intronisé au Rock and Roll Hall of Fame. How To Become Clairvoyant sort le 5 avril 2011 et constitue le cinquième album solo de Robertson. Il y est en compagnie notamment d'Eric Clapton, Steve Winwood, Trent Reznor, Tom Morello. Pino Palladino, et Ian Thomas sont à la section rythmique.

Discographie[modifier | modifier le code]

Cf. discographie de The Band pour la période de participation à ce groupe.

Albums[modifier | modifier le code]

  • 1987 Robbie Robertson
  • 1991 Storyville
  • 1994 Music for the Native Americans (Avec The Red Road Ensemble)
  • 1998 Contact from the Underworld of Red Boy
  • 2011 How to Become Clairvoyant

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme compositeur[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1978, il est crédité comme le principal (voire unique) compositeur de The Band pourtant il ne chante en solo que sur 3 chansons. Il dit pourtant dans le film The Last Waltz, que ce groupe est plus que des amis, ils créent quelque chose ensemble ; ce sera une cause de conflit, (principalement avec Levon Helm). The Band se reformera, mais sans lui.

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Comme producteur[modifier | modifier le code]

Comme scénariste[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thomas Sotinel, « Le retour de Robbie Robertson A la Nouvelle-Orléans, l'ancien guitariste du Band revient aux sources », Le Monde,‎ 8 octobre 1991 (lire en ligne).
  • Serge Loupien, « L'été indien de Robbie Robertson. ROCK. L'ex-guitariste du Band renoue avec ses racines amérindiennes. », Libération,‎ 27 juillet 1995 (lire en ligne).
  • Sacha Reins, « Scorsese en piste », Le Point,‎ 7 juin 2002 (lire en ligne).
  • Nick Kent, « The Band », Libération,‎ 24 mai 2002 (lire en ligne).
  • Philippe Brossat, « Bethel, à la recherche du champ perdu », Libération,‎ 15 août 2009 (lire en ligne).
  • Sylvain Siclier, « Levon Helm, musicien, chanteur, batteur de The Band, mort à 71 ans », Le Monde,‎ 24 avril 2012 (lire en ligne).

Webographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]