Saint-Drézéry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Drézéry
Saint-Drézéry
Vue générale
Blason de Saint-Drézéry
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Intercommunalité Montpellier Méditerranée Métropole
Maire
Mandat
Jackie Galabrun-Boulbes
2020-2026
Code postal 34160
Code commune 34249
Démographie
Gentilé Saint-Drézériens
Population
municipale
2 630 hab. (2018 en augmentation de 15,86 % par rapport à 2013)
Densité 251 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 44′ 03″ nord, 3° 58′ 58″ est
Altitude Min. 60 m
Max. 145 m
Superficie 10,47 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Saint-Drézéry
(ville isolée)
Aire d'attraction Montpellier
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Crès
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Saint-Drézéry
Géolocalisation sur la carte : Hérault
Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Saint-Drézéry
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Drézéry
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Drézéry

Saint-Drézéry est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie. Jusqu'au XXe siècle, la commune s'appelait Saint-Drézéry de Courbessac

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte
Communes limitrophes de Saint-Drézéry
Saint-Jean-de-Cornies
Montaud Saint-Drézéry Beaulieu
Castries Sussargues Sussargues

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 14,1 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 17,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 17 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 808 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 6,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 2,9 j

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat méditerranéen franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat méditerranéen » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, les hivers sont doux et les étés chauds, avec un ensoleillement important et des vents violents fréquents[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[1].

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[4] complétée par des études régionales[5] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1980 permet de connaître en continu l'évolution des indicateurs météorologiques. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records ST DREZERY (34) - alt : 71m, lat : 43°43'42"N, lon : 03°59'36"E
Statistiques établies sur la période 1981-2009 - Records établis sur la période du 01-06-1980 au 31-12-2019
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,7 1,7 4,4 7 10,8 14,2 16,7 16,5 13 10,3 5,3 2,5 8,7
Température moyenne (°C) 6,3 6,9 10,1 12,7 16,6 20,7 23,7 23,3 19,2 15,1 9,7 6,8 14,3
Température maximale moyenne (°C) 10,8 12,1 15,8 18,3 22,4 27,3 30,8 30,1 25,3 19,9 14,2 11,1 19,9
Record de froid (°C)
date du record
−12,6
09.01.1985
−10,2
14.02.1999
−10
02.03.05
−3
14.04.1998
2,5
01.05.04
6
03.06.06
9
17.07.00
8,5
30.08.1993
4,2
16.09.08
−2
25.10.03
−8
24.11.1998
−11
20.12.09
−12,6
1985
Record de chaleur (°C)
date du record
22
28.01.02
23,4
28.02.19
28,5
21.03.02
30
25.04.02
36
29.05.01
43,9
28.06.19
39,5
23.07.06
40
26.08.07
36
04.09.04
31,5
02.10.1997
23,2
01.11.1981
20,5
06.12.01
43,9
2019
Ensoleillement (h) 142,9 168,1 220,9 227 263,9 312,4 339,7 298 241,5 168,6 148,8 136,5 2 668,2
Précipitations (mm) 62,2 57,1 39,9 64,3 54,6 34,5 20,2 39,1 108,8 119,7 85,8 82,2 768,4
Source : « Fiche 34249002 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/06/2021 dans l'état de la base


Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Une ZNIEFF de type 2[Note 2] est recensée sur la commune[6] : les « plaines et garrigues du Nord Montpelliérais » (13 097 ha), couvrant 25 communes dont six dans le Gard et 19 dans l'Hérault[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Drézéry est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[8],[9],[10]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Drézéry, une unité urbaine monocommunale[11] de 2 526 habitants en 2017, constituant une ville isolée[12],[13].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montpellier, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 161 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[14],[15].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (81,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (84,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (63,8 %), zones agricoles hétérogènes (17,7 %), zones urbanisées (14,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (3,7 %), forêts (0,5 %)[16].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Drézéry

Les armes de Saint-Drézéry se blasonnent :
« d'argent à un saint Drézéry de gueules tenant une palme de sinople »[17].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Saint-Drézériens.

La commune se nomme en occitan Sant Dreseri.

Histoire[modifier | modifier le code]

Propriété de l'évêché de Maguelone au Moyen Âge, le prieuré de Saint-Drézéry est un petit hameau qui grandit lentement. À la fin du XVIe siècle, il ne compte que 25 feux, soit quelques dizaines d'habitants.

Au XVIIe siècle, Le domaine de Saint-Drézéry comprend un château transformé en monastère (partiellement détruit par un incendie le ), ainsi que des bâtiments, terres labourables, vignes et bois, appartenant au chapitre de la cathédrale de Montpellier, il est le lieu de villégiature du clergé montpelliérain.

Pendant sa jeunesse, Jean-Jacques-Régis de Cambacérès y séjourne de nombreuses fois en vacances avec son oncle, Étienne-François de Cambacérès, archidiacre de Montpellier. En 1791, le domaine est vendu comme bien national par la municipalité de Montpellier (estimation 22 736 livres 10 sols). Vice-président du conseil municipal, Jean-Jacques-Régis de Cambacérès ne peut se porter acquéreur de Saint-Drézéry, il se sert donc d'un prête-nom pour acheter le domaine. Saint-Drézéry est adjugé 50 100 livres le au sieur Claris, procureur à Montpellier, qui le revend à Cambacérès le pour la même somme. À sa mort, Cambacérès lègue le château à la cathédrale de Montpellier.

