Pérols

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pérols
Pérols
La mairie et l'église Saint-Sixte.
Blason de Pérols
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Intercommunalité Montpellier Méditerranée Métropole
Maire
Mandat
Jean-Pierre Rico
2020-2026
Code postal 34470
Code commune 34198
Démographie
Gentilé Péroliens
Population
municipale
9 000 hab. (2018 en augmentation de 0,68 % par rapport à 2013)
Densité 1 498 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 33′ 57″ nord, 3° 57′ 04″ est
Altitude 10 m
Min. 0 m
Max. 12 m
Superficie 6,01 km2
Type Commune urbaine et littorale
Unité urbaine Montpellier
(banlieue)
Aire d'attraction Montpellier
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lattes
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Pérols
Géolocalisation sur la carte : Hérault
Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Pérols
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pérols
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pérols
Liens
Site web ville-perols.fr

Pérols est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie, la commune fait partie de Montpellier Méditerranée Métropole.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Pérols se situe au sud-est de Montpellier, son vieux village à environ 8,5 kilomètres à vol d'oiseau de l'Écusson. Elle est limitrophe de Lattes du nord à l'ouest, de Mauguio du nord à l'est, de Palavas-les-Flots et Carnon (station balnéaire de la commune de Mauguio) au sud.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Pérols
(Distances : à vol d'oiseau / par la route)[1]
Castelnau-le-Lez (9.46 / 13,61 km)
Boirargues (Lattes) (4.07 / 4,95 km)
Montpellier (8.33 / 12,60 km)
Lattes (3.98 / 4,84 km)
Le Crès (10.23 / 15,37 km)
Saint-Aunès (9.05 / 13,91 km)
Baillargues (12.47 / 16,68 km)
Mauguio (7.94 / 11,33 km)
Candillargues (11.75 / 19,26 km)
Maurin (Lattes)
(5.99 / 8,81 km)
Pérols La Grande-Motte
(10.95 / 12,98 km)
Villeneuve-lès-Maguelone
(7.61 / 13,16 km)
Palavas-les-Flots (3.74 / 7,13 km)
Étang du Méjean
(0.78 / 2,30 km)
Le Grau-du-Roi (15.19 / 21,62 km)
Carnon (2.71 / 3,82 km)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est en plaine baigné par l'étang de l'Or à l'est, l'étang de Pérols à l'ouest, le canal du Rhône à Sète au sud.

Le nord de la commune est traversé par le ruisseau du « Nègue Cats », sujet à débordement lors des crues importantes.[réf. nécessaire]

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune inclut quatre zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) et deux sites d'intérêt communautaire (SIC et Natura 2000) avec deux zones de protection spéciale (ZPS et Natura 2000) dans le cadre de la directive Oiseaux ainsi que des zones classées comme « zones humides protégées par la convention de Ramsar ».

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Pérols est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[16],[17],[18]. Elle appartient à l'unité urbaine de Montpellier, une agglomération intra-départementale regroupant 22 communes[19] et 440 997 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[20],[21].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montpellier dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 161 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[22],[23].

La commune, bordée par la mer Méditerranée, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[24]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[25],[26].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (51,9 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (45,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (33,5 %), eaux maritimes (30,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (16,6 %), zones agricoles hétérogènes (14,7 %), zones humides côtières (2,9 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,8 %)[27].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Transport en commun[modifier | modifier le code]

Pérols bénéficie d’une ligne de bus (no 28 du réseaux Tam) qui traverse la ville du nord au sud avec dix stations sur son parcours.

Depuis le , la commune de Pérols est desservie par la ligne 3 du tramway de l'agglomération de Montpellier. La ligne désert quatre stations sur la commune : ÉcoPôle, Parc Expo, Pérols-Centre et Pérols-Étang de l'Or (terminus).

