Antônio Carlos Jobim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Antônio Carlos.

Antonio Carlos Jobim / Tom Jobim

Nom Antônio Carlos Brasileiro de Almeida Jobim
Naissance
Rio de Janeiro
Décès (à 67 ans)
New York
Activité principale Musicien (compositeur, chanteur, pianiste, parolier)
Genre musical Bossa nova
Années actives 1956-1994
Site officiel http://www.tomjobim.com.br

Antônio Carlos Brasileiro de Almeida Jobim, né le , à Tijuca, dans la partie nord de Rio de Janeiro et mort le à New York (États-Unis), est un musicien brésilien, cofondateur du style « bossa nova ». Il a composé un grand nombre de chansons qui restent à la fois comme classiques de la musique populaire brésilienne et standards du jazz.

Il est couramment appelé Tom Jobim, qui se prononce en portugais « ton jobi(n) » et non à l'américaine « tomm djobimm ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Il descend de Français, nommés « Jobin », qui avaient émigré au Brésil au XVIIe siècle. Lui-même est un vrai brésilien et un vrai « carioca » (mot désignant les habitants de Rio). Rapidement, sa famille déménagea dans un quartier plus au sud, plus central et plus bourgeois, Ipanema. Très jeune, il apprit à jouer de la guitare et de l'harmonica. Mais à partir de 1941, la musique devient davantage qu'un loisir pour Jobim, puisqu'il commence alors à prendre des cours de piano avec Hans-Joachim Koellreuter (en), un Allemand qui s'illustre notamment dans le dodécaphonisme. À la fin de la guerre, il se lance dans des études d'architecture qui seront bien vite abandonnées. Il préfère jouer du piano dans les bars où, des mois durant, il affine et perfectionne son jeu.

Quelques années plus tard, le Brésil entre dans une espèce d'âge d'or politique, avec l'avènement à la présidence de Juscelino Kubitschek, un démocrate et un réformateur qui va durablement laisser son empreinte sur le pays. Son mot d'ordre — Rattraper 50 années en 5 ans — aboutit notamment à la création d'une nouvelle capitale, Brasilia. Pendant ce temps-là, en 1956, se déroule une rencontre absolument décisive entre Jobim et le poète, écrivain et diplomate Vinícius de Moraes. Ce dernier cherche alors à mettre en musique sa pièce Orfeu da Conceiçao (pt), transposition dans l'univers de Rio du mythe grec d'Orphée, qu'il a écrite entre 1940 et 1955. Jobim s'exécute et, lors de sa sortie au théâtre municipal de Rio, le 25 septembre 1956, la pièce est un triomphe, ainsi que l'adaptation cinématographique du Français Marcel Camus, Orfeu Negro, de 1959, qui l'a rendu mondialement célèbre et qui inspira un compositeur comme Michel Legrand. Progressivement, nombre de jeunes musiciens s'agrègent autour du duo Jobim / de Moraes : le Bahianais, chanteur et guitariste, João Gilberto, la chanteuse Nara Leão, le guitariste Baden Powell, et bien d'autres encore comme Carlos Lyra (en), Roberto Menescal, Newton Mendonça, Ronaldo Boscoli (en) : tout un mouvement qui prendra le nom de bossa nova, qui signifie « manière nouvelle ».

Scénario harmonique à la façon de Jobim

Mais la bossa nova, même si elle entend incarner une nouvelle vague, une nouvelle façon de chanter et de jouer, ne naît pas ex nihilo. Ses influences sont nombreuses et, avant toute chose, l'oreille de Jobim a beaucoup traîné, écouté et assimilé. Ainsi, au Brésil, le compositeur goûte particulièrement les musiques d'Henri Salvador ainsi que les compositions d'Ary Barroso, compositeur du « tube » Aquarela do Brasil — plus connu sous le nom de Brazil, et associe au jazz les accords complexes du chorinho traditionnel. Nettement influencé par la musique de Chopin, il apprend également beaucoup auprès du guitariste de samba cançao Dorival Caymmi et du pianiste Johnny Alf, qui l'initie au jazz.

Tom Jobim composa des centaines de chansons et enregistra plus de 50 disques. Citons Chega de Saudade (1958), qui marqua le début de la bossa nova, ainsi que Desafinado (1959), Samba de uma nota só (One Note Samba) et Garota de Ipanema (1963) qui connurent un succès planétaire.

Le jeudi 8 décembre 1994, à l'hôpital Mount Sinai de New York où il s'était rendu pour y subir une intervention chirurgicale à la suite de problèmes d'athérosclérose, Tom Jobim est victime d'une défaillance cardiaque mortelle. Simple hasard ou dernier clin d'œil du destin, il rejoint dans la légende son complice Vinícius de Moraes à l'âge même (67 ans) où celui-ci, de 14 ans son aîné, l'avait précédé en 1980.

L'Aéroport international de Rio de Janeiro-Galeão a été baptisé Aéroport Antônio Carlos Jobim en son honneur en 1999[1].

Le style bossa nova a aujourd'hui accédé à la postérité, même si le mouvement s'était atténué quelque peu à partir de 1968 devant la musique américaine.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1954: Sinfonia do Rio de Janeiro
  • 1956: Orfeu da Conceição
  • 1957: O Pequeno Príncipe
  • 1958: Canção do Amor Demais - Elizete Cardoso
  • 1959: Amor de gente moça - Silvia Telles
  • 1959: Chega de Saudade - João Gilberto
  • 1959: Por tôda a minha vida - Lenita Bruno
  • 1960: Brasília - Sinfonia da Alvorada
  • 1960: O Amor, o Sorriso e a Flor - João Gilberto
  • 1961: João Gilberto - João Gilberto
  • 1963: Getz/Gilberto - Stan Getz, João Gilberto e Antonio Carlos Jobim
  • 1963: The Composer of Desafinado Plays
  • 1964: The Wonderful World of Antonio Carlos Jobim
  • 1965: A Certain Mr. Jobim
  • 1965: Caymmi Visita Tom
  • 1967: Francis Albert Sinatra & Antonio Carlos Jobim - Frank Sinatra/Antonio Carlos Jobim
  • 1967: Wave
  • 1969: Estrada branca
  • 1970: Stone Flower
  • 1970: Tide
  • 1971: Sinatra & Company - Frank Sinatra/Antonio Carlos Jobim
  • 1972: Disco de bolso - O Tom de Tom Jobim e o tal de João Bosco, Tom Canta Vinícius
  • 1973: Matita Perê
  • 1974: Elis & Tom
  • 1975: Urubu
  • 1977: Miucha & Antonio Carlos Jobim - vol. I
  • 1977: Tom, Vinicius, Toquinho, Miucha - gravado ao vivo no Canecão, Rio de Janeiro
  • 1979: Miucha & Tom Jobim - vol. II
  • 1980: Terra Brasilis
  • 1981: Edu & Tom
  • 1983: Gabriela
  • 1985: O Tempo e o Vento
  • 1987: Passarim
  • 1987: Tom Jobim Inédito
  • 1994: Antonio Brasileiro
  • 1995: Antonio Carlos Jobim : Composer

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]