Lucques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lucques (homonymie).
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homophones, voir Luc, Lucq et Luke.
Lucques
Blason de Lucques
Héraldique
Drapeau de Lucques
Drapeau
paysage de Lucques, vue de la tour Guinigi
paysage de Lucques, vue de la tour Guinigi
Noms
Nom italien Lucca
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Tuscany.svg Toscane 
Province Lucques 
Maire Alessandro Tambellini
2012-2017
Code postal 55100
Code ISTAT 046017
Code cadastral E715
Préfixe tel. 0583
Démographie
Gentilé Lucquois
Population 84 939 hab. (31-12-2010[1])
Densité 459 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 51′ 00″ N 10° 31′ 00″ E / 43.85, 10.51667 ()43° 51′ 00″ Nord 10° 31′ 00″ Est / 43.85, 10.51667 ()  
Altitude Min. 19 m – Max. 19 m
Superficie 18 500 ha = 185 km2
Divers
Saint patron Saint Paolino
Fête patronale 12 juillet
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Toscane

Voir sur la carte administrative de Toscane
City locator 14.svg
Lucques

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Lucques

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Lucques
Liens
Site web http://www.comune.lucca.it/

Lucques (Lucca en italien, Luca en latin) est une ville italienne d'environ 85 000 habitants, chef-lieu de la province du même nom, située en Toscane. Elle fut autrefois, avant la réalisation de l'unité italienne, une ville libre puis la capitale de la principauté souveraine puis duché de Lucques (1815-1847). Elle se trouve non loin de la mer Tyrrhénienne, plus exactement à une vingtaine de kilomètres de la côte ligure (mer Ligure).

C'est une ville fortifiée avec un grand nombre de monuments historiques, principalement des églises, mais aussi des villas et des palais comme le palais Pfanner et son célèbre jardin.

En 1989, elle reçoit le Prix de l'Europe[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Lucques est une ville du Nord-Ouest de la Toscane qui se situe dans la plaine de Lucques entre le Monte Pizzorne (au nord) et le Mont Serra (au sud). Situé sur la rive gauche du fleuve Serchio, 19 m au-dessus de niveau de la mer, à 18 km au nord-est de Pise de laquelle elle est séparée par les Monti Pisani.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Lucques (Luca) a été fondée par les Étrusques et devint une colonie romaine en 180 av. J.-C..

En 217 av. J.-C., lors de la deuxième guerre punique à la suite de la bataille de Plaisance ou aucun des camps ne ressortent victorieux, le consul Tiberius Sempronius Longus se retire à Lucques.

Jules César, Pompée et Crassus y renouvelèrent leur triumvirat en 56 av. J.-C.

Le quadrillage des rues du centre historique conserve le plan romain, la Piazza San Michele occupe l'ancien forum et la Piazza dell'anfiteatro occupe l'ancien amphithéâtre romain de Lucques.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 493, Odoacre roi d'Italie est assassiné par Théodoric qui fonde le Royaume ostrogoth[3], Lucques passe sous domination Goths, elle devient le siège militaire de son comté et abrite une garnison. La cité est prospère à l'époque de la reconquête byzantine de Narsès, qui s'en empare après un siège de trois mois en 553. Entre 568 et 572 la ville passe sous la domination des Lombards, pendant la période Lombards un duc y frappait sa propre monnaie.

La République de Lucques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : République de Lucques.

La cité tire sa prospérité du commerce de la soie, qui devient florissant à partir du XIe siècle et rivalise avec les soies byzantines. La ville est alors également la capitale de la Toscane.

Après la mort de Mathilde de Toscane, la cité s'érige en commune libre, avec la charte de 1160. Elle devient une république indépendante pour plus de cinq siècles. Dante y passe une partie de sa vie en exil.