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Depuis le début des années 80, l'urbanisation de Pérols s'est étendue autour du vieux village avec la construction de quartiers pavillonnaires occupés essentiellement par des retraités. Elle atteint la limite avec Lattes, a presque totalement utilisé les surfaces agricoles de la commune[28][source insuffisante].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue d'une rue de Pérols : carte postale (fin du XIXe siècle - début du XXe)

Un site archéologique enregistré à l'INPN se trouve sur la commune : la ZAC de Pérols II[29].

En 804 ap J.-C., une première mention est écrite concernant le village, dans le cartulaire de Gellone sous le nom de Perairolum[30]. De 1130 à 1183, on trouve successivement Peroles en 1130, Perols en 1181 et Mansus de Podiolis entre 1175 et 1183, dans le cartulaire de Maguelone. Dans « Le statut ecclésiastique de Maguelonne », on lui donne le nom de Peyrolis vel Peroles. En 1570, figure le nom de Reraul sur la première carte particulière du Languedoc. En 1626, l’étang de Peyrolz est signalé sur la carte ancienne du Languedoc de Jean de Beins.

Entre 1649 et 1684 , le nom de la commune prend sa tournure définitive Pérols.

À l'époque révolutionnaire, la commune est connue sous la variante « Cosme-Lapalus »[31]. Lors de la Révolution française, les citoyens de la commune se réunissent au sein de la société révolutionnaire, baptisée « société populaire républicaine » en janvier 1791, puis rebaptisée « Société républicaine montagnarde » après la chute de la monarchie, et enfin « Société républicaine des montagnards sans-culotte »[32].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Antoine Poullaillon    
1791 1792 Laurent Albert    
An II   Barthélémy Causse    
1793   Barthélémy Causse    
An VIII XIII Philippe Poitevin    
1807 1808 Philippe Poitevin    
1808 1813 Antoine Poullaillon    
1813 1816 Hypollite Riban    
1816 1820 Pierre Riban    
1821 1822 Louis Blanchard    
1822 1830 Joseph Vincent    
1830 1832 Barthélémy Causse    
1832 1833 Hypollite Riban    
1833 1840 André Jouvenel    
1840 1853 Auguste Chambert    
1853 1855 Louis Malacombe    
1855 1866 Jean Limoge    
1866 1869 Emilien Vincent    
1869 1870 Pierre Daucan    
1870 1871 Jean-Joseph Ardisson    
1871 1876 Jean Arnassan    
1876 1878 Jean-Frédéric Giroux    
1878 1899 Jean Ardisson    
1899 1904 Frédéric Jouvenel    
1904 1908 Maurice Malacombe    
1908 1938 Pierre Valadier    
1946 1952 Antoine Causse    
1952 1971 Jean Planchon    
mars 1971 mars 1989 Robert-Félix Fabre UDF Inspecteur, Député de 1978 à 1981
mars 1989 avril 2014 Christian Valette DVG Vice-président de Montpellier-Agglomération
avril 2014 En cours Jean-Pierre Rico[33],[34] UDI Ingénieur
Les données manquantes sont à compléter.

Personnalités élues par circonscription électorale de rattachement[modifier | modifier le code]

Au-delà du maire, premier magistrat administrant la commune, les personnalités élues dont le mandat est relatif à une collectivité à laquelle est rattachée la commune de Pérols et représentant donc le territoire communal au sein de chacune de ces collectivités sont les suivantes :

Élections Circonscription électorale Élu de la circonscription
Niveau Type Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Groupe communal Municipales et communautaires Commune de Pérols Maire Jean-Pierre Rico 2026
Montpellier Méditerranée Métropole Président de l'intercommunalité Michaël Delafosse 2020 2026
Département Départementales Canton de Lattes Conseillère départementale Patricia Weber 29 mars 2015 2021
Conseiller départemental Cyril Meunier
Région Régionales Région Occitanie Président du conseil régional Carole Delga 2021
Pays Législatives 1re circonscription Député Patricia Mirallès

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

En 1947, Pérols crée le syndicat intercommunal à vocation unique (SIVU) avec la commune de Mauguio. Il devient un syndicat intercommunal à vocation multiple (SIVOM) en 1971. Il est dissout en 2011[réf. nécessaire].

