Gare de Figeac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Figeac
Image illustrative de l’article Gare de Figeac
Le bâtiment voyageurs, en .
Localisation
Pays France
Commune Figeac
Adresse Place de la Gare
46100 Figeac
Coordonnées géographiques 44° 36′ 13″ nord, 2° 02′ 14″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services Intercités de nuit
TER Occitanie
Caractéristiques
Ligne(s) Brive-la-Gaillarde à Toulouse-Matabiau via Capdenac
Figeac à Arvant
Voies 4 (+ voies de service)
Quais 3 (dont un central)
Transit annuel 158 156 voyageurs (2017)
Altitude 214 m
Historique
Mise en service
Correspondances
Autobus voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Figeac

Géolocalisation sur la carte : Occitanie

(Voir situation sur carte : Occitanie)
Figeac

Géolocalisation sur la carte : Lot

(Voir situation sur carte : Lot)
Figeac

Géolocalisation sur la carte : Figeac

(Voir situation sur carte : Figeac)
Figeac

La gare de Figeac est une gare ferroviaire française de la ligne de Brive-la-Gaillarde à Toulouse-Matabiau via Capdenac, située sur le territoire de la commune de Figeac, dans le département du Lot, en région Occitanie.

Elle est mise en service en 1862, par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO). C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains des réseaux Intercités de nuit et TER Occitanie.

En , son bâtiment voyageurs subit des dommages importants lors d'un incendie.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 214 mètres d'altitude, la gare de Figeac est située au point kilométrique (PK) 237,545 de la ligne de Brive-la-Gaillarde à Toulouse-Matabiau via Capdenac, entre les gares ouvertes d'Assier (s'intercale celle fermée du Pournel) et de Capdenac[1]. C'est dans la direction de cette dernière que se trouve, en quittant la gare, le tunnel de Figeac (long de 1 287 m).

Gare de bifurcation, elle est également l'origine, au PK 237,868, de la ligne de Figeac à Arvant, avant la gare ouverte de Bagnac (s'intercale celle fermée de Viazac)[2].

Elle présente les caractéristiques d'une gare en Y, avec un bâtiment voyageurs perpendiculaire aux deux lignes formant les branches du Y.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le quartier de la gare, au début du XXe siècle. On distingue clairement l'implantation de la gare au centre de la bifurcation des deux lignes.

La station de Figeac est mise en service le par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO), lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la section de Brive à Capdenac[3].

En 1896, la Compagnie du PO indique que la recette de la gare, pour l'année entière, est de 230 428 francs[4].

Le bâtiment voyageurs est remis en état en 1929. Les installations pour la grande et la petite vitesses sont améliorées l'année suivante[5].

En 2014, c'est une gare voyageurs d'intérêt régional (catégorie B : fréquentation supérieure ou égale à 100 000 voyageurs par an de 2010 à 2011), qui dispose de trois quais (dont un central), deux abris et d'une traversée de voies à niveau par le public (TVP)[6].

En 2017, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare est de 158 156 voyageurs[7].

Le , le bâtiment voyageurs est ravagé par un incendie : la toiture et 300 m2 de locaux ont été détruits[8]. Le trafic ferroviaire est progressivement restauré à partir du suivant, car les installations de commande de la signalisation et des appareils de voie ont été mises hors-service[9] ; toutefois, la desserte de la gare est restée suspendue jusqu'au (date où elle a été partiellement rétablie)[10]. En , le coût de la reconstruction du bâtiment voyageurs (dont le poste d'aiguillage) est estimé à 14 millions d'euros ; la date du début des travaux n'est alors pas connue[11].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

En raison de l'incendie du bâtiment voyageurs, plus aucun service (guichet et automates) n'est disponible en gare[12].

Desserte[modifier | modifier le code]

Figeac est une gare de la SNCF, desservie par les Intercités de nuit de la ligne Paris-Austerlitz – Rodez ou Albi[12].

C'est également une gare du réseau TER Occitanie, desservie par des trains express régionaux des relations Brive-la-Gaillarde – Figeac – Rodez et Aurillac – Figeac – Toulouse[12].

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parc pour les vélos (2 consignes individuelles) et un parking (de 100 places) sont aménagés à ses abords[12].

Elle est desservie par la ligne 7 du réseau « Le Bus Figeac[13] », ainsi que la ligne 910 (Figeac – Saint-Cirq-Lapopie – Cahors) du réseau d'autocars de la région[12].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 601 à 990, vol. 2, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-44-0), « (718/1) Brive - Figeac ».
  • François et Maguy Palau, Le rail en France : Le Second Empire, t. 2 (1858-1863), Palau, , 223 p. (ISBN 2-950-94212-1), « 5.55 Brive-Capdenac : 10 novembre 1862 ».
  • Conseil Général, Rapports et délibérations / Département du Lot, Conseil général, (lire en ligne), « Chemin de fer d'Orléans recettes effectuées en 1896, par les gares du réseau d'Orléans situées dans le département du Lot ».
  • Conseil Général, Rapports et délibérations / Département du Lot, Conseil général, (lire en ligne), « Rapport de l'ingénieur en chef du contrôle de la voie et des bâtiments ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Douté 2011, p. 75
  2. Douté 2011, p. 80
  3. Palau 2011, p. 176
  4. Conseil Général 1897, p. 38
  5. Conseil Général 1930, p. 55
  6. SNCF, « Document de référence des gares de voyageurs révisé pour l'horaire de service 2014 : Version 6 au 9 mars 2014 » [PDF], sur rff.fr, (consulté le 25 novembre 2018) ; ce document est une archive.
  7. « Fréquentation en gares – Figeac », traitement du [cf. l'onglet des informations] (consulté le 12 mars 2019).
  8. La Rédaction, « Gare de Figeac, le maire parle d'une « catastrophe patrimoniale et économique » », sur ladepeche.fr, 22 – 23 novembre 2018 (consulté le 9 février 2019).
  9. Sébastien Casses (Rédaction Cahors), « Lot. Les trains passent à nouveau par la gare de Figeac », sur actu.fr, La Vie Quercynoise, (consulté le 9 février 2019).
  10. A.L., « À deux pas de la gare ravagée, les quais reprennent vie », sur ladepeche.fr, (consulté le 9 février 2019).
  11. Lae. B. et M. C., « A Figeac, la reconstruction de la gare incendiée toujours à quai », sur ladepeche.fr, (consulté le 18 juin 2019).
  12. a b c d et e « Gare Figeac », sur ter.sncf.com/occitanie (consulté le 15 décembre 2018).
  13. « Plan des lignes de septembre à juin » [PDF], sur ville-figeac.fr (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Albi-Ville
ou Rodez
Capdenac Intercités de nuit Assier Paris-Austerlitz
Rodez Capdenac TER Occitanie Assier Brive-la-Gaillarde
Toulouse-Matabiau Capdenac TER Occitanie Bagnac Aurillac
ou Clermont-Ferrand