Au XIXe siècle, la croissance démographique s'accélère et le village, essentiellement agricole (la vigne est la culture principale), s'étend au-delà de son périmètre d'origine.

  • Le texte ci-dessus contient des extraits du site d'Emmanuel Prunaux consacré à Jean-Jacques-Régis de Cambacérès

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[réf. nécessaire]
Période Identité Étiquette Qualité
1892 1896 François Caussel NC Maire
1896 1897 François Caussel NC Maire
1897 1897 Théophile Soulier NC Maire
1897 1899 Polydore Ricome NC Maire
1899 1904 Jacques Durand NC Maire
1904 1904 Louis Caussel NC Maire
1904 1919 Paul Saumade NC Maire
1919 1925 Jean Saumade NC Maire
1925 1929 Jean Berger NC Maire
1929 1935 Paul Bonbonous DVG Maire
1935 1944 Louis Caussel DVD Maire
1944 1945 Jacques Ricard PCF Maire
1945 1971 Adrien Cardonnet UDR Maire
1971 1995 Gaston Sueur UDR puis RPR Maire
1995 1999 Yvon Berger RPR Maire
1999 2008 Michèle Déplanques DVD Maire
2008 En cours Jacqueline Galabrun-Boulbes DVD Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[19].

En 2018, la commune comptait 2 630 habitants[Note 5], en augmentation de 15,86 % par rapport à 2013 (Hérault : +6,12 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
247191301311320346352347374
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
401467535587502503505510556
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
575592602597649627513501504
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
5235555741 0171 3291 7542 0962 1562 319
2018 - - - - - - - -
2 630--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château du XVIIe siècle ;
  • Le parc du Château : le parc, aujourd'hui municipal, a été acquis par la commune, en 1950, grâce à la réalisation d'un emprunt contracté auprès des habitants de Saint-Drézéry.
La tour du château, pompe et poids public : carte postale (1ère moitié du XXe siècle).


L'église Saint-Didier du XIIe siècle[modifier | modifier le code]

De l'église primitive, construite au XIIe siècle, il ne reste que la nef, devenue le chœur actuel (en 1455 le chœur, le couvert et un mur latéral se sont écroulés). Elle fut agrandie en 1851 sur l'emplacement de l'ancien cimetière.

  • La nef gauche : l'autel du Saint-Sacrement est une œuvre contemporaine. Le tabernacle est inséré dans une fresque de Nicolas Greschny, réalisée en 1975, qui représente la Cène. L'icône de Notre-Dame, du même auteur, fait l'objet de la vénération des paroissiens. Quant au vitrail, le plus ancien de l'église, il représente saint Didier ;
  • Le chœur : au fond, une autre fresque de Greschny : Le Christ Docteur. Y sont inscrits : « Voie, Vérité et Vie » (en occitan). À droite, la croix et le Christ argenté. L'autel est en chêne massif, une croix du Languedoc y est sculptée. L'ambon est constitué de l'ancien motif de la chaire de vérité, à savoir l'Annonciation ;
  • La nef de droite : y figure la troisième fresque de Nicolas Greschny, inspirée par le chapitre 12 de l'Apocalypse. Faisant le pendant de l'autel du Saint-Sacrement, le baptistère, réalisé selon la même conception ;
  • L'orgue : électronique, de marque Viscount (en), il a été complété par M. Edmond Grand. De part et d'autre du chœur, appuyées sur deux piliers de l'église, six enceintes acoustiques asservies : en bas, deux correspondent aux jeux du pédalier, celles du milieu aux jeux du premier clavier, celles du haut au positif. Au fond du chœur, derrière l'autel, un caisson de basses, lui aussi asservi, permet de simuler des tuyaux de 32 pieds, conférant à cet instrument une excellente sonorité. Cet orgue fut béni dans les années 90 par l'abbé De Bock, curé de la paroisse ;
  • La cloche : fondue le par le sieur Poutignon, maître fondeur à Montpellier. Son poids s'élève à « six quintaux et soixante-quatorze livres ». Elle fut bénie le par monsieur le curé Bigorre. On lui imposa alors les noms de Saint-Paul et de Sainte-Marguerite. Y est inscrite cette devise, extraite du psaume CII : « In conveniendo populos in unum et reges ut serviant domina » : « Au son de cette cloche, les peuples et les rois s'assembleront pour servir le Seigneur ». Les noms de monsieur Bigorre, curé, de la marraine et de Jean Ribeyrolles sont inscrits à côté de cette devise[22] ;
  • Le Cimetière actuel : fut béni le , par monsieur l'abbé Maraval, curé de Saint-Drézéry[23].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  4. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  5. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  6. « Liste des ZNIEFF de la commune de Saint-Drézéry », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  7. « ZNIEFF les « plaines et garrigues du Nord Montpelliérais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  8. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Unité urbaine 2020 de Saint-Drézéry », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  12. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  13. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  17. Armorial des communes de l'Hérault, Didier Catarina, Jean-Paul Fernon, avec le concours de Jacky David, éd. Artistes en Languedoc, 2004, (ISSN 1264-5354), p. 62.
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. Notice historique sur le village de Saint-Drézéry de Courbessac, par P. Merle 1896
  23. site web de la paroisse de Castries

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. Merle, Notice historique sur le village de Saint-Drézéry-de-Courbessac (Hérault), S.l., s.n., , 32 p.

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]