Saint-André-de-Sangonis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-André.

Saint-André-de-Sangonis
Saint-André-de-Sangonis
La mairie
Blason de Saint-André-de-Sangonis
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Lodève
Canton Gignac
Intercommunalité Communauté de communes Vallée de l'Hérault
Maire
Mandat
Jean-Pierre Gabaudan
2014-2020
Code postal 34725
Code commune 34239
Démographie
Gentilé Saint-Andréens
Population
municipale
5 678 hab. (2015 en augmentation de 6,75 % par rapport à 2010)
Densité 290 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 39′ 02″ nord, 3° 30′ 15″ est
Altitude Min. 26 m
Max. 122 m
Superficie 19,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative de l'Hérault
City locator 14.svg
Saint-André-de-Sangonis

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Saint-André-de-Sangonis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-André-de-Sangonis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-André-de-Sangonis
Liens
Site web www.ville-saintandredesangonis.fr/

Saint-André-de-Sangonis (Sant Andrieu de Sangònis en occitan), est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Saint-Andréens (en occitan Santandrivencs surnommés Pòrcs-negres - porcs noirs).

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Situé à 34 km de Montpellier, Saint-André-de-Sangonis se trouve dans la vallée de l'Hérault à mi-chemin entre la Méditerranée et l'Aveyron. De magnifiques paysages se trouvent à proximité de cette ville : le Lac du Salagou, le pic Saint-Loup.

Le village, situé sur la route très passante entre Montpellier et Millau, était jusqu'en 2005 la seule agglomération traversée par l'autoroute A750. Une déviation a permis depuis de désengorger le village de ces flots incessants de voitures et de camions devenus très dangereux et nuisibles pour les habitants.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-André-de-Sangonis
Saint-Saturnin-de-Lucian,
Jonquières
Montpeyroux Lagamas
Saint-Félix-de-Lodez,
Ceyras
Saint-André-de-Sangonis Gignac
Brignac Canet Pouzols

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Beaulieu[1]. Les citoyens de la commune se réunissent au sein de la société révolutionnaire, baptisée « société des amis de la constitution », créée en mars 1792 et comptant 207 membres en nivôse an II[2].

Entre 1790 et 1794, Saint-André-de-Sangonis absorbe les communes de Cambous et de Sainte-Brigitte[3].

L'emblème du village est le porc nègre (le cochon noir).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 2008 Gérard Delfau PS (jusqu'en 1998) puis PRG Sénateur (1980-2008)
mars 2008 mars 2014 Bernard Douysset UMP  
mars 2014 février 2017 Patrick Lambolez DVD Chirurgien-dentiste
février 2017 en cours Jean-Pierre Gabaudan DVD Viticulteur

Démographie[modifier | modifier le code]

Au dernier recensement, la commune comptait 5678 habitants.

Article détaillé : Recensement en France.
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5931 8171 9451 9842 1312 1502 1252 2692 264
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3872 3922 7062 6392 5652 5392 5482 6022 805
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 6392 5542 6112 4672 4132 6652 6302 3342 136
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
2 2952 5942 5742 6753 4723 7824 5675 3195 678
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église
  • Grande église paroissiale entièrement remaniée dans les années 1870/80 possédant un puissant clocher à la flèche particulièrement altière d'environ 50 mètres, repérable de fort loin dans la plaine de l'Hérault. Ce clocher ressemble d'ailleurs quelque peu, dans son allure générale, à celui de l'église Sainte-Anne de Montpellier ; vaste et haute nef qui conserve une bonne partie de son décor du XIXe siècle.
  • Beffroi communal surmonté de son campanile en fer forgé.
  • Grande fontaine monumentale possédant vasques, statues et colonnes en fonte de fer datant de la fin du XIXe siècle.
  • Ancienne chapelle.
  • Important patrimoine lié à la viticulture.
  • Complexe sportif Raymond-Boisset (gymnase, salle de danse, dojo, terrain de football stabilisé, plateau sportif) avec le stade Sangonis (terrain de football synthétique, deux terrains de tennis, demi-terrain de tennis avec mur d'entraînement).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-André-de-Sangonis Blason De gueules à la croix de Saint André d'or ; au chef cousu d'azur chargé d'une palme en barre brochant sur une flèche en bande la pointe en bas, accostées des lettres S et C capitales, le tout d'argent.
Détails
D'après un document aimablement transmis par J-P Fernon.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Jean-François Dubost, « Le réseau des Sociétés Politiques dans le département de l'Hérault pendant la Révolution Française (1789-1795) », Annales historiques de la Révolution française, no 278, 1989. p. 416.
  3. [1]
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.