Les guerres incessantes en Italie centrale donnent l'occasion à Uguccione della Faggiuola de se rendre maître de Lucques en 1314, mais les Lucquois l'expulsent deux ans après, et livrent la ville au condottiere Castruccio Castracani. Ce tyran fait de Lucques l'État le plus puissant de l'Italie centrale, rivale de Florence, jusqu'à sa mort en 1328. Machiavel fait sa biographie dans La vie de Castruccio Castracani da Lucca. Lucques redevint une république en 1372. Le pouvoir législatif appartient au Conseil général constitué à l’origine par l’ensemble des citoyens, et réduit ensuite à 180 membres élus (90 par terziere -quartier- à savoir San-Martino, San-Paolino et San-Salvatore). Le Conseil général délègue au Conseil des Trente-six (12 représentants par quartier) qu’il a désigné certains pouvoirs. Le pouvoir exécutif est assuré par le «Consiglio dei Anziani» - le conseil des Anciens- composé de 9 personnes (trois pour chacun des quartiers) et par le gonfalonier, premier magistrat de la commune qui garde les clés des portes de la ville, du Trésor et de la Monnaie. Le Conseil est Vicaire impérial en reconnaissance de l’autorité suprême qu’il exerce au nom de l’empereur du Saint-Empire romain germanique. Il est élu suivant une procédure complexe.

La Villa Guinigi et sa loggia

En 1392, la lutte pour le pouvoir entre les familles Forteguerra et Guinigi entraînera les assassinats du gonfalonier Bartolomeo Forteguerra et en 1400 de Lazzaro Guinigi, chef de la fraction qui contrôlait la cité. Après une habile manœuvre, le fils de Lazzaro Guinigi, Paolo, fut élu seigneur de Lucques. Il rétablit la paix civile, favorisa le retour des émigrés, relança l’économie et réforma le système fiscal. Il mena une politique extérieure de prudence en essayant de rester en dehors des évènements qui ensanglantaient une fois de plus l’Italie tout en s’opposant à la politique expansionniste de Florence.

Sa femme Ilaria del Carreto décéda en 1405, et il lui fit construire un monument funéraire toujours célèbre pour sa beauté par le Siennois Jacopo della Quercia, œuvre majeure de la sculpture gothique renaissance en Italie qui se trouve dans la cathédrale de Lucques.

En 1408, le concile qui devait résoudre le schisme de la papauté se réunit à Lucques.

La république fut restaurée. Lucques continua la guerre avec Florence. Grâce à l’alliance avec les Visconti, ducs de Milan, elle résista avec succès et obtint la paix en 1438 mais son territoire fut amputé.

En 1494, Lucques accueillit le roi de France Charles VIII qui menait son armée contre Naples. Elle lui accorda un prêt de dix mille ducats d’or. Il invita les marchands lucquois à s’installer en France et à venir aux foires de Lyon où s'installèrent de nombreuses compagnies lucquoises qui y apportèrent l'industrie de la soie. Lucques reprit sa politique contre Florence, favorisant la révolte de Pise, mais dut abandonner sa politique francophile.

Lucques eut toujours à faire preuve d’habileté pour conserver son indépendance face à l’Empereur, au Souverain pontife et en particulier durant les Guerres d’Italie entreprises par les rois de France.

Dans la première partie du XVIe siècle, les marchands de Lucques rapportèrent de leurs fréquents voyages à l’étranger des livres de Luther suscitant l’indignation des autorités ecclésiastiques locales.

L’agitation religieuse prit une double forme : d’une part en mai 1538 une révolte populaire avec le discours sur la pauvreté de Bernardino Ochino et d’autre part un mouvement qui, plus près de l’esprit, d’Erasme se basait sur le retour à l’étude et à la méditation des Évangiles, et toucha essentiellement l’aristocratie et la bourgeoisie de Lucques.

Plusieurs prédicateurs vinrent à Lucques et les progrès de la Réforme y furent importants. Le fameux théologien Pier Martire Vermigli (1499-1562) lui-même séjourna à Lucques à partir de 1541 au couvent de San Frediano. C’est à partir de 1536 que commença l’exode des premières familles nobles de la République vers Genève ou d’autres places comme Anvers ou Lyon.

Le 21 juillet 1542, le pape Paul III par la bulle Licet ab initio créa la congrégation du Saint-Office (l’Inquisition), destinée à lutter contre l’hérésie. Le cardinal lucquois Guidiccioni, membre du Saint-Office accusa le gouvernement et le clergé de faciliter la propagation de l’hérésie et quatre admonestations furent adressées au gouvernement. La menace d’une action directe de l’Inquisition amena la République à prendre des mesures d’autant plus urgentes que couraient des rumeurs sur un accord entre l’empereur et Cosme Ier de Médicis sur l’annexion de Lucques par le duché de Toscane.

