Le Plessis-Dorin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Plessis et Dorin.

Le Plessis-Dorin
Le Plessis-Dorin
Mairie.
Blason de Le Plessis-Dorin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Vendôme
Canton Le Perche
Intercommunalité Collines du Perche
Maire
Mandat
Marinette Hoyeau
2014-2020
Code postal 41170
Code commune 41177
Démographie
Population
municipale
170 hab. (2016 en diminution de 6,08 % par rapport à 2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 05′ 25″ nord, 0° 51′ 55″ est
Altitude Min. 131 m
Max. 249 m
Superficie 14,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Le Plessis-Dorin

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Le Plessis-Dorin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Plessis-Dorin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Plessis-Dorin

Le Plessis-Dorin est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher, en région Centre-Val de Loire. La commune est limitrophe des départements de la Sarthe et d'Eure-et-Loir.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Plessis-Dorin se trouve dans la région naturelle du Perche, à cheval sur la « frontière » entre quatre départements (Loir-et-Cher, Eure-et-Loir, Sarthe et Orne) et trois régions (Centre, Pays de la Loire et Basse-Normandie). La commune n'est toutefois pas réellement limitrophe du département de l'Orne et de la région Basse-Normandie. Sur toute sa façade nord, la commune est bordée par ce qui subsiste de la forêt de Montmirail.

La municipalité est située à environ 140 km au sud de Paris, 85 km à l'ouest d'Orléans et 65 km au nord-ouest de Blois. Par sa superficie, la commune arrive au 903e rang, sur les 1 842 communes de la région Centre. L'altitude moyenne de la commune est de 190 m[1].

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Les Barrières, Beaulieu, Bel-Air, la Borde (à cheval sur la commune de Saint-Avit), la Borde Bruyère, le Bourg, la Bretêche, le Buisson, les Caillots, le Carré, Chiloup (à cheval sur la commune de Saint-Avit), les Chopinières, les Cinq Dames, la Coquetterie, la Daniellerie, la Forterie, les Fraiches, le Frémont, Germené, la Gouttière, la Grande Fauvellière, la Herserie, le Haut Bois, la Maison Neuve, le Marchais, les Masnières, Olivet, la Perrière, la Pépinière, le Petit Beauchêne, le Petit Boisvinet, les Pinotières, le Terrier, la Tranquillité, Tressé, la Tuilerie, la Vallée Basin, la Vallée d'Enfer, les Vaucary et la Verrerie.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Distances et positions relatives des autres communes.
Le Plessis-DorinLe Plessis-Dorin
Commune de 111 habitants (2000)Saint-Avit (4,0km)
Commune de 490 habitants (2000)Melleray (4,8km)
Commune de 92 habitants (2000)Oigny (5,2km)
Commune de 418 habitants (2000)Montmirail (5,5km)
Commune de 536 habitants (2000)Souday (6,1km)
Commune de 119 habitants (2000)Arville (7,0km)
Commune de 288 habitants (2000)Saint-Agil (7,7km)

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le Plessis-Dorin possède un Plan local d'urbanisme et un Plan d'occupation des sols[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

  • En 1929, des silex taillés et une hache polie sont découverts ; ils sont déposés au musée de Vendôme[3].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Dans les îles, les traces d'une motte gauloise attestent de l'occupation des lieux dès la plus haute antiquité[3].

La voie romaine qui traversait le village permettait de joindre Le Mans et Châteaudun[3].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

François Ier se fournissait en carpes des étangs de Boisvinet, pour sa table[3].

La verrerie du Plessis-Dorin ferme en 1952[4],[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 mars 2014 Roger Desœuvre Divers droite  
2014 En cours Marinette Hoyeau    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Composition des foyers, en 2007.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7].

