Castries (Hérault)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Castries
Castries (Hérault)
Photo aérienne de la commune.
Blason de Castries
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Intercommunalité Montpellier Méditerranée Métropole
Maire
Mandat
Claudine Vassas Mejri
2020-2026
Code postal 34160
Code commune 34058
Démographie
Gentilé Castriotes
Population
municipale
6 294 hab. (2019 en augmentation de 6,05 % par rapport à 2013)
Densité 262 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 40′ 47″ nord, 3° 58′ 56″ est
Altitude Min. 20 m
Max. 154 m
Superficie 24,05 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Castries
(ville isolée)
Aire d'attraction Montpellier
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Crès
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Castries
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Castries
Géolocalisation sur la carte : Hérault
Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Castries
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Castries
Liens
Site web castries.fr

Castries [kas.tʁi] (en occitan Càstrias ['kas.trjɔs]) est une commune française située dans l'est du département de l'Hérault en région Occitanie.

Exposée à un climat méditerranéen, elle est drainée par la Cadoule, le Bérange, le Valantibus et par divers autres petits cours d'eau. La commune possède un patrimoine naturel remarquable composé de quatre zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Castries est une commune urbaine qui compte 6 294 habitants en 2019, après avoir connu une forte hausse de la population depuis 1962. Elle est dans l'unité urbaine de Castries et fait partie de l'aire d'attraction de Montpellier. Ses habitants sont appelés les Castriotes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte du territoire communal.

Localisation[modifier | modifier le code]

À vol d'oiseau, Castries est située à 11,8 km à l'est de Montpellier[1].

Communes limitrophes et proches[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Castries
(Distances : à vol d'oiseau / par la route)[2]
Montaud (8.30 / 9,79 km)
Ste-Croix-de-Quintillargues
(12.31 / 16,64 km)
Guzargues (6.97 / 9,94 km)
Le Triadou (12.82 / 16,80 km)
Assas (7.43 / 11,11 km)
Saint-Drézéry
(6.00 / 8,83 km)
St-Jean-de-Cornies (7.49 / 9,99 km)
Sussargues (4.15 / 5,43 km)
Restinclières (6.53 / 7,24 km)
St-Geniès-des-Mourgues
(4.33 / 5,33 km)
Gallargues-le-Montueux
(15.77 / 25,28 km)
Teyran
(5.03 / 8,04 km)
Castries Lunel-Viel
(8.31 / 10,37 km)
Montferrier-sur-Lez (10.18 / 16,22 km)
Jacou (6.40 / 8,05 km)
Le Crès (5.08 / 6,93 km)
Vendargues (2.76 / 3,35 km)
Étang de l'Or
(10.85 / 12,40 km)
Valergues (6.10 / 9,68 km)
Saint-Brès (3.85 / 5,16 km)
Baillargues (2.84 / 3,48 km)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Les Pins, un bois sur la commune.

La superficie de la commune est de 2 405 hectares ; son altitude varie entre 20 et 154 mètres[3].

Les environs de Castries sont parsemés de carrières. La roche extraite est un calcaire de 20 millions d'années (datant du Miocène) d'une belle couleur jaune pâle. Cette pierre est utilisée à de nombreux endroits du département : la promenade du Peyrou à Montpellier, ou encore à la cathédrale de Maguelone… C'est une pierre riche en fossiles (coquillages, dents de requins, etc.). Au Miocène, le littoral languedocien était sous l'eau, ce qui englobe les régions actuelles de Narbonne, Béziers, Montpellier et Nîmes. La sédimentation des squelettes et coquilles de cette mer donnera cette roche tendre, utilisée comme matériau de construction.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat méditerranéen franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[4]. En 2020, la commune ressort du type « climat méditerranéen » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, les hivers sont doux et les étés chauds, avec un ensoleillement important et des vents violents fréquents[5].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré suivant[4].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 14,3 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,8 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 16,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 16,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 693 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 5,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 2,6 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saint-Drezery », sur la commune de Saint-Drézéry, mise en service en 1980[9]et qui se trouve à 6 km à vol d'oiseau[10],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 14,3 °C et la hauteur de précipitations de 768,4 mm pour la période 1981-2010[11]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Montpellier-Aéroport », sur la commune de Mauguio, mise en service en 1946 et à 7 km[12], la température moyenne annuelle évolue de 14,7 °C pour la période 1971-2000[13], à 15,1 °C pour 1981-2010[14], puis à 15,5 °C pour 1991-2020[15].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Trois ZNIEFF de type 1[Note 4] sont recensées sur la commune[16] :