Entre-temps, dès 1974, Pérols avait rejoint l’intercommunalité de Montpellier (Montpellier District, créée en 1965). Elle devient une communauté d’agglomération en 2001 (Montpellier Agglomération) puis une métropole en 2015 (Montpellier Méditerranée Métropole). Pérols dispose de deux sièges au Conseil de la Métropole[réf. nécessaire].

Pérols est la seule commune de la Métropole à posséder un port avec accès à la mer, via un chenal reliant le port de Carnon[réf. nécessaire].

Sécurité[modifier | modifier le code]

De nombreux sites de la commune étant considérés par la municipalité comme devant être particulièrement sécurisés (plusieurs zones commerciales, Arena, Parc Expo, accès à l'aéroport, terminus de la ligne 3 du tramway de Montpellier Pérols Étang de l'Or très fréquenté par des usagers venus de toute l'agglomération montpelliéraine en tant que point du réseau le plus proche d'une plage, RD 66…), celle-ci a mis en place :

  • une police municipale armée (onze agents + trois agents de surveillance de la voie publique) dont le poste, baptisé Arnaud-Beltrame en 2018, est situé au cœur du village[réf. nécessaire] ;
  • un réseau de vidéosurveillance avec de nombreuses caméras (54 prévues en 2022)[réf. nécessaire].

Jumelage[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Flörsheim am Main (Allemagne) depuis 1992[35], commune dans la banlieue de Francfort (Land de Hesse, District de Darmstadt, Arrondissement de Main-Taunus) dans l'ancienne région historique du Rheingau réputée pour ses vins et notamment le Riesling.

Adhésions[modifier | modifier le code]

  • Pérols est adhérente à l'UVTF (Union des Villes Taurines Françaises)[réf. nécessaire] ;
  • Pérols est adhérente à l'UVPO (Union des Villes Portuaires d'Occitanie)[réf. nécessaire] ;
  • Pérols dispose d'un siège à la SA3M, Société Publique d'Aménagement de la Métropole[réf. nécessaire] ;
  • Pérols dispose d'un siège à l'« Or Aménagement », Société Publique Locale d'Aménagement des communes du Pays de l'Or dont Pérols partage des étangs[réf. nécessaire] ;
  • Pérols est partiellement incluse dans le périmètre du SAGE des bassins versants du Lez, de le Mosson et des Etangs Palavasiens, à ce titre elle dispose d'un siège au SYBLE (Syndicat du Basin du Lez)[36].

Labels[modifier | modifier le code]

La commune est labellisée :

En , la commune a été classée 8e sur 342 au niveau départemental, par l'Association « Villes & Villages où il fait bon vivre »[réf. nécessaire].

La commune est en cours de déploiement de la fibre optique (finalisé fin 2020)[réf. nécessaire].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Peuplée de quelques centaines d'âmes (environ 500 au début du XIXe siècle) vivant principalement du commerce son petit port lagunaire, la commune de Pérols voit sa population doubler au début des années 1960 avec l'arrivée des émigrés espagnols puis celle des rapatriés français d'Algérie[réf. nécessaire].

Le dernier recensement sur la commune a eu lieu du au par des agents recenseurs munis de leur carte professionnelle, complété par un formulaire en ligne (selon les préférences). Les chiffres sont publiés en et portent la population à 9 202 habitants[réf. nécessaire].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[37]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[38].