En 2016, la commune comptait 170 habitants[Note 1], en diminution de 6,08 % par rapport à 2011 (Loir-et-Cher : +0,45 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
659808764836895880842832801
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
771806838802816781815827817
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
694756785703737718655596529
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
465361298292218202190189187
2013 2016 - - - - - - -
177170-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2007, le village compte 88 foyers, dont 32 constitués d'une personne seule (vingt hommes et douze femmes), 44 couples sans enfants et douze avec enfants.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (45,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,3 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est plus nombreuse que la population féminine (50,8 %, contre 48,4 % au niveau national et 48,6 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune, par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

Pyramide des âges à Le Plessis-Dorin en 2007 en pourcentage[10]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90  ans ou +
1,1 
16,8 
75 à 89 ans
16,3 
24,2 
60 à 74 ans
31,5 
22,1 
45 à 59 ans
25,0 
17,9 
30 à 44 ans
13,0 
10,5 
15 à 29 ans
5,4 
7,4 
0 à 14 ans
7,6 
Pyramide des âges du département de Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[11]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Logement[modifier | modifier le code]

En 2007, la commune compte 196 logements (187 en 1999[1]), dont 97 résidences principales, 71 résidences secondaires et 28 inoccupées. Il y a 192 maisons individuelles et trois appartements. Sur les 97 résidences principales, 82 sont occupées par leurs propriétaires, treize sont en location et deux occupées à titre gratuit.

Taille des logements
Nombre de pièces
Nombre d'habitations
1 1
2 11
3 26
4 21
5 et plus 37

72 habitations (37 %) disposent d'au moins une place de stationnement. En 2001, le prix de l'immobilier s'établit à 1 800 €.m-2 pour une maison individuelle[12].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste (XIIe et XVIe siècles, bâtie en « grès roussard », fréquent dans toute cette région), édifice non protégé en tant que « monument historique ». Collection d'objets mobiliers (à vocation immeuble) :
    • Fonts baptismaux en pierre, supposés du XVIe siècle.
      Classement au titre des monuments historiques le 17 mars 1971.
    • Ensemble des maître-autel, tabernacle et retable, table de communion, deux sièges d'officiant, chaire à prêcher, banc-d'œuvre et meuble buffet encastré, bancs de la nef, tribune, boiseries des fonts baptismaux, lambris, datés des XVIIe et XVIIIe siècles.
      Classement au titre des monuments historiques le 17 mars 1971.
    • Statue de sainte Apolline avec les tenailles qui ont servi à lui arracher les dents[13].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr LePlessis-Dorin (LoirCher).svg

Les armoiries du Plessis-Dorin se blasonnent ainsi :


D'azur aux trois canettes d'or accompagnées en abîme d'un besant du même ; au chef d'argent chargé de trois quintefeuilles de gueules.


Transports[modifier | modifier le code]

Le Plessis-Dorin est traversée par la ligne Atlantique du train à grande vitesse, ligne qui est franchie par les habitants au moyen de trois ponts et de deux tunnels (dont un pour un ruisseau).

56 foyers sont équipés d'une automobile, 33 de deux ou plus.

Le village est accessible à partir de la route départementale 927, aux Cinq Dames[14].

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2007, la population en âge de travailler (âgée de 15 à 64 ans) s'élève, au Plessis-Dorin, à 111 personnes (58,7 % de la population), dont 73 actives (66 %, contre 64 % en 1999) et 38 inactives (34 %). Parmi les personnes actives, 64 (88 %) ont un emploi (37 hommes et 27 femmes) et 9 (12 %) sont au chômage (5 hommes et 4 femmes). Sur les 38 inactifs, 21 sont à la retraite, deux sont étudiants et les quinze autres sont classés comme « autres inactifs ».

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Une verrerie a fonctionné pendant plusieurs siècles, du Moyen Âge jusqu'au début des années 1950, dans la clairière dite de la Verrerie, alimentée par les réserves de bois fournies par la forêt de Montmirail. Une forte proportion de la population locale a servi de main-d'œuvre, soit dans la fabrique même, soit pour le bûcheronnage.

Entreprises[15]
Secteur d'activité
Nombre d'entreprises
Alimentation 1
Fabrication d'autres produits industriels 1
Construction 2
Commerce et réparation d'automobiles 1
Hôtellerie et restauration 2
Finances 1
Services 1

En 2009, quatre entreprises de service aux particuliers sont en activité : une agence bancaire, une menuiserie, un restaurant et un plombier[16]. En 2000, Le Plessis-Dorin compte treize exploitations agricoles, occupant un total de 730 hectares (51 % de la superficie communale)[17].

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2009, Le Plessis-Dorin compte 91 foyers fiscaux, regroupant 173,5 personnes. Le revenu fiscal moyen par personne est 18 759 [18].

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale (saint Jean-Baptiste) : premier dimanche qui précède le 24 juin.
  • Fête du Cidre (et randonnée pédestre Vendôme-Le Plessis-Dorin) : premier dimanche de novembre.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le Plessis-Dorin possède un gîte pouvant accueillir trente personnes, le domaine de Boisvinet[19]. Depuis juillet 2014, cet espace comporte une installation touristique et sportive supplémentaire : le centre équestre du Pic[20], une structure idéale pour des balades en famille ou entre amis.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b LE PLESSIS-DORIN - Carte plan village de Le Plessis-Dorin 41170.
  2. Ville de Le Plessis-Dorin - La mairie de Le Plessis-Dorin 41170.
  3. a b c et d Site du domaine de Boisvinet, rubrique histoire.
  4. Hubert Néant (dir.) et R. Cadiou (dir.), Métiers oubliés ou disparus, enquêtes dans le Perche sarthois, vol. 1 et 2, La Ferté-Bernard, Lycée Robert-Garnier, 1974, 1977 (présentation en ligne).
  5. Hubert Néant, « Travaux pédagogiques. Les recherches d'histoire régionale au lycée de La Ferté-Bernard », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, vol. 81, nos 81-4,‎ , p. 753—759 (lire en ligne)
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. « Évolution et structure de la population à Le Plessis-Dorin en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 octobre 2010).
  11. « Résultats du recensement de la population de Loir-et-Cher en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 octobre 2010).
  12. LE PLESSIS-DORIN.
  13. Site sur le Loir-et-Cher.
  14. Le Plessis-Dorin, Carte et plan de Le Plessis-Dorin 41170 : mairie.
  15. [1].
  16. [2].
  17. [3].
  18. [4].
  19. Gite, Locations vacances Le Plessis Dorin, Loir et Cher | Charme.
  20. Le poney club.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • R. de Saint-Venant, Dictionnaire topographique, historique, biographique, généalogique et héraldique du Vendômois et de l'arrondissement de Vendôme, C. Migault, .
  • M. M. Mouflard, « Le Partage de la succession de Philippot le Boindre (1502) et les ancêtres du poète Robert Garnier (1544-1590) », Humanisme et Renaissance, vol. 3, no 1,‎ , p. 58 (résumé).
  • A Morin, Trésor du parler percheron, Association des amis du Perche, .
  • A. Mairesse et Pascale Alilaire, « Bilan provisoire des recherches archéologiques sur le tracé du T.G.V. atlantique », Revue archéologique du Centre de la France, vol. 25, nos 25-1,‎ , p. 111 (lire en ligne).
  • J. Vassort, « Un indicateur social: la mobilité rurale. L'exemple du Vendômois à la fin du XVIIIe siècle », Revue d'histoire moderne et contemporaine (1954-), vol. 36, no 4,‎ (résumé).
  • Anne Hall (préf. Tessa Montgomery), Sur les pas de Daphné du Maurier : Au pays des souffleurs de verre - Maine – Touraine – Vendômois, Vendôme, Éditions du Cherche-Lune, , 180 p., 22 x 22 cm (présentation en ligne).