Clapiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Clapiers
Clapiers
Le vieux centre de Clapiers vu depuis Jacou.
Blason de Clapiers
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Intercommunalité Montpellier Méditerranée Métropole
Maire
Mandat
Éric Penso
2020-2026
Code postal 34830
Code commune 34077
Démographie
Gentilé Clapiérois
Population
municipale
5 411 hab. (2019 en augmentation de 1,5 % par rapport à 2013)
Densité 704 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 39′ 30″ nord, 3° 53′ 21″ est
Altitude 25 m
Min. 25 m
Max. 126 m
Superficie 7,69 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Montpellier
(banlieue)
Aire d'attraction Montpellier
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Montpellier - Castelnau-le-Lez
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Clapiers
Géolocalisation sur la carte : Hérault
Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Clapiers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Clapiers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Clapiers
Liens
Site web ville-clapiers.fr

Clapiers [kla.pje] (en occitan languedocien Clapiés [kla.'pjes]) est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie, et en périphérie de Montpellier.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte du territoire communal.

Clapiers est limitrophe de Montpellier. C'est le fleuve le Lez qui fait la frontière naturelle entre les deux communes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Castelnau-le-Lez, Assas, Jacou, Montferrier-sur-Lez, Montpellier, Prades-le-Lez et Teyran.

Rose des vents Prades-le-Lez
Montferrier-sur-Lez
Assas Teyran Rose des vents
Montferrier-sur-Lez N Jacou
O    Clapiers    E
S
Montpellier Montpellier Castelnau-le-Lez

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le canal du Bas-Rhône Languedoc irrigue les champs et alimente le Lez en été.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat méditerranéen franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat méditerranéen » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, les hivers sont doux et les étés chauds, avec un ensoleillement important et des vents violents fréquents[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré suivant[1].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 14,3 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,8 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 16,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 16,5 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 740 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 2,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[4] complétée par des études régionales[5] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Prades Le Lez », sur la commune de Prades-le-Lez, mise en service en 1980[6]et qui se trouve à 5 km à vol d'oiseau[7],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 14,3 °C et la hauteur de précipitations de 852,2 mm pour la période 1981-2010[8]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Montpellier-Aéroport », sur la commune de Mauguio, mise en service en 1946 et à 11 km[9], la température moyenne annuelle évolue de 14,7 °C pour la période 1971-2000[10], à 15,1 °C pour 1981-2010[11], puis à 15,5 °C pour 1991-2020[12].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

La forêt de Clapiers est composée d'une surface de 178 hectares, dont 122 représentent la forêt communale et le restant est composé de garrigue. La forêt communale est soumise au régime forestier de l'office national des forêts (ONF). Elle est constituée, selon les indications de la ville de Clapiers[13], de :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Clapiers est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[14],[I 1],[15]. Elle appartient à l'unité urbaine de Montpellier, une agglomération intra-départementale regroupant 22 communes[I 2] et 440 997 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[I 3],[I 4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montpellier, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 161 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[I 5],[I 6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (37,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (44,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (27,4 %), zones urbanisées (27,2 %), cultures permanentes (20,3 %), zones agricoles hétérogènes (16,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (8,2 %)[16].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune doit son nom au fait qu'un village nommé Clapiés (racine « clapàs » en occitan languedocien, « pierrier » en français) a été bâti sur une colline rocailleuse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières traces d'habitats sont des villas agricoles gallo-romaines.

Il y eut un village fortifié au Moyen Âge. Le seigneur de Montpellier Guilhem VII qui venait de recevoir de son frère Guilhem d'Aumelas et de Tortosa, entrant dans l'ordre des Templiers, la seigneurie De Castries, fit du remembrement. Il acheta en mars 1158 à Aimeric Barbeiran les dépendances du domaine de Castries qui incluaient la propriété et paroisse Sainte Marie de Clapiers. Cela comportait, les terres, les eaux, les rives, les maisons, les fortifications, les hommes les femmes, le gibier…[réf. nécessaire]

Dans les années 1960, elle a été entraînée par la progression démographique de Montpellier[17].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Clapiers Blason
« d'azur à l'église d'or ouvert et ajouré du champ posé sur une terrasse aussi d'or, et accosté de deux pins de sinople futés au naturel, surmontés, celui de dextre, d'une croix cléchée et pommetée d'or remplie de gueules (croix occitane) et, celui de senestre, d'un tau d'or ».
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2009[18].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1959 mars 1977 Louis Pelissier    
mars 1977 mars 1983 Jacques Vidal    
mars 1983 mars 2014 Pierre Maurel PS Conseiller général du canton de Montpellier-2 (1993-2015)
Vice-président du conseil général
mars 2014 En cours Éric Penso[19],[20] PS Principal adjoint de l’Éducation nationale[21]
Vice-président de Montpellier Méditerranée Métropole[21]
Président délégué de la commission Culture et patrimoine historique[21]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Clapiers est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[23].

En 2019, la commune comptait 5 411 habitants[Note 6], en augmentation de 1,5 % par rapport à 2013 (Hérault : +7,63 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
168174212188243266284279277
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
288258318310245216220251304
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
307301302275286325325317309
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3263748671 9003 4784 6314 9395 2655 473
2019 - - - - - - - -
5 411--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Répartition socioprofessionnelle[modifier | modifier le code]

Répartition socioprofessionnelle dans la commune de Clapiers en 2011, selon les données de l'Insee[Note 7][source insuffisante].

