Hugues de Cluny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir saint Hugues, Cluny et Semur.
Saint Hugues
Image illustrative de l'article Hugues de Cluny
Le roi des Romains Henri IV agenouillé devant Mathilde de Toscane en présence du Pape Grégoire VII qui l'a excommunié, miniature d'Hugues de Cluny (XIIe siècle)
Naissance 13 mai 1024
Semur-en-Brionnais, aujourd'hui en Saône-et-Loire, France
Décès 28 avril 1109 (à 84 ans) 
Cluny, Saône-et-Loire, France
Nom de naissance Hugues de Semur
Autres noms « Hugues de Cluny »
« Hugues le Grand »
Fête 29 avril

Saint Hugues de Cluny, né le 13 mai 1024 à Semur-en-Brionnais et mort le 28 avril 1109 à Cluny, parfois appelé Hugues le Grand ou Hugues de Semur, est le sixième abbé de Cluny, de 1049 à 1109. Canonisé par l'Église, il est fêté le 29 avril.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une grande famille aristocratique de châtelains[1], liée aux Mérovingiens, aux Carolingiens et aux Capétiens, Hugues a pour père Dalmas Ier de Semur, dit « le Grand », seigneur de Semur-en-Brionnais (assassiné en 1048)[2], dont le nom (Dalmatius) est de souche gallo-romaine et issu de Brioude. Les barons de Donzy en Nivernais, les Damas (de Dalmace et Dalmatius), sires de Cousan en Forez, comtes de Chalon, de Mâcon, etc., sont ses parents.

Abbé de Cluny (1049-1109)[modifier | modifier le code]

Entré au monastère à l'âge de quinze ans, il est nommé à vingt ans prieur, puis abbé de Nantua. Formé par son parent, Odilon, abbé de Cluny, il lui succède en 1049 et dirige l'abbaye pendant soixante ans jusqu'à sa mort en 1109, à l'âge de 85 ans[1].

En 1054, avec son frère Geoffroy, il fonde le premier prieuré de bénédictines de Marcigny[3] dépendant de Cluny.

Sous son abbatiat, l'ordre de Cluny va s'étendre à toute l'Europe, de l'Angleterre à la Pologne et de l'Allemagne à l'Italie et l'Espagne.

Cluny III[modifier | modifier le code]

Il met en chantier la 3e abbatiale de Cluny, qui deviendra au début du XIIIe siècle la plus grande construction en Europe et la plus grande église de la Chrétienté, et le demeurera jusqu'au XVIe siècle. Hugues est le principal artisan du mouvement monastique clunisien pendant le dernier quart du XIe siècle.

Les relations d'Hugues avec Ferdinand Ier et Alphonse VI de Castille, ainsi que son influence sur le pape Urbain II, qui avant son élection était grand prieur à Cluny même sous l'abbatiat d'Hugues, font de ce dernier l'une des plus puissantes et influentes figures de la fin du XIe siècle. De plus, comme parrain d'Henri IV, empereur germanique, il joue également un rôle dans son conflit avec le pape Grégoire VII au cours de la querelle des Investitures[4]. Il refuse l’offre de Guillaume le Conquérant de réformer les monastères saxons.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Marcel Pacaut, Les ordres religieux au Moyen Âge, Nathan, 1970, p. 58.
  2. Dalmas Ier de Semur, mort en 1148, sur site Foundation for Medieval Genealogy
  3. Jean Richard, Le cartulaire de Marcigny-sur-Loire, 1045-1144 sur le site Persée
  4. Agnès Gerhards, L'abbaye de Cluny, éditions Complexe, 1992, (ISBN 2870274564), p. 21.
  • Armin KOHNLE. Abt Hugo von Cluny (1049-1109). Sigmaringen : Jan Thorbecke, 1993.

Articles connexes[modifier | modifier le code]