En 1546, prend place la conjuration de Francesco Burlamacchi qui visait à s’opposer aux menées de Cosme Ier de Toscane pour conserver sa liberté à Lucques.

Dans les années suivantes, les persécutions se multiplièrent et la République créa un Office de la Religion qui était chargé de surveiller le comportement religieux des citoyens. Lucques fut une des villes italiennes où la population adhéra le plus à la Réforme.

Lucques doit son succès à ses banques et au commerce des tissus. Elle parvient à maintenir son indépendance malgré les guerres qui ravagent régulièrement l'Italie. Mais, après 1628, la démocratie lucquoise se mue en oligarchie.

Les principales familles de Lucques furent : les Arnolfini dont Jan van Eyck fera un tableau célèbre Les Époux Arnolfini, les Micheli, les Cenami, les Calandrini originaire de Sarzana, les Burlamacchi, les Sbarra, les Balbani, les Turrettini, parmi les plus actives dans le commerce de la soie en France et en Flandres, dont des membres furent maîtres de la monnaie de Paris aux XIVe et XVe siècles sous le nom d’Isbarre ; Diversi, Guidiccioni, Trenta, Diodati dont est issu Giovanni Diodati, Buonvisi, Guinigi, Rapondi dont est issu Dino Rapondi, connu sous le nom de Dyne Raponde, banquier de Philippe le Hardi.

Principauté et duché[modifier | modifier le code]

Lucques demeure une république indépendante jusqu'à la conquête par les Français en 1799. Napoléon Ier en fit une principauté pour sa sœur Élisa Bonaparte Baciocchi. En 1815, la principauté se mua en duché, attribué aux Bourbon-Parme, puis rattaché au grand-duché de Toscane en 1847[4].

Les souverains successifs du duché sont :

Économie[modifier | modifier le code]

Lucques tient sa richesse de la sériciculture. Elle a élevé des vers à soie pour faire de la soie.

Culture[modifier | modifier le code]

À Lucques se trouvent deux musées nationaux (Musée de Villa Guinigi et Musée du palais Mansi). Le Ministére de la culture italienne a un bureau à Lucques (Sprintendenza per le province di Lucca e Massa-Carrara). À signaler encore, l'Accademia Lucchese di Scienze Lettere e arti (la fondation de cet institut remonte au XVI siècle), l'institut universitaire de doctorat IMT et le Jardin Botanique, fondé en 1821.

La ville accueille le Lucca Comics & Games, un festival de bande dessinée, animation et jeu, créé en 1965 par une équipe franco-italienne.

Monuments[modifier | modifier le code]

La passeggiata delle Mura
La Torre Guinigi et ses arbres au sommet
La Piazza dell'anfiteatro
San Michele
Le Palazzo Pfanner-Controni et son jardin
  • L'enceinte fortifiée, Mura di Lucca et sa promenade piétonnière, la passeggiata delle Mura
    et ses portes historiques :
    • la Porta San Pietro,
    • la Porta Santa Maria,
    • la Porta San Donato.
      et les nouvelles :
    • la Porta Elisa
    • la Porta Sant'Anna
    • la Porta san Jacopo

Rues[modifier | modifier le code]

  • Via Fillungo
  • Via Santa Croce
  • Via Guinigi

Musées[modifier | modifier le code]

  • Musée National de la Villa Guinigi
  • Palazzo Pfanner : exposition permanente d'instruments médico-chirurgicaux du docteur Pietro Pfanner (1864-1935).
  • Musée du Palais Mansi
  • Museo Casa de Noël Giacomo Puccini
  • Musée de la cathédrale
  • Orto Botanico
  • Museo Civico di Villa Paolina
  • Musée historique de la Résistance
  • Musée de la bande dessinée e de l'image (Museo del Fumetto e dell'Immagine)

Places[modifier | modifier le code]

Églises[modifier | modifier le code]

Palais[modifier | modifier le code]

Villas[modifier | modifier le code]

Extra-muros

  • Villa Bernardini
  • Villa Bottini o Buonvisi al Giardino
  • Villa Grabau
  • Villa Mansi
  • Villa Oliva
  • Villa Paolina
  • Villa Reale di Marlia
  • Villa Torrigiani (Capannori)
  • Villa Rinaldi Nardi