Profession Nbre de personnes en exercice % de la population totale
Agriculteurs 0 0
Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 132 3,1
Cadres et professions intellectuelles 776 18,2
Professions intermédiaires 696 16,3
Employés 596 14
Ouvriers 260 6,1
Retraités 1036 24,3
Autres personnes sans activité professionnelle 776 18,2
Ensemble 4272 100

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Clapiers possède une crèche, une école maternelle, deux écoles élémentaires et un collège qui accueillent les enfants de Clapiers, d'Assas, de Guzargues et Saint-Croix de Quintillargues. Le lycée de secteur de la commune est le lycée Frédéric Bazille-Agropolis, de Montpellier.

Un conseil municipal des jeunes (C.M.J.) composé d'enfants (C.M.1-6e) est élu tous les 2 ans.

Économie[modifier | modifier le code]

Le revenu net déclaré moyen par foyer en 2011 s'élève à 38 114 [Note 8][source insuffisante].

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • L'espace Tourisme-Europe-Avenir-Emploi qui se situe à l'Ostau (ancienne M.J.C.) fournit une documentation d'activités locales ;
  • Un camping-parc aquatique 4 étoiles accueille le public tout le long de l'été.

Sports[modifier | modifier le code]

Un tennis, un skatepark, un terrain de sport et un gymnase sont à la disposition des associations.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Festivités et événements[modifier | modifier le code]

Chaque année ont lieu :

  • Le festival la Rue Râle (arts de la rue) ;
  • Les marchés aux puces ;
  • La fête du marché ;
  • Le marché de Noël ;
  • Le carnaval ;
  • Clap'Famille.

Spécialité culinaire[modifier | modifier le code]

Les Pétoules de Clapiers, exclusivement vendues au village, sont une sorte de petite meringue aux fruits[27].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Antoine de Clapiers. La petite ville de Clapiers a une église qui porte le nom de Saint-Antoine datant du XIIe siècle. Le Mur-clocher a été inscrit au titre des monuments historiques en 1980[28] ;
  • La mairie au centre-ville (l'ancien village) occupe les bâtiments de l'ancienne école élémentaire ;
  • Le centre-ville a une partie ancienne autour de l'église et de la mairie ;
  • La ville de Clapiers est entourée de vignes pour lesquelles il reste quelques exploitations viticoles en activités ;
  • Sur l'esplanade de la ville se trouve une ancienne éolienne ;
  • La commune dispose d'un parcours sportif et d'agrément dans la forêt qui l'entoure, de terrains de tennis (récemment réhabilités), d'un centre de jeux aquatique, d'un camping, d'un skatepark, d'une médiathèque (Albert-Camus) inaugurée en 2010 et plusieurs stades de football, dont un qui a la meilleure pelouse de la région, ce qui attira le Paraguay en 1998 et les Tonga en 2007 ;
  • Dans le parc communal Claude Leenhardt se trouve une mare ;
  • Un jeu de piste, une balade culturelle (appelée « le chemin des Peintres ») et un sentier botanique sont à la disposition des Clapiérois ;
  • Un espace Tourisme-Europe-Avenir-Emploi est ouvert de temps en temps.

Galerie[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  7. Source : Insee, 2011.
  8. Source : Insee.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune urbaine - définition » (consulté le ).
  2. « Unité urbaine 2020 de Montpellier » (consulté le ).
  3. « Base des unités urbaines 2020 », (consulté le ).
  4. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  5. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  6. « Station Météo-France Prades Le Lez - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Orthodromie entre Clapiers et Prades-le-Lez », sur fr.distance.to (consulté le ).
  8. « Station Météo-France Prades Le Lez - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  9. « Orthodromie entre Clapiers et Mauguio », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station météorologique de Montpellier-Aéroport - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  11. « Station météorologique de Montpellier-Aéroport - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Montpellier-Aéroport - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Clapiers, véritable poumon vert », publié sur le site de la Mairie de Clapiers (consulté le ).
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  17. Répertoire numérique détaillé des archives communales de Clapiers, (lire en ligne), p. 6.
  18. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Clapiers, consultée le .
  19. Résultats des élections municipales et communautaires dans l'Hérault, publié le sur le site du Conseil départemental de l'Hérault (consulté le ).
  20. Éric Penso et sa nouvelle équipe sont opérationnels, publié le sur le site du Midi-Libre (consulté le ).
  21. a b et c Fonctions des élus : Éric Penso, publié sur le site de Montpellier Méditerranée Métropole (consulté le ).
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  26. « Festival de la tomate », publié sur le site Destination sud de France (consulté ).
  27. « Une spécialité clapiéroise concurrence les grisettes de Montpellier », publié le sur le site du Midi-Libre (consulté le ).
  28. « Eglise Saint-Antoine », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Cartayrade et Paul , Le sol et son occupation dans l'espace péri-urbain : zone d'étude Clapiers, Jacou, Le Crès, [s.l.], [s.n.], , 106 p.
  • Mission Archives 34, Répertoire numérique détaillé des archives communales anciennes et modernes de Clapiers, Montpellier, Mission Archives 34, , 98 p. (lire en ligne)
  • Jacques Vidal, Clapiers, Nîmes, éd. Lacour, , 696 p.

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

  • Série : Délibérations communales (1794-1832) [1 registe]. Fonds : Archives communales de Clapiers; Cote : 108 PUB. Clapiers : Mairie de Clapiers (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]