  • les « garrigues de castries » (303 ha), couvrant 2 communes du département[17] ;
  • la « rivière de la Cadoule à Castries et Vendargues » (6 ha), couvrant 2 communes du département[18],
  • la « vallée de la rivière du Bérange » (99 ha), couvrant 4 communes du département[19] ;

et une ZNIEFF de type 2[Note 5],[16] : les « plaines et garrigues du Nord Montpelliérais » (13 097 ha), couvrant 25 communes dont six dans le Gard et 19 dans l'Hérault[20].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Vue aérienne des voies d'accès.

Le territoire de la commune est traversé par l'ancienne route nationale 110 (Montpellier-Alès) déclassée en janvier 2006 sous le nom de route départementale 610. À cette date, ce sont entre 13 000 et 15 000 véhicules qui traversent le centre de la ville.

Un projet du conseil général de l'Hérault prévoit la construction d'une déviation au sud de Castries, avec enquête publique en 2008[21].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Castries est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[22],[23],[24]. Elle appartient à l'unité urbaine de Castries, une unité urbaine monocommunale[25] de 6 178 habitants en 2017, constituant une ville isolée[26],[27].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montpellier, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 161 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[28],[29].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (45,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (48,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (28,6 %), cultures permanentes (25,4 %), zones agricoles hétérogènes (13,9 %), forêts (12,5 %), zones urbanisées (9,8 %), terres arables (6,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,2 %), mines, décharges et chantiers (1 %), prairies (0,1 %)[30].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 2 505, alors qu'il était de 2 085 en 1999[Insee 1].

Parmi ces logements, 92,7 % étaient des résidences principales, 3,3 % des résidences secondaires et 4,0 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 81,3 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 18,1 % des appartements[Insee 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 66,2 %, en légère baisse par rapport à 1999 (69,1 %). La part de logements HLM loués vides (logements sociaux) était de 6,6 %, en légère hausse par rapport à 1999 (6,0 %)[Insee 3].

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Castries est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, feux de forêts et séisme (sismicité faible). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses[31]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[32].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement de cours d'eau, notamment la Cadoule et le Bérange. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1987, 1994, 2003, 2014 et 2015[33],[31].

Castries est exposée au risque de feu de forêt. Un plan départemental de protection des forêts contre les incendies (PDPFCI) a été approuvé en juin 2013 et court jusqu'en 2022, où il doit être renouvelé. Les mesures individuelles de prévention contre les incendies sont précisées par deux arrêtés préfectoraux et s’appliquent dans les zones exposées aux incendies de forêt et à moins de 200 mètres de celles-ci. L’arrêté du réglemente l'emploi du feu en interdisant notamment d’apporter du feu, de fumer et de jeter des mégots de cigarette dans les espaces sensibles et sur les voies qui les traversent sous peine de sanctions. L'arrêté du rend le débroussaillement obligatoire, incombant au propriétaire ou ayant droit[Note 8],[34].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Castries.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 81,4 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (59,3 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 2 162 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 1 089 sont en en aléa moyen ou fort, soit 50 %, à comparer aux 85 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[35],[Carte 2].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[36].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par des infrastructures routières ou ferroviaires importantes ou la présence d'une canalisation de transport d'hydrocarbures. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est susceptible d’avoir des effets graves sur les biens, les personnes ou l'environnement, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[37].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, le nom de la commune est Càstias.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site de Castries montre des traces d'une occupation néolithique et chalcolithique (pointes de flèches, silex).