En 2018, la commune comptait 9 000 habitants[Note 3], en augmentation de 0,68 % par rapport à 2013 (Hérault : +6,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
525578591687796886866890965
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9221 0151 1721 0891 0869129591 0341 049
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0771 0489581 0089009219521 0031 117
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 3512 2033 4404 4226 5957 7318 5668 4539 089
2018 - - - - - - - -
9 000--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[39] puis Insee à partir de 2006[40].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, le village de Pérols a prospéré grâce au commerce du sel avec ses salines. Il a su aussi profiter de l'attractivité de sa source d'eau « bouillonnante » (Le Boulidou) à la réputation « guérisseuse ». Par la suite, le commerce du sel s'est tari, la source a été bouchée.

Plus tard, c'est son petit port lagunaire situé sur l'étang de l'Or, mais donnant accès à la mer (via le Grau de Carnon) et au canal du Rhône à Sète, qui va faire sa prospérité commerciale. Il porte d'abord le nom de « Port du Radel », « Port d'Usquin » et enfin « Port de Pérols ».

L'économie de la pêche (surtout celle de l'anguille des étangs) et celle de la vigne vont prendre le relais.

Aujourd'hui, Pérols profite de l'économie du tertiaire avec la proximité des nombreuses zones d'activités du sud de l'agglomération montpelliéraine, et de sa bonne situation géographique près de l'aéroport de Montpellier (2 km du centre de Pérols) et la nouvelle gare TGV Sud de France (5 km du centre de Pérols).

Entreprises[modifier | modifier le code]

Le nord de la commune abrite de nombreuses zones commerciales :

  • Centre Commercial Auchan (Plein Sud Auchan, Secteur Bir Hakeim) ;
  • ZAC Le Fenouillet (Fenouillet Sud/Les Galines, Fenouillet Nord, Le Delta) ;
  • ZAC Parc Méditerranée ;
  • ZAC Parc d'Activités de l'Aéroport ;
  • Centre commercial Carrefour Grand Sud (une petite partie est sur la commune de Pérols).

Depuis , Pérols héberge le siège de l'Assurance Mutuelle des Motards[réf. nécessaire].

Grands équipements[modifier | modifier le code]

L'Arena Sud de France et le Parc des Expositions de Montpellier sont aussi situés sur la commune de Pérols.

Stade du MHSC[modifier | modifier le code]

Pérols a été choisi pour l'implantation du futur projet « Ode à la Mer », l'une des plus grandes opérations de renouvellement et de requalification d'une zone commerciale en France. Démarrage des travaux prévus en 2020. Le projet se décompose en deux étapes (Acte 1 et 2). L'acte 1 prévoit la construction d'un gigantesque centre commercial (Shopping Promenade) à l'emplacement de l'ancienne petite ZAC Ecopôle[réf. nécessaire]. Rebondissement le 12 juin 2020, en pleine campagne des municipales, le président de la Métropole Philippe Saurel annonce qu’il utilise la clause de revoyure et rompt le contrat qui lie la Métropole au porteur du projet.

Invités sur France Bleu Hérault le lundi 4 janvier 2021, Laurent Nicollin, le président du club du MHSC, et Michaël Delafosse, nouveau président de la Métropole de Montpellier, ont indiqué que le nouevau stade de fotball du MHSC serait bâtie à Pérols, sur le site Ode à la mer où était initialement prévu un centre commercial.

Musée Louis Nicollin[modifier | modifier le code]

Laurent Nicollin annonce le 23 février 2021 la création d'un musée du sport dans la future enceinte du MHSC qui verra le jour à Pérols. Ce musée qui rassemblera une grande collection d'objets sportifs, sera en hommage à l'ancien président légendaire du club héraultais, Louis Nicollin.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Culture taurine

Pérols, baptisée « La porte d'Or de la Camargue », est très liée à la culture taurine, plus particulièrement à la Course camarguaise. Elle possède une arène traditionnelle de 2 200 places construite en 1960. C'est la plus grande arène taurine de la Métropole.

Chaque été ont lieu des festivités au cours desquelles les jeunes et les « festaïres » du village animent les rues en se mesurant aux taureaux lors d'abrivado, de bandido, d'encierro et Toro-piscine.