Sur les autres projets Wikimedia :

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1994 1998 Giulio Lazzarini Centre-gauche  
1998 2006 Pietro Fazzi Centre-droit  
2007 2012 Mauro Favilla Centre-droit  
2012 en cours Alessandro Tambellini Centre-gauche  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Antraccoli, Aquilea, Arancio, Arliano, Arsina, Balbano, Cappella, Carignano, Castagnori, Castiglioncello, Cerasomma, Chiatri, Ciciana, Deccio di Brancoli, Fagnano, Farneta, Gattaiola, Gignano di Brancoli, Maggiano, Massa Pisana, Mastiano, Meati, Monte San Quirico, Montuolo, Mutigliano, Mugnano, Nave, Nozzano, Nozzano San Pietro, Nozzano Vecchia, Ombreglio di Brancoli, Palmata, Piaggione, Piazza di Brancoli, Piazzano, Picciorana, Pieve di Brancoli, Pieve Santo Stefano, Ponte a Moriano, Ponte del Giglio, Ponte San Pietro, Pontetetto, Saltocchio, San Cassiano a Vico, San Cassiano di Moriano, San Concordio di Moriano, San Donato, San Filippo, San Gemignano, San Giusto di Brancoli, San Lorenzo a Vaccoli, San Lorenzo di Moriano, San Macario in monte, San Macario in piano, San Michele di Moriano, San Michele in Escheto, San Pancazio, San Pietro a Vico, San Quirico di Moriano, San Vito,Sant'Alessio, Sant'Angelo in Campo, Sant'Ilario di Brancoli, Santa Maria a colle, Santa Maria del giudice, Santissima Annunziata, Santo Stefano di Moriano, Selve, Sesto di Moriano, Sorbano del giudice, Sorbano del vescovo, Stabbiano, Tempagnano di Lunata, Torre, Torre alla Maddalena, Torre Alta, Tramonte, Tramonte di Brancoli, Vallebuia, Vecoli, Vicopelago, Vinchiana

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Borgo a Mozzano, Camaiore, Capannori, Massarosa, Pescaglia, San Giuliano Terme (Pise), Vecchiano (Pise)

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Jumelages[modifier | modifier le code]

La Sainte-Face de Lucques[modifier | modifier le code]

La Sainte-Face de Lucques (Volto Santo di Lucca) ou « Saint Voult » (à ne pas confondre avec la Sainte-Face du Voile de Véronique) est un crucifix qui se trouve au dôme de Lucques, et que selon la légende Nicodème, disciple du Christ, aurait sculpté de mémoire après la déposition du tombeau, d’après les traits mêmes de Jésus. Jeté à la mer, sur ordre divin, il aurait fini par s’échouer au VIIIe siècle à Luni (Sarzane). Diffusée au Moyen Âge par les marchands lucquois qui installaient des autels ou des chapelles du Volto Santo dans les villes où ils s’établissaient et où ils pouvaient se réunir, sa renommée devint immense. Elle fut telle qu’aux XIIIe et XIVe siècles, les rois de France prêtaient serment « par saint Vaudeluc » [5]. Les patriciens de Lucques firent partie de la confrérie du Saint Voult.

Personnalités liées à Lucques[modifier | modifier le code]

Lucques est la ville natale de :

Lucques est également la ville natale des compositeurs :

D'autres personnalités y ont vécu :

  • Sainte Gemma Galgani (1878 - 1903), mystique chrétienne amoureuse du Christ, ayant eu la grâce des stigmates
  • Lorenzo Nottolini, architecte italien (1787 - 1851)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. http://assembly.coe.int/Committee/ENA/EuropaPrize/50thAnniversary/EuropePrizeMap.asp
  3. Wolfram 1990, p. 283-284
  4. Gilles Pécout, Naissance de l'Italite contemporaine: 1770-1922, Armand Colin,‎ 2004 (présentation en ligne), p. 68, 81, 92 et 93.
  5. Léon Mirot, La Fondation de la chapelle du Volto Santo en l'église du Saint Sépulcre à Paris. Ed. Lucca, 1934.

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Herwig Wolfram, History of the Goths, University of California Press,‎ 1990 (ISBN 0-52-006983-8)

Voir aussi[modifier | modifier le code]