Dès le Ier siècle, un poste de garde romain (castra) est installé au sommet de la colline pour surveiller la voie romaine (via domitia).

Suit une zone d'ombre jusqu'au Xe siècle où le nom de Castra apparaît dans les recueils d'histoire locale. Le premier seigneur connu du château féodal se nomme Dalmace (venu de Catalogne et du Bitérois). La ville comporte deux accès (XVe siècle) : la porte de Sommières et la porte de Montpellier.

Le puissant seigneur Dalmace, chevalier croisé, participe à la 1re Croisade et meurt en Palestine. Le fief de Castries entre alors, par mariage (Ermessende) et testaments, dans la seigneurie de Guilhem VII, seigneur de Montpellier. Aux XIIIe et XIVe siècles : calamités avec la peste, des famines et des guerres. À la fin du XIVe siècle, on comptait à Castries onze feux (cinq personnes par feu, soit 55 personnes).

En 1495, la famille de La Croix achète la baronnie de Castries à Jean de Pierre de Pierrefort. Vers 1520, l'ancien château fort est rasé et reconstruit sur les bases du château actuel, dont l'histoire pendant cinq siècles va être étroitement liée à celle du village.

Suivirent des années de paix fragile et de guerres brutales jusqu'à l'année terrible de 1622 où le duc de Rohan, chef des Églises réformées ordonne la démolition des murailles et le comblement des fossés, pour mieux défendre Montpellier, place de sûreté protestante, dont les troupes de Louis XIII s'approchaient.

En 1985, le château, classé monument historique depuis 1966, est légué à l'Académie française, sur décision du propriétaire, René de Castries.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le , un bombardier américain B-24 fait un atterrissage forcé dans une vigne située sur la commune. L'avion avait été touché par la flak au-dessus de la commune d'Avignon. Sur neuf membres d'équipage, deux étaient encore dans l'appareil lorsqu'il se posa sur le ventre à Castries, les autres ayant sauté en parachute. Il s'agissait du lieutenant copilote, James Zimmerman qui fut fait prisonnier par les Allemands et du sergent mitrailleur Willis Harless qui, décédé des suites de ses blessures provoquées par la flak, fut enterré dans le cimetière du village[38].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Castries (Hérault).svg

Les armoiries de Castries se blasonnent :
« D'or à Saint Étienne de carnation, habillé en diacre, l'aube d'azur et la dalmatique de gueules, tenant en sa dextre une palme de sinople et en sa senestre trois cailloux d'argent ».
Variante : « D’or à Saint-Étienne de sable ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis 1944.
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1950 René de La Croix de Castries    
mars 1951 mars 1977 Hippolyte Paulet DVG  
mars 1977 mars 1995 Paul Brunel DVG Conseiller général du canton de Castries (1972-1985)
mars 1995 mars 2001 Maurice Andrieux DVD  
mars 2001 mai 2020 Gilbert Pastor PS Retraité
mai 2020 En cours Claudine Vassas Mejri[40],[41] Groupe Majoritaire Gauche Républicaine (GMGR)[42] puis PS[43] Cadre dans le secteur sanitaire et social[42]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Castries est jumelée avec :

  • Drapeau de l'Italie Volpiano (Italie) depuis 2010[44]. Dans le cadre du jumelage avec la ville italienne située dans le Piémont, des représentants de l'association humanitaire castriote « Castries Village Solidaire » sont en contact avec l'association humanitaire italienne « Dona Con Amore » afin d'élaborer des projets humanitaires communs[45].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[46]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[47].

En 2019, la commune comptait 6 294 habitants[Note 9], en augmentation de 6,05 % par rapport à 2013 (Hérault : +7,63 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5115586157877157989541 0171 126
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1501 2131 3861 4151 2121 0441 0801 1681 280
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3391 3361 2421 3681 3641 4301 2341 0901 247
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
1 3681 7912 4613 4193 9925 1465 4235 5195 935
2018 2019 - - - - - - -
6 2506 294-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[48] puis Insee à partir de 2006[49].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Le collège Les Pins ;
  • L'école primaire Marcel-Pagnol ;
  • L'école élémentaire et maternelle de La Guesse ;
  • L'école maternelle Le Chat Perché ;
  • L'école Sainte-Marie.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune compte quatre monuments répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[50], dont le Château de Castries et aucun lieu et monument répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[51]. Par ailleurs, elle compte 81 objets répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[52] et un objet répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[53] :

Outre ces monuments, on peut également citer :

  • le moulin à huile ;
  • le square Coste (rue du Château) ;
  • le château de Fontmagne ;
  • le mas de Roux et son site archéologique d'un ancien village médiéval qui vient d'être fouillé[Quand ?] en bordure de l'autoroute A9 et les mas de Moulinas, de Fondespierres, de Fontmarie, de Cadenet, Naud, de Bannière et de Saint-Antoine ;
  • la médiathèque de Montpellier Méditerranée Métropole Françoise Giroud construite en 2007 à l'emplacement de l'ancienne cave coopérative ;
  • la première tuilerie et le four à chaux ;
  • le pont des Tourilles ;
  • le pont du Bérange et ses demeures bourgeoises en bordure de route. Grand parc avec un impressionnant et long alignement de platanes autour d'un ancien canal d'irrigation. Non loin se trouve l'ancien ermitage Saint-Léonard, chapelle romane à chevet plat, dont la façade est un placage du XIXe siècle ;
  • le pont de Bannière ;
  • les carrières de pierre ;
  • la voie secondaire romaine entre Castries et Sussargues ;
  • l'ancienne gare PLM-SNCF.

Galerie[modifier | modifier le code]

Information Survolez une image pour afficher sa légende ; survolez la légende pour l'afficher en entier si elle est tronquée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[6].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  5. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Le débroussaillement s'applique notamment aux abords de constructions, chantiers, travaux ou installations sur une largeur de 50 mètres (selon un principe du droit des assurances, tout propriétaire est tenu d’assurer la protection de ses biens), et de 5 mètres de part et d’autre des voies privées y donnant accès.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )
Insee
  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Orthodromie entre Castries et Montpellier », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le ).
  2. Distances vers : Saint-Drézéry, Saint-Jean-de-Cornies, Sussargues, Restinclières, Saint-Geniès-des-Mourgues, Gallargues-le-Montueux, Lunel-Viel, Valergues, Saint-Brès, Baillargues, Étang de l'Or, Vendargues, Le Crès, Jacou, Montferrier-sur-Lez, Teyran, Assas, Le Triadou, Guzargues, Sainte-Croix-de-Quintillargues et Montaud, publié sur le site fr.distance.to (consulté le ).
  3. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  5. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  6. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  8. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  9. « Station Météo-France Saint-Drezery - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Orthodromie entre Castries et Saint-Drézéry », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station Météo-France Saint-Drezery - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  12. « Orthodromie entre Castries et Mauguio », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station météorologique de Montpellier-Aéroport - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Montpellier-Aéroport - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Montpellier-Aéroport - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Castries », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  17. « ZNIEFF les « garrigues de castries » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. « ZNIEFF la « rivière de la Cadoule à Castries et Vendargues » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « ZNIEFF la « vallée de la rivière du Bérange » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « ZNIEFF les « plaines et garrigues du Nord Montpelliérais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. Castries. Le contournement routier de la ville dévoilé, édition montpelliéraine du quotidien Midi libre, . Ce projet de déviation doit s'inscrire dans le paysage du château de Castries ; les Architectes des bâtiments de France ont donc été consultés.
  22. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  24. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Unité urbaine 2020 de Castries », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  26. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  27. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  28. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  29. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  30. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  31. a et b « Les risques près de chez moi - commune de Castries », sur Géorisques (consulté le )
  32. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  33. « Les risques majeurs dans l'Hérault », sur www.herault.gouv.fr (consulté le ), partie 1 - chapitre Risque inondation.
  34. « Les risques majeurs dans l'Hérault », sur www.herault.gouv.fr (consulté le ), chapitre Feux de forêts.
  35. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  36. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Castries », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  37. « Les risques majeurs dans l'Hérault », sur www.herault.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  38. « L'histoire du crash de Castries », sur le site personnel de Robin Koskas (consulté le ).
  39. André Tiano, Le progrès au village : Castries depuis la Révolution.
  40. Résultats des élections municipales et communautaires dans l'Hérault, publié le sur le site du Conseil départemental de l'Hérault (consulté le ).
  41. Claudine Vassas-Mejri élue maire de Castries, publié le sur le site du Midi-Libre (consulté le )
  42. a et b Annuaire des élus : Claudine Vassas Mejri, publié sur le site du Conseil départemental de l'Hérault (consulté le )
  43. Résultats des élections municipales 2020 Castries, publié sur le site Actu.fr (consulté le )
  44. « Castries : dix ans de jumelage », MMMag', Montpellier, Montpellier Méditerranée Métropole, no 56,‎ , p. 2 sur 3 (résumé, lire en ligne [PDF], consulté le ).
  45. Jumelage Castries-Volpiano : une nouvelle étape, publié le sur le site du Midi-Libre (consulté le )
  46. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  47. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  48. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  49. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  50. « Liste des monuments historiques de la commune de Castries », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  51. « Liste des lieux et monuments de la commune de Castries à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  52. « Liste des objets historiques de la commune de Castries », base Palissy, ministère français de la Culture.
  53. « Liste des objets de la commune de Castries à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  54. « Pont sur la Cadoule », notice no PA00103412, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  55. « Domaine de Castries », notice no PA00103410, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  56. « Aqueduc alimentant le château », notice no PA00103409, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  57. Céline Jandot, « Castries : Église Saint-Étienne (Id. notice : N2004-LA-0167) », sur Archive.today, Gallia : Archéologie de la France, (consulté le ).
  58. Localisation de l'ancienne église romane Saint-Étienne 43° 40′ 39,4″ N, 3° 59′ 10,61″ E (consulté le ).
  59. a et b « Vestiges de l'ancienne église et nouvelle église paroissiale Saint-Étienne de Castries », sur patrimoinereligieux34.catholique.fr (consulté le ).
  60. « Vestiges de l'ancienne église paroissiale Saint-Étienne », notice no PA00103411, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  61. G. Loubet, « Arrêté concernant les vestiges de l'ancienne église paroissiale de Castries » [PDF], sur Amazon S3 / Ministère de la Culture, (consulté le ), p. 1 / 2.
  62. « Cloche classée au titre d'objet le  », notice no PM34000154, base Palissy, ministère français de la Culture (consulté le ).
  63. Annuaire des peintres, sculpteurs, experts, galeries de France et professionnels des arts plastiques, Patrick Bertrand éditeur d'art, 1995, p. 229.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Richard Pouget, La baronnie de Castries.
  • René de La Croix de Castries, Castries : notice historique et descriptive, Malakoff, H. Laurens, coll. « Petites monographies des grands édifices de la France », , 47 p.
  • André Tiano, Le progrès au village : Castries depuis la révolution française, Castries (Hérault), Office du Tourisme de Castries, , 299 p.
  • Augustin Villemagne, Sentence arbitrale entre les châteaux de Castries et de Castelnau-le-Lez au sujet des tènements Puech-Cabrier, Malmari au XIVe siècle, Montpellier, L. Valat, coll. « Plaquettes castelnoviennes » (no II), , 17 p.
  • René de La Croix de Castries, Papiers de famille, Montpellier, Ed. Espaces 34, , 294 p.

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]