Saint-Ulphace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Ulphace
Vue générale.
Vue générale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Canton Saint-Calais
Intercommunalité communauté de communes de l'Huisne Sarthoise
Maire
Mandat
Alain Couturier
2014-2020
Code postal 72320
Code commune 72322
Démographie
Gentilé Saint-Ulphacien
Population
municipale
237 hab. (2014 en augmentation de 0,85 % par rapport à 2009)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 09′ 30″ nord, 0° 48′ 59″ est
Altitude Min. 143 m
Max. 251 m
Superficie 15,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de Sarthe
City locator 14.svg
Saint-Ulphace

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de Sarthe
City locator 14.svg
Saint-Ulphace

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Ulphace

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Ulphace

Saint-Ulphace est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 237 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Ulphace[1]
Théligny Saint-Bomer (Eure-et-Loir),
Soizé (Eure-et-Loir)
Soizé (Eure-et-Loir)
Théligny Saint-Ulphace[1] Soizé (Eure-et-Loir)
Gréez-sur-Roc Gréez-sur-Roc La Bazoche-Gouet (Eure-et-Loir),
Gréez-sur-Roc

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme cella S. Ulfacii en 802[2],[3]. La paroisse était dédiée un ermite du Ve siècle[4].

Le gentilé est Saint-Ulphacien[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
2015 mars 2014[6] Laurent Camus SE Commercial
mars 2014[7] en cours Alain Couturier SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2014, la commune comptait 237 habitants[Note 2], en augmentation de 0,85 % par rapport à 2009 (Sarthe : +1,37 %). Saint-Ulphace a compté jusqu'à 981 habitants en 1831.

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
779 817 840 864 981 970 950 924 908
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
875 837 804 805 814 789 781 678 682
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
702 669 640 571 542 522 537 477 467
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
421 376 288 240 185 189 214 245 237
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Ulphace.
  • Église Saint-Ulphace, du XVe siècle, classée au titre des monuments historiques depuis le 25 avril 2003[13]. Elle abrite des vitraux des XVe et XVIe siècles, un ensemble maître-autel-retable du XVIIe et une statue de sainte Anne et la Vierge du XVIe, œuvres classées à titre d'objets[14].
  • Château de Gemasse, avec pigeonnier et chapelle, cette dernière sur le territoire de Gréez-sur-Roc.

Activité, labels et manifestations[modifier | modifier le code]

Labels[modifier | modifier le code]

La commune est une ville fleurie (deux fleurs) au concours des villes et villages fleuris[15].

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 2 : Formations non romanes ; formations dialectales, Genève, (lire en ligne), p. 1580
  4. « Saint Ulphace », sur nominis.cef.fr (consulté le 29 mars 2016)
  5. « Saint-Ulphace », sur tourisme-valdebraye.fr, le site de l'office de tourisme du Val de Braye (consulté le 29 mars 2016)
  6. « Le maire, Laurent Camus, est décédé », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 29 mars 2016)
  7. « Les nouveaux maires et adjoints élus », Le Maine libre, (consulté le 5 avril 2014).
  8. « Saint-Ulphace (72320) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 29 mars 2016)
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  13. « Église Saint-Ulphace », notice no PA00109962, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Œuvres mobilières à Saint-Ulphace », base Palissy, ministère français de la Culture.
  15. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris », sur villes-et-villages-fleuris.com (consulté le 29 mars 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :