Saint-Jean-de-Védas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Jean.
Saint-Jean-de-Védas
L'église Saint-Jean-Baptiste
L'église Saint-Jean-Baptiste
Blason de Saint-Jean-de-Védas
Héraldique
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Canton Lattes
Intercommunalité Montpellier Méditerranée Métropole
Maire
Mandat
Isabelle Guiraud
2014-2020
Code postal 34430
Code commune 34270
Démographie
Gentilé Védasien
Population
municipale
8 567 hab. (2013)
Densité 665 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 34′ 38″ N 3° 49′ 29″ E / 43.5772222222, 3.8247222222243° 34′ 38″ Nord 3° 49′ 29″ Est / 43.5772222222, 3.82472222222
Altitude Min. 4 m – Max. 65 m
Superficie 12,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative de l'Hérault
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Védas

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Védas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Védas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Védas
Liens
Site web www.saintjeandevedas.fr

Saint-Jean-de-Védas est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées à l'ouest de Montpellier. Ses habitants sont appelés les Védasiens.

Son nom est Sant-Joan-de-Vedats en occitan.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située au sud-ouest de Montpellier, la commune est constituée d'un ensemble de collines de plus en plus pentues vers le sud-ouest et le massif de la Gardiole. Elle est traversée par le Rieucoulon le long de sa limite avec Montpellier, et par la rivière Mosson à l'ouest et au sud.

Carte

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-de-Védas est limitrophe de Montpellier au nord et à l'est, de Lattes au sud-est, de Villeneuve-lès-Maguelone au sud, de Fabrègues, Saussan et Lavérune à l'ouest.

Communes limitrophes de Saint-Jean-de-Védas
Lavérune Juvignac par un quadripoint Montpellier
Saussan Saint-Jean-de-Védas
Fabrègues Villeneuve-lès-Maguelone Lattes

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par deux cours d'eau :

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le terminus du tramway à Saint-Jean-de-Védas (avenue de Librilla)
Voies routières

La confluence des anciennes routes nationales RN112 (Montpellier-Sète déclassée en RD612) et RN113 (Montpellier-Béziers déclassée en RD613) et la présence de la barrière de péage sur l'autoroute A9 font de la commune une des entrées principales de Montpellier. L'échangeur no 32 sur l'autoroute A9 met les grandes métropoles à proximité : Toulouse à 250 km, Marseille à 180 km, Lyon à 300 km et Barcelone à 350 km.

Transports en commun

Les transports en commun entre Saint-Jean et Montpellier étaient constitués de deux lignes de bus suburbaines: les bus 20 et 26, jusqu'en 2006 et la mise en service de la ligne 2 du tramway dont Saint-Jean-de-Védas centre est le terminus. Dès lors, la ligne 20 se répartit en deux services pour desservir Saint-Jean d'un côté, Saint-Jean-le-Sec et la Lauze de l'autre. L'aéroport est à 15 minutes avec accès par l'autoroute.

La gare de voyageurs la plus proche à vol d'oiseau est celle de Villeneuve-lès-Maguelone mais la principale grande gare est la gare de Montpellier facilement accessible via le tramway (15 min environ).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le quartier de Roque-Fraïsse

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La zone urbanisée comprend :

  • le vieux village au nord de l'ex RN 113
  • des extensions et de nouveaux lotissements qui ceinturent le vieux village au nord et à l'est (l'Ortet, Lou Planas, La Fermaude, Le Terral, Les Près et La Marquerose)
  • au sud de l'ex RN 113, les quartier de villas de Saint-Jean-le-Sec, les Roudères et Sigaliès
  • de part et d'autre de l'avenue de Librilla, le nouveau quartier de Roque-Fraïsse

Plus près de Montpellier, sur la route de Sète, à l'est de l'échangeur autoroutier, se trouvent plusieurs zones commerciales et industrielles :

  • les zones commerciales "La Condamine" et "La Peyrière" sont centrées sur un hypermarché Carrefour, Leroy-Merlin et Décathlon
  • la zone d'activité du Mas de Grille où le journal Midi libre a installé son siège social et ses imprimeries
  • la zone industrielle de La Lauze et la zone d'activité Marcel Dassault sont installées au sud de l'autoroute A9, sur d'anciennes garrigues.

Les zones non urbanisées représentent la majorité de la superficie communale (60%) dont :

  • zones naturelles et de garrigues protégées (258 hectares)
  • berges protégés de la Mosson et du Rieucoulon (82 hectares)
  • la commune possède encore quelques hectares de zones agricoles exploitées (197 hectares).

Logement[modifier | modifier le code]

Avec 8,5% de logements sociaux en janvier 2016, la commune ne respecte pas les dispositions de la loi SRU qui fixe le taux à 25%. Cependant des efforts ont été réalisés ces dix dernières années et cette proportion est en croissance passant de 4% en 2008 à 8,5% en 2016.

Quartiers[modifier | modifier le code]

En novembre 2015, le conseil municipal de Saint-Jean-de-Védas a fixé à 8 le nombre de quartiers de la commune :

  • Quartier 1 : Centre-village
  • Quartier 2 : L'Ortet, Lou Planas, Les Coteaux
  • Quartier 3 : Le Terral, La Marquerose, Les Hauts-de-Saint-Jean
  • Quartier 4 : Les Près, Mameremonte, Tourtourel
  • Quartier 5 : Les Roudères, Sigaliès, Route de Béziers
  • Quartier 6 : Saint-Jean le Sec, Val de la Combe, Cayenne, La Lauze, Les Jasses
  • Quartier 7 : Roque-Fraïsse, Le Rieucoulon, La Peyrière, La Condamine
  • Quartier 8 : La Fermaude, La Coustaude, Louise-Michel

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château du Terral

La première mention de "Villa de Védatio", qui signifie ferme de Védas, apparaît dans les actes du Cartulaire de Maguelone dès le XIème siècle. Le territoire actuel de la commune fut administré jusqu'à la Révolution française, par deux juridictions : celle de Saint-Jean et celle du Terral. Le domaine du Terral étant la propriété des Evêques de Maguelone depuis le IXe siècle.

Jusqu'au XVIIIème siècle, la vie économique était alors essentiellement tournée vers l'agriculture, puis vers 1500, l'exploitations de carrières de pierres permit une seconde source de revenus non négligeable. La pierre calcaire de Saint-Jean de-Védas était très réputée et a connu une grande renommée jusqu'à la fin du XIXe siècle et servira à bâtir de nombreux immeubles et bâtiments dans le centre de Montpellier.

Lors de la Révolution française, les citoyens de la commune se réunissent au sein de la société révolutionnaire, en l’an II[1].

Au cours du XIXème siècle, la commune va progressivement s'équiper et se doter de services publics. L'ancienne église d'origine romane, dans un mauvais état général, va bénéficier de travaux d'agrandissements et d'embellissements et sera également dotée d'un nouveau clocher en 1840. Avec l'arrivée du chemin de fer en 1869 et la ligne de Paulhan à Montpellier la commune bénéficie de l'implantation d'une gare (la ligne est fermée au trafic voyageur en 1970). A la fin du XIXème siècle, est décidée la construction d'une nouvelle mairie et d'une nouvelle école, le nouveau bâtiment sera inaugurée en 1904, c'est toujours le bâtiment de la mairie aujourd'hui. L'école était située auparavant dans l'ancien château de Saint-Jean qui abritait également la mairie. Le bâtiment du château, très dégradé, a été détruit entre 1905 et 1906 pour laisser place au parvis de l'église (c'est l'actuelle place Victor Hugo aujourd'hui). L'électricité fait son apparition dans le village dès 1909 et ce n'est qu'en 1934 que toutes les habitations seront reliées au réseau électrique[2].

Les deux guerres mondiales n'épargnent pas Saint-Jean et le tribut payé est de 21 morts pour la première et 9 pour la seconde. Lors de cette dernière, les Allemands occupent la commune et s'installent dans les châteaux du Claud et de la Lauze. Le château de la Lauze fut bombardé par les alliés à la Libération, les ruines détruites par la suite.

Essentiellement rurale jusqu'à la seconde guerre mondiale (environ 1 000 habitants en 1950), la commune commença à se développer fortement dès le début des années 1950, grâce à sa proximité de la ville de Montpellier. L'arrivée des rapatriés d'Algérie en 1962 va entraîner un véritable boom économico-social. L'agriculture va fortement diminuer pour laisser la place à de nouvelles activités de type industriel, artisanal ou tertiaire. Saint-Jean va profiter du développement de Montpellier pour en devenir une des principales banlieue résidentielle et s'urbaniser rapidement.

Fin 1967, est inaugurée à Saint-Jean-de-Védas l'arrivée de la nouvelle autoroute A9 dotée d'une sortie sur la commune ainsi que d'une grande barrière de péage ; puis en 1990, l'arrivée de l'hypermarché Carrefour et de la zone commerciale de "La Condamine" va renforcer et dynamiser l'économie locale.

Essentiellement pavillonnaire dans les années 1960, 1970 et 1980 avec l'expansion et la créations des quartiers comme "Saint-Jean-le-Sec", "les Roudères", "les Près", "Lou Planas", "La Fermaude" ou "la Marquerose", l'habitat nouveau va se diversifier et se densifier dans les années 1990 avec la construction de petits immeubles collectifs dont la création du nouveau quartier de l'"Ortet" et plus récemment avec la création du nouveau quartier "Roque-Fraïsse".

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Saint-Jean-de-Védas

En 1965, elle fait partie des communes fondatrices du district de Montpellier, relayé par la communauté d'agglomération Montpellier Agglomération en 2001.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1963 Gratien Boyer    
1963 1971 Georges Valat    
1971 1973 Etienne Patoux    
1973 1983 René Alcouffa   Directeur d'École
1983 1989 Charles de Boisgelin DVD Viticulteur
1989 2009 Jacques Atlan PS Avocat, conseiller général
2009 en cours Isabelle Guiraud UMP puis LR Expert-comptable
vice-présidente de la communauté d'agglomération de Montpellier

Note : Les élections municipales de Saint-Jean-de-Védas sont parfois très serrées :

  • En 1983 Charles de Boisgelin ne gagna face à Jacques Atlan que de 8 voix.
  • En 2001, il y eut une triangulaire PS/Verts/RPR où la liste de Jacques Atlan, maire sortant, ne fut reconduite qu'avec 2 % d'avance.
  • En 2008, le deuxième tour vit s'affronter la liste PS/PC menée par Jacques Atlan et une liste menée par Isabelle Guiraud (UMP) résultat de la fusion des listes UMP, Verts, Modem et divers gauche. La liste Atlan ne l'emporta que de 33 voix[3]. Ce résultat fut vivement contesté[4]. Le litige porte sur 89 bulletins de la liste Guiraud déclarés nuls car une candidate y figurait sous son nom de jeune fille. Ces bulletins, envoyés aux électeurs, avaient dans un premier temps été validés par la préfecture qui ensuite avait fait rectifier ceux à disposition dans les bureaux de vote. Le 19 juin 2008, le Tribunal administratif de l'Hérault inversait le résultat[5]. Cette décision est confirmée par le Conseil d'État le 4 mars 2009 et devient donc effective[6].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-de-Védas est jumelée avec :

  • Drapeau de l'Espagne Librilla (Espagne). Librilla est un petit village de la région de Murcie en Espagne.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 8 567 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
441 483 497 483 562 593 628 662 703
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
650 655 746 824 864 674 759 788 883
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
859 845 858 876 910 936 956 986 1 149
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012
1 772 2 086 3 529 4 284 5 390 8 056 8 653 8 761 8 549
2013 - - - - - - - -
8 567 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède trois groupes scolaires publics (écoles élémentaires et maternelles) dénommés René-Cassin, Louise-Michel et Les Escholiers ainsi qu'une école privée (Saint-Jean-Baptiste) et le collège Louis Germain[9], rénové en 2002-2003.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • début avril : carnaval
  • 24 juin : fête de la Saint-Jean
  • début juillet : fête votive
  • fin septembre : Festin de Pierres, festival de théâtre de rue et concerts
  • deuxième semaine d'octobre : la semaine bleue
  • avant-dernier dimanche d'octobre : fête de la courge et des fruits d'automne
  • mi-novembre : les foulées d'automne
  • décembre : marché de Noël

Santé[modifier | modifier le code]

La clinique Saint-Jean de Montpellier, du groupe d'hospitalisation privé Cap Santé, devrait déménager sur Saint-Jean-de-Védas d'ici 2017-2018[10].

Sports[modifier | modifier le code]

Saint Jean de Védas est labellisé " Ville vivez bougez " depuis 2012.

Équipements sportifs
  • Espace de la Parre (rue Federico Garcia-Lorca) : une piste d'athlétisme, 7 terrains de basket, 3 terrains de hand-ball , 9 courts de tennis dont 2 en terre battue et un terrain de football stabilisé)
  • Complexe Étienne Vidal (allée du Terral) : un terrain (football et rugby) en gazon naturel et deux terrains (football et rugby) en gazon synthétique, terrains de tir à l'arc
  • Parc multisport (rue de la Chaussée) : un terrain synthétique (basket-ball, football, hand-ball...) et un skate-park (2e plus grande infrastructure sur la région montpelliéraine après Grammont)
  • la piscine Amphitrite (avenue de Librilla) gérée par Montpellier-Métropole :[11]
  • Le gymnase de la Combe (rue de la Combe) : une salle de gymnastique sportive de compétition et un dojo
  • Le gymnase Mirallès (rue Federico Garcia-Lorca) : basket, volley, GRS, sports collectifs
  • Stade municipal (rue des Près) : deux terrains de rugby accueillant le club "Rugby Olympique Védasien - Mosson Coulazou"

Économie[modifier | modifier le code]

Deux marchés hebdomadaires traditionnels tiennent place sur Saint-Jean-de-Védas : tous les samedis matin sur l'Esplanade de l'Ortet et tous les jeudis matin sur la place du Pradet.

Le siège du journal Midi libre

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Plus de 950 entreprises possèdent leur siège sur la commune en 2013[12].

  • 1 zone industrielle : La Lauze
  • 3 zones d'activité : Marcel Dassault, La Peyrière et Le Mas de Grille (siège social du groupe Les Journaux du Midi, éditeur du Midi libre)
  • 1 zone d'activité commerciale : ZAC Deves de la Condamine avec de grandes enseignes dont Carrefour (premier employeur de la commune), Leroy-Merlin et Décathlon

Services[modifier | modifier le code]

La commune accueille le siège de nombreux services et administrations :

  • Le centre de tri Colissimo de la Poste (ZA Marcel Dassault)
  • Le centre de formation de l'AFPA (ZI de la Lauze)
  • Le siège du FONGECIF régional (ZA de la Peyrière)
  • Une agence de Pôle emploi (ZA du Mas de Grille)

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune compte une dizaine d'exploitations agricoles en activité sur environ 200 hectares de zones agricoles. Les principales activités sont l'apiculture (2 exploitants), l'arboriculture fruitière (2 exploitations), le maraîchage (2 exploitations), la viticulture (3 exploitations) et l'élevage équin (1 exploitation).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts (place de la Liberté)

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Jean-Baptiste dont les origines remontent au XIIème siècle. L'édifice fut largement remanié au fil des siècles et agrandit. La façade est de style classique. Le clocher actuel date de 1840 et possède deux cloches dont une datant de 1763 et fondue par Jean Poutingon (classée depuis 1942)[13].
  • Le Domaine du Terral : avec le château du Terral, ancienne résidence d’été des évêques de Maguelone et propriété de Joseph Cambon au XIXe siècle, ce lieu héberge également le théâtre du Chai du Terral. Il est bordé par un parc classé (les bambous d'Anduze viendraient en partie de ce parc). Les écoles de musique et d'arts plastiques municipales y possède leurs locaux.
  • Le Moulin Saint-Joseph : XVIIIe siècle sur les berges de la Mosson

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • le château du Terral comprenant notamment les école d'arts plastiques et de musique municipales ainsi que le Théâtre "Chai du Terral"
  • la médiathèque municipale Jules Verne[14]
  • La salle des Granges (salle polyvalente)
  • Les arènes municipales
  • La Maison des Associations

La communauté d'agglomération gère également sur la commune une ferme pédagogique (l'Ecolothèque du Mas de grille) et une salle de spectacles : Victoire 2.

Parcs et jardins[modifier | modifier le code]

  • Le parc du Terral (attenant au château du Terral), 3 hectares comprenant notamment un parcours arboretum et un jardin des senteurs
  • Le parc de la Peyrière, anciennes carrières de pierres transformée en parc public
  • L'espace Mosson : grandes prairies, bordées par la Mosson et entourée de massifs forestiers aménagés

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune inclut trois ZNIEFF :

  • La ZNIEFF de la montagne de la Gardiole, 5 289 ha de prairies humides méditerranéennes à grandes herbes (habitat déterminant) réparties sur 10 communes[15],[16].
  • La ZNIEFF des garrigues de la Lauze , 581 ha de terrains en friche et terrains vagues (habitat déterminant) partagés entre les communes de Fabrègues, Saint-Jean-de-Védas et Villeneuve-lès-Maguelone[17].
  • La ZNIEFF de la vallée de la Mosson de Grabels à St-Jean-de-Védas , 114 ha de terrains en friche et terrains vagues (habitat déterminant) partagés entre les communes de Grabels, Juvignac, Lavérune, Montpellier et Saint-Jean-de-Védas[18].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

Héraldique
Blason de Saint-Jean-de-Védas Blason D'azur à Saint Jean Baptiste avec dans sa dextre une croix à laquelle pend une bannière et dans sa senestre un agneau, le tout d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

(Sur le blason tel qu'il a été inscrit dans les cahiers du Cabinet des Titres, de d'Hozier (Archives Nationales), on voit bien la bannière accrochée à la croix.)

Logotype

Logotype de la commune depuis 2009 :

Logotype de la commune

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-François Dubost, « Le réseau des Sociétés Politiques dans le département de l'Hérault pendant la Révolution Française (1789-1795) », Annales historiques de la Révolution française, no 278, 1989. p. 413.
  2. Saint-Jean-de-Védas, Images et Histoires par Patrick Martinez
  3. Site du Ministère de l'intérieur
  4. Vidéo de la manifestation du 01/04/2008
  5. La Gazette de Montpellier du 03/02/
  6. Midilibre.com
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.
  9. Site officiel du collège Louis Germain de St Jean
  10. Montpellier : voici le visage de la future clinique Saint-Jean
  11. Site de la piscine Amphitrite
  12. Site internet de la commune de Saint-Jean-de-Védas
  13. Chants des cloches, voix de la terre, Les Presses du Languedoc (page 265)
  14. Site de la médiathèque Jules Verne
  15. Les 10 communes de la ZNIEFF de la montagne de la Gardiole sont : Balaruc-les-Bains, Balaruc-le-Vieux, Fabrègues, Frontignan, Gigean, Lattes, Mireval, Saint-Jean-de-Védas, Vic-la-Gardiole et Villeneuve-lès-Maguelone.
  16. ZNIEFF 910010764 - Montagne de la Gardiole sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  17. ZNIEFF 910030060 - Garrigues de la Lauze sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  18. ZNIEFF 910010763 - Vallée de la Mosson de Grabels à St-Jean-de-Védas sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.