Deux courses majeures forment le point d'orgue de la saison et retiennent l'attention des afeciounados :

  • La Ficelle d'Argent (trophée de la commune depuis 1974) - mi-août ;
  • Étape du Trophée 3M (Montpellier Méditerranée Métropole) - fin juin.
Fête votive

Le , Pérols célèbre son saint Patron, saint Sixte II. L'occasion d'une procession durant laquelle la statue du saint est sortie de l'église pour une messe aux arènes.

Des festivités encadrent cette journée pendant 3 à 4 jours, avec notamment une traditionnelle pégoulade (défilé carnavalesque) organisé par les jeunes du villages.

Animations[modifier | modifier le code]

Le marché hebdomadaire se tient tous les samedis matin, au cœur du village.

En été, ont lieu :

  • Juillet/août : Les Mercredis du terroir (dégustation des produits du terroir tous les mercredis soir de l'été sur la place de la mairie) ;
  • début juillet : Festa Campera (bodega géante animée par les associations du village) ;
  • mi-juillet : Féria des étangs (animations taurines, apéritif géant, déjeuner au pré…) ;
  • début août : Fête votive de la Saint Sixte ;
  • mi-août : « Revivre » pour clôturer la saison des fêtes estivales.

Monuments et lieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Sixte II est le monument le plus emblématique du village. Sa construction commence dès 1863 en remplacement de l’ancienne église trop petite (connue sous le nom de Saint-Sauveur). Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, une statue de la Vierge fut érigée sur le clocher, gage de reconnaissance des villageois envers la bienveillante protection de la Vierge, car le village fut épargné lors des bombardements alliés sur l’aérodrome voisin aux mains des nazis ;
  • La mairie ;
  • Chapelle des Pénitents blancs (rue de la Chapelle) ;
  • Croix de Mission (angle de l’avenue de Montpellier et la rue du Pradas) ;
  • Arènes de Pérols ;
  • Arena Montpellier ;
  • Parc des expositions de Montpellier.

Spécialité culinaire[modifier | modifier le code]

Présentation de la tourte pérolienne.

La tourte pérolienne, spécialité du village de Pérols, à la différence des autres tourtes impose une cuisson séparée de la pâte et de la farce, pour ensuite les assembler.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Héraldique

Les armoiries de Pérols se blasonnent ainsi :
« De gueules au buste de Saint Sixte auréolé d’or brochant sur deux palmes d ‘argent passées en sautoir en pointe ».

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances vers : Le Crès, Saint-Aunès, Baillargues, Mauguio, Candillargues, La Grande-Motte, Le Grau-du-Roi, Carnon, Étang du Méjean, Palavas-les-Flots, Villeneuve-lès-Maguelone, Maurin (Lattes), Lattes, Montpellier, Boirargues (Lattes) et Castelnau-le-Lez, publié sur le site fr.distance.to (consulté le ).
  2. Les 14 communes de la ZNIEFF du complexe paludo-laguno-dunaire des étangs montpelliérains sont : Aigues-Mortes, Candillargues, Frontignan, Lansargues, Lattes, Marsillargues, Mauguio, Mireval, Palavas-les-Flots, Pérols, Saint-Nazaire-de-Pézan, Vic-la-Gardiole, Villeneuve-lès-Maguelone et La Grande-Motte.
  3. ZNIEFF 910010743 - Complexe paludo-laguno-dunaire des étangs montpelliérains sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN..
  4. ZNIEFF 910030162 - Étang du Méjean-Pérols sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN..
  5. ZNIEFF 910010749 - Étang de l'Or sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN..
  6. ZNIEFF 910030009 - Aéroport de Montpellier-Fréjorgues sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN..
  7. NATURA 2000 - FR9101410 - SIC des étangs palavasiens.
  8. Les huit communes concernées par le SIC de l'étang de Mauguio sont : Candillargues, La Grande-Motte, Lansargues, Marsillargues, Mauguio, Pérols, Saint-Just et Saint-Nazaire-de-Pézan.
  9. NATURA 2000 - FR9101408 - SIC de l'étang de Mauguio, fiche INPN.
  10. Les huit communes de la ZPS des étangs palavasiens et étang de l'Estagnol sont : Frontignan, Lattes, Mauguio, Mireval, Palavas-les-Flots, Pérols, Vic-la-Gardiole et Villeneuve-lès-Maguelone.
  11. NATURA 2000 - FR9110042 – ZPS des étangs palavasiens et étang de l'Estagnol.
  12. NATURA 2000 - FR9112017 – ZPS de l'étang de Mauguio, fiche de l'INPN.
  13. FR7200028 - zone humide Ramsar « Étangs palavasiens », fiche INPN.
  14. Les 16 communes concernées par la zone humide Ramsar de la Petite Camargue sont : Arles, Saintes-Maries-de-la-Mer, Mauguio, Saint-Nazaire-de-Pézan, Grau-du-Roi, Pérols, Lansargues, Marsillargues, Aigues-Mortes , Beauvoisin, La Grande-Motte, Le Cailar, Candillargues, Saint-Gilles, Saint-Laurent-d'Aigouze et Vauvert.
  15. FR7200017 - zone humide Ramsar « Petite Camargue », fiche INPN.
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  17. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  19. « Unité urbaine 2020 de Montpellier », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 27 mars 2021).
  20. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  21. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 27 mars 2021).
  22. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 27 mars 2021).
  23. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 27 mars 2021).
  24. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  25. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  26. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  27. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 avril 2021)
  28. Montpellier, carte topographique au 1/25 000, IGN, 3e édition, 2004.
  29. Site archéologique de la ZAC de Pérols II, fiche INPN.
  30. Sources : Michelle Granier-Rovetto, Histoire de Pérols en Languedoc, Ed Lacour. (épuisé)
  31. Claude Motte, Paroisses et communes de France - Dictionnaire d'histoire administrative et démographique - Hérault, Paris, Éditions du centre national de la recherche scientifique, , 490 p. (ISBN 2-222-04293-3), p. 326.
  32. Jean-François Dubost, « Le réseau des Sociétés Politiques dans le département de l'Hérault pendant la Révolution Française (1789-1795) », Annales historiques de la Révolution française, no 278, 1989. p. 413.
  33. Résultats des élections municipales et communautaires dans l'Hérault, publié le sur le site du Conseil départemental de l'Hérault (consulté le ).
  34. Conseil municipal, publié sur le site de la Mairie de Pérols (consulté le ).
  35. « Städtepartnerschaften » Site web de la ville de Flörsheim am Main, consulté le 1er mai 2017.
  36. SYBLE, « COMPOSITION DU COMITE SYNDICAL », sur syble.fr.
  37. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  38. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  39. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  40. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  41. | Article du Monde - 16 septembre 1993

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georgette Alary, Le port de Pérols, coll. « Mémoire d'Oc » (no 70), , 103 p.
  • Georgette Alary, Le Boulidou de Pérols, une curiosité oubliée, coll. « Mémoire d'Oc » (no 59), , 68 p.
  • Yvan Figon, Pérols - Histoires oubliées, Pérols, Yvan Figon, , 137 p. (ISBN 2-9520131-1-X)
  • Yvan Figon, Pérols - Images oubliées, Pérols, Yvan Figon, , 94 p. (ISBN 2-9520131-0-1)
  • Michelle Granier-Rovetto, Histoire de Pérols en Languedoc : des origines à la Révolution, Nîmes, éd. Lacour, , 69 p.
  • Mission Archives 34, Archives communales de Pérols : répertoire numérique détaillé, Montpellier, Mission Archives 34, , 211 p.
  • Roland Hours, Pérols hier et aujourd'hui. (Bande dessinée)

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]